Fleurs pour la dystopie: la musique commence à refléter la culture

S'il vous plaît partager cette histoire!
Historiquement, la musique et l'art ont toujours reflété la culture dans laquelle ils ont été créés, et «La grande panique dystopique de 2020» ne fait pas exception. Les Techno a sorti un nouvel album, Flowers for Dystopia, qui brosse un tableau sombre du présent plutôt que de l'avenir. ⁃ Éditeur TN

On commence à voir la première vague d'albums conçus et enregistrés pendant la pandémie et par conséquent, la première série d'albums avec la pandémie comme thème. Cette fermeture ne manquait pas de provoquer un art d'actualité au moment même où la première moitié des années XNUMX produisait sa juste part d'airs de guerre. La dernière offre du rocker électronique post-punk basé à New York, Les Techno, sort tout de suite et le dit avec l'artiste ornant sa couverture d'un masque facial, offrant un bouquet sarcastiquement dérisoire. Cependant, l'histoire qui est racontée trace une ligne beaucoup plus large, encadrant la crise du COVID comme la prochaine étape d'une chaîne de causalité. Bien sûr, il s'agissait d'un événement pandémique unique en un siècle, mais la terrible mauvaise gestion de celui-ci expose davantage un démantèlement des institutions sociales qui maintiennent la stabilité de la société qui se produit depuis des décennies. Ceci, combiné à notre technocratie en développement rapide et à notre partisanerie maniaque, montre que le pays s'enfonce inexorablement dans un avenir très sombre. Le portrait austère de la vie américaine de Techno n'est pas un avenir dystopique, c'est un présent dystopique.

Contrairement au sujet austère, Flowers For Dystopia est d'une vivacité rafraîchissante. De la même manière que les artistes ont réutilisé les tropes musicaux do-wop des années 50 au début des années 80, Les Techno fait revivre le son pompant du rock du milieu à la fin des années 80 avec une vénération amoureuse. Une batterie vive et des battements de mains qui résonnent avec une réverbération nette et aérée. Ce "chicka-chicka" percutant d'une Stratocaster brillante scintille rapidement tandis que la basse se déplace sournoisement en dessous. Une voix qui franchit la ligne entre le chant du baryton et le murmure de la chambre. Bien que la techno tire parti de nombreuses influences, l'ADN de la tenue australienne INXS semble le plus étroitement lié.

L'ouverture et la chanson titre redonnent vie à cette formule de Hutchence & Co. Le narrateur jette un regard attentif sur sa vie pour trouver des possessions remplaçant les connexions. Il réclame d'atteindre et de toucher les gens mais cette déconnexion avec l'humanité continue de creuser les divisions entre nous. La voix de techno et la guitare hachée résonnent dans les espaces intermédiaires. `` Eye On You '' suit avec un blues mélancolique qui rappelle la sortie rock du début des années 90 de Depeche Mode. La chanson retrace une intelligence artificielle tombant pour un vrai humain, intégrant une capacité de convoitise dans sa programmation. L'élément harceleur et l'observateur regardé trouvent des parallèles avec les paroles de The Stooges 'TV Eye'. Une nouvelle prise pour un nouveau siècle.

«Is It Real» est un autre excellent exemple de la fin de la guerre froide, le kitsch de Berlin-Ouest. Les coups de guitare retardés et le synthé mono bouillonnant flanqué de sifflets de boîtes à rythmes vintage créent une ambiance très spécifique qui n'a pas été utilisée avec autant de succès depuis que The Wall existait toujours. Le narrateur remet en question l'existence d'une réalité objective et par conséquent, sa santé mentale est un thème orwellien que beaucoup d'entre nous ressentent aujourd'hui, bien après cette année infâme de notre Seigneur, 1984. Pour la face B de l'album, «Come Along» et «Guilty Pleasure» adoptent une approche plus ludique. Le premier se verrouille sur une «caisse claire Fine Young Cannibal» et des guitares à écho sur image fixe avec un lead aux tons fixes. Ce dernier pose ses fondations sur un coup de pied régulier et une basse montante tandis que la techno réfléchit aux fantasmes.

Flowers For Dystopia a de forts parallèles avec les années 80, non seulement dans le son, mais aussi dans les thèmes. Le danger imminent de la condamnation courtisée par les politiciens de droite alors qu'ils dirigent le monde occidental est à nouveau palpable. Le mépris flagrant pour une humanité décente qui a été détruit par la cupidité des entreprises et le militarisme nationaliste est une fois de plus le courant du moment. Il n'est pas étonnant que quelqu'un dont la vie a explosé pendant l'avarice des années 80 apporte maintenant ces principes sociétaux dévastateurs pour diriger les États-Unis. Le disque des Techno danse face aux temps sombres.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteure

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
DawnieR

99% de ce qui se fait aujourd'hui n'est PAS DE LA MUSIQUE !!!! C'est presque 100% CRAP! La «musique pop» est pour les masses abasourdies! TOUS créés par la CIA pour DEGRADE Society. (il en va de même pour `` l'art moderne ''; les bâtiments `` modernes '' sont aussi BUTT-LAID!)

Steve Grandinetti

Vous devriez consulter mon album de 2016 MY AMERICAN HEART de Steve Grandinetti, vraiment prophétique