NAU renaît en tant que «partenariat nord-américain pour le climat, l'énergie propre et l'environnement»

Youtube
S'il vous plaît partager cette histoire!

Dans une tentative désespérée d'instaurer une technocratie mondiale avant que les gens ne se lèvent et les en empêche, l'élite mondiale fait un nouvel effort pour ressusciter et créer l'Union nord-américaine tentée sous George Bush dans 2005-6.

Le président Obama a rencontré cette semaine le premier ministre canadien Justin Trudeau et le président mexicain Enrique Peña Nieto pour former un nouveau «plan d'action de partenariat» inspiré du plan radical d'énergie propre d'Obama.

Selon la déclaration des dirigeants,

«Nos actions visant à aligner les politiques climatiques et énergétiques protégeront la santé humaine et contribueront à uniformiser les règles du jeu pour notre entreprises, ménages et travailleurs. En reconnaissance de nos liens étroits et de notre vision commune, nous nous engageons aujourd'hui dans un partenariat nord-américain ambitieux et durable pour le climat, l'énergie propre et l'environnement qui nous met fermement sur la voie d’un avenir plus durable. » [Soulignement ajouté]

Il est clair que les objectifs fondamentaux de 2005 restent les mêmes: intégrer et harmoniser les trois nations dans l’intérêt des entreprises, des ménages et des travailleurs.

Cet auteur a produit plusieurs articles faisant autorité en 2005/2006 qui réfutaient l'Union nord-américaine et le soi-disant «Partenariat pour la sécurité et la prospérité». Dans Vers une union nord-américaineJ'ai expliqué l'historique complet des accords et des événements qui ont conduit à ce rejet historique qui a entraîné la fermeture du site Web du PSP et l'abandon total de l'ordre du jour.

En 2006, les «Trois Amigos» étaient George Bush, Vincente Fox et Stephen Harper. Aujourd'hui, ce sont Obama, Nieto et Trudeau. Même agenda, visages différents.

Ce nouveau partenariat s'accompagne également notamment de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) de 1992, car il «libéralise» les règles d'origine pour de nombreux produits, y compris l'acier et les produits agricoles. Le transport du fret est également abordé en s'engageant à adopter «des normes de classe mondiale pour le carburant diesel à très faible teneur en soufre et les véhicules lourds».

Plus les choses changent, plus elles restent les mêmes. Nous ne pouvons qu'espérer que le tollé suscité par les Américains, les Canadiens et les Mexicains mettra un terme à l'effort actuel visant à créer un super-État de l'Union nord-américaine.

Le texte complet du document Whitehouse.gov est présenté ci-dessous.

Plan d'action du partenariat nord-américain pour le climat, les énergies propres et l'environnement

Washington, DC - (ENEWSPF) - 29 juin 2016. Le Partenariat nord-américain pour le climat, l'énergie et l'environnement a été annoncé par le premier ministre Justin Trudeau, le président Barack Obama et le président Enrique Peña Nieto le 29 juin 2016, au North American Sommet des dirigeants à Ottawa, Canada. Ce plan d'action identifie les livrables à atteindre et les activités à poursuivre par les trois pays dans le cadre de ce partenariat durable.

Faire progresser une énergie propre et sûre

Faire progresser les énergies propres et l'intégration des ressources énergétiques, y compris les énergies renouvelables:

  • S'efforcer d'atteindre un objectif pour l'Amérique du Nord de la production d'énergie propre 50% par 2025, y compris les technologies de captage et de stockage d'énergie renouvelable, nucléaire et nucléaire, ainsi que la réduction de la demande grâce à l'efficacité énergétique, avec des actions entreprises individuellement par chaque pays afin d'atteindre cet objectif régional être en conformité avec leurs propres conditions, des cadres juridiques spécifiques et des objectifs nationaux en matière d'énergie propre.
  • Faire progresser le développement et le déploiement des énergies propres (y compris les technologies de captage et de stockage des énergies renouvelables, nucléaires et du carbone).
  • Soutenir le développement de projets de transport transfrontaliers, y compris pour l'électricité renouvelable. Les trois pays reconnaissent le rôle important que les lignes de transport transfrontalières peuvent jouer dans le nettoyage et dans l'amélioration de la fiabilité et de la flexibilité du réseau électrique nord-américain. Au moins six lignes de transport actuellement proposées ou en cours d'examen, telles que la ligne de transport Great Northern, la voie de transmission New England Clean Power Link et l'interconnexion de Nogales, ajouteraient environ mégawatts (MW) à la nouvelle capacité de transport transfrontalier.
  • Étudier, identifier et mettre en œuvre conjointement des options pour une large intégration du système énergétique, y compris l'achèvement de la deuxième tranche de la revue énergétique quadriennale axée sur un examen complet du système électrique. De plus, développer l'étude sur l'intégration des énergies renouvelables en Amérique du Nord
  • Une plus grande collaboration trilatérale visant à encourager les initiatives gouvernementales écologiques et à acheter des produits plus efficaces, une énergie plus propre et des véhicules propres, selon le cas. L'Administration des services généraux des États-Unis et Services publics et Approvisionnement Canada annoncent leur intention d'augmenter le pourcentage d'électricité achetée auprès de sources d'énergie propre à 100% d'ici 2025.
  • Une plus grande collaboration trilatérale visant à encourager l’écologisation des initiatives gouvernementales grâce à la mise en place d’échanges et d’une coopération continus entre pays afin de partager et de tirer parti des méthodologies, des outils, des analyses et des enseignements tirés pour améliorer encore la durabilité de nos opérations fédérales.

Améliorer l'efficacité énergétique:

  • Mieux aligner et améliorer encore les normes d'efficacité des appareils et équipements. Nous nous engageons à aligner six normes ou procédures de test d'efficacité énergétique pour les équipements d'ici la fin de 2017 et un total de dix normes ou procédures de test d'ici la fin de 2019.
  • Encouragez l'efficacité industrielle et commerciale à réduire la consommation d'énergie et à accroître la compétitivité grâce à la norme volontaire de performance énergétique ISO 50001 et engagez-vous à définir un objectif commun pour l'adoption d'ISO 50001 par 2017.
  • Travaillez en collaboration pour identifier au moins un partenaire majeur de l'industrie afin de piloter l'adoption d'ISO 50001 tout au long de sa chaîne d'approvisionnement, en mettant l'accent sur les ressources techniques nécessaires au succès de cette stratégie pour les petites et moyennes entreprises (PME) de la région.

Accélérer l'innovation en matière d'énergie propre et renforcer la coopération en matière d'information sur l'énergie:

  • Tirez parti de la participation à Mission Innovation en identifiant des initiatives communes de recherche et de démonstration afin de faire progresser les technologies propres dans des domaines prioritaires tels que: la réduction des émissions de méthane; capture, utilisation et stockage du carbone; réseaux électriques et stockage d'énergie; ainsi que le conditionnement des espaces et l'efficacité énergétique des bâtiments.
  • Dans le cadre du plan de travail sur la compétitivité nord-américaine, faire progresser l’Initiative de partenariat nord-américain pour les énergies propres en vue de favoriser la création de liens entre les entreprises du secteur des technologies de l’énergie propre, en particulier les PME, et de promouvoir l’utilisation et l’exportation des technologies de l’énergie et de l’environnement nord-américaines.
  • Poursuite de la collaboration sur la plate-forme d’information sur la coopération nord-américaine dans le domaine de l’énergie, en incluant des informations géospatiales supplémentaires relatives aux infrastructures transfrontalières, des cartes statiques des ressources solaires, un catalogue de ressources en énergies renouvelables et des mises à jour pertinentes du glossaire terminologique.

Renforcer la fiabilité, la résilience et la sécurité du réseau électrique nord-américain:

  • S'appuyant sur l'expérience américano-canadienne, le Mexique et les États-Unis ont entamé des discussions pour explorer un modèle conceptuel similaire pour une coopération bilatérale approfondie en matière de fiabilité électrique. Cette coopération est une étape essentielle vers l'établissement d'une vision trilatérale commune de la fiabilité de l'électricité en Amérique du Nord.
  • Nos trois pays se sont engagés à approfondir leur coopération en matière de fiabilité électrique afin de renforcer la sécurité et la résilience d'un réseau électrique nord-américain de plus en plus intégré face aux menaces croissantes que représentent les cyberattaques et les phénomènes météorologiques extrêmes.Diminution des polluants climatiques à courte durée de vieRéduction des émissions de méthane dans le pétrole et secteur gazier:
  • Réduire les émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier, la plus grande source de méthane industrielle au monde, 40-45% by 2025 pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre définis dans les contributions nationales, et explorer d'autres possibilités de réduction du méthane. Les trois pays s'engagent à élaborer et à mettre en œuvre des réglementations fédérales pour les sources existantes et nouvelles dès que possible afin d'atteindre l'objectif. Nous avons l'intention d'inviter d'autres pays à rejoindre cet objectif ambitieux ou à développer leur propre objectif de réduction du méthane.
  • Collaborer à l'élaboration de politiques et de programmes fédéraux et échanger de l'information, des pratiques et des expériences en matière de réduction des émissions dans le secteur du pétrole et du gaz afin d'améliorer les résultats.
  • Encourager les entreprises pétrolières et gazières à se joindre aux efforts internationaux tels que le Partenariat pétrolier et gazier de la Coalition pour le climat et l'air pur (CCAC) et l'Initiative mondiale sur le méthane, et les initiatives nationales.
  • Partage d'informations et d'outils pour favoriser une meilleure collecte de données sur le méthane, des mesures de source améliorées et la transparence des rapports sur les émissions en Amérique du Nord afin d'améliorer l'efficacité des inventaires d'émissions et de promouvoir l'adoption de technologies et de pratiques rentables pour la mesure, la surveillance et les émissions sur le terrain atténuation.Développer des stratégies nationales de méthane en mettant l’accent sur les secteurs clés:
  • élaborer et mettre en œuvre des stratégies nationales de réduction du méthane pouvant cibler des secteurs clés tels que le pétrole et le gaz, l’agriculture et la gestion des déchets.Appuyer l’initiative régionale d’engagement et de collaboration au titre de la Commission de coopération environnementale (CCE) en utilisant des mesures volontaires pour réduire et récupérer les déchets alimentaires en Afrique. Amérique du Nord, conformément à la cible 12.3 des objectifs de développement durable des Nations Unies, qui prévoit une réduction de 50 en% du gaspillage alimentaire mondial de 2030.
  • Prendre des mesures pour réduire les émissions des sites d'enfouissement - la troisième plus grande source de méthane au monde.

Réduire le carbone noir (suie):

  • Engagez-vous à poursuivre les actions nationales visant à réduire le carbone noir, tout en reconnaissant que le carbone noir est un polluant climatique qui a de fortes répercussions sur le réchauffement qui affectent la qualité de l'air et la santé humaine et que les mesures visant à réduire les émissions de carbone noir constituent un élément important des efforts de lutte contre le changement climatique, un complément à la réduction des gaz à effet de serre.
  • Renforcer les initiatives visant à réduire le carbone noir dans des secteurs tels que l'industrie et l'agriculture, notamment par le biais d'un soutien technique et du partage d'informations sur les meilleures pratiques, stratégies et méthodologies.
  • Réduisez les émissions de dioxyde de carbone noir générées par les nouveaux véhicules diesel lourds à des niveaux presque nuls à l'échelle du continent en appliquant des normes alignées, de classe mondiale, à très basse teneur en soufre et d'émissions de polluants de l'air extrait HDV par 2018.
  • Déployer des sources d'énergie renouvelables et des solutions de remplacement du diesel, du charbon ou du bois de chauffage dans les communautés isolées, en collaboration avec des organisations et des partenaires internationaux.
  • Collaborer à la mise en œuvre de l'initiative Zero Routar Flaring by 2030 de la Banque mondiale.
  • Affirmer les efforts existants pour quantifier et réduire les émissions de carbone noir dans d'autres lieux. Ceux-ci inclus:
    • Établissement de l'inventaire de carbone noir de l'Amérique du Nord dans le cadre de la CCE, par lequel chaque pays soumet un inventaire national.
    • Soutenir ou exécuter, selon le cas, la planification des actions nationales par le biais du CCPA, ainsi que des initiatives sectorielles telles que celles qui ciblent les déchets municipaux solides, le carburant diesel et les émissions industrielles par le biais du CCPA.
    • Établissement d'inventaires de carbone noir conformes à la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance.

Réduire les hydrofluorocarbures:

  • Dans 2016, les États-Unis espèrent finaliser une règle visant à élargir la liste des solutions de remplacement à faible potentiel de réchauffement de la planète et à interdire l’utilisation de certains hydrofluorocarbones (HFC) à fort réchauffement de la planète dans le cadre du programme SNAP (Importante Nouvelle Alternatives). Le Canada prévoit d'établir un régime réglementaire national de permis et de rapports pour les HFC et d'élaborer de nouvelles mesures réglementaires concernant les HFC, notamment une réduction progressive des HFC et des interdictions spécifiques à certains produits. Le Mexique envisage de prendre de nouvelles mesures pour autoriser l'utilisation de solutions de remplacement des HFC approuvées par le SNAP à faible potentiel de réchauffement planétaire, ainsi que pour promouvoir leur utilisation en tant qu'alternatives aux HFC à potentiel de réchauffement de la planète élevé et éliminer les obstacles à leur déploiement.Promouvoir des transports propres et efficacesRéduire la consommation d'énergie et les gaz à effet de serre et émissions de polluants atmosphériques des véhicules à moteur:
  • Travaillons ensemble pour promouvoir une approche continentale commune et réduire la consommation d'énergie et les gaz à effet de serre et dégager d'autres avantages importants pour la qualité de l'air des véhicules à moteur, notamment:
    • Accélérer le déploiement de véhicules propres et efficaces dans les flottes gouvernementales, notamment par le biais de l'engagement pris par les États-Unis d'étendre l'infrastructure de chargement dans les installations fédérales, et de tirer parti d'un financement innovant et d'économies d'échelle pour les agences américaines cherchant à développer des flottes et infrastructures de véhicules propres et efficaces;
    • Travailler en collaboration avec l'industrie pour identifier des initiatives visant à soutenir le choix des consommateurs et à encourager l'adoption de véhicules propres et efficaces;
    • Soutenir le développement et encourager les investissements publics et privés dans l'infrastructure de ravitaillement propre afin d'établir des corridors de ravitaillement propres en Amérique du Nord;
    • Harmoniser les réglementations, codes et normes applicables, le cas échéant;
    • Encourager les activités de recherche, de développement et de démonstration concernant les nouvelles technologies propres, y compris les véhicules perfectionnés;
    • Convoquer une réunion avec les chefs de file de l'industrie et d'autres intervenants d'ici le printemps 2017 dans le cadre d'une vision commune d'un secteur de l'automobile nord-américain compétitif et propre, et
    • Promotion de l'accès à l'infrastructure de ravitaillement en carburant des véhicules à émission zéro dans les maisons, les lieux de travail et les communautés.
  • Mettez en œuvre les normes 2018 relatives aux émissions de polluants de l'air extrait des véhicules diesel à très faible teneur en soufre et des véhicules à moteur alignées et de classe mondiale.
  • Mettez en œuvre des normes de consommation de carburant et / ou de réduction des gaz à effet de serre alignées pour les véhicules légers et les poids lourds, conformément aux normes 2025 et 2027, respectivement.
  • Alignez les normes d'émissions de polluants atmosphériques d'échappement et d'évaporation LDV sur les normes américaines Tier 2 de 2018 et les phases Tier 3 de 2025, tout en appliquant des normes d'essence à très basse teneur en soufre.

Soutenir la mise en œuvre des meilleures pratiques de fret vert:

  • Aligner et harmoniser les efforts de fret vert pour l'Amérique du Nord en élargissant le programme SmartWay pour inclure le Mexique. Les trois pays ont l'intention de collaborer pour réduire la consommation de carburant grâce aux meilleures pratiques d'exploitation et de gestion de la flotte, en améliorant l'efficacité énergétique tout en réduisant les émissions.

Réduire les émissions du transport maritime:

  • Continuer à collaborer avec l’Organisation maritime internationale (OMI) pour réduire les émissions de gaz à effet de serre provenant des transports maritimes internationaux, y compris les émissions des navires existants.
  • Nous nous félicitons de l’approbation récente d’un système mondial obligatoire de collecte de données au sein de l’OMI destiné à collecter des données sur les émissions de CO2 et l’efficacité énergétique propres aux navires.
  • collaboration continue par le biais de la CCE à l’appui de la finalisation et de la soumission à l’OMI d’une proposition de désignation de zone de contrôle des émissions au Mexique. Travailler ensemble et par l’intermédiaire de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) afin de réduire les émissions au moyen d’un ensemble de mesures, notamment l’adoption 2016 OACI Assemblage d’une mesure robuste basée sur le marché pour aider à permettre une croissance neutre en carbone à partir de 2020. Cette mesure devrait ménager un équilibre approprié entre le principe de non-discrimination et la différenciation entre pays caractérisés par des situations nationales différentes, et approuver l'introduction progressive et une approche dynamique de la répartition des exigences compensatoires en tant que moyen de le faire. Les trois pays envisagent de se joindre à la première phase de la mesure adoptée et de travailler ensemble pour parvenir à un résultat positif lors de l'Assemblée de l'OACI.

Protéger la nature et faire progresser la science

Encourager l'intégration des connaissances traditionnelles et la prise en compte du genre:

  • Collaborer avec les communautés et les dirigeants autochtones et locaux pour inclure plus largement et respectueusement les connaissances traditionnelles dans la prise de décision, y compris dans la gestion des ressources naturelles, le cas échéant, et pour faire progresser notre compréhension du changement climatique et de la résilience climatique. Nous reconnaissons également l’importance d’une approche sexospécifique de l’action climatique et du développement durable.

Conservation et utilisation durables de la biodiversité:

  • Prendre des mesures nationales pour intégrer la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité dans et entre les divers secteurs, en appui aux accords environnementaux multilatéraux auxquels chaque pays est partie. Conserver le papillon monarque et son habitat:
  • S'appuyant sur les progrès importants accomplis par les trois pays depuis 2014 pour lutter contre les menaces pesant sur le papillon monarque, continuer de lutter contre la perte et la dégradation de l'habitat par l'intermédiaire du groupe de travail trilatéral sur la conservation du papillon monarque, mais également d'autres pollinisateurs.
  • Un habitat de nidification, de rassemblement, de migration et d'hivernage suffisant est mis à disposition au pays pour soutenir la cible de population de monarques 2020 représentée par son occupation de six hectares d'habitat d'hivernage au Mexique.
  • Poursuivre la collaboration dans le cadre du Partenariat trinational sur la recherche scientifique afin de coordonner les activités de recherche prioritaires, la surveillance, le partage de l’information et la mise au point d’outils.

Protéger les oiseaux migrateurs et leur habitat:

  • Renouveler et réengager des activités régionales, bilatérales et trilatérales à l'appui de la conservation des oiseaux migrateurs et de leurs habitats.
  • Développez une vision pour les prochaines années 100 de conservation des oiseaux.
  • Échanger des informations sur les meilleures pratiques, promouvoir des programmes de recherche et de surveillance coordonnés et coordonnés, réunir les parties prenantes pour élaborer des stratégies d’investissement dans la conservation et développer l’éducation et la sensibilisation en matière d’environnement.

Protéger les espèces migratrices terrestres et marines et leur habitat:

  • Mettre en œuvre des programmes de conservation et d'amélioration des corridors biologiques pour les baleines et autres espèces et leurs habitats, y compris leurs chaînes alimentaires et la qualité de leurs écosystèmes. Renforcer la coopération sur les espèces exotiques envahissantes:
  • Continuer à collaborer pour lutter contre les espèces exotiques envahissantes à l’échelle continentale. Établir un groupe de travail trilatéral pour explorer l'élaboration d'une stratégie et d'un plan d'action conjoints de haut niveau identifiant les principaux domaines de collaboration, notamment dans le cadre de la CCE, et entreprendre une enquête sur les projets et initiatives existants concernant les espèces exotiques envahissantes transfrontières.

Renforcer la conservation des espèces clés et lutter contre le trafic d'espèces sauvages:

  • Poursuivre la collaboration étroite dans la mise en œuvre de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), y compris des efforts pour mettre fin au commerce illicite d’espèces sauvages. Élaborer des plans d'action spécifiques pour proposer des solutions novatrices afin de protéger les espèces inscrites à la CITES, dans le but d'assurer un équilibre à long terme entre conservation et commerce international durable associant toutes les parties prenantes concernées.

Renforcer la coopération en matière de gestion des océans:

  • Reconnaissant l’importance des services climatologiques, des observations robustes et des réseaux de modélisation pour les efforts d’atténuation et d’adaptation, mieux intégrer les systèmes d’observation des océans et encourager la recherche complémentaire sur les océans et le changement climatique, y compris les effets du changement climatique sur les océans et les écosystèmes marins.
  • Soutenir les efforts de collaboration sur les systèmes d'alerte précoce pour les catastrophes naturelles; en particulier, améliorer les capacités d'observation de l'océan et partager et normaliser les données des bouées océaniques qui soutiendraient ces systèmes.
  • Renforcer la coopération entre les aires marines protégées respectives dans le but d'accroître la résilience économique et socio-écologique dans le contexte du changement climatique.
  • Améliorer la conservation et la restauration des zones humides, ce qui accroît les mesures d'atténuation (carbone bleu), préserve les services des écosystèmes côtiers et réduit les effets potentiels d'événements météorologiques extrêmes plus fréquents ou plus intenses dans les projections relatives aux changements climatiques.

Faire preuve de leadership mondial dans la lutte contre le changement climatique

Soutenir la mise en œuvre de l'accord de Paris:

  • Réaffirmons notre engagement à adhérer à l’Accord cette année et appelons toutes les nations à appuyer son entrée en vigueur rapide.
  • Mettre en œuvre les contributions déterminées au niveau national (CDN) respectives et partager les progrès accomplis dans ces efforts, travailler pour augmenter leur ambition au fil du temps et coopérer le cas échéant.
  • Soutenir les partenaires internationaux dans leurs efforts d'atténuation et d'adaptation, notamment tels qu'énoncés dans leurs CND, leurs plans nationaux d'adaptation et leurs autres cadres stratégiques, par le biais de forums internationaux, de la coopération triangulaire dans les Amériques, et en fournissant une aide au développement et un financement climatique.
  • Élaborer cette année des stratégies de développement à moyen terme et à faible émission de gaz à effet de serre conformément aux Accords de Paris, au milieu du siècle. Engager un dialogue trilatéral concernant le développement de ces stratégies.
  • Promouvoir la mise en œuvre intégrale du cadre de transparence établi en vertu de l'Accord de Paris, avec des modalités, procédures et lignes directrices communes pour la notification et la révision. Aider les pays en développement à renforcer leurs capacités institutionnelles et techniques pour répondre à ces exigences.
  • Partager les meilleures pratiques et les solutions techniques pour améliorer l'efficacité comptable, notamment pour le secteur foncier et les approches liées au marché du carbone.
  • Reconnaissant le rôle que les marchés du carbone peuvent jouer pour aider à atteindre les objectifs climatiques tout en stimulant l'innovation, soutenez la mise en œuvre robuste des dispositions relatives aux marchés du carbone de l'Accord de Paris, le cas échéant.
    • Ensemble et en étroite coopération avec les États, les provinces et les territoires, explorer des options pour assurer l'intégrité et la transparence de l'environnement et appliquer une comptabilité rigoureuse afin d'éviter le "double comptage" des réductions d'émissions en vue de la réalisation des NDC.
    • Encourager les gouvernements infranationaux à partager les enseignements tirés de la conception de systèmes efficaces de tarification du carbone et de politiques et mesures de soutien.

Renforcer les efforts nationaux d'adaptation et la résilience au changement climatique:

  • Participer et coopérer à la planification et à l'action nationales en matière d'adaptation au climat, en s'appuyant sur les efforts ciblés en cours aux niveaux national et sous-national, et en se concentrant en particulier sur les secteurs hautement intégrés et les écosystèmes partagés et, dans la mesure du possible, sur les actions comportant des avantages connexes d'atténuation, à communautés vulnérables, et en adoptant une approche tenant compte des droits de l'homme et respectueuse des sexospécificités.
  • Renforcer les efforts de réduction des risques de catastrophe, la préparation et la réponse coordonnées en cas de catastrophe et les systèmes d'alerte précoce.
  • Poursuivre la collaboration avec le groupe de travail nord-américain sur les changements climatiques et la santé humaine afin de favoriser les relations transfrontalières et d'accroître la capacité d'adaptation aux changements climatiques dans le domaine de la santé humaine.
  • Poursuivre la collaboration avec la CEC pour mettre au point un système de surveillance syndromique opérationnel en temps réel pour les phénomènes de chaleur extrême dans trois communautés à risque de nos trois pays, et mettre en évidence les meilleures pratiques et les enseignements tirés de la mise au point d’un tel système.

Encouragez le G-20 à prendre des mesures énergiques:

  • Éliminer progressivement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles par 2025, conformément à l'engagement pris par G-20 de supprimer les subventions inefficaces aux combustibles fossiles à moyen terme, le Canada, les États-Unis et le Mexique affirmant s'engager à éliminer progressivement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles 2009 et fournir un soutien ciblé aux communautés les plus pauvres;
  • Développer des stratégies de développement à faibles émissions de gaz à effet de serre conformément à l’Accord de Paris de 2020;
  • S'engager à améliorer les performances environnementales des véhicules utilitaires lourds, notamment par la mise en œuvre de réglementations nationales strictes en matière d'efficacité énergétique et / ou d'émissions de gaz à effet de serre, d'émissions de polluants atmosphériques et de carburants à faible teneur en soufre, et par le biais de programmes de transport vert; et,
  • Lutter contre les émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier en élaborant et en mettant en œuvre des politiques et des réglementations nationales et sous-nationales de réduction du méthane et en participant à des mécanismes tels que le Partenariat sur le méthane du pétrole et du gaz de la Coalition pour le climat et l'air pur. Ces actions pourraient soutenir les étapes futures vers l'adoption d'objectifs nationaux de réduction des émissions, le cas échéant.

Adopter un amendement de réduction progressive des hydrofluorocarbures (HFC) au Protocole de Montréal:

  • Adopter un amendement ambitieux et complet d'élimination progressive des HFC du Protocole de Montréal dans 2016 et collaborer avec d'autres pays afin qu'ils soient en mesure de soutenir l'adoption d'un amendement cette année.

Aligner les méthodes d'analyse:

  • Étant donné la nature intégrée de nombreux aspects des trois économies, aligner les méthodes d'analyse pour évaluer et communiquer l'impact des émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre des grands projets. En s'appuyant sur les efforts existants, aligner les approches, reflétant la meilleure science disponible pour comptabiliser les coûts généraux des émissions de gaz à effet de serre pour la société, y compris en utilisant des méthodologies similaires pour estimer le coût social du carbone et d'autres gaz à effet de serre pour évaluer les avantages des mesures politiques qui réduisent ces émissions.

Promouvoir un avenir énergétique plus sûr, abordable, accessible et propre aux niveaux régional et mondial:

  • Soutenez les recommandations formulées dans le rapport 2016 de mai par le groupe de travail sur la sécurité énergétique entre les États-Unis, les Caraïbes et l'Amérique centrale, et contribuez à diriger le monde dans d'importants efforts multilatéraux tels que les négociations de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, la Mission ministérielle sur les énergies propres L'innovation, les initiatives de sécurité énergétique dans les Caraïbes, le Partenariat sur l'énergie et le climat des Amériques, Connecter les Amériques 2022 et le Forum du leadership sur la séquestration du carbone.
  • Engager les pays partenaires et les banques multilatérales de développement à promouvoir l'accès universel à l'énergie et à son intégration dans les Amériques et à mobiliser des fonds pour la mise au point de projets d'énergie durable, en particulier pour les communautés autochtones, les groupes marginalisés et les régions plus vulnérables telles que les Caraïbes et les Caraïbes. Amérique centrale.
  • Favoriser le développement énergétique durable et la croissance économique grâce à des marchés de l'énergie transparents et concurrentiels et à la réduction des obstacles au commerce et aux investissements dans les technologies et les services propres.

Promouvoir une transition juste vers une économie d'énergie propre:

  • Investissez stratégiquement dans les communautés pour les aider à diversifier leurs économies, créer et maintenir des emplois de qualité et partager les avantages d’une économie de l’énergie propre. Cela inclut la promotion du travail décent, le partage des meilleures pratiques et la collaboration avec les partenaires sociaux tels que les organisations de travailleurs et d'employeurs et les organisations non gouvernementales sur des stratégies de transition juste qui bénéficieront aux travailleurs et à leurs communautés.
  • Protéger les principes et droits fondamentaux au travail des travailleurs qui extraient et raffinent des combustibles fossiles et qui fabriquent, installent et exploitent des technologies énergétiques.

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

9 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Dennis Bishop

Avez-vous remarqué la poignée de main de maçon gratuite qu'obama donne à Trudeau!

Poliwatch

Ils ne perdent pas de temps à faire avancer l'Agenda 2030 des Nations Unies. Nous avons donc maintenant notre propre équivalent de l'UE. Ce n'est pas bien. Le Royaume-Uni a été totalement intimidé par l'UE. L'Allemagne dirigeait à peu près les pays de l'UE. Le Royaume-Uni n'avait aucun contrôle sur les forces armées de politique étrangère, leur système juridique, l'application des lois, les réserves de change, le commerce, l'environnement, la pêche, l'agriculture, les médicaments et les suppléments. Le coût pour le Royaume-Uni était de 1.3 million de livres par heure !!

Lynn Kocal

Ils peuvent conclure tous les accords qu'ils veulent, mais cela ne fonctionnera pas si nous ne nous conformons pas. 10e amendement.

Robert Vincin

11 / 10 en temps voulu. L'assemblée des délégués des Nations Unies à la CdP de la CCNUCC pour les années 22 échange des données sans expertise ni pouvoir pour inverser physiquement l'accumulation de CO2e en masse. Le protocole de NAU est sans aucun doute un modèle pour réduire physiquement CO2e et inverser ainsi le désert, la sécheresse et la pauvreté. L'USG 1996-99 m'a invité à rejoindre le panel qui est devenu le protocole de Kyoto de la CCNUCC! Dans 2005, il a décidé de rejoindre les gouverneurs 9 Governors 7 à travers la RPC pour réduire la masse de CO2 en croissance, sol-carbone. Le modèle https://www.youtube.com/watch?v=YbI8YZmBP8g est basé sur la règle de l'année UNNUX FCCC de Nature Science. bien... Lire la suite »

Lynn Kocal

Si les plantes ont besoin de CO2 pour pousser et produire de l'O2 pour que nous puissions respirer, pourquoi ne pas planter plus d'arbres et faire pousser plus de cultures pour réduire le CO2? Le CO2 n'a rien à voir avec la sécheresse, contrairement aux mauvaises pratiques agricoles.

Ray Songtree

Je voudrais souligner comment le «changement climatique» sera utilisé pour la campagne de brouillage du genre et pour détruire les dernières cultures autochtones traditionnelles, deux cibles spécifiques dans la formulation. «- Favoriser l’intégration des connaissances traditionnelles et la prise en compte des sexospécificités: collaborer avec les communautés et les dirigeants autochtones et locaux pour inclure plus largement et plus respectueusement les connaissances traditionnelles dans la prise de décision, [cela signifie que les personnes qu’elles considèrent comme corruptibles vendre leurs terres pour tout type d'exploitation minière, faire entrer des écoles pour enseigner l'éducation mondiale et mondiale, et non locale, la compréhension, etc.,... Lire la suite »