Les scientifiques du changement climatique font confiance à de nombreux partisans

S'il vous plaît partager cette histoire!

TN Note:

En 2014, après le Sommet interconfessionnel sur le changement climatique, le Conseil œcuménique des Églises a publié un communiqué de presse disant: "Là n’a jamais eu autant d’activités religieuses et environnementales à un endroit de l’histoire du monde. Cette semaine marquera un tournant dans l'histoire de la religion. C’est le temps dont les gens se souviendront comme du temps où les religions du monde se sont déclarées, irrévocablement, croyances vertes. » Il est révélateur que les militants du climat se tournent vers la religion pour grossir leurs propres rangs. Leurs affirmations scientifiques faibles sont trop faciles à ignorer par des paroissiens volontaires et ignorants.

Les chiffres difficiles et froids de la science n'ont pas incité le monde à freiner le réchauffement climatique incontrôlable. Alors que les négociateurs climatiques luttent à Paris, certains scientifiques qui ont fait appel au cerveau rationnel enrôlent ce que beaucoup considéreraient comme une puissance supérieure: la majesté de la foi.

Ce n'est pas Dieu contre la science, mais les adeptes de Dieu et de la science essayant ensemble de sauver l'humanité et la planète, disent-ils.

Le physicien John Schellnhuber, fondateur de l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique en Allemagne, a déclaré qu'il participait à ces pourparlers internationaux depuis 11 ans et qu'il avait essentiellement vu des négociateurs lever la main et dire «désolé les gars, nous avons fait de notre mieux». Et personne n'a protesté. Mais cette fois, avec la puissance de l'encyclique du pape François plus tôt cette année appelant le réchauffement climatique une question morale et une communauté interconfessionnelle encore plus énergique, Schellnhuber estime que les fidèles du monde regardent et tiendront les dirigeants du monde responsables.

«Ils savent qu'ils seront mesurés par rapport à l'encyclique», a déclaré samedi Schellnhuber, membre de l'Académie pontificale des sciences du Vatican, lors d'un événement de l'Église catholique. Jamais scientifique, Schellnhuber a déclaré samedi qu'il n'avait encore vu aucune preuve au cours de la première semaine de négociations que cela se produirait, mais il est convaincu que ce sera le cas.

Au cours des cinq premiers jours de négociations sur le climat, des militants interconfessionnels sont venus, ont jeûné, ont parlé aux médias, à des dirigeants illustres et ont prié. Samedi soir, dans une chapelle du centre-ville de Paris, des centaines de personnes, pour la plupart prosternées sur le sol, ont chanté et prié pour les négociateurs du climat et surtout pour le monde.

La foi «est beaucoup plus profonde» que la science, a déclaré Caroline Bader de la Fédération luthérienne mondiale basée à Genève.

Et ainsi sont leurs nombres. Selon M. Bader, les dirigeants interconfessionnels ont récemment présenté une pétition signée par un million de signatures 1.8 aux principaux négociateurs des Nations Unies, priant pour une action significative en faveur du climat. Frère Alois Taizé, membre catholique du monastère œcuménique, a également demandé cette action alors qu'il prêchait lors du culte chargé de chants sur la manière dont les fidèles et le monde doivent ouvrir les yeux sur des solutions au réchauffement de la planète.

«Le mouvement pour l'environnement, qui a été principalement laïque, a réalisé qu'au cours des 30 dernières années environ, il n'a pas réussi à atteindre ses objectifs», a écrit Joe Ware de Christian Aid dans un e-mail des pourparlers de Paris. «De plus en plus, il s'est tourné vers les groupes confessionnels pour obtenir de l'aide pour mobiliser un mouvement plus large de personnes appelant à l'action contre le changement climatique. Ce sont en fait des alliés naturels car presque toutes les religions ont à cœur une théologie du soin de la création.

Veerabhadran Ramanathan, scientifique de la Scripps Institution of Oceanography, non-catholique qui a conseillé le pape François sur le climat et qui fait partie de l'académie des sciences du pontife, dit qu'il pense que cette nouvelle alliance jouera un rôle majeur dans ce qu'il espère être un accord historique.

Mais pour Ramanathan, maintenant membre de la délégation du Saint-Siège aux négociations sur le climat, c'est plus que de la science ou de l'histoire. Il y a environ quatre ans, il a eu un moment qu'il a appelé «une révélation».

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
doug

Ce nouveau faux pape est plein de merde tout comme le faux potus, ils appartiennent probablement au même «bain pour hommes» à Chicago.
Cette «arnaque au réchauffement climatique est la plus grande arnaque au monde, la glace arctique devient plus grande, pas plus petite, la température moyenne de la terre baisse, elle ne monte pas, et les escrocs veulent« prendre »votre argent pour« RÉPARER »ce problème, si c'était vrai, comment l'argent y remédierait-il. ???
se débarrasser de ces fraudeurs pour résoudre le problème «inexistant»…