Les énergies renouvelables ne peuvent pas résoudre la crise énergétique

Wikipedia Commons
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les énergies renouvelables et le contrôle de l'énergie sont une arnaque qui a commencé avec le mouvement Technocratie des années 1930. Alors que le monde occidental poursuit ce rêve délirant, il crée des politiques qui entraîneront la civilisation et les structures sociales tout en privant de richesse tout le monde sauf les technocrates mondiaux qui en font la promotion. ⁃ Éditeur TN
  • L'Europe poursuit activement un avenir énergétique propre et la fin des combustibles fossiles, mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie a mis en évidence les lacunes des énergies renouvelables.
  • La flambée des prix des métaux clés et le temps qu'il faut pour mettre en œuvre des projets d'énergie renouvelable ont amené l'Europe à se tourner vers les combustibles fossiles pour résoudre sa crise énergétique.
  • L'UE envisage de remplacer le gaz russe par des importations de GNL, de charbon et même de mazout, une quantité relativement faible de gaz devant être remplacée par l'éolien et le solaire.

L'Allemagne est en train de préparer pour le rationnement du gaz. Le gestionnaire du réseau électrique français est demandant consommateurs à utiliser moins d'électricité. Au Royaume-Uni, des protestations éclatent contre la dernière hausse du prix de l'électricité qui plongé des millions de foyers dans ce qu'un groupe de réflexion local a appelé le stress lié au carburant. L'Europe a un sérieux problème énergétique.

Le problème remonte à des années et indique une complaisance persistante de la part des gouvernements européens selon laquelle, quoi qu'il arrive, il y aura toujours du gaz en provenance de Russie. Après tout, même pendant la guerre froide, la Russie a pompé des milliards de mètres cubes de gaz vers les pays européens. Maintenant, les choses sont différentes, et ce n'est pas seulement à cause de la guerre en Ukraine.

Depuis quelques années, l'Europe essaie avec enthousiasme de réduire sa dépendance à l'égard de tous les combustibles fossiles, et pas seulement du gaz russe. L'UE a récemment vanté qu'en 2022, les sources d'énergie renouvelables représentaient 37.5 % de la consommation brute d'électricité, l'éolien et l'hydraulique constituant les deux tiers de la production totale d'énergie renouvelable. Pourquoi alors, se demande-t-on, l'Allemagne devrait-elle se préparer au rationnement du gaz et la France demanderait-elle à ses citoyens de consommer moins d'électricité ? Maintenant, cela a un peu à voir avec la guerre en Ukraine. La guerre semble avoir poussé les gouvernements de l'UE - et Downing Street - dans une frénésie cherchant à se distancer de la Russie de toutes les manières possibles, jusqu'à et y compris la réduction des importations de gaz russe.

La demande du président russe Vladimir Poutine de payer en roubles le gaz fourni par la Russie semble n'avoir fait qu'accroître le désir des gouvernements européens d'abandonner le gaz, et les trois États baltes ont déjà annoncé ils avaient cessé d'acheter du gaz russe à partir du 1er avril. Pour l'instant, ils utilisent du gaz de stockage. Pour plus tard, il y a soit du GNL qui arrive au terminal de Klaipeda en Lituanie, soit une interconnexion avec la Pologne. La Lituanie appelle le reste de l'UE à suivre son exemple. Fait intéressant, les pays baltes ne semblent pas avoir remplacé leur dépendance gazière par une dépendance éolienne et solaire.

Il en va de même pour le reste de l'Union européenne. Plus tôt cette année, Bloomberg rapporté que les énergies renouvelables à travers l'UE "évincent" le gaz naturel. Le rapport cite une étude du groupe de réflexion écologiste Ember, dont l'auteur principal a déclaré

«Ce sont des moments et des changements de paradigme où les gouvernements et les entreprises commencent à prendre cela beaucoup plus au sérieux. Les alternatives sont disponibles, elles sont moins chères et elles sont susceptibles de devenir encore moins chères et plus compétitives. Les énergies renouvelables sont désormais une opportunité, pas un coût », a expliqué Charles Moore.

Alors pourquoi la lutte pour le gaz maintenant ? Pourquoi ne pas vraiment accélérer la construction de nouveaux parcs éoliens et solaires, et montrer à Poutine de quoi sont faits les Européens ? C'est l'une des questions les plus délicates de l'époque actuelle, sa réponse inclut nécessairement des références au prix de cuivreaciersilicium polycristallin, et à peu près tous les produits métalliques et minéraux. De plus, la construction de ces installations prend du temps, plus de temps que, par exemple, le passage au GNL (si vous avez des terminaux d'importation) ou au charbon.

En effet, dans un plan récemment publié pour réduire la consommation de gaz russe – et aussi de pétrole et de charbon – la Commission européenne a fortement misé non pas sur l'éolien et le solaire, mais sur plus de gaz et de charbon.

D’après une  panne du plan, publié par l'allemand Die Welt, l'UE cherchera à remplacer 50 milliards de mètres cubes de consommation annuelle de gaz russe par du GNL provenant d'autres sources et 10 milliards de mètres cubes supplémentaires par du gazoduc provenant d'autres sources. Cela représente un total de 60 milliards de mètres cubes sur la consommation annuelle de 155 milliards de mètres cubes de gaz russe. Selon le plan, 20 milliards de mètres cubes supplémentaires pourraient être remplacés en utilisant plus de charbon, selon le commissaire à l'industrie et au marché intérieur, Thierry Breton.

C'est la même Europe qui réclame et travaille à la fin du charbon. C'est la même Europe qui prévoyait de arrêter toutes ses centrales à charbon avant 2030 afin d'atteindre les objectifs de réduction des émissions de l'Accord de Paris. Cette même Europe parie aussi sur le remplacement du gaz naturel par du fioul pour remplacer encore 10 milliards de mètres cubes de gaz russe.

Au total, la Commission européenne semble envisager de remplacer plus de la moitié de sa consommation de gaz russe par d'autres combustibles fossiles. En comparaison, les énergies éolienne et solaire devraient apporter quelque 22.5 milliards de mètres cubes de gaz russe remplacé, dont 10 milliards de mètres cubes d'énergie éolienne et 12.5 milliards de mètres cubes d'énergie solaire. Ce n'est pas beaucoup pour une région qui s'apprête à devenir la plus verte de la planète en peu de temps.

Il semble donc que la réalité de l'approvisionnement et de la consommation d'énergie se réaffirme alors que l'UE se retrouve dans un pétrin. Si son plan implique tellement plus de consommation de combustibles fossiles, alors les combustibles fossiles doivent être plus faciles – et plus rapides – à trouver et, peut-être, moins chers que l'éolien et le solaire. Sinon, pourquoi les privilégier aux énergies renouvelables ?

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire l'article original […]