Le problème des «villes intelligentes»

brave nouveau monde
S'il vous plaît partager cette histoire!

Il existe des avenirs alternatifs pour les villes, autres que le mème de la «ville intelligente» vanté par les Nations Unies et les technocrates du monde entier. De plus, ce n'est pas une fatalité que la technocratie va gagner.  Éditeur TN

Quand j'entends le terme «villes intelligentes», je pense au film dystopique de Fritz Lang, Métropole. Le classique 1927 dépeint un paysage Art Déco de riches industriels dominés par des tours de grande hauteur par-dessus des masses de travailleurs en uniforme habitant des catacombes qui travaillent sous terre pour faire frémir les énormes machines à turbine de la ville. (Si vous ne l'avez jamais vu, c'est fantastique, surtout avec la nouvelle bande son.)

Les constructeurs de villes planifiées par un maître contemporain - Dubaï au Moyen-Orient, Songdo en Asie ou Gurgaon en Inde - sont smart en quelques sortes. Certes, ces lieux font appel aux meilleurs talents d'architectes, de planificateurs et de consultants en environnement. Ils créent à leur tour des quartiers de luxe où la technologie permet un mélange brillant et croissant d’oligopole, d’exploitation et de surveillance.

Ces arrangements créent des contrastes marqués. En tant qu'architecte Douglas Kelbaugh ditJames Howard Kunstler, il a passé deux ans à Dubaï à concevoir des gratte-ciels d'une «bouteille de parfum» (magnifiquement insipides) et des projets urbains abandonnés de la taille de l'île de Manhattan, tout en rencontrant quotidiennement des milliers de travailleurs indiens à bas salaire, Le Pakistan, le Bangladesh et la Chine avaient besoin de créer cet immense schéma de Ponzi de la ville-État la plus luxueuse de la planète.

Mais les bus privés de Dubaï, composés principalement de travailleurs manuels et payés 5 par jour, ne sont que superficiellement différents des légions de programmeurs et de développeurs de Songdo: les deux groupes sont censés être des éléments invisibles et jetables dans le fonctionnement d'un urbanisme néolibéral aux ambitions sans fin de créer une ville. -Etat qui ressemble - dans la phrase sardonique de Kunstler - «demain demain».

Un aspect clé du mouvement des «villes intelligentes» est la promesse de la technologie personnelle pour créer de nouvelles opportunités économiques. Mais le fait est qu’aucun partage n’existe dans la plupart des économies dites de partage: des entreprises telles que Uber, AirBnB, Lyft et TaskRabbit extraient la valeur des employés contractuels, non pas au service d’un système mutualiste aux yeux de rosée, mais les avantages des capital-risqueurs parfaitement conventionnels de la Silicon Valley. Ce dernier processus est parfois appelé «uberisation».

Il s’avère que l’économie de partage consiste essentiellement à exploiter les travailleurs et à devenir un membre forcé du précariat, cette masse d’employés contractuels à court terme («flexibles») qui représentent maintenant environ 40 pour cent de la main-d’œuvre mondiale.

Ce sont des personnes qui vivent dans la précarité sans aucune garantie d'emploi au-delà du court terme, généralement moins de 40 d'heures de travail rémunéré par semaine, sans aucune réglementation syndicale ou industrielle à proprement parler, compte tenu de la disparité considérable qui existe entre leur pouvoir de négociation. Où est-ce que tout cela va, on peut se demander.

Pour ne prendre qu'un ensemble de projections sombres, dans La moyenne est terminée, l'économiste Tyler Cowen prévoit un avenir dans lequel une minuscule méritocratie fera des millions alors que le reste d'entre nous lutterons entre 5,000 et 10,000 par an. Cela fonctionne déjà assez bien au Mexique, crie Cowen.

Si vous êtes millénaire ou si vous en connaissez un, alors vous connaissez probablement les problèmes liés au travail numérique. Mais cette menace économique pour notre démocratie - Internet en tant que machine à inégalités - dépasse la génération actuelle. Il est en train de renverser les droits traditionnels des travailleurs remontant au 19ème siècle. Et nous récupérons rapidement dans nos océans nos données personnelles - une forme de propriété personnelle - afin de tirer parti de cet actif pour créer encore plus de valeur pour les quelques propriétaires de plates-formes numériques qui dirigent actuellement une grande partie de nos vies (Amazon, Facebook, Google). , etc.).

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
David K. Meller

Étant donné que le temps et le travail humains perdent progressivement de leur valeur, en particulier avec l'augmentation de la robotisation (et la baisse de la qualité de la scolarité formelle), éventuellement une réforme du droit de la propriété intellectuelle pour inclure les droits des personnes sur leurs données personnelles (histoire personnelle, préférences du marché, habitudes quotidiennes , les cercles sociaux, les ambitions individuelles, etc. - qui ont tous été disponibles pour les collecteurs de données libres, les gouvernements, les annonceurs, les spécialistes du référencement et même les employeurs - peuvent offrir au «précariat» plus d'opportunités économiques que leur simple travail. l'extension du droit d'auteur aux expériences et aux désirs de la vie (ainsi qu'aux idées) peut être ici un pas dans la bonne direction.... Lire la suite »