L'esprit d'un technocrate est enraciné dans la religion du scientisme

Le cerveau
S'il vous plaît partager cette histoire!

Le scientisme est à la base de la technocratie et du transhumanisme; le dernier est pour l'humanité comme le premier est pour la société. Sans le scientisme, ni l'un ni l'autre ne pourraient être expliqués ou justifiés. Le scientisme a été clairement défini pour la première fois par le philosophe français Henri De Saint-Simon lorsqu'il a déclaré:

«Un scientifique, mes chers amis, est un homme qui prévoit; c'est parce que la science fournit le moyen de prédire que c'est utile et que les scientifiques sont supérieurs à tous les autres hommes. "

Saint-Simon est également considéré comme le père de la technocratie qui a ensuite été popularisé et marqué dans les 1920 et 1930 par des hommes tels que Frederic Taylor, M. King Hubbard et Howard Scott.

Assimiler le scientisme à la science est une erreur fatale. La vraie science explore le monde naturel en utilisant la méthode scientifique éprouvée par le temps d'expérimentation et de validation répétées. Par comparaison, le scientisme est une vision du monde spéculative et métaphysique sur la nature et la réalité de l'univers et la relation de l'homme avec lui.

Pour un technocrate, il ou elle est un marteau et chaque problème dans le monde est un clou. Il n'y a pas de problème dans l'univers qu'un technocrate ne puisse résoudre, avec suffisamment de temps et de ressources. En fin de compte, dit le technocrate, la solution sera la solution la plus efficace, la plus équilibrée et la plus raisonnée possible, et il n'y aura pas de contestation à ce sujet. En d'autres termes, la solution du technocrate aboutit toujours à la même position, à savoir que «la science est réglée» et que la discussion est inutile. Les dissidents sont rejetés comme des négateurs ignorants, stupides et / ou mesquins.

Robert Putnam a écrit dans 1977 qu'il existe six caractéristiques déterminantes pour un technocrate:

  1. Surtout, le technocrate estime que la technique doit remplacer la politique et définit son propre rôle en termes apolitiques… il a une grande confiance dans la possibilité de résoudre les problèmes de société par une approche scientifique. 
  2. Le technocrate est sceptique et même hostile envers les politiciens et les institutions politiques. 
  3. Le technocrate est fondamentalement indifférent à l’ouverture et à l’égalité de la démocratie politique. 
  4. Le technocrate estime que les conflits sociaux et politiques sont, au mieux, erronés et, au pire, artificiels
  5. Le technocrate rejette les critères idéologiques ou moralistes, préférant débattre de la politique en termes pratiques et «pragmatiques».
  6. Le technocrate est fortement attaché au progrès technologique et à la productivité matérielle: il se préoccupe moins des questions distributives de justice sociale. (Putnam, 1977, «Elite Transformation in Advanced Industrial Societies», Comparative Political Studies, 10, pp. 285-387)

Rien n'a changé.

[the_ad id = "11018 ″]

Lorsque le système économique appelé Technocracy a été formulé dans les 1930, tout ce qui précède était axé sur la résolution de la Grande Dépression et de l’échec imminent du capitalisme et de la libre entreprise. Leur solution était la première tentative dans l'histoire du monde de créer un modèle économique alternatif utilisant l'approche scientifique. Par 1938, les technocrates ont défini leur propre mouvement comme «La science de l'ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l'ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l'ensemble de la population.» (Le technocratep. 1939)

C'était très ambitieux. Il visait à contrôler l'ensemble du mécanisme social (le problème) pour fabriquer et distribuer des biens et des services à l'ensemble de la population (la solution nécessaire).

Encore une fois, rien n'a changé: c'est exactement ce que le programme de développement durable de l'ONU cherche à faire.

Saint-Simon proposa de remplacer la direction religieuse de son temps par un sacerdoce de savants et d'ingénieurs, qui interpréterait l'oracle de la science pour faire des déclarations à la société sur l'action humaine nécessaire. Ainsi, la science serait élevée à un état de divinité incontestable et serait vénérée par ses adeptes comme dirigée par son sacerdoce. Un type moderne d'un tel grand prêtre serait Al Gore, qui adore le dieu de la «science du réchauffement climatique».

La cinquième colonne opérant dans le monde aujourd'hui pour subvertir la société n'est pas composée de socialistes, de communistes ou de fascistes, mais est plutôt composée de technocrates. Les socialistes, communistes, fascistes et autres acteurs politiques qui les aident par inadvertance ou délibérément ne sont rien de plus que des «idiots utiles» qui vont soudainement, un jour bientôt, être jetés sous le bus et détruits.

L'observation de «l'idiot utile» n'est pas spéculative. Chaque révolution de l'histoire a eu des sympathisants et des agents qui ont connu le même sort.

 

 

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

13 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Eric Cornand

Pensées intéressantes! Nous pourrions avoir un long débat à leur sujet. Peut-être un jour. Le scientisme devrait être strictement limité aux fans de scifi ayant une grande expérience de la lecture. Je suis un auteur de scifi et ai une grande bibliothèque de scifi. Tous les dieux sont là: Asimov, Anderson, Heinlein, Vance, Clarke, Wyndham, Simak et plus d'une centaine d'autres. Ils étaient (la plupart sont morts maintenant) tous des visionnaires qui savaient mieux que quiconque comment prévoir l'avenir et créer une science virtuelle qui rendrait tout cela possible. Mais tous savaient très bien que la technocratie sans âme était comme un zombie:... Lire la suite »

style

Le regretté Dr. Francis Schaeffer a cru et a dit dans sa série de films, How Should We Then Live? que nous aurions une élite scientifique pour nous gouverner. La Bible prophétise cela dans Daniel 7: 24 des dirigeants d'élite 10, le club de Rome le préconise et Tolkien dans le Lot parle des anneaux de pouvoir 9 qui ont corrompu les rois 9 et l'anneau 10 du pouvoir ultime de Sauron. La fantaisie devient réalité, car les hommes ont vu cela venir

Trutherator
Laura

Vous avez écrit: // Saint-Simon a proposé de remplacer le leadership religieux de son temps par un sacerdoce de scientifiques et d'ingénieurs, qui interpréterait l'oracle de la science afin de faire des déclarations à la société sur l'action humaine nécessaire. Ainsi, la science serait élevée à un état de divinité incontestable et serait adorée par ses adeptes, guidée par son sacerdoce. //

Par hasard, avez-vous des citations et des références à ce sujet? J'aimerais voir la citation directement. Merci.

[…] En 2017, j'ai écrit dans L'esprit d'un technocrate est enraciné dans la religion du scientisme, […]

[…] Im Jahr 2017 schrieb ich dans « L'esprit d'un technocrate est enraciné dans la religion du scientisme » : […]

[…] que de venir des enseignements religieux. La foi, quelle qu'elle soit, est remplacée par le scientisme, un monde froid et dictatorial qui ne reconnaît pas la foi. Mais Sophia le comprend actuellement […]

[…] partageant ouvertement les preuves scientifiques, les politiciens et les scientifiques risquent d'être remplacés par des technocrates. Selon l'auteur Patrick Wood, « le technocrate est antipathique envers les politiciens et les institutions politiques » et […]

[…] partageant ouvertement les preuves scientifiques, les politiciens et les scientifiques risquent d'être remplacés par des technocrates. Selon l'auteur Patrick Wood, « le technocrate est antipathique envers les politiciens et les institutions politiques » et « moins […]

[…] partageant ouvertement des preuves scientifiques, les politiciens et les scientifiques menacent d'être modifiés par les technocrates. Selon l'écrivain Patrick Wooden, « le technocrate est antipathique envers les politiciens et les institutions politiques » et « moins […]

[…] partageant ouvertement les preuves scientifiques, les politiciens et les scientifiques risquent d'être remplacés par des technocrates. Selon l'auteur Patrick Wood, « le technocrate est antipathique envers les politiciens et les institutions politiques » et « moins […]

[…] Im Jahr 2017 schrieb ich dans « L'esprit d'un technocrate est enraciné dans la religion du scientisme » : […]