Parag Khanna: le 21e siècle appartient à l'Asie

Dr. Parag KhannaImage: PBS
S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
Le principal technocrate et universitaire mondial, le Dr Parag Khanna, affirme que le 21e siècle appartient à l'Asie, pas aux États-Unis ou à l'Occident en général. Il a également écrit le livre Technocracy in America, appelant à une transformation complète de notre nation.

La Chine, le Japon, la Corée du Sud, la Malaisie et l'Inde sont déjà bien partis pour embrasser la technocratie. La Chine, en particulier, exporte sa nouvelle idéologie vers le reste du monde. ⁃ TN Editor

Au cours des décennies passées, et en particulier au cours du 20th siècle, l'étendue de l'influence occidentale sur le monde a atteint de nouvelles limites. Grâce principalement à l'expansion économique de l'après-Seconde Guerre mondiale, également connue comme l'âge d'or du capitalisme et le boom économique d'après-guerre, l'influence de l'Occident sur le monde est devenue célèbre. Aujourd'hui, les marques américaines sont partout, nous parlons tous anglais et des pays comme les États-Unis et les nations européennes sont les plus grands acteurs sur la scène internationale.

Mais cela change.

Selon Parag Khanna, conseiller en stratégie mondiale, voyageur du monde et auteur à succès, "L'avenir est asiatique." C'est le titre de son dernier best-seller, mais aussi la réalité à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui au 21st siècle, qu'il considère comme le siècle asiatique.

"Je pense que nous devons réaliser que nous sommes déjà dans un monde asiatique", a déclaré Khanna. Ameinfo. «Ce n'est pas une perspective d'avenir: au 21st siècle, c'est déjà un siècle asiatique.

Nommée l'une des «75 personnes les plus influentes du 21e siècle» par Esquire et présentée dans la «Liste intelligente» du magazine WIRED, les écrits de Khanna sont des sujets de discussion brûlants à travers le monde.

Alors, quel est exactement le siècle asiatique, et pourquoi le futur asiatique? Ameinfo le découvre et plus dans cette interview individuelle.

1. Pouvez-vous nous parler de vous et de quelques faits saillants de votre carrière qui ont contribué à façonner qui vous êtes aujourd'hui?

Les principaux faits saillants comprennent ma première position au Conseil des relations étrangères à New York. C'était peu de temps après avoir obtenu son diplôme de la Georgetown University, School of Foreign Service. À cette époque, j'ai fait la connaissance d'officiers militaires américains qui m'ont recruté par la suite pour travailler dans les forces d'opérations spéciales, période pendant laquelle je travaillais en Irak et en Afghanistan en 2007 pendant les activités de pointe. De toute évidence, ce fut une expérience très révélatrice.

J'ai également travaillé au Forum économique mondial à la fois physiquement, vivant à Genève en 2001, ainsi que comme consultant à Washington.

Pour moi, un moment décisif a été lorsque j'étais à la Brookings Institution en 2004 et que j'ai décidé de ne pas travailler sur les campagnes présidentielles mais plutôt d'écrire [la] proposition de mon premier livre «The Second World». Le livre a reçu une avance de Random House, le plus grand éditeur au monde. Cela m'a permis de voyager pendant trois ans à travers le [globe]. «Le deuxième monde» a été publié en 2008 et contenait de très grandes sections sur la région du Moyen-Orient.

Après cela, j'ai pu être beaucoup plus indépendant et j'ai écrit 5 autres livres depuis lors et j'ai également vécu à New York, Londres et Singapour, où j'habite maintenant.

2. Votre livre «L'avenir est asiatique» propose une réalité intéressante que nous voyons prendre forme aujourd'hui. La Chine, Singapour, le Japon et d'autres pays asiatiques sont souvent les principaux pays dans certains domaines de l'innovation, et le commerce est de plus en plus centré sur ces pays. Qu'est-ce qui vous a amené à cette réalisation, et quand pensez-vous que nous verrons cela se produire?

Dans ce premier livre, le deuxième monde, j'avais une très longue section intitulée «L'Asie pour les Asiatiques». C'était la cinquième section du livre et une centaine de pages. Près de dix ans plus tard, je voulais mettre à jour le livre et, entre-temps, j'avais également déménagé à Singapour et j'avais eu une telle exposition intensive à la région asiatique pour vraiment mettre à jour mes connaissances.

Dans mon premier livre, la Chine était très centrale alors que dans «L'avenir est asiatique», j'ai essayé de replacer la Chine dans le contexte de la méga-région asiatique plus vaste, qui compte 5 milliards d'habitants. La Chine ne représente qu'un tiers de cette population, j'ai donc pensé qu'il était très important de corriger bon nombre des idées fausses qui dominent notre réflexion sur le rôle de la Chine dans le monde dans lequel nous la considérons comme une hégémonie mondiale potentielle, car ce n'est pas le cas. C'est le pays le plus puissant d'Asie, mais l'Asie est une région multipolaire dont le Japon et l'Inde et même la Russie… sont toutes des grandes puissances asiatiques. Ainsi, l'histoire asiatique et la géopolitique asiatique ne sont pas une comparaison comparable avec l'histoire occidentale. Aucun livre ne l'avait vraiment souligné, donc je pense que j'ai écrit le premier livre sur l'Asie qui n'est pas centré sur la Chine.

Vous remarquerez, bien sûr, que les pays d'Asie occidentale - la région du Golfe, y compris l'Arabie saoudite, la Turquie et l'Iran - jouent un rôle très important dans mon livre, car ils font en fait partie de l'Asie. Par conséquent, je voulais faire des arguments basés sur la géographie, la démographie et l'économie qui sont beaucoup plus appropriés aujourd'hui que les travaux traditionnels sur l'Asie qui se concentrent principalement sur la Chine.

Lire l'histoire complète ici…

Joignez-vous à notre liste d'envoi!


A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
Avatar
3 Sujets de commentaires
0 Réponses de thread
0 Followers
Commentaire mostïve
Le plus chaud des commentaires
2 Les auteurs de commentaires
Jim ReinhartJCLincoln Commentaires récents auteurs
S'abonner
le plus récent plus vieux le plus voté
Notifier de
JCLincoln
Invité

Désolé, monsieur Parag. Les États-Unis connaissent déjà une résurgence qui durera tout le 21e siècle. La Chine devra attendre …… .. OU… ils peuvent rejoindre les États-Unis et travailler ensemble au profit de TOUTE l'humanité…. et pas seulement un segment ou une course.

Jim Reinhart
Invité
Jim Reinhart

Il me semble que le mouvement de la technocratie est mondial et les informations sur la façon de le créer et de le mettre en œuvre proviennent de tous les pays qui sont sous l'oligarchie des banques centrales de Ponzi, car une grande partie de la création provient des États-Unis et de l'Europe et a été exportée pour être testée. Aucun pays ne peut survivre de l'intérieur à la trahison et nous en sommes à plusieurs décennies, probablement depuis la création du Traité de l'Atlantique, de l'ONU et de la BRI.