Les confinements, pas la pandémie, ont fait des ravages

Image via Brynna Ray
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les technocrates médicaux armés de pseudo-sciences ont exigé des politiques qui n'avaient que peu ou pas de rapport avec le virus COVID. Sans ces politiques, le virus se serait propagé, provoquant une immunité naturelle et l'économie mondiale serait toujours intacte. Ce sont les responsables de la guerre intentionnelle, pas simplement des dommages fortuits. ⁃ Éditeur TN

Il faudra peut-être des années avant que nous réalisions pleinement les ramifications des politiques de confinement que les gouvernements du monde entier ont imposées à leurs citoyens en réponse au covid-19, mais les preuves des coûts commencent à se faire sentir.

Une étude récente menée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a interrogé des milliers d'élèves du secondaire sur les effets de la pandémie. «Depuis le début de la pandémie», rapporte l'étude, «plus de la moitié des élèves ont eu plus de difficulté à terminer leurs travaux scolaires (66%) et ont subi des violences psychologiques de la part d'un parent ou d'un autre adulte à leur domicile (55%)». ce qui était fortement corrélé avec les étudiants qui "ont connu l'insécurité via la perte d'emploi parentale (29%), la perte d'emploi personnelle (22%) et la faim (24%)".

Une étude connexe du CDC, publié le même jour, a examiné les effets de la pandémie sur la santé mentale des élèves du secondaire. Il a révélé que "au cours des 12 mois précédant l'enquête, 44.2% ont ressenti des sentiments persistants de tristesse ou de désespoir, 19.9% avaient sérieusement envisagé de tenter de se suicider et 9.0% avaient tenté de se suicider".

Ces découvertes ne devraient pas être une surprise. Quelques mois seulement après le début de la pandémie, le rapport de morbidité et de mortalité du CDC ont interrogé des personnes de tous âges concernant la toxicomanie et les pensées suicidaires, et les jeunes ont montré l'augmentation la plus spectaculaire par rapport aux enquêtes précovid. Ce rapport a été pratiquement ignoré, bien sûr, car les démagogues de la politique et des médias ont prédit Armageddon si le monde n'adoptait pas leurs politiques draconiennes d'isolement.

Maintenant que les Chicken Littles sont rentrés à la maison pour se percher, la vraie question est de savoir si les résultats de ces études sont la conséquence de la pandémie au sein de l’ réponse à elle. Un représentant du CDC, parlant des études, fourni une réponse révélatrice à cette question: "Cela nous donne vraiment la preuve de dire avec certitude que la pandémie était incroyablement perturbateur pour les jeunes et leurs familles » (nous soulignons). La « pandémie a fait des ravages », selon tous les titres des médias faisant état des études.

Pour certains, la distinction entre la pandémie et les confinements peut sembler fourchue, mais le choix des mots peut avoir des conséquences importantes sur les politiques actuelles et futures. La logique derrière les mandats de distanciation sociale est que de telles politiques sont nécessaires pour atténuer la gravité de la pandémie. Même face à des preuves accablantes que les confinements se sont avérés inefficaces, les fidèles voudront toujours trouver des moyens de rejeter les opposants et réclamer des mandats encore plus sévères (le problème, c'est qu'on ne s'est pas assez isolé !).

Si, comme le prétendent les médias et les chercheurs, c'est le pandémie si préjudiciable aux jeunes, cela semble alors justifier des réponses encore plus autoritaires au virus. Verrouillez plus fort ! Isolez-vous davantage ! Punissez plus sévèrement les contrevenants ! Les enfermés, comme Mme Lovejoy, n'ont qu'à crier "pensez aux enfants" et les effets la pandémie leur incombe d'encourager le soutien aux politiques mêmes qui, en réalité, sont responsables des problèmes qu'elles visent à résoudre.

C'est pourquoi il est si crucial de bien lier cause et conséquence. Ce n'est pas, et n'a jamais été, la pandémie qui crée des insécurités financières pour les familles et détruit la vie sociale de nos jeunes. Ce n'est pas la pandémie qui augmente les taux de dépression, de toxicomanie et de pensées suicidaires chez les adolescents (et les adultes, même si ce n'est pas aussi grave). Ce sont les coûts des réponses politiques à la pandémie qui, au nom de notre sécurité, ont dit aux jeunes vulnérables qu'ils ne peuvent pas voir leurs amis, montrer leur visage ou s'engager dans aucune des activités sociales qui les aident à devenir adultes en bonne santé mentale.

Il est temps que les médias commencent à signaler que ce sont les confinements, l'isolationnisme et les mandats de distanciation sociale - et non la pandémie - qui ont fait tant de ravages sur les adolescents.

https://mises.org/wire/lockdowns-not-pandemic-created-havoc

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire l'article original […]

[…] Les confinements, pas la pandémie, ont fait des ravages […]