Avertissement: Pape François, Utopia & The 2030 Agenda

Le pape François l'observe lors d'une rencontre avec les jeunes du diocèse en juillet 5, 2014 à Castelpetroso, dans le sud de l'Italie, dans le cadre de sa visite d'une journée dans la région de Molise. (ANDREAS SOLARO / AFP / Getty Images)
S'il vous plaît partager cette histoire!

Pour la première fois dans l’histoire de l’Amérique, un pape catholique s’adressera à une session conjointe du Congrès américain qui se tiendra en septembre, 24, 2015.

Un tiers environ des membres du Congrès étant catholiques, y compris le président Boehner et l'ancienne présidente Nancy Pelosi, cet événement s'annonce comme un tournant décisif pour le 114th Congress.
Mais pourquoi le pape est-il vraiment ici et quelle est sa véritable mission?

Tout d'abord, il est ici pour parler de la séance d'ouverture du Sommet des Nations Unies pour l'adoption de l'agenda de développement post-2015 (Agenda 2030) qui commence le lendemain matin. C'est sans doute la réunion la plus importante des Nations Unies depuis le prétendu Sommet de la Terre de Rio de Janeiro à 1992, qui a abouti au document Agenda 21 et à la doctrine même du développement durable.

Deuxièmement, le pape consacrera son encyclique principale sur le changement climatique intitulée Laudato Si ', L'entretien de notre foyer commun, qui constitue un appel pressant à la mise en œuvre rapide de toutes les politiques contenues dans l'agenda 2030, à savoir le développement durable.
L'agenda 2030 promet la fin de la pauvreté et de la faim, une bonne éducation et des emplois pour tous, un logement décent et une vie dans la dignité de la personne. Ce sont des objectifs ambitieux, mais sont-ils réels? Ou cela ressemble-t-il à un système d'appât-commutateur contenant une charge utile potentiellement dangereuse?

Contexte

Le document 2030 Agenda propose les objectifs de développement durable et les objectifs 17 de 169. Les rédacteurs affirment qu’une large consultation publique a été menée afin de parvenir à un consensus entre toutes les parties prenantes, organisations publiques et privées et citoyens. Absurdité.

La création actuelle du programme 2030 découle facilement d'un projet antérieur des Nations Unies appelé Groupe de personnalités de haut niveau sur le programme de développement pour l'après-2015, qui s'est réuni en juillet 2012 et s'est achevé en mai 30, 2013. Ce groupe ne comprenait que des membres de l'élite 27, choisis dans le monde entier et nommés sommairement par le directeur général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Les États-Unis étaient représentés par John Podesta, fondateur du Center for American Progress et membre de la très élitiste Trilateral Commission, qui est ensuite allé travailler pour le président Obama en tant que consultant politique principal sur le changement climatique.

Le comité de «personnalités éminentes» de 27 a présenté son document de clôture devant être ratifié par un autre groupe de l'ONU, le Forum politique de haut niveau sur le développement durable, qui s'est réuni cet été de juin 26 à juillet 8.

C’est ce même document qui doit être soumis à un vote global lors de la session plénière générale de l’ONU qui se tiendra en septembre 25. Et, il s’agit d’un vote tout ou rien: d’autres modifications ne seront ni suggérées ni autorisées.

Portée de la transformation

2030 Agenda s'appuie sur Agenda 21 et le développement durable, qui avait été créé lors du Sommet de la Terre tenu à Rio De Janiero, à 1992. Cela étend non seulement les objectifs initiaux, mais leur donne également un calendrier définitif - 2030 - pour être pleinement mis en œuvre.
En termes simples, le développement durable est un système économique de remplacement pour

Capitalisme et libre entreprise. C'est un système basé sur l'allocation et l'utilisation des ressources plutôt que sur l'offre et la demande et sur les forces du marché libre.

Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, en a parlé en mars dernier lorsqu'elle a déclaré:

«C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que nous nous donnons pour mission de modifier, dans un délai déterminé, le modèle de développement économique en vigueur depuis au moins 150 depuis la révolution industrielle.» [ Soulignement ajouté]

Elle a ensuite ajouté: «C’est probablement la tâche la plus difficile que nous nous soyons jamais assignée: transformer intentionnellement le modèle de développement économique, pour la première fois de l’histoire de l’humanité».

Dangereusement absurde

En résumé, vingt-sept personnalités loyalistes de l’ONU, nommées et aux vues étroites, ont créé des politiques et des calendriers profondément transformateurs pour renverser littéralement le système économique mondial actuel en un système totalement inédit et non testé. Pourtant, il promet avec audace leurs formes et leurs dimensions », garantissent que« tous les êtres humains peuvent mener une vie prospère et épanouissante »et qu’il en résultera une ère de paix mondiale.

C'est dangereusement absurde. Tout économiste honnête s'opposerait instantanément à de telles promesses d'utopie de la part de Pollyannaish, et le public américain devrait faire de même. Le fait est que ces promesses effrénées de prospérité pour tous ne sont que le revêtement de bonbons pour inciter le monde à accepter sa propre destruction économique. Oui, les enjeux sont vraiment élevés.

Et vous avez maintenant une idée de la raison pour laquelle le pape François - la personnalité religieuse la plus visible du monde - a été invité à prononcer le discours liminaire du 25th de septembre et pourquoi il parlera en douceur au Congrès la veille pour minimiser toute résistance éventuelle à la plans de ces voleurs mondialistes.

Le président du PS, Obama, a déjà marginalisé le Congrès, affirmant son soutien sans équivoque et sa signature sur le document Agenda de 2030.

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires