Le nouveau programme urbain sera mis en œuvre par les gouvernements locaux et régionaux

New Urban Agenda
S'il vous plaît partager cette histoire!

Le nouvel agenda urbain de l'ONU contournera le gouvernement national et ira directement aux villes du monde; Un monde sans frontières où les villes sont considérées comme les éléments constitutifs du nouvel ordre de la technocratie.  Éditeur TN

Le texte final du Nouvel agenda urbain, qui sera adopté par les États membres de l'ONU lors de la troisième Conférence des Nations Unies sur le logement et l'urbanisation durable (Habitat III) à Quito en octobre, a été rendu public le mardi X septembre. Le document, qui mentionne les périodes «gouvernements locaux» 13 et «autorités locales» est quatre fois, fournit de nombreuses raisons aux réseaux de gouvernements locaux et régionaux du groupe de travail mondial à célébrer, et témoigne du travail de plaidoyer de nos mandants dans le passé deux ans.

De SDG11 à Habitat III

Depuis la Conférence Rio + 20 sur le développement durable dans 2012, les gouvernements locaux et régionaux ont demandé que les programmes internationaux en matière de développement durable soient reliés et harmonisés en un programme unique et universel. Le paragraphe 164 du nouvel agenda urbain est un important pas en avant à cet égard. Il souligne que «le suivi et la révision du nouvel agenda urbain doivent avoir des liens efficaces avec le suivi et la révision du programme de développement durable de 2030 pour assurer la coordination et la cohérence de leur mise en œuvre. »Cette déclaration sera importante pour la réalisation de tous les objectifs de développement durable 17, mais en particulier de l'objectif 11 sur les villes et les établissements humains durables.

Reconnaissance du rôle des gouvernements locaux et régionaux sur la scène mondiale

L’Assemblée mondiale des gouvernements locaux et régionaux est reconnue au paragraphe 8 de l’Agenda, où les États membres de l’ONU déclarent: «Nous reconnaissons les contributions des gouvernements nationaux, ainsi que celles des gouvernements locaux et infranationaux, dans la définition du nouveau Agenda urbain et prendre note de la deuxième Assemblée mondiale des gouvernements locaux et régionaux ».

De plus, 169 demande la poursuite de la collaboration avec l’Assemblée mondiale pour le suivi et la révision du nouvel agenda urbain, soulignant «l’importance de continuer à s’engager dans le suivi et la révision du nouvel agenda urbain avec associations de gouvernements nationaux et locaux représentées à l'Assemblée mondiale des gouvernements locaux et régionaux ».

Les gouvernements locaux et régionaux seront essentiels à la mise en œuvre de l'agenda. Notre inclusion dans les mécanismes de suivi sera donc essentielle au succès du nouvel agenda urbain au cours des prochaines décennies. À cet égard, le paragraphe 163 reconnaît «l’importance des collectivités locales en tant que partenaires actifs dans le suivi et l’examen du nouveau programme urbain à tous les niveaux» et les encourage à élaborer «des mécanismes de suivi et d’examen applicables au niveau local». , y compris par le biais des associations pertinentes et des plates-formes appropriées. Nous envisagerons de renforcer, le cas échéant, leur capacité de contribuer à cet égard. "

Construire la structure de gouvernance urbaine

La section sur la construction de la structure de gouvernance urbaine est particulièrement importante. Premièrement, il réitère la reconnaissance par les États membres des Lignes directrices sur la décentralisation et l'accès aux services de base pour tous, adoptées par le Conseil d'administration d'ONU-Habitat dans 2007. Au paragraphe 87, les États membres déclarent qu'ils «renforceront la coordination et la coopération entre les gouvernements nationaux, sous-nationaux et locaux, y compris par le biais de mécanismes de consultation à plusieurs niveaux et en définissant clairement les compétences, outils et ressources respectifs pour chaque niveau de gouvernement. ”.

De plus, au paragraphe 90, les États membres affirment qu’ils renforceront les «capacités» des gouvernements locaux, favoriseront la gouvernance au-delà des frontières administratives sur la base de «territoires fonctionnels» et garantiront des «mécanismes de financement fiables» dans les zones métropolitaines. Il est important de noter que le texte indique que les gouvernements centraux «prendront des mesures pour promouvoir la participation pleine et effective des femmes et l'égalité des droits dans tous les domaines et à la direction à tous les niveaux de la prise de décision, y compris au niveau des gouvernements locaux».

Le nouvel agenda urbain dépendra du suivi des États dans ces domaines et de la mise en place de pouvoirs locaux dotés de ressources suffisantes et dotées des moyens nécessaires pour mettre en œuvre le nouvel agenda urbain dans les villes et les territoires.

Le droit à la ville, une recommandation phare des gouvernements locaux et régionaux

Bien que le nouveau programme urbain parle de «vision commune de la ville pour tous» dans le paragraphe 11, il fait également référence au concept de «droit à la ville» et aux efforts déployés par certains gouvernements pour le consacrer. Ce concept était l’une des recommandations clés du Groupe de travail mondial dans le cadre du processus Habitat III et son inclusion dans un accord international de ce type, même de manière indirecte, constitue un progrès historique.
Les réseaux de gouvernements locaux et régionaux du groupe de travail mondial continueront à travailler à la promotion du droit à la ville parmi nos membres et à développer et partager des solutions politiques pour en faire une réalité de bas en haut.

Combler le fossé entre zones rurales et urbaines

L'un des principaux appels lancés par le groupe de travail mondial visait à ce que le nouvel agenda urbain adopte une "approche territoriale", englobant les zones urbaines et les zones rurales. Ce principe est exprimé au paragraphe 50, dans lequel les États membres «s'engagent à encourager les interactions et la connectivité entre les zones urbaines et rurales en renforçant les transports et la mobilité durables, ainsi que les réseaux et les infrastructures de communication et technologiques, fondés sur des instruments de planification fondés sur une approche urbaine et territoriale intégrée»

Les gouvernements locaux et régionaux à Habitat III

La deuxième Assemblée mondiale des gouvernements locaux et régionaux se réunira à Bogotá le X octobre, dans le cadre du Congrès de CGLU, et à nouveau à Quito, lors de la conférence Habitat III. Les électeurs auront ainsi l'occasion d'évaluer le nouvel agenda urbain, de célébrer nos réalisations et de discuter de la manière de faire progresser notre agenda mondial au-delà d'Habitat III.

Lire l'histoire complète ici…

 

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires