« Crimes liés au carbone » : torturer la loi et la raison pour débarrasser la planète des négationnistes du changement climatique

'Kill Climate Deniers' pièce, Pleasance Theatre. Londres
S'il vous plaît partager cette histoire!
Il y a plusieurs années, le propagandiste climatique Al Gore a déclaré : « Les négationnistes du climat méritaient d'être punis. Au fur et à mesure que la tyrannie gagne du terrain, elle trouve toujours un moyen de réprimer de force ses victimes visées. Cet article le cloue: "Le mouvement climatique a découvert le droit pénal comme un outil pour mener une politique climatique. »

La pièce de Londres 2019, Tuer les négationnistes du climat, affiche de manière adéquate le sentiment ultime du mouvement écologiste envers les soi-disant «négationnistes du climat».

Il s'agit d'un article important qui doit être lu mot à mot pour comprendre le changement radical de la théorie juridique. Éditeur TN

 

Abstrait

Le mouvement climatique a découvert le droit pénal comme un outil pour mener une politique climatique. Pour compléter les poursuites civiles contre les États et les entreprises, les militants du mouvement ont l'intention d'invoquer la torture et un nouveau crime d'« écocide » pour cibler les dirigeants d'entreprise, les politiciens et autres qui font obstacle à leurs politiques préférées. En faisant avancer leur programme, ces militants reçoivent l'aide du pouvoir judiciaire, en particulier de la Cour européenne des droits de l'homme.

L'utilisation du droit pénal pour poursuivre la politique climatique est une étape supplémentaire dans la radicalisation du mouvement climatique et constitue une menace pour les libertés économiques et politiques, l'état de droit et la démocratie. Si le mouvement parvient à réaliser ses plans, tous ceux qui ne soutiennent pas des politiques climatiques ambitieuses devraient craindre des poursuites et l'emprisonnement. Inversement, la menace de sanctions pénales contre les politiciens et les dirigeants d'entreprise créera de puissantes incitations à adopter des politiques climatiques ambitieuses et le discours pro-climat dominant.

Lucas Bergkamp explique comment le droit pénal, dans la vision du mouvement climatique, devrait compléter le droit civil et administratif pour éliminer toute opposition à ses projets de réalisation d'une utopie climatique.

gouvernement européen des juges

En plusieurs décennies, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) s'est transformée en un gouvernement européen à part entière. Basé sur doctrine conçu pour lui permettre d'étendre ses pouvoirs à sa discrétion, la Cour a promulgué une série de mandats pour de nouvelles lois et politiques pour l'Europe. Il y a peu de contrôle démocratique sur le rôle de la Cour dans l'avancement de la politique progressiste. Une fois que la Cour a parlé, les parlements nationaux sont incapables de défaire sa pontification car un droit de l'homme l'emporte sur le droit national ; les juridictions nationales sont tenues d'exécuter les arrêts de la Cour, même si leur propre droit national en dispose autrement.

Tout en imposant ses hautes exigences morales aux gouvernements exécutifs, la Cour se considère plutôt exempt de toute morale ou contraintes légales. Dans un cotisation précédente, j'ai discuté de la manière dont les litiges liés au changement climatique devant la Cour ont sapé l'état de droit, la séparation des pouvoirs et la démocratie. Dans cet article, je me concentre sur le rôle de la Cour dans la criminalisation du débat sur le climat. Son mépris inconsidéré de l'impartialité judiciaire, du droit à un procès équitable et de la retenue judiciaire est une autre manifestation du soutien de la Cour au mouvement progressiste.

Criminaliser le « déni climatique »

Il y a dix ans, un avocat américain a fait valoir que le déni climatique est sans doute punissable en tant que tromperie criminelle et fraude en vertu de la loi en vigueur. En 2015, Al Gore a déclaré que « les négateurs du changement climatique devraient être punis ». Le retrait du président Trump de l'Accord de Paris sur le climat a été considéré comme un crime contre l'humanité : « C'est assassiner. »

Un livre récent, Criminels du carbone, Crimes climatiques, décrit « ce que les entreprises de l'industrie des combustibles fossiles, le gouvernement américain et la communauté politique internationale ont fait, ou n'ont pas fait, en ce qui concerne le réchauffement climatique ». Sur le site Web de l'UNESCO, un important article de fond préconise que « les crimes climatiques doivent être traduits en justice » et que «les états et les sociétés doivent être tenus responsables de leurs actions ou de leur inaction face au changement climatique.

La justification de la criminalisation

L'argument en faveur de la criminalisation du « déni climatique » se résume généralement à l'argument suivant articulé par Jeremy Williams:

Compte tenu de ce que nous savons et savons depuis des décennies sur le changement climatique, nier la science, tromper le public et entraver délibérément toute réponse sérieuse à la catastrophe climatique, c'est permettre à des pays et à des cultures entiers de disparaître. C'est voler… aux plus pauvres et aux plus vulnérables de la planète leur terre, leurs maisons, leurs moyens de subsistance, voire leur vie—et la vie de leurs enfants, et la vie des enfants de leurs enfants. Pour le profit. Et pour , puissance…. Ce sont des délits. Ce sont des crimes contre la terre, et ils sont crimes contre l'humanité.

Ce tollé émotionnel n'est pas seulement un amalgame impénétrable de raisonnements factuels et moraux, mais suppose également ce qui doit être prouvé. Pour éviter les catastrophes, la rationalité doit être réintroduite dans l'analyse. Malheureusement, comme le démontre la CEDH, nous ne pouvons pas compter sur le pouvoir judiciaire pour le faire.

La « Cour européenne du changement climatique »

En 2020, la CEDH a signalé à la communauté des droits de l'homme qu'elle était ouverte à recevoir des candidatures de militants du climat. La Cour et le Conseil de l'Europe ont tenu une conférence, «Droits de l'homme pour la planète», dans laquelle plusieurs juges, dont le président de la Cour, ont joué des rôles clés. Les discours prononcés par les juges de la Cour ont été perçus à juste titre comme une ouvrir l'invitation aux militants.

Plusieurs affaires climatiques sont actuellement pendantes devant la Cour. Comme prévu, la rhétorique de l'urgence climatique domine les arguments présentés par les plaignants. La Cour a déjà montré jusqu'où elle est prête à aller pour réécrire la loi pour sauver la planète.

« Urgence climatique »
La Cour européenne des droits de l'homme, que son président appelle la «Cour européenne du changement climatique, a profité de l'opportunité offerte par le contentieux climatique qu'il a invité à prendre l'initiative de criminaliser le débat sur le climat. Il l'a fait de plusieurs manières. Premièrement, le président de la Cour et l'un de ses vice-présidents ont déclaré publiquement que « nous sommes confrontés à une urgence extrême qui nécessite une action concertée de toute l'humanité » et que « nous ferons face à la effondrement de tout ce qui nous donne notre sécurité. Ainsi, les dirigeants de la Cour ont ouvertement et sans réserve endossé la rhétorique alarmiste du mouvement climatique. Ils l'ont fait non pas sur la base de la science mais sur des déclarations alarmistes de Sir David Attenborough, biologiste et activiste climatique bien connu.

Deuxièmement, pour éviter toute discussion sur les faits, les juges ont ajouté : « Nul ne peut légitimement remettre en question le fait que nous sommes confrontés à une urgence extrême qui nécessite une action concertée de toute l'humanité. » Ils ont également engagé la Cour à la cause : « Pour sa part, la Cour européenne des droits de l'homme jouera son rôle dans les limites de ses compétences de juridiction, toujours consciente que les garanties de la Convention doivent être efficace et réel, pas illusoire.

Pas de droit à un procès équitable pour les négationnistes

En émettant ces avertissements, la Cour a effectivement mis fin à tout débat sur le changement climatique et la science du climat avant même qu'un procès n'ait commencé. Ce faisant, elle a privé les États défendeurs d'un argument important pour se défendre contre les allégations selon lesquelles leurs politiques climatiques seraient inadéquates pour lutter contre la prétendue crise climatique. Avant de pouvoir présenter les preuves scientifiques pertinentes montrant qu'il n'y a pas d'urgence climatique ou de crise climatique, les principaux juges de la Cour ont dit aux défendeurs qu'ils ne devraient pas oser nier.

En qualifiant d'« illégitime » tout argument selon lequel il n'y a pas de crise climatique, ces éminents juges européens, qui devraient servir d'exemples d'impartialité judiciaire, ont endossé la rhétorique négationniste climatique du mouvement climatique. Cette rhétorique est un jeu inapproprié et contraire à l'éthique sur Négation de l'Holocauste. Simultanément, et directement en rapport avec le sujet de cette contribution, l'étiquette d'« illégitimité » de la Cour soulève également le spectre de poursuites pénales.

Il n'y a pas de crise climatique

Il est difficile d'imaginer une conduite judiciaire qui témoigne d'une plus grande partisanerie et mépris du principe d'impartialité judiciaire que la conduite de ces juges européens des droits de l'homme. Le droit à un procès équitable, garanti par article 6 de la Convention européenne des droits de l'homme, a effectivement été mis de côté pour les négationnistes climatiques. La question doit être posée de savoir si, compte tenu des opinions exprimées par ses dirigeants, la CEDH peut légitimement statuer dans n'importe quelle affaire climatique.

Le déni de justice de la Cour est d'autant plus choquant à la lumière de la science, qui ne soutient pas la proposition selon laquelle il existe une crise climatique. La Commission européenne a déclaré : « Le terme 'urgence climatique' exprime la volonté politique remplir les obligations découlant de l'Accord de Paris. En près de 4,000 XNUMX pages, le récent Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) AR6 n'emploie pas une seule fois les termes « crise climatique » ou « urgence climatique » car ces termes n'appartiennent pas à la terminologie scientifique (ils n'apparaissent que dans une section descriptive sur la communication). Ce sont plutôt des slogans politiques, comme la Commission l'a suggéré. Au point que l'« urgence climatique » non définie est une invention de militants.

Torture

Remarquablement, même le fait de pointer du doigt un déni climatique perçu n'était pas suffisant pour la CEDH. Dans la première affaire climatique pendante devant elle, la Cour a décidé, de sa propre initiative, d'ajouter «torture» aux accusations portées contre 33 États qui ne feraient pas assez pour lutter contre le changement climatique, comme l'exige l'Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique. La Cour suggère que ces États ont pu commettre des « actes de torture » en adoptant des « politiques climatiques inadéquates ».

La torture, bien sûr, est un crime grave. Les Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI) dispose que la torture, « lorsqu'elle est commise dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique », est un crime contre l'humanité. Par conséquent, ne pas mettre en œuvre une politique climatique adéquate serait un crime contre l'humanité pouvant être poursuivi par la CPI. Que penseraient les victimes de torture réelle de l'utilisation abusive de ce terme par la Cour pour des raisons politiques ?

Menaces judiciaires

Les dirigeants d'entreprises réputées responsables des émissions de gaz à effet de serre, les politiciens qui ne soutiennent pas les politiques climatiques ambitieuses et tous ceux qui militent contre le programme du mouvement climatique s'exposeraient à des poursuites pénales et à des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 30 ans. Il ne s'agit pas d'une interprétation farfelue de la loi pertinente mais, comme expliqué ci-dessous, d'une application assez simple. Évidemment, la CEDH était bien consciente de ce qu'elle faisait en se glissant dans la « torture », mais elle se sentait néanmoins à l'aise de procéder de cette manière.

Inutile de dire que la menace de la réclusion à perpétuité est une très puissante dissuasion. Comme l'a dit un auteur universitaire de l'UNESCO :

Les sanctions pénales sont les plus outils puissants nous devons marquer les conduites qui dépassent toutes les limites de la tolérance. La conduite criminelle viole les droits fondamentaux et détruit la sécurité humaine. Nous nous réservons le traitement sévère de la punition pour une conduite qui endommage les choses que nous jugeons fondamentalement précieuses. Le changement climatique cause précisément de tels dommages.

Cela semble être exactement ce que juges sur la CEDH croient. Les dirigeants d'entreprise devront réfléchir à deux fois aux politiques climatiques des entreprises et seront enclins à céder aux demandes des militants. De même, les politiciens sceptiques quant aux politiques climatiques actuelles peuvent se sentir obligés de renoncer à leur résistance. Tous les autres dissidents peuvent également être enclins à préférer la sécurité personnelle à l'honnêteté. La liberté économique, la liberté politique et la liberté d'expression seraient anéanties. Est-ce ce que veut dire le président de la Cour lorsqu'il dit que les garanties de la Convention européenne doivent être « effectives et réelles, non illusoires » ? La décision inexplicable de la Cour d'ajouter la torture aux accusations dans la première affaire climatique ne fait qu'ajouter à la préoccupation selon laquelle les droits humains ne protègent que ceux qui soutiennent des causes progressistes, et non ceux qui ont d'autres préférences politiques.

Écocide

En invoquant le crime de torture dans le débat sur le climat, la CEDH a peut-être également eu l'intention d'aider les efforts visant à faire reconnaître l'écocide comme un crime. « Ecocide » fait référence au « dévastation et destruction de l'environnement », mais il n'existe pas encore de définition légale officielle. Pendant des décennies, les verts ont essayé de faire reconnaître l'écocide comme un crime international, mais jusqu'à présent, en vain. Au cours des deux dernières années, cependant, en raison de la montée du discours sur la crise climatique, ils ont fait des progrès significatifs. Il y a maintenant beaucoup d'activité visant à persuader les organisations internationales de légiférer sur l'écocide. En mai 2021, l'Union interparlementaire (UIP), une organisation mondiale qui prétend donner aux parlementaires nationaux les moyens de promouvoir, entre autres, le développement durable, a adopté une résolution appelant tous les « Parlements membres à renforcer le droit pénal pour prévenir et punir les dommages étendus, durables et graves à l'environnement » et « examiner la possibilité de reconnaître le crime d'écocide prévenir les menaces et les conflits résultant des catastrophes climatiques et leurs conséquences”(Italiques ajoutés).

En juin 2021, un groupe d'experts réuni par la Fondation Stop Ecocide a publié un définition d'« écocide » destiné à servir de base à un amendement au Statut de Rome de la CPI. Une fois le Statut de Rome amendé pour inclure l'écocide, les individus soupçonnés d'avoir commis un écocide peuvent être jugés devant la CPI.

La portée de l'amendement

Avec cet amendement, l'interdiction du déni climatique devient redondante parce que le Statut de Rome menace d'emprisonnement non seulement ceux qui commettent un crime, mais aussi toute personne qui « induit la commission d'un tel crime », « aide, encourage ou aide de toute autre manière à sa commission ou sa tentative de commission » ou « en de toute autre manière contribue à la commission ou à la tentative de commission d'un tel crime par un groupe de personnes. De plus, le Statut de Rome s'applique également à toutes les personnes, sans aucune distinction fondée sur la qualité officielle ; en particulier, les élus et les fonctionnaires ne sont pas exonérés de responsabilité pénale.

Ainsi, les politiciens, les dirigeants d'entreprise, les leaders d'opinion et toute autre personne peuvent faire l'objet de poursuites pénales s'ils expriment une opinion ou poursuivent une politique jugée « anti-climatique » qui peut donc entraîner un écocide. Dans la lutte contre le déni climatique, cet outil serait d'une valeur inestimable.

« leadership » de l'Union européenne

Le Parlement européen a fait référence à l'écocide dans deux rapports récents et a exprimé le souhait de reconnaître l'écocide sous droit de l'UE et diplomatie. Pour préparer l'adoption d'une directive européenne sur l'écocide, l'Institut de droit européen a lancé une projet sur l'écocide. Profitant de l'élan, avant même que ce projet ne soit terminé, le mouvement écocide fait maintenant pression pour que l'écocide soit inclus dans l'UE Directive sur les délits environnementaux, qui est actuellement en cours de révision.

Les États membres de l'UE contrôlent une partie importante des voix nécessaires à un amendement du Statut de Rome et peuvent fournir des incitations pour obtenir les voix supplémentaires nécessaires pour faire adopter le crime d'écocide. Les conséquences d'un tel amendement pourraient être énormes si la CPI suivait l'exemple de la CEDH et sautait dans le train des militants du climat.

Le changement climatique est écocide

Ne vous y trompez pas : alors que la définition de l'écocide est large et vague, la cible principale du mouvement écocide est le changement climatique. Le droit de la responsabilité civile et le droit des droits humains donnent aux militants du climat les outils nécessaires pour forcer les gouvernements et les entreprises à se conformer à leurs exigences, mais ce type de litige coûte cher et prend du temps. Le nouveau crime d'écocide leur donnerait un instrument puissant pour raccourcir le processus en menaçant de sanctions pénales les administrateurs et dirigeants d'entreprises, ainsi que les politiciens et les leaders d'opinion réticents, et pour les forcer à changer de comportement.

Les militants du climat pensent également que le terme « écocide » aura un effet émotif et stigmatisant que « provoquer le changement climatique » n'a pas. Comme un auteur il met:

Le terme « écocide » semble dramatique. C'est plus émotif que "contribuer à la pollution" ou "augmenter les émissions de gaz à effet de serre" ou "investir dans les combustibles fossiles". Il communique la gravité et l'urgence de la destruction irréversible infligée à l'environnement. Il qualifie sans ambiguïté les grands pollueurs de « méchants », auteurs d'un crime (c'est nous qui soulignons).

Aucune protection

Les lois nationales ne protègent pas les suspects. Selon la définition proposée du panel international, l'écocide signifie « actes illégaux ou aveugles commis en sachant qu'il existe une probabilité substantielle de dommages graves et étendus ou à long terme à l'environnement causés par ces actes ». Notez que « illégal », qui est plus large que « illégal », est la porte d'entrée pour ignorer les permis d'émissions et la conformité des activités et des produits avec les lois nationales.

L'astuce principale est que cette définition ne nécessite aucun dommage réel ; la connaissance des dommages probables à l'avenir est suffisante, ce qui est une évidence, à la lumière de la «science établie» exposée dans les rapports du GIEC. Les principes fondamentaux du droit pénal ne sont qu'une réflexion après coup, s'ils sont sur l'écran radar du tout.

Torturer les droits de l'homme et le droit pénal

Inutile de dire que la suggestion de la CEDH selon laquelle les gouvernements « torturent » leurs citoyens en mettant en œuvre une « politique climatique inadéquate » est à la fois insultante pour les victimes de torture et illicite. L'inclusion de la torture dans un procès de politique climatique est le point culminant du passage progressif de la Cour d'un arbitre des droits de l'homme à une institution d'élaboration de politiques sociales. Cet activisme a non seulement nui à la réputation de la Cour en tant que tribunal impartial, mais a également créé de graves problèmes pour les législatures nationales confrontées aux mandats politiques souvent désordonnés imposés par la Cour.

Certes, nous avons un problème de torture, mais ce ne sont pas les décideurs politiques européens sur le climat qui font la torture. Au contraire, la Cour elle-même a torturé la loi pour l'adapter à sa propre idéologie. La Cour a torturé la Convention européenne des droits de l'homme jusqu'à ce qu'elle avoue qu'il s'agit d'un programme pour une politique progressiste. Il a torturé le droit à la vie et plusieurs autres droits de l'homme jusqu'à ce qu'ils acceptent d'inclure dans leur champ d'application toute une série de prétendus obligations positives, que seule la Cour peut définir. Peut-être le plus flagrant, la Cour a torturé la Convention jusqu'à ce qu'elle lui donne le droit de déroger aux exigences essentielles imposées par la Convention pour éliminer toute limite à sa compétence, ce qui a ensuite permis à la Cour d'aller de l'avant avec la première affaire de changement climatique, qu'elle si désespérément recherché.

Le crime du changement climatique

L'utilisation du droit pénal pour poursuivre la politique climatique est un nouveau chapitre de la saga des litiges climatiques. Les militants du climat ont découvert que le droit pénal est un outil extrêmement efficace pour la politique climatique. Les gouvernements et les entreprises peuvent être subordonnés par le droit civil et les droits de l'homme, mais pour faire pression sur les dirigeants d'entreprise et les politiciens, le droit pénal est beaucoup plus efficace. Le droit pénal est le pied de biche qui ouvre les portes des salles de conférence et des chambres où les décisions politiques sont prises.

Ce qui est remarquable, c'est que parmi les militants figurent non seulement les organisations non gouvernementales qui prétendent « lutter pour le climat », mais aussi les plus hauts juges d'Europe à la Cour européenne des droits de l'homme. Les limites de son autorité sont-elles vraiment levées par la crise autoproclamée ?

Verrouillez-les!

Dans les États totalitaires, les dissidents politiques sont contrôlés de trois manières : ils sont retirés de la vie publique en tant que « danger pour l'ordre public » ; ils sont placés dans des hôpitaux psychiatriques, car ils souffrent de maladie mentale ; ou ils sont emprisonnés parce qu'ils ont commis des crimes. Le dernier mouvement du mouvement climatique poursuit cette troisième voie de « délégitimation » et de « dénormalisation » de ses opposants politiques et de ceux qui sont en désaccord avec le mouvement.

Selon le mouvement pour le climat, la prétendue crise climatique nécessiterait une action urgente pour éviter la catastrophe imminente et sauver la planète et l'humanité. À son avis, cela exige que la démocratie, les principes fondamentaux du droit et les limites du pouvoir judiciaire soient écartés. Dans cette lutte pour la survie, le mouvement climatique a conclu que les émissions de gaz à effet de serre doivent être criminalisées afin que les négationnistes du climat puissent être enfermés. Malheureusement, la CEDH a été victime de l'attrait émotionnel de la rhétorique du mouvement.

Menaces contre la liberté

La stratégie du mouvement climatique est claire : la torture et l'écocide doivent faire partie de sa boîte à outils pour que les pécheurs puissent être convertis, les négateurs puissent être punis et l'utopie climatique puisse être réalisée. Inévitablement, cependant, «climatisme» aboutit à la suppression de la liberté et ouvre la voie au totalitarisme climatique. Ironiquement, la CEDH, qui a été créée au lendemain de la destruction du régime totalitaire nazi pour servir de rempart juridique protégeant la liberté individuelle, s'est imposée comme le facilitateur judiciaire de ce processus.

Lire l'histoire complète ici…

A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
8 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Greg

Nous entrons dans un nouveau médiévalisme, où la superstition et la peur gouvernent l'esprit des gens et une élite théocratique dicte chaque détail de la vie des gens, car les principaux défenseurs du changement climatique sont certainement un sacerdoce, avec des acolytes comme Al Gore et la servante Greta Thümberg faisant leur enchère. À partir de 1348, des vagues successives de peste noire produisirent des groupes tels que les «flagellés» qui traverseraient les villes en se fouettant eux-mêmes en pénitence pour les péchés de l'humanité; essayant d'apaiser Dieu et d'éviter son châtiment. Les gens tenaient des bouquets de fleurs sous leur nez pour se protéger des miasmes du... Lire la suite »

Elle

« … la Cour a effectivement clos tout débat sur le changement climatique et la science du climat avant même qu'un procès n'ait commencé. … il a privé les États défendeurs d'un argument important pour se défendre contre les allégations selon lesquelles leurs politiques climatiques seraient inadéquates pour lutter contre la prétendue crise climatique. Avant de pouvoir présenter les preuves scientifiques pertinentes montrant qu'il n'y a pas d'urgence climatique ou de crise climatique, les principaux juges de la Cour ont dit aux défendeurs qu'ils ne devraient pas oser nier. Hé, CEDH, pourquoi n'utilisez-vous pas simplement le pôle plongeant des sorcières à la rivière pour déterminer scientifiquement si les négateurs flottent... Lire la suite »

Dernière modification il y a 18 jours par elle
DawnieR

Ces bas QI ont vraiment besoin de s'éduquer !!!!! Le climat dont nous, les humains, avons joui au cours des 10,000 XNUMX dernières années (à plus ou moins près) n'est PAS NORMAL !!!!!!!!! Sur cette planète, 'NORMAL' est soit un EXTREME, soit l'AUTRE… soit il fait vraiment FROID, soit il fait vraiment CHAUD ! Et puis nous avons des règles, comme si nous vivions dans… avec un temps « doux ». Mais, Mère Nature est sur le point de changer TOUT cela, avec les changements MASSIFS de la Terre à venir. Cela se produit chaque fois que nous entrons dans une nouvelle ère. Au moment où nous parlons, nous entrons dans le Verseau. Shite est sur le point de devenir EXTRÊMEMENT SAUVAGE !!! (c'est déjà... Lire la suite »

Elle

Absolument normal. Une telle avidité et arrogance mondialistes seront leur perte – heureusement pour le reste d'entre nous !

Sheila Mikes

Oui, la nature est sur le point de corriger 10 80 ans de stabilité climatique car l'espèce envahissante la plus destructrice qui ait jamais existé est sur le point de voir sa population diminuer de XNUMX % ou plus !

Sheila Mikes

Probablement 30 ans trop tard pour être efficace ! Un changement climatique non atténué entraînera probablement des guerres nucléaires alors que les populations se battent pour l'approvisionnement en nourriture et en eau et que les migrations atteignent des échelles inimaginables !

Bruce

Quand les gens vont-ils se rendre compte que légal n'est pas la même chose que légal. Nous avons tous été conditionnés à croire qu'ils ne font qu'un. Ils ne le sont certainement pas. La Common Law de la Terre est au sommet de la hiérarchie de la Loi de la création. Le juridique est quelque chose que les gouvernements créent et qui n'est valide que s'il est licite lorsqu'il est testé par rapport à la common law. Si quelque chose de légal contredit ce qui est licite, il est automatiquement invalide. Il y a beaucoup plus à partager sur ce sujet et la fraude commise contre chaque homme, femme et enfant qui a conduit à la... Lire la suite »