Le réseau des villes fortes de l'ONU lancé en septembre 29, 2015

S'il vous plaît partager cette histoire!

Note TN: Il s'agit d'une toute nouvelle initiative aux Nations Unies impliquant les villes, le partage de données, de nouvelles structures de gouvernance et plus encore. En tant que tel, il doit être surveillé attentivement car il est susceptible de se propager dans le monde comme une traînée de poudre. Des caractères gras sont insérés ci-dessous pour mettre en évidence les principales caractéristiques qui pourraient être alarmantes pour ceux qui étudient de telles choses. L'ensemble de l'initiative sera géré par une ONG appelée le Institut pour le dialogue stratégique, ou ISD.

à partir de votre page d’administrateur, Bureau du procureur général, Département de la Justice

WASHINGTON - Les villes sont des partenaires essentiels dans les efforts internationaux visant à renforcer la cohésion sociale et la résilience à l'extrémisme violent. Les communautés et autorités locales sont les voix les plus crédibles et persuasives pour lutter contre l'extrémisme violent sous toutes ses formes et manifestations dans leurs contextes locaux. Alors que de nombreuses villes et autorités locales développent des réponses innovantes pour relever ce défi, aucun effort systématique n'est en place pour partager les expériences, mettre en commun les ressources et construire une communauté de villes pour inspirer une action locale à l'échelle mondiale.

«Le réseau des villes fortes sera un outil essentiel pour renforcer le renforcement des capacités et améliorer la collaboration», a déclaré la procureure générale Loretta E. Lynch. «Alors que nous continuons à contrer une gamme de menaces terroristes nationales et mondiales, cette plateforme innovante permettra aux villes d'apprendre les unes des autres, de développer les meilleures pratiques et de renforcer la cohésion sociale et la résilience des communautés ici au pays et dans le monde.»

Le réseau des villes fortes (SCN) - qui sera lancé le 29 septembreth aux Nations Unies - habilitera les organes municipaux à combler cette lacune tout en travaillant avec la société civile et en protégeant les droits des citoyens et des communautés locales.

Voir le site Web du Réseau des villes fortes

Le SCN renforcera la planification stratégique et les pratiques visant à lutter contre l'extrémisme violent sous toutes ses formes en encourageant la collaboration entre villes, municipalités et autres autorités infranationales.

"Pour lutter contre l'extrémisme violent, nous avons besoin d'une action déterminée à tous les niveaux de gouvernance", a déclaré le maire au pouvoir, Stian Berger Røsland, d'Oslo, tout en commentant leur participation au SCN. "Réussir, nous devons coordonner nos efforts et coopérer à travers les frontières. Le réseau des villes fortes permettre aux villes du monde entier de mettre en commun nos ressources, nos connaissances et nos meilleures pratiques ensemble et ainsi nous laisser plus forts dans la lutte contre l’une des plus grandes menaces pour la société moderne ».

Le SCN connectera les villes, les praticiens au niveau de la ville et les communautés qu'ils représentent à travers une série d'ateliers, de formations et de partenariats durables avec les villes. Les participants au réseau contribueront également et bénéficieront d'un répertoire en ligne de bonnes pratiques au niveau municipal et de modules de formation en ligne et seront éligibles à des subventions soutenant des initiatives et des stratégies locales innovantes qui contribueront à renforcer la cohésion sociale et la résilience à l'extrémisme violent.

La solution Le SCN comprendra un comité directeur international composé d’approximativement 25 et d’autres entités sous-nationales de différentes régions, qui lui donnera son orientation stratégique.  La solution SCN convoquera également un comité consultatif international, qui comprend des représentants des réseaux pertinents axés sur les villes, afin de veiller à ce que le RCS poursuive leur travail.  Il sera géré par le Institut pour le dialogue stratégique (ISD), un important groupe international de réflexion et d'action doté d'une vaste expérience dans la lutte contre l'extrémisme violent:

«Le SCN offre une nouvelle opportunité unique d'appliquer nos leçons collectives en matière de prévention de l'extrémisme violent pour soutenir les communautés locales et les autorités du monde entier», a déclaré Sasha Havlicek, PDG de l'ISD. «Nous sommes impatients de développer cette plate-forme internationale pour l'innovation conjointe afin d'avoir un impact sur ce défi urgent.

«C'est avec une grande conviction que Montréal a accepté de se joindre aux fondateurs du Strong Cities Network», a déclaré l'honorable maire Denis Coderre de Montréal. «Ce réseau mondial est conçu pour s'appuyer sur des approches communautaires pour lutter contre l'extrémisme violent, promouvoir l'ouverture et la vigilance et développer des initiatives locales comme l'Observatoire international des maires de Montréal sur le vivre ensemble. Je suis ravi qu'à travers le Réseau des villes fortes, la Ville de Montréal partagera plus activement l'information et les meilleures pratiques avec un réseau mondial de leaders sur les enjeux critiques auxquels sont confrontées nos communautés.

Le réseau des villes fortes sera lancé en septembre 29, de 4: 00 pm à 5: 30 pm EDT, à la suite de la Leaders» Sommet sur la lutte contre l'EIIL et l'extrémisme violent. Des allocutions de bienvenue seront prononcées par le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, le prince Zeid Ra'ad Al Hussein et le maire Bill de Blasio de New York, qui présenteront également un discours liminaire du procureur général américain Lynch. Suite à cet événement, le Comité directeur des villes fortes, composé d'environ maires 25 et d'autres dirigeants de villes et d'autres entités sous-nationales du monde entier, tiendra sa réunion inaugurale le mois de septembre, 30, 2015, de 9: 00 am à 4: 00 pm EDT.

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Tom Camilleri

L'importance de la lutte contre «l'extrémisme violent» et la «cohésion sociale» est préoccupante. Comment définir «l'extrémisme violent» alors que ni la violence ni l'extrémisme ne sont faciles à définir. Est-il vraiment nécessaire pour une ONG internationale de favoriser la cohésion sociale? OMI, le type de cohésion sociale qui doit être encouragée pourrait bien être celui qui doit finalement être imposé.