Les laissez-passer de santé numériques font leur apparition partout dans le monde

S'il vous plaît partager cette histoire!
Notez que ce sont les entreprises technologiques privées et non les gouvernements qui créent des passeports numériques. La technocratie finira par jeter les gouvernements sous le bus et à leur place, le système technocratique de la dictature scientifique assurera la gouvernance directe. Ce qui peut être surveillé peut être contrôlé. Éditeur TN

Dans de nombreux formats différents et sous de nombreux noms différents, des systèmes de carte de santé numérique pour prouver le statut COVID-19 d'une personne sont en cours de développement dans le monde entier. Ils peuvent indiquer combien de doses de vaccination le titulaire a reçues et quand, s'il a récemment obtenu un test PCR négatif ou s'il s'est rétabli de la maladie.

La France a effectivement mis en place son pass sanitaire afin d'encourager la vaccination, ce qui s'est traduit par des prises de rendez-vous record. Étape 1 commence aujourd'hui exiger que les lieux publics non essentiels tels que les cinémas où il y a plus de 50 personnes demandent des laissez-passer pour les utilisateurs. A partir du 1er août, tous les lieux publics sauf ceux jugés indispensables l'exigeront.

Pendant ce temps, une entreprise privée au Canada intervient pour combler le vide officiel des cartes de santé et la Slovénie ajoute une carte de santé numérique pour les smartphones, tandis que l'initiative de santé publique de la Fondation Linux célèbre son premier anniversaire.

Canada: une entreprise technologique se prépare à combler le vide du laissez-passer de vaccin

La société d'identité numérique Liquid Avatar annonce que son laissez-passer santé est à un stade avancé de développement, suite à la décision du premier ministre de la province canadienne de l'Ontario de ne pas imposer de passeport vaccinal officiel.

Dans une formulation extrêmement soignée libérer, Liquid Avatar Technologies Inc reconnaît les progrès de l'Ontario dans la gestion de la pandémie et respecte le premier ministre Doug Ford décision de ne pas imposer d'exigences pour prouver le statut COVID pour accéder aux entreprises non essentielles, mais souligne également le système basé sur le code QR du Québec et demande des entreprises de l'Ontario d'avoir une forme de passe-santé comme toile de fond pour l'introduction de sa propre solution de passe-santé d'identité numérique.

LAVCE (Liquid Avatar Verifiable Credentials Ecosystem) et son application mobile sont actuellement en phase de test. Il est construit sur la technologie blockchain pour la confidentialité et le contrôle des utilisateurs.

Société mère d'Avatar liquide Kabn a rejoint le comité directeur de la Linux Foundation Public Health Cardéa dans le cadre du plan de la Fondation visant à opérationnaliser son réseau mondial de certificats COVID en juin.

Linux Foundation Public Health célèbre des jalons

Un an après son lancement, la Linux Foundation Public Health (LFPH) est devenue le forum neutre permettant aux autorités de santé publique de demander des conseils sur le développement technologique, selon l'organisation.

Le groupe open source a lancé cinq projets techniques liés à la notification d'exposition au COVID et aux informations d'identification, et son engagement à préserver la confidentialité des données médicales des utilisateurs a accéléré la réponse des autorités de santé publique et des entreprises technologiques. La LFPH a conseillé plus de 50 États et pays, et sa communauté compte désormais jusqu'à 1,600 30 contributeurs réguliers de près de XNUMX pays, tandis que le nombre de membres officiels a triplé.

Slovénie : l'application de carte de santé COVID-19 accompagnera les « certificats numériques papier »

La Slovénie a lancé l'application mobile eZVEM pour son pass sanitaire numérique COVID-19 conforme à l'UE. L'application constitue une option supplémentaire pour les Slovènes qui espèrent prouver leur statut COVID-19, aux côtés du site Web national d'e-santé et des «certificats numériques papier», rapporte Total Slovénie News.

Le service de certificat numérique pour le statut COVID-19 a été initialement lancé le 24 juin lorsque des profils ont été ajoutés au site Web national de cybersanté. Mais l'accès aux passes de santé y nécessitait une identité numérique. En juillet, l'Institut national de la santé publique a ensuite envoyé des versions papier du certificat numérique à environ 900,000 XNUMX personnes.

Et maintenant l'application, qui nécessite toujours l'une des deux identités numériques nationales. Selon le rapport, il peut être utilisé sans inscription en scannant le code QR sur le certificat numérique papier pour le sauvegarder sur leurs smartphones.

Les parents peuvent utiliser l'application pour télécharger plusieurs certificats pour les membres de la famille. L'application permet également d'accéder à d'autres documents de santé tels que les ordonnances numériques et les résultats des tests.

Une autre application devrait permettre de vérifier le statut COVID d'un titulaire sans prendre de données personnelles supplémentaires. Ceci est prévu pour être utilisé pour assister à des événements.

Lire l'histoire complète ici…

A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Greg

Alors que les entreprises qui produisent les « vaccins » bénéficient d'une immunité contre les poursuites pour les problèmes iatrogènes créés par leurs produits, je me demande dans quelle mesure ces entreprises privées seraient protégées contre les poursuites ? Après tout, s'ils subordonnent la disponibilité de leurs services à un passeport, mais si alors un titulaire de passeport contracte ensuite Covid en utilisant ce service… ? Quoi alors ? Après tout, beaucoup de ceux qui contractent maintenant Covid ont déjà été piqués (près de 45%) donc je ne cherche pas à rien en suggérant cela. Ces fléchettes empoisonnées NE confèrent PAS d'immunité et n'empêchent PAS la transmission, tout cela est totalement fasciste, avec... Lire la suite »

Jérémy Agneau

De toute évidence, toute personne qui serait tenue de rendre des comptes serait un "petit gars" ou ferait partie de la série, donc nous "savons" qu'"ILS" sont toujours obéissants à la "loi". Pffff.

Sidney

Comme un commentateur l'a déclaré ailleurs, ce n'est que la pointe de l'iceberg. Les gens sont momentanément dérangés par ce genre de rapports, et les sites de reportages sur le complot comme celui-ci publient constamment des rapports/nouvelles légitimes et pour la plupart vrais (souvent même sous-estimés) sur les traumatismes et le contrôle et le conditionnement croissants (contrôle de l'esprit, façonnage de la perception) des masses, vers l'IA Singularity/NWO. Mais, même si ce genre de sites fournit un service précieux pour aider à informer ceux qui quelque peu (c'est-à-dire « à temps partiel ») n'acceptent pas l'accélération du « regroupement du bétail » et le lavage de cerveau contrôlé des médias, les sites et les chercheurs en complot n'offrent jamais toutes les solutions suggérées.... Lire la suite »