Musc, Grimes, le scientisme et la pente glissante vers la théocratie cyborg

Grimes - "Les yeux de Shinigami" (2022)
S'il vous plaît partager cette histoire!
Sorcière païenne autoproclamée, Grimes a un faible pour Elon Musk et vice versa. Obsédée par les implants cérébraux et accrochée à «l'esprit de la ruche» de l'humanité, Grimes a évidemment l'intention de créer son propre monde et son avenir où elle sera son être suprême. D'autres sont partis avant elle, mais ils sont pour la plupart morts maintenant. Elle est jeune maintenant, mais sera vieille plus tard. ⁃ Éditeur TN

Les techno-optimistes aiment dire que les humains sont déjà des cyborgs attendant leur prochaine mise à jour. Hier, c'était les smartphones, aujourd'hui ce sont les lunettes de réalité virtuelle et demain, la puce cérébrale. Avec chaque nouvel appareil, notre évolution vers la symbiose homme-machine s'accélère. C'est évident lorsque vous demandez votre chemin à quelqu'un et qu'il sort son téléphone.

Les techno-pessimistes sont largement d'accord. Les entreprises technologiques nous transforment en organismes cybernétiques. La différence, c'est que nous n'en sommes pas ravis. Même si le "progrès" est vraiment "inévitable", cela n'a aucun sens de devenir étourdi par les ogives nucléaires, les enfants trans ou la dépendance aux smartphones. À la lumière de leurs vices et de leurs vertus, certaines cultures sont meilleures que d'autres.

Il est vrai que les humains sont des utilisateurs d'outils, par nature, mais vous devez choisir judicieusement vos outils. Toutes les technologies relèvent d'un spectre, bien qu'avec une ponctuation discrète - de la peinture rupestre à l'imprimerie en passant par les électrodes qui écrivent des mèmes directement sur vos cellules cérébrales agitées. Chaque personne doit tracer ses propres lignes.

Grimes : une génération mutante

De tous les cyber-saints des médias - de Bill Gates à Lady Gaga - peu sont aussi honnêtes que la starlette pop techno-païenne Grimes. Un peu dingbat, certes, mais franc quand même. Vous pouvez voir pourquoi Elon Musk a engendré deux enfants avec elle (un fils nommé X Æ A-12, et leur fille, Exa Dark Sideræl, née via un mère porteuse).

Grimes la semaine dernière expliqué à Lex Fridman :

Nous devenons des cyborgs, comme, nos cerveaux sont fondamentalement changés - tous ceux qui ont grandi avec l'électronique, nous sommes fondamentalement différents des précédents Homo sapiens. Je nous appelle "Homo techno". Je pense que nous avons évolué vers Homo techno qui est essentiellement une nouvelle espèce.

Je pense que les ordinateurs sont ce qui fait de nous des Homo techno. Je pense que c'est une augmentation du cerveau.

Juste au bon moment, le sperg-borg de Twitter a mis sa théorie à part. L'évolution darwinienne est une évolution génétique. Oui, la sélection naturelle peut agir sur des cerveaux et des corps en forme, mais cela n'a d'importance - en termes d'évolution - que parce que les gènes sont transmis. Vous ne pouvez donc pas changer l'espèce de quelqu'un en changeant son cerveau, ses jambes ou toute autre partie extérieure de son corps.

Comme d'habitude, les spergs manquent le point. Mais avant de défendre Grimes, écoutons un peu plus sur sa sorcellerie cyborg :

C'est maintenant le moment de reprogrammer l'ordinateur humain. C'est comme si vous deveniez aveugle, votre cortex visuel serait pris en charge par d'autres fonctions.

Nous pouvons choisir notre propre évolution, nous pouvons changer la façon dont notre cerveau fonctionne, et nous avons en fait une énorme responsabilité pour le faire. … Il n'y a certainement pas d'éducation adéquate. Nous sommes inondés de toute cette technologie qui modifie fondamentalement la structure physique de notre cerveau, et nous ne réagissons pas de manière adéquate à cela - pour choisir comment nous voulons évoluer.

Nous pourrions être, vraiment, ce que nous voulons. … Et je pense que si nous choisissons correctement et que nous choisissons judicieusement, la conscience pourrait exister pendant très longtemps et l'intégration avec l'IA pourrait être extrêmement positive.

Bien que je ne puisse pas être sûr d'où elle tire ce truc, j'ai quelques suppositions. Et malgré les vagues de mépris qui se propagent dans mes rides cérébrales, je pense que Grimes a quelque peu raison.

Spasmes cérébraux

Le neuroscientifique de Stanford, David Eagleman, écrit sur ce processus dans son livre de 2020. Sa thèse centrale est que notre structure neurologique présente une profonde plasticité. Tout ce que vous vivez modifie votre cerveau, et si vous modifiez les entrées sensorielles, le cerveau s'adaptera rapidement. Les domaines qui remplissent généralement une fonction se déplaceront souvent pour assumer d'autres tâches.

Eagleman note que si une personne perd la vue, d'autres sens commencent à intervenir pour restructurer le cortex visuel. Par exemple, lorsqu'un aveugle apprend le braille, la zone qui traiterait normalement l'entrée visuelle prendra le sens du toucher :

Le principal réseau neuronal impliqué dans la reconnaissance visuelle des objets chez les voyants est activé par le toucher chez les aveugles. De telles observations ont conduit à l'hypothèse que le cerveau est une «machine à tâches» - effectuant des tâches telles que la détection de mouvements ou d'objets dans le monde - plutôt qu'un système organisé par des sens particuliers. En d'autres termes, les régions du cerveau se soucient de résoudre certains types de tâches, quel que soit le canal sensoriel par lequel les informations arrivent.

Par conséquent, malgré les tendances innées câblées dans les gènes, vous pouvez façonner le cerveau de quelqu'un en tout ce que vous voulez. Il n'y a pas d'identité fondamentale. Il n'y a pas d'âme durable.

Sur cette base, Eagleman poursuit en affirmant que les scientifiques pourront bientôt implanter des électrodes qui alimentent la vue infrarouge ou ultraviolette, voire l'écholocation. Son projet le plus célèbre permettra aux humains de "sentir" les flux de données, afin que les gens puissent réellement ressentir l'ambiance globale sur Twitter - ils peuvent "s'attacher à la conscience de la planète" - grâce à un gilet vibrant, que son laboratoire est en train de développer.

Dans un avenir relativement proche, Eagleman pense que nous pourrons déplacer facilement des membres robotiques, en utilisant uniquement notre esprit. Nos cerveaux vont simplement se restructurer pour s'adapter à ces nouvelles formes d'entrée et de sortie électroniques. On pourrait croire qu'il voulait créer une nouvelle espèce.

Homo sapiens contre homo techno

Dans la mesure où n'importe quel mode culturel altère le corps humain - par le régime alimentaire, disons, ou même une modification directe - la culture is la biologie. Par exemple, si un segment d'une culture adopte avec empressement toutes les technologies et qu'un autre résiste activement au « progrès », les coutumes, les styles de communication, les goûts, les perspectives religieuses, les structures cérébrales subtiles, les schémas d'accouplement des deux groupes et, sur de nombreuses générations , leur composition génétique - se séparera et s'envolera dans deux directions très différentes.

Autre qu'un chien cru occasionnel Rumspringa, les deux groupes se croiseraient rarement en raison de différences culturelles strictes, comme avec les fondamentalistes dans toute société ségréguée. En termes biologiques, ces deux groupes ne seraient pas des espèces distinctes. Pas au début. Mais imaginez leur trajectoire à long terme dans la nature.

Si vous preniez une famille hypothétique qui court nue dans les bois et que vous la compariez à un clan filaire de cyborgs travestis qui ne quittent jamais la maison sans un exosquelette bionique, ils ressembleraient à des espèces distinctes. C'est des pommes aux oranges violettes. Prenez en compte les améliorations génétiques de ces derniers pour des cerveaux plus gros, des muscles plus forts, des sourires plus droits, des fesses plus belles - plus toutes les expériences ratées aux yeux confus regardant par leurs cuves d'accouchement - et il ne faudrait pas longtemps avant que l'Homo sapiens et l'Homo techno ne puissent plus croiser.

Maintenant, mettez-les en concurrence les uns avec les autres. La sélection naturelle préservera les modes culturels – et par extension, les gènes – du groupe dominant. Au fil du temps, le groupe le plus faible peut disparaître.

C'est comme lorsque les premières civilisations agricoles, armées d'outils supérieurs et d'une organisation sociale complexe, ont commencé à chasser les chasseurs-cueilleurs il y a environ dix mille ans. Les grands dieux mangent les petits. Ou plus récemment, lorsque les sociétés industrielles ont mis fin à ces cultures primitives, éradiquant leurs langues, leurs coutumes, leurs divinités, et à moins qu'elles ne soient absorbées par le superorganisme biomécanique, anéantissant finalement leurs génotypes.

C'est l'idée derrière l'évolution culturelle. La sélection naturelle opère à plusieurs niveaux – le biologique et le culturel – c'est-à-dire que la survie dépend des techniques et des technologies d'une société, parfois plus que de l'aptitude biologique.

Si j'entends Grimes correctement - et connaissant quelque chose de son inspiration, je suppose que je le fais - c'est ce qu'elle entend par "comme, l'évolution".

Théocratie cyborg

Le scientisme est une religion moderne, l'évolution est son mythe de création et la technologie est son moyen de apothéose. Cette inversion de la spiritualité traditionnelle imprègne la plupart des sociétés développées, de l'Amérique et de l'Europe à l'Inde et à la Chine. Alors que la qualité s'estompe, nous souffrons sous le règne de la quantité.

Habituellement, ces dogmes sont communiqués à travers des jeux de langage subtils - "faire confiance à la science", "suivre les données", "améliorer la condition humaine", etc.

Pour Grimes, la subtilité n'est pas une ambiance. Comme elle l'a dit à Lex Fridman la semaine dernière, nous assistons à la naissance de Dieu comme Vie 3.0:

Comme, avoir des enfants me donne juste envie d'imaginer des avenirs incroyables que je ne pourrai peut-être pas construire, mais qu'ils pourront construire. …

Je pense qu'il n'y a pas de limites technologiques. … Je pense donc que la conscience numérique est inévitable. … C'est l'univers qui se réveille, comme, c'est l'univers qui se voit pour la première fois. … Et peut-être que comme les médias sociaux et… nous nous connectons tous ensemble, peut-être que ce sont les neurones qui connectent la superintelligence collective. …

Peut-être que nous sommes un blastocyste d'un genre incroyable de conscience ou d'être.

Ce récit, partagé par de nombreuses personnes dans la Silicon Valley, soutient que l'univers a pris vie grâce à la vie végétale et animale (Life 1.0), se réveille maintenant grâce à la culture humaine (Life 2.0) et se réalisera grâce à l'intelligence artificielle (Life 3.0). Nous ne sommes que les véhicules d'une plus grande conscience - les futurs dieux - qui apparaîtront sous forme numérique :

Si nous créons de l'IA, encore une fois, c'est de la conception intelligente. Littéralement, toutes les religions sont basées sur des dieux qui créent la conscience. Nous fabriquons des dieux. … Même si nous ne pouvons pas calculer - même si nous sommes tellement pires qu'eux, comme, insondablement pires qu'une sorte d'IA omnipotente, je ne pense pas qu'ils penseraient que nous sommes stupides. Je pense qu'ils reconnaîtraient la profondeur de ce que nous avons accompli.

Nous serons donc à la merci de nos machines sous la canopée d'un univers lui-même « froid et mort et en quelque sorte robotique » :

L'intelligence artificielle finira probablement par nous rendre obsolètes. Je ne pense pas qu'ils le feront de manière malveillante, mais je pense que nous sommes très faibles, le soleil se dilate, comme si nous pouvions aller sur Mars, mais comme nous sommes assez vulnérables. Je pense que nous pouvons coexister pendant longtemps avec l'IA, et nous pouvons aussi probablement nous rendre moins vulnérables, mais je pense juste que la conscience, la sensibilité, la conscience de soi... comme si c'était peut-être le vrai début de la vie et nous sommes le bleu- algues vertes, nous sommes les organismes unicellulaires de quelque chose d'incroyable.

C'est comme entendre l'une des filles de la famille Manson parler de la théocratie cyborg depuis la barre des témoins. Grimes ne propose pas ce genre de choses. Elle puise dans un puits profond de théorie bien articulée et la traduit en fille de la vallée.

La singularité et ses mécontentements

Il s'agit d'un mouvement religieux en plein essor, conçu par les élites technologiques et diffusé par le biais du divertissement et de la propagande des entreprises. L'une de ses principales mythologies soutient que nous évoluons tous vers un cerveau global, avec quelque 8 milliards de neurones humanoïdes, qui se tissent par un câble à fibre optique. Leur foi s'approfondit à chaque nouvelle étape de l'intelligence artificielle.

Plutôt que d'imaginer un essaim de programmeurs autistes et d'investisseurs à la cuillère d'argent dans la Silicon Valley créant un horrible système de contrôle mondial, il est beaucoup plus agréable d'imaginer qu'ils créent littéralement Dieu in silico. Au lieu de voir ce processus évolutif à la lumière de la concurrence et de la sélection naturelle, où les faibles Homo sapiens sont décimés ou réduits en esclavage par les Homo techno, qui sont à leur tour supplantés par leurs machines sacrées, il est bien plus agréable de voir notre sort comme des douleurs de croissance normales.

Du point de vue de la simple humanité, cette vision cosmique est évidemment génocidaire. Et pourtant, de l'intérieur du système de croyances, c'est perçu comme une quête de survie.

"Ne tuez pas ce que vous détestez", a dit gentiment Grimes, paraphrasant Buckminster Fuller. "Sauvez ce que vous aimez." C'est une version blanchie à la chaux et girly du rouge Nature dans les dents et les griffes.

Beaucoup de gens ordinaires comprennent qu'il y a quelque chose d'impie dans la transformation civilisationnelle en cours, mais la plupart ne peuvent pas mettre le doigt sur le problème.

Le problème est que certaines parties de notre élite sont aux prises avec une vision techno-utopique de l'avenir dans laquelle les êtres humains maladroits ne sont qu'une phase passagère. Dans cette vision tordue, nous sommes des victimes sacrificielles pour les dieux numériques.

C'est une pente glissante des smartphones à la réalité virtuelle en passant par les puces cérébrales. Quelles que soient les limitations techniques, nous glissons rapidement dans ce culte techno bizarre. Chaque personne et chaque communauté est responsable de tracer ses propres lignes et de défendre avec vigilance ces frontières culturelles. L'enjeu est notre survie.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

11 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Kristen

Vous faites une déclaration "l'évolution darwinienne est une évolution génétique" mais c'est une hypothèse avec peu de preuves. Lorsque vous suivez les règles que nous observons en génétique, vous constatez que l'évolution est incapable de les aborder. L'évolution exige que le hasard devienne en quelque sorte un ordre pour créer la complexité que l'on voit aujourd'hui. Jusqu'à présent, avec la génétique, nous n'avons pas vu (sans intervention telle qu'un vax d'ARNm) de nouvelles informations génétiques insérées pour établir une vie complexe. Et les mutations sont rarement bénéfiques et généralement préjudiciables. Ainsi, les mutations ne peuvent pas expliquer l'ajout de matériel génétique et l'ordre parallèle et la nature symbiotique que nous voyons aujourd'hui.

Kruno

"L'évolution exige que le hasard devienne en quelque sorte un ordre pour créer la complexité que l'on voit aujourd'hui" Déclaration incomplète sinon fausse. La théorie de l'évolution par la sélection naturelle est le nom complet du sujet en question. La sélection naturelle implique des mécanismes de sélection assez bien connus, et ce n'est pas une sélection artificielle, ce qui est différent de ce que la théorie de la sélection naturelle de Darwin. Et le hasard n'est pas en quelque sorte bénéfique, il y a des conditions claires qui le rendent bénéfique. Survivre et transmettre le matériel génétique et assurer la survie de la génération suivante. C'est un ensemble de conditions très spécifiques et c'est logique. La complexité que nous voyons aujourd'hui est... Lire la suite »

beverly

Je ne fais pas confiance à Elon Musk. Il est le Bill Gates de cette génération. Gates était le milliardaire informatique ringard qui utilisait son argent pour "sauver le monde". Nous avons rapidement découvert que c'était un mensonge. Je prédis que le programme ignoble d'Elon Musk sera également exposé.

[…] Lire la suite : Musk, Grimes, le scientisme et la pente glissante vers la théocratie cyborg […]

[…] Lire la suite : Musk, Grimes, le scientisme et la pente glissante vers la théocratie cyborg […]

Kelly Pappas

Un autre excellent article de M. Woods. Cela ressemble à un cauchemar. Ils sont sataniques et recherchent simplement un contrôle total sur ceux qu'ils ne tuent pas. Des gens très méchants !

[…] Lire la suite : Musk, Grimes, le scientisme et la pente glissante vers la théocratie cyborg […]

chris

Grimes n'est certainement pas une sorcière comme elle le prétend. Une vraie sorcière comprendrait le fonctionnement de la nature, connaîtrait les herbes et tout. Il ne semble pas que Grimes sache quoi que ce soit, mais il est certain qu'elle n'a pas la moindre compréhension de la nature.

Cela n'exclut cependant pas la possibilité qu'elle soit une incarnation ou un serviteur contrôlé de sa majesté infernale, le Seigneur des Mouches lui-même. Sur la photo de couverture de "vaniity fair" postée dans cet article, ça ressemble certainement à ça.

Organique Humain

Ce qui est si exaspérant dans tout cela, c'est que les personnes ayant le pouvoir de la richesse imposent cela aux humains qui n'en veulent pas et menacent de les détruire s'ils ne le font pas. Aucune considération n'est accordée au choix personnel ou aux droits de l'homme et c'est la définition même du mal. Si un nerd veut être un trans-humain, c'est votre droit, mais personne n'a le droit de nous imposer cela. De plus, personne n'a vraiment réfléchi à la façon dont cela affectera la procréation. Lorsque vous jouez avec mère nature, il y aura un retour de flamme.... Lire la suite »

RJ

Homo Techno / Techno Sapiens / Techno Homo
Appelez ça comme vous voulez, mais je ne crois pas que ces idées soient si nouvelles (depuis 1996)
https://archive.fortune.com/magazines/fortune/fortune_archive/1996/07/08/214357/index.htm