Pour le Memorial Day, les ambassades américaines du monde entier arborent des drapeaux BLM

S'il vous plaît partager cette histoire!
La destruction des États-Unis est désormais devenue la politique officielle de son propre gouvernement, en ordonnant intentionnellement aux ambassades du monde entier de commémorer le Memorial Day en arborant bien en vue des drapeaux et des bannières Black Lives Matter cette semaine. Éditeur TN

Les ambassades et consulats américains à travers le monde cette semaine ont brandi des drapeaux Black Lives Matter (BLM) après avoir été autorisé et encouragé à faire so pour la première fois dans un mémo par le secrétaire d'État Antony Blinken. On s'attend maintenant à ce que ce soit une pratique régulière, en particulier dans les cas d'événements ou de monuments commémoratifs liés à la course.

Juste avant le premier anniversaire de la mort de George Floyd le 25 mai, une note du département d'État a été envoyée à tout le personnel diplomatique dans le monde disant qu'elle "soutient l'utilisation du terme" Black Lives Matter "dans le contenu de la messagerie". Il a en outre encouragé les discours et les événements commémoratifs liés aux engagements diplomatiques à l'anniversaire "et au-delà". Par la suite, mardi, des drapeaux du BLM ont été photographiés flottant dans divers complexes diplomatiques américains à travers le monde, s'étendant de l'Asie de l'Est à la Grèce en passant par l'Espagne et l'Amérique latine.

Blinken a déclaré mardi dans une vidéo commémorant l'anniversaire de Floyd que l'Amérique ne peut être "une force crédible pour les droits de l'homme dans le monde" que si elle fait face "aux réalités du racisme et de la haine ici chez elle".

C'est un renversement d'une répression du Département d'État l'année dernière contre les ambassades à l'étranger arborant des bannières politiquement chargées d'organisations non gouvernementales et partisanes, suscitant également une intense controverse étant donné qu'il est largement reconnu que BLM est bien plus qu'une simple organisation de justice raciale, et également compte tenu de la violentes émeutes et pillages de l'été au cours desquels des quartiers de villes américaines ont été incendiés et la police a été attaquée. Comme L'examinateur de Washington rappels de Les propres mots de la direction de BLM...

Black Lives Matter Global Network a été un paratonnerre pour de nombreux conservateurs depuis qu'un co-fondateur du groupe a décrit l'équipe de direction comme des « marxistes entraînés » s'organisant sur la base de ces principes.

Ambassade des États-Unis à Athènes cette semaine, via l'AFP

Et étant donné que le BLM est également largement reconnu comme étant soutenu par tout un « paquet » d'idéologies d'extrême gauche, le fait que le gouvernement américain brandisse son drapeau équivaut à adopter des symboles distincts d'un parti et d'un mouvement politiques radicaux (même si ce serait une violation de la La Constitution et la loi devraient promouvoir les partis républicains ou démocrates sur une base officielle similaire).

Sur cette note d'« idéologie » – la note appelle en outre à « constituer des coalitions de nations partageant les mêmes idées » afin de « lutter contre le racisme et la discrimination systémiques, afin d'inclure des réponses rapides et significatives aux atteintes aux droits humains et aux violations des droits raciaux, ethniques et d'autres problèmes d'équité raciale mal desservis et courants dans l'ensemble du système multilatéral.

Voici plus de Washington Examiner:

« Nous avons en fait un cadre idéologique » Patrisse Cullors, co-fondateur de BLMGN [ou Black Lives Matter Global Network], a déclaré en 2015. "Nous sommes très au fait des théories idéologiques en quelque sorte."

Parmi ces idéologies figure le « financement de la police » – parmi tant d'autres.

Ambassade des États-Unis au Cambodge cette semaine

Commentant cela, le membre du Congrès républicain de l'Arizona Andy Biggs a arraché cette semaine la nouvelle autorisation du département d'État comme un pas énorme et effronté par rapport au type de neutralité politique que les ambassades sont censées représenter : « BLM a incendié des villes et causé des milliards de dégâts matériels. Ils sont l'antithèse des valeurs américaines et n'appartiennent à aucune de nos ambassades », il a déclaré sur Twitter.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
DawnieR

Donc, c'est maintenant OFFICIEL, au-delà de tout doute…….que le 'gouvernement' US SONT DES TERRORISTES !!!!!