Le « long COVID » afflige les patients atteints de COVID-19 environ 30 % du temps

S'il vous plaît partager cette histoire!
Ceci est une preuve supplémentaire qui indique que le SRAS-CoV-2 est une arme biologique qui continue de fournir une charge utile longtemps après la disparition des symptômes à court terme. Des études de tableaux croisés avec la vaccination des patients n'ont pas encore été réalisées, mais les injections à elles seules produisent un ensemble connu de dommages, pouvant aller jusqu'à la mort. D'autres études sont nécessaires. ⁃ Éditeur TN

Deux ans après le début de la pandémie de COVID-19, les chercheurs en apprennent toujours sur les effets du virus, notamment sur le nombre de personnes souffrant de «COVID long” – Lorsque les symptômes de la maladie persistent depuis longtemps après l'infection.

Une nouvelle étude de l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) révèle que 30 % des personnes traitées pour le COVID-19 ont développé des séquelles post-aiguës du COVID-19 (PASC), plus communément appelées « long COVID ».

Selon l'étude publiée récemment dans imposte, les patients ayant des antécédents d'hospitalisation, de diabète et un indice de masse corporelle plus élevé étaient les plus susceptibles de développer la maladie, tandis que ceux couverts par Medicaid, par opposition à l'assurance maladie commerciale, ou ayant subi une greffe d'organe étaient moins susceptibles de l'acquérir.

Étonnamment, les données démographiques liées à une maladie grave et à un risque accru de décès par COVID-19, telles que l'origine ethnique, l'âge avancé et le statut socio-économique, n'étaient pas associées au syndrome COVID long.

Les chercheurs de l'UCLA ont étudié 1,038 2020 personnes inscrites au programme ambulatoire COVID de l'UCLA entre avril 2021 et février 309. Parmi celles-ci, 31 personnes vivaient avec un long COVID. Chez les patients hospitalisés, les symptômes les plus persistants étaient la fatigue et l'essoufflement (15 % et 16 %, respectivement). La perte de l'odorat (XNUMX%) était le symptôme le plus rapporté chez les patients externes.

« Cette étude illustre la nécessité de suivre longitudinalement diverses populations de patients pour comprendre la trajectoire de la maladie COVID longue et évaluer comment des facteurs individuels tels que les comorbidités préexistantes, les facteurs sociodémographiques, le statut vaccinal et le type de variante du virus affectent le type et la persistance des symptômes COVID longs. », a déclaré le Dr Sun Yoo, professeur clinique adjoint en sciences de la santé à la David Geffen School of Medicine de l'UCLA et directeur médical du programme Extensivist. « L'étude des résultats dans un seul système de santé peut minimiser la variation de la qualité des soins médicaux. Notre étude soulève également des questions telles que : pourquoi les patients bénéficiant d'une assurance commerciale étaient-ils deux fois plus susceptibles de développer un long COVID que les patients assurés par Medicaid ? Étant donné que les symptômes persistants peuvent être de nature subjective, nous avons besoin de meilleurs outils pour diagnostiquer avec précision le long COVID et le différencier des exacerbations d'autres maladies émergentes ou chroniques. Enfin, nous devons garantir un accès équitable aux soins ambulatoires Long COVID. 

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteure

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Panique collective

il n'y a pas de virus. Long covid est simplement une dépression à propos des verrouillages, des masques, etc.

Pete Lincoln

Ce chiffre de 30 % est trompeur. Il s'agissait de tous les cas où quelqu'un était suffisamment malade pour être soigné à l'hôpital, aux urgences ou chez le médecin. Il s'agit d'une petite fraction de ceux qui sont infectés (~ 5%), donc en réalité environ 1.5% des infections entraînent un Long Covid qui est compté même chez les patients qui n'ont qu'une perte d'odorat

De plus, ils n'excluent pas si les effets sont le résultat d'un ventilateur, d'un stéroïde ou du Remdesivir