Greenwald : le "Comité de désinformation" de la sécurité intérieure

Portrait officiel du gouvernement de Nina Jankowicz, nommée directrice exécutive du nouveau "Conseil de la désinformation" qui sera hébergé au sein du département américain de la Sécurité intérieure (publié par Jankowicz sur Twitter)
S'il vous plaît partager cette histoire!
Le DHS éclaire la nation quand il dit qu'il nous protégera de la désinformation : c'est l'opposé polaire qui est vrai. Biden a orchestré l'ensemble de la branche exécutive du gouvernement pour mentir et tromper intentionnellement afin de créer un monopole de l'information basé sur leur propre récit artificiel. Qui fournira au DHS la « vérité » ? La myriade de «vérificateurs de faits» malhonnêtes et les organisations de gauche comme le Southern Poverty Law Center. ⁃ Éditeur TN

Le pouvoir de décréter ce qui est de la « désinformation » détermine désormais ce qui peut et ne peut pas être discuté sur Internet. Il est maintenant entre les mains d'agents de désinformation qualifiés de l'État de sécurité américain.

Le plus flagrant et le plus flagrant campagne officielle de désinformation américaine depuis des années a eu lieu trois semaines avant l'élection présidentielle de 2020. C'était quand des dizaines d'anciens responsables du renseignement prétendu, dans une lettre ouverte, croire que des courriels authentiques concernant les activités de Joe Biden en Chine et en Ukraine, rapporté par Le New York Post, étaient de la « désinformation russe ». Cette proclamation quasi-officielle a permis aux médias d'entreprise libéraux de se moquer sans critique puis d'ignorer ces e-mails comme des faux créés par le Kremlin, et cela a fait pression sur les plateformes Big Tech telles que Facebook et Twitter pour qu'elles censurer le reportage exactement au moment où les Américains se préparaient à décider qui serait le prochain président américain.

La lettre de ces anciens responsables du renseignement a été orchestrée par des menteurs de carrière formés - des agents de désinformation - tels que l'ancien directeur de la CIA John Brennan et l'ancien directeur du renseignement national James Clapper. Pourtant, cette lettre était néanmoins cruciale pour discréditer et finalement réprimer le New York PostLes reportages incriminants de Biden. Il a fourni un imprimatur quasi officiel - quelque chose qui pourrait être décrit comme un décret faisant autorité - que ces e-mails authentiques étaient, en fait, frauduleux.

Après tout, si tous ces agents de renseignement nobles et héroïques qui ont passé leur vie à étudier la désinformation russe insistaient sur le fait que les e-mails de Biden avaient toutes les « caractéristiques » de la trahison du Kremlin, qui possédait la crédibilité pour contester leur expertise ? Ce clip du chef des médias dans la diffusion de ce mensonge pré-électoral de la CIA – CNN – présente son analyste de la sécurité nationale James Clapper, et il illustre à quel point ce semblant de bureaucratie était vital dans leur campagne de désinformation trompeuse :

Ce même motif stratégique - conférer aux accusations de "désinformation" le vernis de l'expertise - est ce qui a favorisé une nouvelle industrie très bien financée se présentant comme composée d'universitaires "anti-désinformation". Sachant que les Américains sont inculqués dès l'enfance à croire que la censure est néfaste - qu'elle est la marque de fabrique de la tyrannie - ceux qui souhaitent censurer doivent trouver une justification ennoblissante pour la justifier et déguiser ce qu'elle est.

Ils ont ainsi créé une litanie de groupes à consonance neutre avec des noms anodins - The Atlantic Council, l'Institute for Strategic Dialogue, divers groupes de "vérification des faits" contrôlés par les médias d'entreprise - qui prétendent employer des "experts anti-désinformation" pour identifier et lutter contre les fausses nouvelles. Tout comme les sociétés de médias ont rebaptisé leurs experts partisans en «vérificateurs des faits» – pour faire passer leurs opinions pour des décrets d'expertise élevés et apolitiques faisant autorité – le terme «expert en désinformation» est conçu pour déguiser des opinions idéologiques au nom de l'État et du pouvoir des entreprises centres comme vérité officielle.

Pourtant, quand on soumet ces groupes à même un examen minutieux d'enquête, on constate qu'ils sont tout sauf apolitiques et neutres. Ils sont souvent financé par la même petite poignée de milliardaires libéraux (tels que George Soros et Pierre Omidyar), de véritables agences d'État de sécurité des États-Unis, du Royaume-Uni ou de l'UE, et/ou des monopoles Big Tech tels que Google et Facebook.

En effet, la notion d'« expert anti-désinformation » est elle-même complètement frauduleuse. Il ne s'agit pas d'une véritable expertise mais plutôt d'un titre concocté accordé aux propagandistes pour les faire apparaître plus savants et apolitiques qu'ils ne le sont. Mais la fonction de cette industrie bien financée est la même que celle servie par la lettre pré-électorale de "dizaines d'anciens responsables du renseignement": discréditer la dissidence et justifier sa censure en insufflant à sa condamnation le semblant d'autorité institutionnelle. Les vues ciblées ne sont pas simplement mal; ils ont été jugés par officiel, accrédité par des experts CRM constituer une « désinformation ».

Cette arnaque est le contexte critique pour comprendre pourquoi l'administration Biden avec désinvolture annoncé la semaine dernière la création de ce qu'il appelle un "Conseil de désinformation" au sein du Département de la sécurité intérieure (DHS). Il n'y a aucune circonstance concevable dans laquelle un organisme national d'application de la loi comme le DHS devrait revendiquer le pouvoir de décréter la vérité et la fausseté. Les agents de l'État de sécurité américain ne sont pas dévoués à la lutte contre la désinformation. Le contraire est vrai : ils sont formés, des menteurs de carrière chargés de concocter et de répandre de la désinformation. Comme Politicode Jack Schafer écrit:

Qui parmi nous pense que le gouvernement devrait ajouter à sa liste de travail la tâche de déterminer ce qui est vrai et ce qui est de la désinformation ? Et qui pense que le gouvernement est capable de dire la vérité ? Notre gouvernement produit des mensonges et de la désinformation à l'échelle industrielle et l'a toujours fait. Ce surclassifie les informations vitales pour empêcher ses propres citoyens de devenir plus sages. Il paie des milliers d'attachés de presse pour jouer à cacher le salami avec des faits… Faire du gouvernement fédéral le gardien officiel de la vérité reviendrait à donner à Brink un emploi de conducteur de voiture blindée à un pirate de coffre-fort.

Le but des agents de la sécurité intérieure est de faire de la propagande et de tromper, pas d'éclairer et d'informer. Le niveau d'ignorance historique et de stupidité requis pour croire que les agents de l'État de sécurité américain se consacrent sincèrement à exposer et à décréter la vérité - comme le croit évidemment Brian Stelter de CNN, étant donné que il a loué ce nouveau programme gouvernemental comme « bon sens » – est hors des charts. En tant que Jameel Jaffer, anciennement de l'ACLU et maintenant avec le Knight First Amendment Institute de Columbia le mettre, le plus troublant est "le fait que le conseil d'administration soit hébergé au DHS, une agence particulièrement opaque qui a bafoué les libertés civiles dans le passé".

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

4 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Elle

Elle EST la Dolores Ombrage du Ministère de la Vérité, anciennement connu sous le nom de DHS. C'est une âme très méchante et laide. Regardez-la simplement dans les yeux. Les siens ressemblent plus à ceux d'un tueur en série qu'à une femme humaine de 33 ans. "NON! Ne cours pas. Je suis votre ami!" alors qu'elle tient la hachette haute. Il n'y a pas d'autres mots pour son langage haineux et ses idées fascistes. ELLE DOIT PARTIR ! Conclusion : « Les agents de l'État de sécurité américain ne se consacrent pas à la lutte contre la désinformation. Le contraire est vrai : ils sont formés, des menteurs de carrière chargés de concocter et de répandre de la désinformation. Comme l'a écrit le politicien Jack Schafer… "Tout compris.... Lire la suite »

Dernière modification il y a 6 mois par Elle
PAMINO

Soit Grünewald, soit Greenwood ; moyen non daturé.

Obi Wan Kenobi

Étrange tout ce remue-ménage autour de cette nouvelle agence.
Tout le monde sait qu'aujourd'hui, la désinformation signifie simplement "tout ce qu'ils n'aiment pas ou ne tolèrent pas".
Ils ont donc créé un bureau pour surveiller cela. Rien à voir avec la vérité du tout.
C'est exactement ce que l'on peut attendre des personnes corrompues. Pas de surprise.
Cœur

[…] Greenwald : le « Conseil de désinformation » de la Sécurité intérieure […]