Le pape François évalue l'agenda 2030 pour le développement durable

Le pape arrive au siège des Nations UniesPhoto ONU
S'il vous plaît partager cette histoire!

Le pape François est sans doute le premier pape «vert» à soutenir sans vergogne les Nations Unies, l'Agenda 21, l'Agenda 2030, le développement durable, l'économie verte, les villes intelligentes, etc. De nombreux catholiques traditionnels sont fous.  Éditeur TN

Une lettre du Saint-Siège concernant l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable a été publiée sur le site Web de l'Assemblée générale des Nations Unies.

La lettre, datée du 25 septembre 2016 et signée par Mgr Bernadito Auza, Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l'ONU, évalue l'ordre du jour et fait quelques considérations concernant l'ordre du jour à la lumière du discours du pape François aux Nations Unies lors de son voyage à New York en septembre 2015 et d'autres principes.

Le texte intégral apparaît ci-dessous.

 

Annexe à la lettre datée du 25 de septembre 2016, adressée au Secrétaire général par l'observateur permanent du Saint-Siège auprès de l'Organisation des Nations Unies

«Transformer notre monde: l'Agenda 2030 pour le développement durable», document final du sommet des Nations Unies pour l'adoption du programme de développement pour l'après-2015, tenu de 25 à 27 en septembre 2015 à New York

Note du Saint-Siège

Introduction

1. Avec des aspirations appropriées et louables, le Programme 2030, plan d'action international non contraignant, a été adopté par l'Assemblée générale sous la forme d'une résolution. [1] Il est divisé en cinq parties: (a) le préambule; (b) la déclaration; c) les objectifs et cibles de développement durable; (d) les moyens de mise en œuvre et le Partenariat mondial; (e) le suivi et l'examen.

2. Dans l'accomplissement de sa mission spécifiquement spirituelle et morale au sein de la communauté internationale et dans le cadre de son statut particulier à l'Organisation des Nations Unies, le Saint-Siège a participé activement aux négociations pendant près de deux ans et demi, tous deux à l'Open Groupe de travail de l'Assemblée générale sur les objectifs de développement durable et dans les négociations intergouvernementales sur le programme de développement pour l'après-2015.

3. Le Pape François, dans son discours à l'Assemblée générale le 25 septembre 2015, a qualifié l'adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030 lors du sommet comme «un signe important d'espoir». Un espoir qui se réalisera si l'Agenda est mis en œuvre véritablement, équitablement et efficacement.

4. Cependant, le Pape François a mis en garde la communauté internationale contre le danger de tomber dans «un nominalisme déclarationniste», c'est-à-dire la pratique «d'apaiser les consciences» par des déclarations solennelles et agréables, plutôt que de rendre «vraiment efficace la lutte contre tous les fléaux». . Le Saint-Siège, par exemple, exprime l’espoir que l’indicateur actuel d’extrême pauvreté, environ un dollar par jour, pourra être accompagné ou remplacé par des indicateurs plus ambitieux et plus larges. Le Saint-Père a également alerté la communauté internationale sur le danger de penser qu '«une solution théorique et aprioriste unique apportera une réponse à tous les défis».

5. Tenant compte des paroles du Pape François, le Saint-Siège souhaite considérer certains principes dans l'évaluation de l'Agenda 2030 et dans son interprétation et sa mise en œuvre aux niveaux national et international. À cette fin, la présente note est divisée en deux parties. La partie I présente les points clés contenus dans le discours du pape François aux Nations Unies en ce qui concerne le Programme 2030. La partie II examine le Programme 2030 à la lumière de ces principes et d'autres.

Partie I: principes généraux

6.     Comprendre le développement humain intégral. Les piliers du développement humain intégral, à savoir le droit à la vie et, plus généralement, le droit à l'existence de la nature humaine elle-même, sont menacés lorsque nous ne reconnaissons plus un cas au-dessus de nous ou ne voyons plus rien d'autre que nous-mêmes. On ne peut remédier à cela qu'en reconnaissant une loi morale inscrite dans la nature humaine même, qui inclut le respect absolu de la vie dans toutes ses étapes et dans toutes ses dimensions, ainsi que la différence naturelle entre l'homme et la femme. Les droits de l'homme découlent d'une compréhension correcte de la nature humaine, de la personne humaine, de la dignité humaine inhérente et de la loi morale.

7.     Reconnaître les pauvres comme des agents dignes de leur propre destin. Pour permettre aux hommes et aux femmes d'échapper à l'extrême pauvreté, ils doivent être des agents dignes de leur destin, en tenant compte du fait que le développement humain intégral et le plein exercice de la dignité humaine ne peuvent être imposés, mais doivent plutôt se dérouler pour chaque individu, pour chaque individu. la famille, par rapport aux autres et dans une juste relation avec les régions dans lesquelles se développe la vie sociale humaine. [2]

8.     Fournir à la fois des moyens spirituels et matériels. Dans le même temps, un minimum de moyens spirituels et matériels est nécessaire pour permettre à une personne de vivre dans la dignité et de créer et de soutenir une famille, qui est la principale cellule de tout développement social. Concrètement, cela signifie: liberté religieuse et éducation, ainsi que logement, travail, terre, nourriture, eau et soins de santé.

9.     Respect du principe de justice. La justice [3] exige des mesures concrètes et des mesures immédiates pour préserver et améliorer l'environnement naturel et mettre fin au phénomène de l'exclusion sociale et économique, avec ses conséquences néfastes. [4]

10.    Le droit à l'éducation à la lumière du destin transcendant de la personne humaine. Le droit à une éducation intégrale et de qualité doit inclure une éducation religieuse. Cela présuppose une approche holistique, qui est garantie avant tout par le respect et le renforcement du droit fondamental de la famille d'éduquer ses enfants, ainsi que du droit des églises et des groupes sociaux de soutenir et d'aider les familles dans cette entreprise. En effet, l’éducation, qui signifie étymologiquement «faire émerger» ou «mener», a un rôle fondamental à jouer pour aider les gens à découvrir leurs talents et leur potentiel pour les mettre au service de l’humanité: chaque personne a quelque chose à offrir à la société et à la société. être habilité à apporter sa contribution. Une éducation authentique devrait être axée sur les relations, car le développement est le fruit de bonnes relations.

11.    Respect de la loi. Il s'ensuit que si nous voulons un véritable développement humain intégral pour tous, nous devons œuvrer pour éviter les conflits entre les nations et entre les peuples en garantissant la primauté du droit.

12.    Résolution pacifique des différends. Nous devons avoir recours à la résolution pacifique des différends par le dialogue, la négociation, la médiation et l'arbitrage; le renouvellement et l'accélération des efforts dans le processus de désarmement; transparence dans la vente d’armes et interdictions dans ce commerce aux pays en conflit.

13.    Service aux autres et respect du bien commun. Cela appelle une sagesse ouverte à la réalité de la transcendance et reconnaissant que le sens de la vie individuelle et collective se trouve dans le service désintéressé des autres et dans l'utilisation prudente et respectueuse de la création pour le bien commun.

14.    Construire les fondements de la fraternité universelle. En dernière analyse, la maison commune de tous les hommes et de toutes les femmes doit continuer à être construite sur les fondements d’une compréhension correcte de la fraternité universelle et du respect du caractère sacré de la nature créée, à commencer par toute vie humaine.

Partie II: l'Agenda 2030 pour le développement durable

15. Le Programme 2030 est un signe clair que, malgré les différences dans certains domaines, la communauté internationale s'est réunie et a affirmé son engagement à éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et dimensions et à faire en sorte que tous les enfants, femmes et hommes le monde aura les conditions nécessaires pour vivre dans une vraie liberté et dignité. Gardant à l'esprit que le Saint-Siège souscrit à la plupart des buts et objectifs énumérés dans l'ordre du jour, à ce stade, le Saint-Siège, conformément à sa nature et à sa mission particulière, souhaite faire des éclaircissements et des réserves sur certains des concepts utilisés dans l'Agenda 2030. Le Saint-Siège tient à souligner que les commentaires formulés dans le présent document tiennent compte des réserves qu'il a inscrites au procès-verbal concernant les objectifs 3.7 et 5.6, paragraphe 26 de l'ordre du jour ainsi que certaines expressions dont les détails complets figurent dans le Déclaration de position du Saint-Siège sur le Programme à l'horizon 2030 [5].

16.    Interprétation. L’ordre du jour de 2030 reconnaît qu’il doit être interprété conformément au droit international, y compris le droit international des droits de l’homme (résolution de l’Assemblée générale 70 / 1, par. 10, 18 et 19).

a) Que l'ordre du jour soit interprété conformément à ces normes signifie - et le Saint-Siège le souligne - une «interprétation correcte» conformément à des principes consolidés et reconnus. [6]

b) À cet égard, le Saint-Siège soutient que le Programme 2030 doit être interprété de bonne foi selon le sens ordinaire des termes dans leur contexte et à la lumière de l'objet et du but du Programme 2030, qui sont énoncés dans le préambule et réaffirmé dans la Déclaration.

c) Il s’ensuit que les objectifs, les cibles et les indicateurs éventuels ne doivent pas être considérés indépendamment de l’ordre du jour.

d) Le Saint-Siège est guidé par la notion de bien commun, telle qu'elle est définie dans la présente note (voir par. 19 b)), en plus des principes de solidarité et de subsidiarité, qui sont explicitement reflétés dans le Programme à l'horizon 2030. , de différentes manières.

e) Les principes de souveraineté nationale, d'intégrité territoriale et d'indépendance politique des États sont également explicitement reconnus, de même que «les différentes approches, visions, modèles et outils dont dispose chaque pays» (ibid., par. 59; voir également préambule, par. . 5 et par. 3, 5, 18, 21, 38, 47, 55, 56).

17.    But de l'ordre du jour. Avec l'agenda 2030, la communauté internationale s'est engagée à «éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et dimensions» (préambule, par. 1) sur la base de la «centralité de la personne humaine en tant que sujet principalement responsable du développement» et de l'engagement “Personne ne sera laissé pour compte” (préambule, par. 2 et par. 4, 48). [7]

a) C'est dans cette perspective qu'il convient de lire l'ensemble du Programme 2030, et cela inclut le respect du droit à la vie de la personne, de la conception à la mort naturelle [8].

(b) Les pôles de la vie humaine ont été décrits par le Pape François comme «la force» et la «mémoire» de la famille en soulignant que «[une] personne incapable de s'occuper des enfants et de s'occuper des personnes âgées est un peuple sans avenir , car il manque de la force et de la mémoire nécessaires pour avancer ». [9]

18.    Centralité de la personne humaine. Que la personne humaine soit le principal responsable du développement (préambule, par. 1, 2, 5 et 7 et par. 1, 2, 27, 50, 52 (e)), signifie que nous avons besoin d'une plus grande appréciation » de notre origine commune, de notre appartenance mutuelle et d'un avenir à partager avec tout le monde ». [74]

(a) Ceci, à son tour, implique une prise de conscience croissante de notre nature humaine générale, de la dimension transcendante de l'existence humaine ainsi que du respect du corps humain dans sa féminité ou sa masculinité. [11]

b) Une compréhension correcte de la personne humaine, en tant qu’unité du corps et de l’âme, conduit à reconnaître que la sexualité est une dimension importante de l’identité humaine.

c) La sexualité doit être vécue dans le respect de la dignité de chaque personne, qui n’a pas de droits sexuels individuels, car une relation sexuelle exige le plein respect de la dignité et de la liberté de chaque personne formant le couple.

19.    Le concept de dignité humaine. L’agenda 2030 utilise le terme «dignité» de différentes manières (préambule, par. 4 et par. 4, 8, 50).

a) Elle reconnaît la dignité de tout être humain en utilisant le terme «dignité humaine», que le Saint-Siège entend par dignité humaine inhérente et inaliénable, c'est-à-dire la valeur transcendante de la personne humaine, dont découlent les droits et les devoirs . [12]

(b) L'Agenda parle également de personnes qui vivent dans la dignité, ce que le Saint-Siège rapporte au principe du bien commun: une évaluation objective d'un accès relativement complet et facile à la somme des conditions de la vie sociale orientée vers le développement intégral et véritable accomplissement. [13]

c) En outre, le Saint-Siège soutient que chaque personne a une «dignité acquise» qui se développe lorsque l'on maximise ou perfectionne librement ses possibilités conformément à la bonne raison, et pour les croyants, cette raison est éclairée par la foi. [ 14]

20.    Promotion des femmes et des hommes, des filles et des garçons. Nous devons reconnaître que les femmes ont un rôle spécial à jouer dans la famille et dans la société, et en ce qui concerne plus particulièrement le développement humain intégral.

(a) Cela est dû à leur présence unique dans la création de la vie en tant que mères physiques et spirituelles, qui ont des dons spéciaux, mais non exclusifs, qui comprennent la défense, l'éducation et le soin de la vie, de la conception à la mort naturelle.

b) Il s'ensuit que les femmes doivent être promues et avoir les moyens de réaliser leur dignité inhérente en tant que personnes féminines et protégées de la violence psychologique et physique, par toutes les formes d'avortement, y compris le féticide féminin et l'infanticide féminin, afin qu'elles puissent apporter leurs dons dans tous les contextes de la société, y compris les processus de paix informels (tels que la famille et diverses organisations) et les processus de paix formels.

c) Le Saint-Siège souligne que toute référence au «genre», à «l'égalité des sexes» et à «l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles» s'entend selon l'usage ordinaire et généralement accepté du mot «genre» fondé sur le identité masculine et féminine, qui est, à son tour, renforcée par les nombreuses références dans le Programme 2030 aux deux sexes (par. 15, 20, 25). Le pape François, suivant les traces de ses prédécesseurs, a fréquemment évoqué les dangers de «l'idéologie du genre» qui nie la pertinence du sexe biologique, homme et femme, en affirmant qu'il existe une pléthore de «genres» basés sur ses perceptions subjectives. . [15]

d) En utilisant le terme «promotion» au lieu de «autonomisation», le Saint-Siège cherche à éviter une vision désordonnée de l’autorité comme pouvoir plutôt que comme service [16] et exprime l’espoir que les femmes et les filles, en particulier, remettre en cause cette vision faussée de l'autorité en vue d'humaniser les situations dans lesquelles ils vivent.

e) Par conséquent, pour éviter les connotations idéologiques et politiques, l'expression «promotion de la femme» doit être comprise comme le respect de la dignité des femmes, leur renforcement, leur éducation, leur donnant une voix quand elles n'en ont pas et les aidant à développer leurs capacités et assumer des responsabilités.

f) Cependant, la promotion des femmes est difficile à réaliser sans la «promotion des hommes», dans le sens de les encourager et de les aider à devenir des maris et des pères responsables et à assumer leurs responsabilités dans la promotion du développement intégral des femmes et des filles.

21.    Santé. Le Saint-Siège soutient et encourage l'accès aux soins de santé de base et aux médicaments abordables, ainsi qu'à un vaste contexte de soins de santé comprenant l'eau potable, l'assainissement, l'électricité pour les hôpitaux et les unités de soins de santé et la formation d'infirmières et de médecins. Le Saint-Siège lit dans l'objectif 2 le droit à l'alimentation et dans l'objectif 6 le droit à l'eau et le concept d'eau abordable.

a) Par «vie saine», on entend la santé de la personne dans son ensemble - y compris les plus vulnérables, les enfants à naître, les malades, les handicapés - à tous les stades de développement de la vie de la personne, en tenant compte de toutes les dimensions (physique, psychologique, spirituelle et émotionnelle).

b) Le droit à la santé étant un corollaire du droit à la vie, il ne peut jamais être utilisé comme moyen de mettre fin à la vie d’une personne, qui l’est de la conception à la mort naturelle. Il en va de même pour les cibles 3.7 et 5.6. En bref, la cible 3.7 préconise «l'accès universel aux services de santé sexuelle et reproductive, y compris pour la planification familiale, l'information et l'éducation, et l'intégration de la santé reproductive dans les stratégies et programmes nationaux» tandis que la cible 5.6 appelle à «l'accès universel aux services sexuels et santé reproductive et droits reproductifs ».

c) En ce qui concerne la «santé procréative» et les expressions connexes, y compris «la santé sexuelle et procréative et les droits procréatifs» (cible 5.6), les termes mêmes «reproduction» et «procréation» posent problème car ils obscurcissent la dimension transcendante de la procréation humaine . Le terme «procréation» est préféré car il reflète la participation du couple, homme et femme, à l'œuvre de création de Dieu.

d) Le Saint-Siège ne considère pas que ces termes s’appliquent à un concept holistique de la santé, car ils ne parviennent pas à embrasser, chacun à sa manière, la personne dans l’intégralité de sa personnalité, de son esprit et de son corps, et ils ne parviennent pas non plus à favoriser la réalisation de la maturité personnelle dans la sexualité et dans le domaine de l'amour mutuel et de la prise de décision, négligeant ainsi les caractéristiques de la relation conjugale entre un homme et une femme mariés qui sont conformes aux normes morales. [17] Le Saint-Siège rejette l'interprétation qui considère l'avortement ou l'accès à l'avortement, la maternité de substitution ou l'avortement sélectif selon le sexe et la stérilisation comme dimensions de ces termes.

e) En ce qui concerne l'objectif 10 consacré à la réduction des inégalités à l'intérieur et entre les pays et la cible 10.b sur l'aide au développement, il faut comprendre que les États et les organisations internationales ne sont pas autorisés à recourir à la coercition ou à exercer des pressions sur d'autres États et organisations. afin d'imposer des politiques qui sapent les fondements éthiques et culturels de la société par le biais de programmes d'assistance économique internationale ou de développement. [18]

f) De même, les gouvernements nationaux devraient veiller à ce que les soins de santé publics et privés respectent la dignité inhérente à la personne humaine et les protocoles éthiques et médicaux, fondés sur une juste raison, ainsi que la liberté de religion et le droit à l'objection de conscience aux soins de santé. travailleurs et prestataires.

22.    Les droits et devoirs de la famille. Que la personne humaine, un être social, soit au cœur de l'agenda 2030 signifie - et le Saint-Siège souligne - que la famille, unité naturelle et fondamentale de la société, fondée sur le mariage entre un homme et une femme, est également le centre du développement, et conformément au droit international des droits de l'homme, a droit à la protection de la société et de l'État. [19] Le programme 2030 reconnaît également, à juste titre, l'importance des «communautés et familles cohésives» (par. 25).

a) La communion entre mari et femme donne vie à l’amour et à la solidarité de tous les membres de la famille, d’où découlent la solidarité locale, nationale, régionale et internationale. Aux fins du droit international, une distinction doit être faite entre la famille en tant qu '«unité de la société» et le «ménage», terme utilisé dans l'objectif 5, cible 5.4.

b) Ce dernier terme englobe diverses situations de vie (par exemple, ménages dirigés par des enfants, mères célibataires avec enfants à leur charge, couples vivant en concubinage), dont les membres individuels et leur bien-être sont toujours une préoccupation de l’État. En revanche, une telle protection ne devrait jamais porter atteinte à la protection spéciale qui doit être accordée à la famille qui est l'unité naturelle et fondamentale de la société en tant que sujet de droits et de devoirs antérieurs à l'État [20].

c) Sur ce point, le Saint-Siège se fonde sur la «Charte des droits de la famille» (1983) en ce qui concerne ce que la protection de la famille pourrait entraîner en examinant les questions fondées sur une juste raison.

(d) Pour reprendre les termes du Pape François, «[nous] ne pouvons qualifier de société de saine si elle ne laisse pas une vraie place à la vie de famille. Nous ne pouvons pas penser qu’une société a un avenir si elle n’adopte pas des lois capables de protéger les familles et de répondre à leurs besoins fondamentaux ». [21]

23.    Les droits et devoirs des parents. La reconnaissance de la protection spéciale à accorder à la famille sur la base du mariage entre un homme et une femme, reconnu en droit international, signifie que la communauté internationale favorise la transmission de la vie avec la relation intime des parents et le soin de leurs enfants.

a) Cette réalité est soutenue par la Convention relative aux droits de l'enfant, lorsqu'elle reconnaît que la famille est «l'environnement naturel propice à la croissance et au bien-être de tous ses membres et en particulier des enfants» (Convention relative aux droits de la Enfant, préambule, par.5); et lorsqu'elle reconnaît qu'un enfant a «le droit de connaître ses parents et d'être pris en charge par ses parents» (Convention relative aux droits de l'enfant, art. 7).

b) Le Saint-Siège souligne qu’il ne peut approuver les méthodes de planification familiale qui séparent fondamentalement les dimensions essentielles de la sexualité, à savoir les éléments unitif et procréateur de l’acte conjugal entre un mari et une femme [22].

c) En outre, les décisions responsables et morales concernant le nombre d'enfants et l'espacement des naissances appartiennent aux parents, qui doivent être à l'abri de toute contrainte et pression de la part des autorités publiques, y compris de toute donnée démographique susceptible d'induire la peur et l'anxiété quant à l'avenir. . La sensibilisation à la fertilité et l'éducation sont fondamentales pour promouvoir une parentalité responsable. [23]

d) Les gouvernements des pays devraient également être à l'abri de toute contrainte et pression similaires, en particulier par des «systèmes de prêt oppressifs». [24] À cet égard, le Pape François a également souligné les périls de la «colonisation idéologique», c'est-à-dire lorsque le coût de la réception de l'argent est l'imposition d'une idée au peuple qui «change, ou signifie changer, une mentalité ou une structure ». [25]

e) En outre, dans un premier temps, les parents ont la responsabilité de protéger les droits des enfants «avant et après la naissance» et, avec l'État, doivent garantir l'accès «aux soins de santé prénataux et postnatals» ( Convention relative aux droits de l'enfant, préambule, par.9 et par.24).

f) En conséquence, le Saint-Siège lit le Programme 2030, en particulier en ce qui concerne la réduction de la «mortalité néonatale, infantile et maternelle» évitable, de manière à inclure l'enfant à naître.

g) En ce qui concerne spécifiquement les jeunes parents, afin qu’un homme et une femme de l’âge approprié puissent se marier, des conditions doivent être mises en place pour aider ces couples en accordant une attention particulière aux questions de travail, d’éducation, de repos et d’équilibre familial.

h) En outre, le Saint-Siège n'a cessé de souligner les droits antérieurs des parents à éduquer leur enfant selon leurs croyances religieuses et morales, y compris les dimensions de l'amour humain et les questions connexes concernant la nature de la sexualité, du mariage et de la famille. [26 ]

24.    La liberté de religion. Du point de vue du Saint-Siège, l’expression «mettant fin à la pauvreté sous toutes ses formes» (résolution 70 / 1 de l’Assemblée générale, préambule, par. 1) englobe la pauvreté matérielle, sociale et spirituelle. L'agenda 2030 reconnaît la compréhension interculturelle et le droit international des droits de l'homme, qui incluent tous deux la liberté de religion.

a) Le Saint-Siège tient à souligner que la dimension religieuse n’est pas une «sous-culture sans droit à une voix sur la place publique»; il fait partie intégrante de chaque peuple et de chaque nation et «de par sa nature, transcende les lieux de culte et la sphère privée des individus et des familles» [27].

(b) La liberté religieuse «façonne la manière dont nous interagissons socialement et personnellement avec nos voisins dont les opinions religieuses diffèrent des nôtres» et le dialogue interreligieux nous permet de nous parler, plutôt que de prendre les armes. [28]

c) Compte tenu des atrocités perpétrées contre les chrétiens et les autres minorités religieuses, le Saint-Siège soutient que les questions relatives à la liberté religieuse en soi et à la liberté de conscience ainsi qu'au dialogue interreligieux et intrareligieux doivent être prioritaires pour le succès ultime de 2030. Ordre du jour.

(d) En effet, les objectifs distincts du Programme 2030 relatifs à la paix et aux sociétés inclusives sont d'une importance particulière pour la crise connexe concernant le nombre croissant de migrants, de réfugiés et de personnes déplacées, qui apportent manifestement diverses traditions religieuses.

(e) La force, la détermination et la persévérance de ces personnes «nous rappellent la dimension transcendante de l'existence humaine et notre liberté irréductible face à toute prétention au pouvoir absolu». [29]

25.    Développement humain intégral. Selon l'agenda 2030, il s'agit d'un plan de développement «intégré» basé sur les trois dimensions du développement durable: économique, social et environnemental, qui, comme indiqué ci-dessus, place la personne humaine au cœur du plan (préambule).

a) Cela signifie que le succès du Programme 2030 dépend du dépassement du langage de l'économie et des statistiques précisément parce que l'accent est mis sur la personne humaine et ses activités [30].

b) Par conséquent, les considérations d'ordre moral, spirituel et religieux ne peuvent être ignorées sans porter gravement préjudice à la personne humaine et à son plein épanouissement.

c) Il s’ensuit que l’objectif 12, qui consiste à garantir des modes de consommation et de production durables, doit être compris non seulement comme concernant les limites des ressources naturelles, mais également comme incluant des critères relatifs à la promotion de la solidarité et de la maîtrise de soi.

d) En ce qui concerne le terme «développement durable», le Saint-Siège comprend ce concept comme faisant référence à la reconnaissance des «limites des ressources disponibles et de la nécessité de respecter l'intégrité et les cycles de la nature… [ainsi que] la nature de chaque être et de sa connexion mutuelle dans un système ordonné, qui est précisément le cosmos ». [31]

e) Le Saint-Siège préfère utiliser l’expression «développement humain intégral», qui comprend le développement durable.


1. Résolution 70/1 de l'Assemblée générale du 25 septembre 2015, intitulée «Transformer notre monde: le Programme de développement durable à l'horizon 2030».
2. Par exemple, les familles, les amis, les communautés, les villes, les écoles, les entreprises et les syndicats, les provinces et les nations.
3. Il est à noter que le concept éternel de justice est la volonté constante et perpétuelle de donner à l'autre ce qui lui est dû.
4. Par exemple, la traite des êtres humains, la commercialisation d'organes et de tissus humains, l'exploitation sexuelle de garçons et de filles, le travail forcé, y compris la prostitution, le commerce de la drogue et des armes, le terrorisme et le crime organisé international.
5. Déclaration du Saint-Siège sur le document final du Sommet des Nations Unies pour l'adoption du programme de développement pour l'après-2015, «Transformer notre monde: l'Agenda 2030 pour le développement durable» (New York, 1 septembre 2015); voir également l'explication de la position et des réserves du Saint-Siège sur le rapport du Groupe de travail ouvert sur les objectifs de développement durable (A / 68 / 970 / Add.1, p. 22-23).
6. Ibid.
7. Ibid.
8. Ibid.
9. Pape Francis, “Veillée de prière pour la fête des familles: discours du Saint Père”, Philadelphie, 26 septembre 2015.
10. Déclaration de position sur l'agenda 2030.
11. Ibid.
12. Déclaration universelle des droits de l'homme, préambule, par. 1; Pacte international relatif aux droits civils et politiques, préambule, par. 1 et 2; et Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, préambule, par. 1 et 2.
13. Voir Catéchisme de l'Église catholique 1905-1912, 1924-1927 (1993); et Constitution pastorale sur l'Église dans le monde moderne, Gaudium et Spes, 7 décembre 1965, n ° 26.
14. Conseil pontifical pour la famille, «La famille et les droits de l'homme», 1998, n ° 13.
15. Voir, par exemple, le pape François, «Adresse aux évêques de la Conférence épiscopale de Porto Rico lors de leur visite Ad Limina», Domus Sanctae Marthae, 8 June 2015; voir aussi la lettre encyclique «Laudato Si: à l’égard de notre foyer commun», 24 May 2015, n ° 155; et «Discours à l'Organisation des Nations Unies», New York, 25, septembre 2015.
16. Pape François, homélie, 19 March 2013; voir aussi Congrégation pour la doctrine de la foi, «Lettre aux évêques de l'Église catholique sur la collaboration des hommes et des femmes dans l'Église et dans le monde» (2004).
17. Voir Rapport de la Conférence internationale sur la population et le développement, Le Caire, 5 ‑ 13, septembre 1994 (publication des Nations Unies, numéro de vente: E.95.XIII.18), chap. V, par. 27; voir aussi la déclaration de position sur l'agenda 2030.
18. Dans le numéro 50 de «Laudato Si: Sur les soins de notre foyer commun», le pape a déploré qu '«au lieu de résoudre les problèmes des pauvres et de réfléchir à la manière dont le monde peut être différent, certains ne peuvent que proposer une réduction des coûts. le taux de natalité »et à exercer une pression internationale sur les pays en développement,« qui subordonnent l'assistance économique à certaines politiques de «santé en matière de reproduction» ».
19. Déclaration universelle des droits de l'homme, art. 16.3; Pacte international relatif aux droits civils et politiques, art. 23.1; et Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, art. 10.1.
20. Ibid.
21. Voir «Veillée de prière pour la fête des familles: discours du Saint-Père», 2015; voir également l'intervention du Secrétaire aux relations avec les États au sommet des Nations Unies pour l'adoption du programme de développement pour l'après-2015, New York, 27, septembre 2015: «La famille, unité naturelle et fondamentale de la société, est le principal développement durable, et donc le modèle de communion et de solidarité entre les nations et les institutions internationales. Une préoccupation commune à la famille et à ses membres contribue de manière certaine à la réduction de la pauvreté, à l’amélioration des résultats pour les enfants, à l’égalité entre les filles et les garçons, aux femmes et aux hommes, ainsi qu’à un meilleur équilibre travail-famille-repos, ainsi qu’au renforcement des liens intra et intergénérationnels. . Nous ferions bien de ne pas oublier les nombreuses preuves que les politiques favorables à la famille - y compris le respect de la religion et le droit des parents d'éduquer leurs enfants - contribuent efficacement à la réalisation des objectifs de développement, y compris la mise en place de sociétés pacifiques ».
22. Voir la déclaration de position sur l'agenda 2030; voir aussi Rapport de la Conférence internationale sur la population et le développement, chap. V, par. 27.
23. Voir le pape François, «Rencontre avec des représentants de la société civile: allocution du Saint-Père», Voyage apostolique en Équateur, État plurinational de Bolivie et Paraguay, juillet 2015.
24. Voir «Adresse à l'Organisation des Nations Unies», New York, 25, septembre 2015.
25. Voir le pape François, conférence de presse en vol des Philippines à Rome, 19 janvier 2015; voir aussi «Rencontre avec les familles: adresse de Sa Sainteté le pape François», Mall of Asia Arena, Manille, 16, janvier 2015.
26. Ibid.
27. Voir le pape François, «Rencontre pour la liberté religieuse avec la communauté hispanique et d'autres immigrants: adresse du Saint-Père», Philadelphie, 26, septembre 2015.
28. Ibid.
29. Ibid.
30. Voir la déclaration de position sur l'agenda 2030; voir également l'intervention du secrétaire aux relations avec les États, New York, 27 September 2015.
31. Pape Jean-Paul II, lettre encyclique, Sollicitudo Rei Socialis, 30 décembre 1987, nos 26
et 34.

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Petrichor

«Avec le Programme 2030, la communauté internationale est résolue à« éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et dimensions »(préambule, par. 1)»
Eh bien, bonne chance à l'ONU avec cela - en gardant à l'esprit que Jésus-Christ a dit: «Les pauvres que vous avez toujours avec vous.» (- et Il devrait savoir.)
L'ONU aura finalement autant de succès avec l'Agenda 2030 que les anciens en avaient avec le projet de la Tour de Babel, - rappelé comme un «échec» épique.

Dernière modification il y a 1 an par Petrichor