Les jumeaux maléfiques du transhumanisme et de la technocratie

YouTube du film, The Shining (1980), les jumeaux Grady
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les points entre la technocratie et le transhumanisme sont facilement connectés une fois qu'il est compris que les deux se trouvent au sommet de la religion pseudo-scientifique du scientisme, qui postule que la science est dieu et que les scientifiques et les ingénieurs sont son sacerdoce. Cet article fournit le cadre actuel pour comprendre ce lien. Éditeur TN

La technocratie est à la transformation de la société ce que le transhumanisme est à la transformation de la condition humaine des personnes qui vivraient dans cette société.

Les deux sont étayés par une croyance religieuse connue sous le nom de scientisme qui dit que la science est un dieu et que les scientifiques, les ingénieurs et les technologues sont le sacerdoce qui traduit les découvertes en pratique.

Assimiler le scientisme à la science est une erreur fatale. La vraie science explore le monde naturel en utilisant la méthode scientifique éprouvée par le temps d'expérimentation et de validation répétées. Par comparaison, le scientisme est une vision du monde spéculative et métaphysique sur la nature et la réalité de l'univers et la relation de l'homme avec lui.

Le scientisme réfute les vues religieuses, la morale et la philosophie traditionnelles et considère plutôt la science comme la source de la valeur morale personnelle et sociétale.

La relation entre la technocratie et le transhumanisme peut être vue dès 1933 lorsque Harold Loeb a écrit La vie dans une technocratie : à quoi cela pourrait ressembler :

« La technocratie envisage une autre forme de domestication, une forme dans laquelle l'homme peut devenir plus que l'homme… La technocratie est conçue pour développer les facultés dites supérieures en chaque homme et non pour que chaque homme se résigne au sort dans lequel il peut naître… En se reproduisant avec des individus spécifiques à des fins spécifiques… Une technocratie devrait donc, avec le temps, produire une race d'hommes de qualité supérieure à toutes celles actuellement connues sur terre… »

Ainsi, Loeb considérait la technocratie (la société) comme produisant une qualité supérieure de l'homme en appliquant une technologie de pointe à la condition humaine.

La nature de la technocratie

Formalisé en 1932 par des scientifiques et des ingénieurs de l'Université de Columbia, le mouvement s'est défini dans une édition de 1938 de son magazine, Le technocrate:

« La technocratie est la science de l'ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l'ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l'ensemble de la population… Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, cela se fera en tant que problème scientifique, technique et d'ingénierie.

En effet, la technocratie était un système économique basé sur la science et l'ingénierie sociale. Les technocrates étaient si certains que leur approche scientifique était si juste qu'il n'y aurait aucun besoin de structures politiques :

« Il n'y aura pas de place pour la Politique, les Politiciens, la Finance ou les Financiers, les Rackets ou les Racketers… La Technocratie distribuera au moyen d'un certificat de distribution accessible à chaque citoyen de la naissance à la mort.. »

Aujourd'hui, la technocratie s'incarne dans le Forum économique mondial Grande réinitialisation et les différentes manifestations du Développement Durable des Nations Unies : Agenda 21, Agenda 2030, Nouvel Agenda Urbain, etc.

La nature du transhumanisme

Un pilier philosophique du transhumanisme moderne, Max More, l'a défini en 1990 comme :

« ... une classe de philosophies de la vie qui recherchent la poursuite et l'accélération de l'évolution de la vie intelligente au-delà de sa forme humaine actuelle et des limites humaines au moyen de la science et de la technologie, guidées par des principes et des valeurs favorisant la vie. »

Le moyen jusqu'au bout est finalement le génie génétique qui prend le relais et accélère la théorie de l'évolution pour créer l'humanité 2.0.

Depuis l'avènement de la technologie d'édition de gènes CRISPR, les transhumains ont saturé les universités et les entreprises privées pour modifier toutes les catégories d'êtres vivants, y compris les humains.

Ce qui est prêché comme la préservation de la biodiversité par les Nations Unies, c'est vraiment la prise de contrôle du matériel génétique, qui a été constatée dès 1994, deux ans seulement après le début du développement durable et de l'Agenda 21 à la Conférence des Nations Unies sur le développement économique (CNUED) à Rio de Janeiro, Brésil.

Le livre de 1994, The Earth Brokers, a été écrit par deux principaux participants au processus de Rio qui n'ont pas avalé aveuglément ce qui venait de se passer. Ils ont noté deux choses à propos de la convention sur la biodiversité que 156 nations du monde ont adoptée :

« La convention assimile implicitement la diversité de la vie – animaux et végétaux – à la diversité des codes génétiques, pour lesquels lire les ressources génétiques. Ce faisant, la diversité devient quelque chose que la science moderne peut manipuler… la convention promeut la biotechnologie comme étant « essentielle pour la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité ».

Deuxièmement, ils ont noté que « le principal enjeu soulevé par la convention sur la biodiversité est la question de la propriété et du contrôle de la diversité biologique… la principale préoccupation était la protection des industries pharmaceutiques et biologiques émergentes ».

Il n'est pas étonnant aujourd'hui que l'industrie pharmaceutique produise des injections de thérapie génique utilisant de l'ARN génétiquement modifié pour transformer le système immunitaire du corps. Ils travaillent dur depuis 1992 pour faire progresser la technologie nécessaire pour détourner le génome humain et entamer la voie transformatrice vers l'humanité 2.0.

Cependant, c'est la technocratie qui a utilisé ses techniques de « science de l'ingénierie sociale » pour manipuler vingt-deux pour cent de la population mondiale afin qu'elle accepte volontairement les injections de modification génétique des transhumains.

La grande réinitialisation embrasse à la fois la technocratie et le transhumanisme

Il a été noté dans de nombreuses revues professionnelles que le Forum économique mondial et son fondateur/porte-parole Klaus Schwab promeuvent à la fois la technocratie et le transhumanisme. À la lumière de cet article, cela ne devrait pas être surprenant.

L'Académie européenne sur la religion et la société (EARS), par exemple, a écrit que :

"...les membres très influents du Forum économique mondial ont un plan pour la suite. Il s'appelle "The Great Reset", et il envisage un avenir véritablement "transhumaniste" pour nous tous... Depuis la mi-2020, le WEF promeut sa vision de notre avenir post-coronavirus, qu'ils appellent "The Great Reset". À leur avis, la pandémie a révélé les faiblesses de notre ancien système et représente donc une occasion idéale de « réinitialiser » notre monde et de repartir à zéro. Ce qui est frappant dans ce plan, que le WEF a condensé en une carte mentale en forme de virus, c'est son approbation implicite d'une philosophie appelée « transhumanisme ». (emphase ajoutée)

Comme indiqué initialement, « la technocratie est à la transformation de la société comme le transhumanisme est à la transformation de la condition humaine des personnes qui vivraient dans cette société ».

En conclusion, les jumeaux maléfiques de la technocratie et du transhumanisme, ainsi que leur religion sous-jacente du scientisme, doivent être reconnus pour ce qu'ils sont, mais surtout, ils doivent être combattus et rejetés avec chaque fibre de notre être.

A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
9 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Quelle : Les jumeaux maléfiques du transhumanisme et de la technocratie […]

[…] Source : Les jumeaux maléfiques du transhumanisme et de la technocratie […]

Walter White

Super article, Partick. Un aspect fondamental des technocrates est son anti-humanisme. L'un des outils méconnus du transhumanisme est le déconstrictionnisme que nous voyons le plus clairement dans la déconstruction des distinctions sexuelles biologiques et son remplacement par le concept de genre. Je crois que le transgenre est l'un des jalons sur la route du transhumanisme.

Pam

Je suis d'accord. Le commandement de ne pas adorer de faux dieux me trotte dans la tête.

Kerry Bindon

La vie divine surmontera toutes les obstructions qui ne sont là que pour surmonter….. sa partie du Plan Divin ou Parousie

Wisenox

« Les membres très influents du Forum économique mondial ont un plan pour ce qui devrait venir ensuite rester au pouvoir"
Les élites ne possèdent pas une once d'altruisme et toutes leurs conneries sont destinées à éviter les conséquences et à rester au pouvoir. Ils doivent plus d'argent en produits dérivés qu'il n'y a de devises sur la planète.

Milton Farrow

si la chronologie de la moderna expose 2019 est vraie, alors le virologue et l'ensemble de la communauté technocrate impliquée doivent être accusés de «crimes contre l'humanité»

Grattoirs Nixon

Les auteurs d'Earthbrokers étaient très intelligents. C'est comme d'habitude - contre les drageons, dans ce cas, transformez-les en vos produits brevetés et utilisez-les comme vous le souhaitez.