Obama: le développement durable peut vaincre la «violence chronique»

S'il vous plaît partager cette histoire!

En juillet, 15, le président Obama a pris la parole lors de la réception du corps diplomatique à Washington, à laquelle ont participé de nombreux ambassadeurs aux États-Unis.

Obama reflète simplement ses gestionnaires mondialistes lorsqu'il suggère que la solution aux problèmes du monde se trouvera dans la soumission de chacun à une seule puissance mondialiste.

Il estime que nous devons «bâtir des institutions solides pour protéger les gens de ces impulsions» de nationalisme et de fierté culturelle. En d'autres termes, tous les Américains devraient cesser d'être si égoïstes et égocentriques et s'abandonner au «bien commun» mondial.

De plus, il dit que «La haine et la violence de quelques-uns ne sont finalement pas un match pour l'amour, la décence et le travail acharné de gens de bonne volonté et de compassion."

Qu'est-il arrivé à la guerre contre le terrorisme? Dans une guerre, l'objectif est d'écraser l'ennemi dans une défaite totale. Dans la guerre d'Obama, nous sommes censés les écraser avec amour, décence, bonne volonté et compassion.

En fait, il le répète dans le même discours: «Nous vaincrons ces idéologies en offrant une meilleure vision du développement et du progrès économique.»

C'est prétendument le même objectif de l'Agenda 2030 promu par les Nations Unies, où les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) sont la réponse à tous les problèmes de l'humanité. Dans le même contexte, Obama a évoqué «Un nouvel ensemble d'objectifs de développement durable pour mettre fin à l'extrême pauvreté et promouvoir la santé, l'éducation et l'égalité pour tous, y compris les femmes.»

Les technocrates derrière Obama sont peut-être invisibles pour le grand public, mais ils sont là. Dans l'intérêt de la mise en œuvre de la technocratie, Obama n'est qu'un de leurs nombreux «idiots utiles» qui crachent de la propagande sur des choses qu'ils connaissent peu.

Les texte complet de ses remarques apparaissent ci-dessous.


Allocution du président à la réception du corps diplomatique

Chambre Est

2: 53 PM EDT, juillet 15, 2016

LE PRÉSIDENT: Bonjour à tous. J'ai juste eu l'occasion de saluer chacun de vous en personne. Et nous vous souhaitons la bienvenue à tous. Chaque année, le corps diplomatique vient pour que nous puissions dire merci pour le partenariat entre nos nations et nos peuples et réaffirmer notre engagement commun à promouvoir la sécurité, la paix et la dignité humaine dans le monde.

De toute évidence, nous venons ici avec un cœur plus lourd que la normale. Du jour au lendemain à Nice, nous avons assisté à une autre attaque tragique et effroyable contre la liberté et la paix que nous chérissons.

Aujourd'hui, nos cœurs sont avec le peuple français et avec tous les hommes, femmes et tant d'enfants innocents qui ont été blessés ou tués dans cette attaque écœurante. Cela inclut les Américains que nous connaissons - une famille du Texas, un père et un jeune fils, à peine 11 ans, qui étaient là en vacances. Leur famille, comme tant d'autres, est dévastée. Ils sont en deuil. Ils ont besoin de tout l'amour et du soutien de notre famille américaine alors qu'ils sont aux prises avec une perte inimaginable et essaient de traverser ce qui va être des jours très difficiles.

Et donc, au nom de nous tous, je pense, je tiens à souhaiter la bienvenue à notre ami, l’Ambassadeur Araud de France. Et j'ai eu la chance de le rencontrer juste avant de sortir pour qu'il sache que ce ne sont pas seulement les États-Unis d'Amérique, mais le monde entier qui est solidaire du peuple français en cette période difficile.

J'ai parlé avec le président Hollande plus tôt aujourd'hui. Et en plus de lui transmettre mes sincères condoléances, je lui ai rappelé que la France est le plus ancien allié de l'Amérique et l'un de nos plus forts. Nous nous devons notre liberté les uns aux autres. Américains et Français sont unis depuis deux siècles. Et j'ai dit au président Hollande que nous resterons unis maintenant - dans notre chagrin; dans notre prière pour les nombreux blessés, dont beaucoup se battent pour leur vie. Et nous nous engageons à soutenir nos amis français dans la défense de nos nations contre ce fléau du terrorisme et de la violence.

Et c'est une menace pour nous tous. Nous ne connaissons pas tous les détails, mais ce que nous savons, c'est la capacité d'un seul individu à faire un tort extraordinaire à notre peuple, à notre mode de vie. De nombreux pays représentés ici aujourd'hui ont été touchés cette année et les années précédentes. Ces dernières semaines, nous avons vu des attaques odieuses, inspirées ou dirigées par l'EIIL, ici aux États-Unis, en Turquie, en Irak, au Bangladesh, en Arabie saoudite. Et ces terroristes ciblent et tuent des innocents de tous horizons et de toutes confessions, y compris des musulmans. Et je sais que je parle pour nous tous quand je dis que ces individus et ces réseaux sont un affront à toute notre humanité.

Bon nombre des pays représentés ici aujourd'hui font partie de notre coalition mondiale contre l'EIIL. Et je veux profiter de cette occasion pour dire une fois de plus: nous ne serons pas découragés. Nous ne reculerons pas. Nous allons continuer à travailler ensemble pour prévenir les attaques et défendre notre patrie. Nous allons continuer à éliminer les dirigeants de l'EIIL et à repousser l'EIIL en Syrie et en Irak. Nous allons continuer à soutenir nos partenaires, de l'Afrique à l'Afghanistan. Et nous allons détruire cette vile organisation terroriste.

Et contrairement à ces terroristes qui ne savent que tuer et détruire, nous allons gagner ce combat en construisant; en ne renonçant jamais à la diplomatie pour mettre fin à la guerre civile syrienne; en travaillant avec des partenaires du monde entier, y compris des communautés musulmanes, pour lutter contre les idéologies haineuses qui tordent et déforment l'islam - une religion qui enseigne la paix, la justice et la compassion.  Nous allons vaincre ces idéologies en offrant une meilleure vision du développement et du progrès économique afin que les gens, en particulier les jeunes, ont plus d’espoir et d’opportunités et sont moins sensibles à l’extrémisme et à la violence. Et nous continuerons de promouvoir les opportunités politiques et la démocratie afin que les citoyens aient leur mot à dire sur leur avenir.

Et nous gagnerons ce combat en restant fidèles à nos valeurs - valeurs de pluralisme et d’État de droit et de diversité et de libertés, comme la liberté de religion, la liberté d’expression et de réunion - les libertés mêmes que le peuple niçois célébrait hier soir Jour de la Bastille. À la suite des attaques de la nuit dernière, nous avons entendu plus de suggestions que tous les musulmans en Amérique soient ciblés, testés pour leurs croyances; certains ont été déportés ou emprisonnés. Et la suggestion même est répugnante et un affront à tout ce que nous défendons en tant qu'Américains.

Nous ne pouvons pas céder à la peur, ni nous retourner les uns contre les autres, ni sacrifier notre mode de vie. Nous ne pouvons pas nous laisser diviser par la religion - parce que c'est exactement ce que veulent les terroristes. Nous ne devrions jamais faire leur travail pour eux. Et ici aux États-Unis, nos libertés - y compris la liberté de religion - nous aident à rester forts et en sécurité, et nous devons être vigilants et défendre notre sécurité et nos libertés.

Et nous tous - quelles que soient les nations que nous représentons ici - je pense que nous devons prendre du recul et réfléchir à ce que nous faisons pour éliminer ce type de violence chronique. Cela a été des semaines difficiles aux États-Unis.  Mais le fossé qui existe n'est pas entre les races et les ethnies et les religions; c'est entre des gens qui reconnaissent l'humanité commune de tous les peuples et sont prêts à construire des institutions qui promeuvent cette humanité commune, et ceux qui ne le font pas - ceux qui suggéreraient que quelqu'un est moins qu'eux à cause de leur tribu ou de leur appartenance ethnique, ou leur foi, ou leur couleur. Et ces impulsions existent dans tous nos pays. Et ces impulsions, lorsque nous ne nous prononçons pas contre elles et ne construisons pas des institutions solides pour protéger les gens de ces impulsions, elles peuvent prendre le relais, elles peuvent être libérées - pour que nous ayons tous des responsabilités, pas seulement quelques-uns.

Je tiens à dire que même si nous sommes sans relâche contre les terroristes, il est également digne de reconnaître que nos nations ont travaillé ensemble pour la sécurité, la paix et la dignité humaine dans le monde. Je tiens à remercier un si grand nombre de vos pays pour le partenariat que nous avons forgé et les progrès que nous avons réalisés ensemble ces huit dernières années pour sauver l'économie mondiale et sécuriser les matières nucléaires vulnérables. Un accord global pour empêcher l'Iran d'obtenir une arme nucléaire. Arrêter la propagation d'Ebola et ainsi sauver d'innombrables vies. A Paris, l'accord le plus ambitieux de l'histoire pour lutter contre le changement climatique.  Un nouvel ensemble d'objectifs en matière de développement durable visant à mettre fin à l'extrême pauvreté et à promouvoir la santé et l'éducation et l'égalité pour tous, y compris les femmes.

Et grâce aux efforts de beaucoup d'entre vous, nous avons continué d'essayer d'aller au-delà des anciens conflits: soutenir la transition vers la démocratie en Birmanie. Forger un nouveau partenariat avec le Vietnam. Approfondir notre nouveau chapitre d'engagement avec le peuple cubain. Aider à soutenir les efforts en Colombie pour mettre fin au conflit qui dure depuis des décennies. C'est le pouvoir de la diplomatie. C'est ce qui est possible lorsque nos nations et nos peuples travaillent ensemble dans un esprit d'intérêt mutuel et de respect mutuel.

Et quel contraste avec la mort et le nihilisme qu'offrent les terroristes. Quel rappel puissant du progrès et de l'opportunité et de l'espoir que nous pouvons avancer lorsque, en tant que nations, en tant que peuples et en tant qu'individus, nous refusons d'être définis par nos seules différences, et nous nous souvenons que nous faisons tous partie d'une même race humaine.  Même les jours difficiles comme celui-ci, c'est ce qui me donne de l'espoir. Et c'est ce qui devrait nous donner à tous espoir.  Parce que sur cette planète de plus de sept milliards de personnes, la haine et la violence de quelques-uns ne peuvent en définitive rivaliser avec l'amour, la décence et le dur labeur des gens de bonne volonté et de compassion, tant que nous défendons ces valeurs et nous répondons à ceux qui saperaient ces valeurs.  

Je suis très fier du travail que nous avons accompli ces sept dernières années et demie en partenariat avec vos pays. Et tant que j'aurai le privilège d'être le président des États-Unis, je continuerai de me tenir à vos côtés pour promouvoir ces valeurs partout dans le monde.

Merci beaucoup, tout le monde.

FIN
3: 03 PM EDT

 

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

11 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Tom

Obama est tellement désemparé qu'il semble ne pas avoir la moindre idée de son ignorance ... Et ceux qui ont voté pour lui ont encore moins de contact avec tout ce qui est réel. Les vrais croyants sont des gens vraiment effrayants.

James

Je ne connais pas le chiffre exact et cela n'inclut peut-être pas tous les gouvernements légitimes que les États-Unis ont soit déstabilisés, soit tenté de contrôler, mais je pense qu'au moins des actions violentes de 50 à 60 dans le monde ont été menées par les États-Unis.

Voici donc ma question:
Le développement durable mettra-t-il fin à la violence chronique de «Imperial Amerika»?

La guerre est la paix en laquelle nous pouvons croire.

HumanLiberty

Après avoir écumé les mots d'Obama, je suis d'accord - le développement durable, la compassion, le partage pour le plus grand bien sont tous formidables et peuvent vraiment aider à guérir le monde. La différence critique? Il doit être réalisé par des moyens locaux et volontaires, et non par la force et la consolidation mondiale du pouvoir aux «élites». En utilisant des techniques comme la permaculture, le matériel Open Source (voir le discours TED de Marcin Jakubowski), le logement alternatif comme Earthships de Mike Renold, le commerce volontaire / partage / coopération et la charité entre amis et voisins, de véritables milices locales et une coévolution de liberté mutuellement respectueuse cultures locales qui correspondent aux personnes qui les composent et les créent, nous les humains pouvons, au fil du temps,... Lire la suite »