Prélude au jour 7 : la Chine est le premier technicien au monde

S'il vous plaît partager cette histoire!
Il s'agit d'une analyse approfondie (7,800 XNUMX mots) et incontournable du voyage de la Chine du communisme à la technocratie, un système beaucoup plus naturel pour l'histoire et la culture de la Chine. Mal interpréter l'état actuel de l'existence de la Chine, c'est mal interpréter la plus grande menace que le monde ait jamais vue, mais dont on parle le moins. Non, la Chine n'est pas la menace, nos propres gouvernements s'efforcent de recréer l'expérience chinoise, en particulier aux États-Unis

In  Partie 1, nous avons discuté du contexte historique de Technocracy Inc. qui a brièvement trouvé sa popularité aux États-Unis dans les années 1930 pendant la tourmente de la Grande Dépression.

La technocratie était enracinée dans des théories socio-économiques axées sur la gestion efficace de la société par des experts (technocrates). Cette idée a brièvement retenu l'attention du public pendant une période de récession soutenue, de chômage de masse et de pauvreté croissante.

Les capacités technologiques requises pour le réseau de surveillance de l'énergie, essentielles au fonctionnement d'un Technate (une société technocratique), étaient bien au-delà de la portée pratique de l'Amérique des années 1930. Par conséquent, pour cette raison et d'autres, l'intérêt du public pour l'idée apparemment absurde de la technocratie s'est rapidement calmé.

Cependant, au cours des dernières décennies, de nombreux stratèges politiques influents - notamment Zbigniew Brzezinski et Henry Kissinger - et des fondations philanthropiques privées, telles que la Fondation Rockefeller, ont reconnu que les progrès de la technologie numérique rendraient éventuellement un Technate réalisable. En tant que membres fondateurs et dirigeants de la Commission trilatérale, un « groupe de réflexion » politique, ils considéraient la Chine comme un banc d'essai potentiel pour la technocratie.

Nous allons maintenant examiner leurs efforts pour créer le premier Technate au monde en Chine.

Ces articles s'appuient sur les recherches trouvées dans ma publication de 2021 Pseudopandémie, qui est disponible gratuitement pour les abonnés de mon blog.

POURQUOI LA CHINE ?

En Occident, nous avons souvent du mal à comprendre voire à conceptualiser les mœurs chinoises. Nous avons tendance à voir le monde selon nos propres termes et ne pouvons le décrire qu'en référence aux principes et aux concepts philosophiques qui nous sont familiers. On oublie peut-être que la perspective occidentale n'est pas la seule au monde.

Par exemple, comme l'ont souligné les étudiants de la philosophie politique chinoise du tianxia, ​​il y a pas ontologique tradition en Chine. Dans l'esprit philosophique chinois, la question n'est pas "Qu'est-ce que cette chose" mais "Quel chemin cette chose suggère-t-elle?"

Datong se trouve au cœur de « la Grande Voie », décrite pour la première fois dans le chapitre Liyun du « Livre des rites » (le Liji), écrit il y a plus de 2,000 XNUMX ans. Racontant les enseignements de Confucius, le chapitre décrit une société utopique du passé antique de cette façon :

Lorsque la Grande Voie était pratiquée, le monde était partagé par tous. Les dignes et les capables étaient promus et les hommes pratiquaient la bonne foi et vivaient dans l'affection. Ils ne considéraient donc pas comme parents uniquement leurs propres parents, ou comme fils uniquement leurs propres fils.

Les « rites » (ou « li ») sont l'étiquette formelle et la conduite comportementale qui sous-tendent l'ordre social chinois. Li englobe également la cérémonie et les rituels qui renforcent les normes normatives.

Datong, qui peut être traduit par « la Grande Unité », représente la philosophie politique et morale centrale de la société chinoise idéale. Dans datant, chacun respecte « le li » et est imprégné de la vertu confucéenne du « ren ». Cet amour et cette bienveillance (ren) sont fondés sur l'empathie humaine. Elle se manifeste d'abord au sein de la famille mais s'étend à l'ensemble de la société.

Datong implique une société où les plus capables et les plus vertueux dirigent, avec le ren avant dans leurs cœurs et leurs esprits. Toutes les ressources sont partagées équitablement pour le bien commun. Dans le chapitre Liyun, l'expression "le monde est partagé par tous" est écrite comme « tianxia weigong ». Cela peut se traduire par « tout sous le ciel est tenu en commun » ou « tout sous le ciel est tenu publiquement ».

Il n'y a pas de place pour la propriété privée dans datant, parce que les communautés répondent aux besoins de tous. Il n'y a pas de conflit d'intérêts. La Grande Voie est celle de "l'Harmonie Universelle".

Le passage d'ouverture du chapitre Liyun décrit également xiaokang, la « prospérité moindre », dans laquelle la société maintenait encore le li et le ren, mais différait du datong sur un point important :

Le monde est la possession de familles privées. Chacun ne considère comme parents que ses propres parents, comme fils que ses propres fils ; les biens et le travail sont employés à des fins égoïstes.

Tandis que datant décrit un monde où les ressources sont « partagées par tous », en xiaokang les ressources sont « en possession de familles privées ». Xiaokang n'était pas considéré comme opposé au datong mais plutôt sur le chemin qui y menait, car le li et le ren étaient toujours observés. Mais il y a un avertissement dans le chapitre Liyun que la propriété privée et le contrôle des ressources par des intérêts privés présentent un risque :

Alors les intrigues et les complots se produisent et les hommes prennent les armes.

de Kang Youwei Le livre "Datong shu" (Le Grand Commonwealth) a été publié à titre posthume en 1935. Kang l'a écrit sous la forme d'une série de notes de cours, la plus ancienne datant de 1884. Plutôt que de considérer datong uniquement comme une utopie perdue, Kang a proposé datant comme une société future qui pourrait être construite. Il considérait ren comme la voie vers l'établissement du bien commun pour tous, accessible en éliminant la souffrance et en créant le bonheur.

Kang a noté que ren était applicable non seulement à l'humanité mais à l'univers et à tout ce qu'il contient, et il a appelé cela "jen". Jen a donné lieu, dit-il, à la création et à l'établissement de l'ordre universel. Par conséquent, l'ordre devrait être basé sur le même principe de "l'esprit compatissant".

Il s'est inspiré des travaux de l'érudit confucéen He Xiu, dont la théorie de l'histoire de Gongyang décrivait le développement sociopolitique comme une voie composée d'étapes progressives et progressives. Kang s'est appuyé sur le travail de Gongyang pour tracer une voie vers la Grande Unité.

Essentiellement, Kang a suggéré que la société pourrait faire l'objet d'une ingénierie inverse pour atteindre datant à l'avenir. Il a identifié "neuf frontières" de la souffrance humaine qui devaient être déconstruites afin d'atteindre datant. Il a déclaré que le datong pourrait être atteint une fois que les États-nations, les classes sociales, le racisme, le sexisme, les familles, la propriété privée, l'injustice, la destruction de l'environnement et la pauvreté (résultat de l'inégalité sociale et de l'oppression) seraient abolis.

Des « sages » ou des « personnes de jen » seraient nécessaires pour diriger, a soutenu Kang. Il a reconnu que les sages devaient opérer dans les circonstances sociales, économiques et politiques de leur époque et que les lois et institutions qui en résultaient pouvaient être oppressives et causer des souffrances. Par conséquent, l'objectif de la "personne de jen" (sage) devrait être de réformer les lois et les organisations de l'État en vue d'éradiquer les neuf frontières de la souffrance.

Avec l'abolition de l'État-nation, le chemin proposé par Kang vers la Grande Voie s'étendait bien au-delà de la Chine. Il était en faveur d'une société mondiale où un gouvernement mondial régnerait sur une planète divisée en districts régionaux.

Dans cette société globale, il n'y aurait pas de classe ou de propriété privée, et tous s'efforceraient de fournir le bien commun et de profiter à tous. Concrètement, toutes les ressources seraient déployées pour le bénéfice et le bonheur de tous. Les institutions publiques, et non les familles, élèveraient les enfants. Et les enfants seraient formés pour devenir des citoyens qui fourniraient des services gratuits, tels que les soins de santé et l'éducation, pour tous.

La seule distinction entre les gens serait les insignes d'honneur portés par ceux qui sont réputés avoir de grands ren, ou connaissances, c'est-à-dire les sages. En fin de compte, une fois datant existe, il y aurait une harmonie complète avec la nature, ce qui signifierait que tous les êtres humains sont végétariens et que l'euthanasie serait pratiquée avec ren, pour le bien commun.

L'idéologie de datant, comme Kang l'a exposé, et l'espoir de suivre la Grande Voie ont fortement influencé la philosophie politique chinoise tout au long des 20e et 21e siècles. Xi Jinping a été entendu sur de nombreuses occasions répéter la phrase : « Quand la Grande Voie prévaut, le monde est pour tout le monde ».

Du point de vue philosophique chinois, le mieux que l'on puisse espérer aujourd'hui est xiaokang. Donc, xiaokang les sages doivent être libres de réformer les institutions de l'État sur la voie de la suppression des neuf frontières, de la réalisation datant et conduisant la Grande Voie.

Il existe de nombreux parallèles entre cette voie et la théorie socio-économique qui sous-tend la technocratie. Pour ceux qui souhaitaient établir un technat mondial, la Chine était un choix naturel pour leur projet pilote.

COMPRENDRE LA TECHNOCRATIE

Bien qu'il n'y ait beaucoup de débats quant à l'étendue de la gouvernance technocratique « légitime » dans les démocraties représentatives soi-disant libérales de l'Occident, la gouvernance n'est qu'un aspect de la technocratie. En d'autres termes, la seule gouvernance technocratique n'est pas de la technocratie.

As discuté précédemment, une technocratie est une « gouvernance de fonction ». L'objectif primordial est de gérer l'ensemble de la société aussi efficacement que possible.

Cours d'études Technocracy Inc. États:

L'unité de base de cette organisation est la séquence fonctionnelle. Une séquence fonctionnelle est l'une des plus grandes unités industrielles ou sociales, dont les différentes parties sont liées les unes aux autres dans une séquence fonctionnelle directe. Ainsi, parmi les grandes séquences industrielles, nous avons le transport (chemins de fer, voies navigables, voies aériennes, autoroutes et pipelines) ; communication (courrier, téléphone, télégraphe, radio et télévision); agriculture (agriculture, élevage, élevage laitier, etc.); et les grandes unités industrielles telles que le textile, la sidérurgie, etc. Parmi les Séquences de Service figurent l'éducation (cela engloberait la formation complète de la jeune génération), et la santé publique (médecine, dentisterie, hygiène publique, et tous les hôpitaux et pharmacies). usines ainsi que des institutions pour les défectueux)

Chaque « Séquence Fonctionnelle » est pilotée par une direction. Par exemple, la séquence de distribution collecte toutes les données recueillies à partir des «certificats énergétiques», qui sont attribués aux citoyens pour être échangés contre des biens et des services. Le « système des prix » est aboli. Il n'y a pas de propriété privée. L'ensemble du Technate est contrôlé par un seul organe : Continental Control.

Comme les « sages » de Kang et d'une manière similaire à l'orientation de la population vers la Grande Voie, une technocratie crée une structure hiérarchique rigide pour s'assurer que tous travaillent pour le bien commun. Dans le langage de la technocratie, le citoyen contribue à la fonction de service appropriée.

En effet, cela crée une structure sociopolitique pyramidale :

Le personnel de toutes les Séquences Fonctionnelles sera pyramidal sur la base de la capacité du chef de chaque département au sein de la Séquence, et l'état-major résultant de chaque Séquence fera partie du Contrôle Continental. Un gouvernement de fonction ! Le directeur continental, comme son nom l'indique, est le directeur général de l'ensemble du mécanisme social. Dans son équipe immédiate se trouvent les directeurs des forces armées, des relations extérieures, de la recherche continentale et des relations sociales et du contrôle régional. [. . .] Le Directeur Continental est choisi parmi les membres du Contrôle Continental par le Contrôle Continental. Du fait que ce Contrôle n'est composé que d'une centaine de membres, qui se connaissent tous bien, nul n'est mieux placé qu'eux pour faire ce choix.

La classe est abolie dans la technocratie. La garde des enfants est assurée par le Technate. Plutôt que d'avoir de « grands rens », on dit que l'état-major du Technate possède des « droits de prédilection ». C'est-à-dire qu'ils sont les plus aptes à être au sommet de la pyramide parce qu'un "gouvernance de la fonction" fonctionne plus efficacement lorsque "le bon homme est au bon endroit" pour servir le bien commun.

Comme les idées présentées dans « Datong shu », l'intention de la technocratie est essentiellement altruiste. Le petit groupe d'ingénieurs, d'économistes, de sociologues et d'autres universitaires réunis par les Rockefeller et Howard Scott voulait construire une société qui offrirait à tous une « vie d'abondance ».

Il faut admettre que le cours d'étude de Technocracy Inc. a fait quelques critiques valables d'un certain nombre de problèmes sociaux. Malheureusement, la solution proposée d'un Technate est à la fois arrogante et naïve.

Elle suppose, tout comme la notion de Grande Voie, que l'autorité peut être exercée par certains êtres humains sur d'autres êtres humains pour le bien commun. De plus, il imagine qu'il existe un mécanisme social ou politique qui peut produire des dirigeants omniscients et capables de définir ce qu'est ce « bien commun ».

Le datong et la technocratie exigeraient que la nature humaine subisse une transformation fondamentale. L'avarice, la malveillance, le narcissisme, la psychopathie et tout autre défaut délétère devraient être expulsés de l'humanité. Jusqu'à ce qu'ils le soient, le pouvoir continuera d'être recherché par ceux qui veulent contrôler les autres.

Les plus impitoyables d'entre nous finiront par réussir, souvent non pas parce qu'ils sont les plus aptes, mais parce qu'ils sont prêts à faire ce que les autres ne feront pas afin d'obtenir le pouvoir dont ils rêvent. Cette situation persistera aussi longtemps que nous croirons que quelqu'un ou une organisation doit avoir une autorité absolue sur nos vies pour que nous puissions coopérer efficacement.

Imaginer que concentrer tout le pouvoir entre les mains d'un petit groupe d'experts ou de sages sélectionnés résoudra les problèmes causés par l'utilisation sans scrupules et souvent violente et immorale de l'autorité est ridicule. Vous ne pouvez pas réparer un kakistocratie en investissant plus de pouvoir dans les «kakistocrates».

Pour le partenariat mondial public-privé (G3P), qui exploite un réseau cloisonné, hiérarchisé, pyramidal structure de pouvoir, l'aspect le plus séduisant de la technocratie est l'extrême centralisation du pouvoir et de l'autorité sur de vastes pans de l'humanité. C'est pourquoi, dès que l'évolution technologique l'a permis et que l'opportunité s'est présentée, le G3P s'est attaché à accompagner le développement d'un Technate en Chine.

INFILTRATION DE LA CHINE

L'histoire officielle des discussions "secrètes" d'Henry Kissinger en 1971 avec le Premier ministre chinois Chou En-lai - officiellement reconnu en 2001- est que le président américain Richard Nixon a envoyé Kissinger pour normaliser les relations avec le gouvernement chinois en tant que contrepoids à l'Union soviétique. Ce qui est mentionné moins fréquemment, cependant, est la relation de Kissinger avec les Rockefeller.

En 1956, le Rockefeller Brothers Fund a chargé Kissinger de convoquer son Commissions d'études spéciales. Les panels ont étudié les défis et tendances mondiaux émergents et ont suggéré comment la politique étrangère américaine pourrait s'adapter pour y faire face.

Dans la publication en 1961 des six rapports des groupes spéciaux, Perspective pour l'Amérique (sous-titré "Les problèmes et les opportunités auxquels est confrontée la démocratie américaine - en politique étrangère, en préparation militaire, en éducation, en affaires sociales et économiques"), le Rockefeller Brothers Fund a décrit comment le partenariat public-privé serait la clé de cet avenir projeté :

Les sociétés, dont les opérations s'étendent à travers de nombreux pays [,] [. . .] par lesquels s'exerce une partie considérable et essentielle des activités économiques mondiales, doivent être capables de composer des diversités, d'ajuster les conflits d'intérêts et d'adapter leurs opérations aux besoins du pays dans lequel elles opèrent. Ce faisant, ils représentent un autre exemple de solutions multinationales à des problèmes communs.

Les auteurs de ces rapports considéraient le financement privé comme essentiel non seulement pour développer les marchés internationaux mais aussi pour guider le développement social et politique de la nation cible :

Une croissance économique rapide ne peut être atteinte que si l'épargne locale et l'investissement public étranger sont complétés par un afflux croissant d'investissements privés étrangers. Ces investissements remplissent deux fonctions essentielles : ils s'ajoutent aux ressources en capital du pays hôte et constituent le principal mécanisme par lequel les compétences managériales et techniques et la qualité créative et catalytique peuvent contribuer au développement économique dans les régions moins développées. [. . .] Le capital philanthropique privé peut également jouer un rôle important dans le développement économique.

Les panels qui ont fourni l'analyse de Prospect for America ont été convoqués à la suite du maccarthysme. Ils devaient faire appel à une politique américaine toujours obsédée par la menace perçue du communisme international. Ainsi, les rapports font l'éloge soi-disant démocratie tout au long.

Cependant, il existe de nombreuses indications que les stratèges de la politique étrangère Rockefeller étaient prêts à suggérer diplomatiquement des alternatives :

Le modèle américain d'entreprise privée et d'association volontaire n'est pas le seul moule pour une société libre.

Il est clair que ces stratèges cherchaient à la fois à exploiter les différences entre les États-nations pour leur potentiel de développement et à amplifier l'importance des enjeux mondiaux comme moyen d'unir les nations, quel que soit leur modèle de gouvernement, dans un système de gouvernance mondiale. Ils considéraient le développement scientifique et technologique comme un moyen d'y parvenir :

Dans le domaine scientifique, la coopération internationale à l'échelle mondiale est la plus facilement réalisable. [. . .] [L]es États-Unis devraient donc chercher à développer une série d'accords visant à stimuler les échanges scientifiques et à favoriser le progrès scientifique à l'échelle mondiale. [. . .] Les nations communistes devraient être invitées à participer.

Les panels, qui ont effectivement formé un groupe de réflexion temporaire financé par les Rockefeller, n'étaient pas opposés au colonialisme pour des raisons morales, mais ils ont souligné ses défauts tactiques. Inhérente à leur critique du colonialisme était la reconnaissance que les prétendues valeurs démocratiques n'ont rien à voir avec une géopolitique impitoyable ou avec des ambitions de politique étrangère expansive :

Si le colonialisme a exigé un lourd tribut humain et politique, il a également représenté l'une des plus grandes conversions de l'histoire. Au fur et à mesure que les idéaux des révolutions britannique, française et américaine se sont diffusés, en partie grâce à la propagation même du colonialisme, les graines ont été semées pour la destruction du colonialisme lui-même. Plus les enseignements des puissances coloniales étaient couronnés de succès, plus leur position devenait intenable. Presque sans exception, les dirigeants des mouvements d'indépendance ont combattu leurs dirigeants en fonction de leurs propres croyances. Ils leur ont demandé de respecter leurs propres principes.

Les Rockefeller, étant l'une des principales familles à la tête de la hiérarchie cloisonnée du G3P, travaillaient avec les autorités chinoises depuis des générations. John D. Rockefeller Sr. faisait le commerce du kérosène en Chine en 1863.

La fondation philanthropique de la famille entretient depuis longtemps des liens étroits avec le gouvernement chinois. Par exemple, il a contribué à faire progresser l'utilisation de la médecine allopathique occidentale en Chine en établissant le Collège médical de l'Union de Pékin (PUMC) et en réalisant d'autres investissements philanthropiques.

Il est prudent de dire que les Rockefeller étaient des partisans avertis et enthousiastes du gouvernement chinois. Sans surprise, ils étaient également des partisans avertis et enthousiastes du mouvement technocratique aux États-Unis, maintenant leur vif intérêt pour lui malgré son manque de soutien public. Ils ont compris le potentiel de l'ingénierie sociale pour créer une gouvernance de fonction (un Technate) :

Les changements technologiques ont toujours été une cause majeure de changement dans le gouvernement, les relations économiques et les institutions sociales. Mais l'innovation technologique n'est plus l'œuvre d'inventeurs isolés et ingénieux ; elle est le produit d'une entreprise scientifique organisée et elle est constante, insistante et accélérée. L'un de ses effets notables est sur le rythme du changement social lui-même, qui est énormément plus rapide qu'il ne l'a été, et qui soumet chaque habitant d'une société technologique à ses pressions. L'innovation technologique pose ainsi une série d'enjeux auxquels notre société devra faire face. [. . .] La croissance de la société technologique a changé la société traditionnelle dans laquelle les hommes jouissaient de la liberté. Les grandes organisations complexes sont devenues à l'ordre du jour. [. . .] Les programmes de préservation et de renforcement des libertés individuelles doivent supposer l'existence et l'inévitabilité de telles organisations.

Les Rockefeller avaient une appréciation nuancée du potentiel du développement technologique à agir comme catalyseur du changement. Malgré l'accent mis par le rapport sur les relations entre les États-Unis et l'Union soviétique, les Rockefeller ont manifestement reconnu les opportunités mûres en Chine :

Elle [la Chine] a une population en croissance rapide, une pénurie de ressources et une idéologie fanatique. Autour d'une grande partie de son périmètre existent des situations "douces", faisant de l'infiltration, de la subversion et de la conquête pure et simple des perspectives faciles ou invitantes. Les relations actuelles entre la Russie soviétique et la Chine rouge [. . .] ne sont pas toujours liés par des intérêts communs. [. . .] Nous devons éviter, dans la mesure du possible, les cours qui semblent rapprocher la Chine des Soviétiques.

En tant que fondateurs de la Commission trilatérale, l'objectif des Rockefeller et de leurs collègues trilatéralistes était d'infiltrer la Chine en tendant la main de l'amitié coopérative par le biais d'investissements public-privé dans le développement technologique et donc financier et économique.

Scission sino-soviétique était apparemment la fenêtre d'opportunité qu'ils souhaitaient ouvrir.

La société chinoise, son histoire politique et sa structure gouvernementale se prêtaient déjà à l'introduction de la technocratie, car au communisme. Les trilatéralistes étaient apparemment désireux d'éviter les erreurs des colonialistes occidentaux, qui vantaient les idéaux démocratiques et les concepts juridiques associés qui étaient revenus les mordre. Ces idéaux étaient, en tout état de cause, antithétiques au projet des trilatéralistes.

AIDER LA CHINE

Après la mort de Mao en 1976, Deng Xiaoping accéda au pouvoir, devenant le Chef suprême de la République populaire de Chine (RPC) en 1978. Deux semaines seulement après son arrivée au pouvoir, le 1er janvier 1979, il est devenu le premier dirigeant communiste chinois à effectuer une visite d'État officielle aux États-Unis.

Il a été reçu avec tous les honneurs de l'État par l'administration de Jimmy Carter, dont le conseiller à la sécurité nationale était le trilatéraliste Zbigniew Brzezinski - et qui était lui-même un trilatéraliste.

Deng Xiaoping s'est tout de suite mis à l'initiative d'une série de réformes sociales et économiques, appelées « réforme et ouverture » en Chine et « ouverture de la Chine » en Occident.

Deng faisait partie d'un groupe de huit hauts fonctionnaires chinois qui avaient survécu à la répression brutale de révolution culturelle. Les "Huit Immortels" nommés avec respect ont été crédités de transformer l'économie chinoise d'un gâchis instable, déchiré par l'extrême pauvreté, au moteur économique florissant qu'il est aujourd'hui.

Malgré les espoirs de datong, et loin d'être les sages dont Kang Youwei rêvait, les fils et filles des Huit Immortels, qui sont collectivement connus sous le nom de Princelings, aspiré les actifs de l'État chinois pour créer une nouvelle dynastie, tout aussi corrompu que ses prédécesseurs. Telle est la nature de la kakistocratie.

L'ampleur et le rythme de la transformation économique dans un pays aussi vaste auraient été impossibles sans les investissements étrangers considérables et le transfert de technologie que la Chine a reçu du G3P. Cet investissement G3P a été la source initiale du miracle de la croissance économique chinoise. Fin 2019, Le Forum économique mondial (WEF) a rapporté :

Les niveaux élevés de dépenses publiques et d'investissements étrangers ont permis à la Chine de doubler à peu près la taille de son économie tous les huit ans depuis l'introduction des réformes économiques en 1979.

CITIC (China International Trust & Investment Corp, rebaptisé CITIC Group) était effectivement le Etat-gérer le bras d'investissement. La visite de Kissinger en Chine avait ouvert des opportunités de banque d'investissement pour le groupe Chase de Rockefeller (Chase Manhattan Bank à l'époque).

En juin 1980, le président du CITIC, Rong Yiren, a assisté à une réunion avec David Rockefeller et les représentants de 300 Sociétés de Fortune 500 dans les bureaux de Chase Manhattan à New York.

but de la réunion entre le CITIC et les représentants du G3P était :

[Pour] identifier et définir les domaines de l'économie chinoise les plus sensibles à la technologie américaine et à l'injection de capital.

Kissinger et Rong auraient créé une société d'investissement, avec le trilatéraliste Kissinger nommé conseiller spécial du CITIC. La phase initiale de la transformation économique de la Chine a consisté à réformes bancaires qui a permis des investissements directs étrangers (IDE) beaucoup plus importants en Chine.

Les IDE ne sont pas seulement des investissements en capital. Ils s'accompagnent généralement d'un transfert ou d'un partage d'expertise, de technologie et même de main-d'œuvre. Les types courants d'IDE sont les fusions, les acquisitions, les services de gestion et les accords de logistique et de fabrication.

A partir du milieu des années 1980, le G3P a commencé à affluer à Pékin Quartier central des affaires (CDB).

En 2009, il y avait 114 entreprises occidentales avec une présence substantielle et des investissements établis à Pékin et au-delà. Par 2020 il y avait 238 entreprises Fortune 500 à Pékin. Aujourd'hui, Beijing CBD (appelé la zone fonctionnelle) abrite désormais le siège régional de 105 multinationales et plus de 4,000 XNUMX entreprises à participation étrangère. Le CBD est l'une des six "zones fonctionnelles industrielles haut de gamme de Pékin".

Selon la  Médias d'État chinois, entre 1983 et 1991, les IDE en Chine sont passés d'une valeur de 920 millions de dollars à 4.37 milliards de dollars. En 2019, le total des IDE avait atteint plus de 2.1 XNUMX milliards de dollars. Dans le même temps, l'économie en transition de la Chine, tout comme de nombreuses autres économies, s'est rapidement élargi sa masse monétaire.

Tout cet argent de monopole, un mélange d'IDE et d'impression de monnaie nationale (numérique), a alimenté le développement économique et technologique de la Chine. En échange de l'accès à son marché, le gouvernement chinois a exigé que les investisseurs signent des soi-disant Transfert de technologie forcé (TTF).

Simultanément, les médias grand public occidentaux (MSM) ont commencé à promouvoir constamment la notion de «menace croissante» de la Chine et ont fréquemment accusé la Chine d'espionnage industriel présumé et de "vol de technologie."

Comme tant de propagande visant les populations occidentales par leurs HSH, ces accusations n'étaient qu'une invention. En vérité, personne n'obligeait qui que ce soit à transférer de la technologie en Chine. En fait, les trilatéralistes comme le président Bill Clinton ont déployé des efforts considérables pour s'assurer que la Chine pourrait mettre la main sur la technologie, y compris la technologie militaire, dont elle avait besoin.

En 1994, l'administration Clinton mis au rebut CSeniors War contrôles à l'exportation, permettant ainsi le transfert de technologies plus sensibles vers la Chine. Prétendant qu'ils n'autoriseraient pas la technologie de défense, comme le supercalculateur ou la technologie potentielle d'enrichissement d'uranium, à aller en Chine (ou en Russie), ils ont rapidement levé cette restriction via une solution de contournement qui a déplacé la surveillance des départements d'État et de la Défense vers le Département. du Commerce.

Il suffit de regardez le design presque identique des systèmes de défense et d'armement américains et chinois pour voir qu'une quantité massive de technologies «sensibles» est commune aux deux pays.

L'explication stupide qu'on nous donne est que tout cela est le résultat de Espionnage chinois, même si le gouvernement américain a modifié la législation pour rendre ces transferts possibles.

Le gouvernement israélien et les sous-traitants de la défense israélienne ont toujours agi en tant que facilitateurs pour le transfert de la technologie de défense et de surveillance occidentale la plus sensible vers la Chine. Dès le début de la « réforme et de l'ouverture » ​​en 1979, le multimilliardaire israélien - alors humble milliardaire - Saul Eisenberg a envoyé une délégation d'entrepreneurs de la défense pour organiser contrats de fournitures militaires avec le gouvernement chinois.

Alors que les HSH occidentaux reproduisent les agences de renseignement extrêmement sans fondement prétend que la Chine représente une "menace immense", le gouvernement américain et d'autres ont soutenu liens de défense profonds avec le gouvernement israélien depuis des générations.

Sachant pleinement et avec certitude qu'Israël transmet des technologies de défense à la Chine, aux États-Unis et autres alliés de l'OTAN continuer à fournir à Israël dernière technologie de défense.

De temps en temps une histoire refait surface affirmant que Washingtion est « irrité » par cela pratique habituelle. Si l'on regarde au-delà de la propagande, les fables ne font que réaffirmer ce qui est flagrant.

Le gouvernement israélien, son sous-traitant de la défense et société de technologie partenaires, ont toujours agi comme un conduit pour le transfert des technologies « sensibles » de défense, de fintech, de surveillance et de communication de l'Occident à la Chine. Entre 1992 et 2017, le volume du commerce global entre Israël et la Chine multiplié par 200.

Un autre mythe de la propagande occidentale est que la Chine a « volé » des emplois aux économies occidentales. S'il est vrai que les fabricants ont profité de coûts de main-d'œuvre moins élevés en Chine, entraînant des pertes d'emplois en Occident, la pratique de la délocalisation des emplois s'est poursuivie pendant des décennies.

Les entreprises ont pour mission de maximiser les bénéfices pour les actionnaires et de rester compétitives. Personne n'obligeait les sociétés occidentales à délocaliser. Il s'agissait simplement d'un opportunisme économique, en grande partie la conséquence des efforts de G3P pour moderniser l'économie chinoise.

Les investissements de G3P en Chine ont souvent été axés sur la recherche et le développement (R&D). En 1994 La Chine classée 30e en termes d'investissements américains en R&D à l'étranger ; en 2000, il était 11e.

Entre 1994 et 2001, les investissements des multinationales (MNC) en Chine ont quadruplé. En tant que ratio des investissements en R&D à l'étranger, le G3P fournissait trois fois plus d'"infusion technologique" en Chine que partout ailleurs.

Alors que la pseudo-pandémie a accentué la baisse des IDE mondiaux totaux, ce chiffre a continué d'augmenter en Chine.

L'augmentation de 4% des IDE en Chine en 2020 l'a amenée à dépasser temporairement les États-Unis en tant que premier destinataire mondial d'investissements directs. En 2020, alors que les IDE dans d'autres économies avancées s'effondraient, la Chine a bénéficié d'IDE évalués à 163 milliards de dollars.

En plus de l'énorme stimulus de croissance injecté dans l'économie chinoise au cours des quatre dernières décennies, un nombre important d'alliances de R&D industrielles étrangères/chinoises ont été établies. Il s'agissait d'organisations commerciales distinctes qui ciblaient des projets de recherche ou de développement technologique spécifiques. Ils ont été formés grâce à la collaboration entre des établissements de recherche universitaires et scientifiques, des ONG, des institutions gouvernementales et des entreprises privées.

Entre 1990 et 2001, le gouvernement américain a établi 105 alliances de ce type. Au cours de la même période, le Japon comptait le deuxième plus grand nombre d'alliances de partenariats de R&D (26), suivi de l'Allemagne (15), du Royaume-Uni (14), de Singapour (12) et du Canada (11). L'écrasante majorité de ces collaborations de R&D opérait en Chine.

De 2001 au krach financier de 2008, les IDE dans la R&D et les investissements de la Chine dans la R&D ont vraiment décollé. Alors que le rythme explosif de la croissance des IDE s'est ralenti à partir de 2010, en 2016, les propres investissements étrangers sortants de la Chine avaient dépassé les IDE reçus. Ce fut un revirement économique étonnant en moins de 40 ans.

Un rapport 2019 par la Banque mondiale déclaré:

Les dépenses de la Chine en recherche et développement (R&D) ont atteint 2.18 % du PIB en 2018, contre 1.4 % en 2007[.] [. . .] Ses dépenses en R&D représentent environ 20 % du total mondial, juste derrière les États-Unis. Son nombre de brevets accordés annuellement pour des inventions est passé de 68,000 2007 en 420,000 à 2017 XNUMX en XNUMX, le plus élevé au monde. [. . .] La Chine est également un foyer de capital-risque à la recherche de la prochaine technologie. [. . .] La Chine est passée du statut d'importateur net d'IDE à celui d'exportateur net. [. . .] La Chine reste une destination attrayante pour les investissements étrangers en raison de son vaste marché intérieur. Des entreprises étrangères telles que BASF, BMW, Siemens et Tesla ont récemment annoncé des investissements nouveaux ou accrus en Chine.

Un accent de apparent Wpréoccupation orientale a été l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route" (BRI).

Cet énorme projet d'infrastructure, connu en Chine sous le nom de One Belt, One Road ou OBOR, établit un réseau de routes commerciales modernes à travers l'Eurasie, reliant l'Asie, l'Afrique, l'Europe, l'Asie du Sud-Est et l'Australasie, facilitant à la fois le commerce international et, en particulier , les exportations chinoises.

Au-delà des frontières de la Chine, il y a 140 pays impliqués dans la BRI à un degré ou à un autre.

Dans son Document de recherche 2018 examinant les IDE dans un projet lié à la BRI, la Banque mondiale a qualifié les pays directement impliqués dans sa construction de nations BRI. Les propres investissements de la Chine dans les pays de la BRI ont augmenté, mais la majorité de ses IDE vont à des pays non membres de la BRI. Ce sont, selon la Banque mondiale, des nations qui ne sont pas inviolées dans la BRI.

La Chine est le premier pays investisseur dans les pays de la BRI, mais elle ne représente pas l'essentiel de l'investissement total. La Chine a pris les devants après que la crise financière de 2008 a vu des pays non membres de la BRI (comme les États-Unis et le Royaume-Uni) retirer leurs accords d'IDE dans les pays de la BRI. L'investissement des pays non membres de la BRI a repris avec l'entrée en vigueur des politiques monétaires d'assouplissement quantitatif (impression monétaire) dans les pays occidentaux après 2010.

La Banque mondiale a rapporté :

La majorité des entrées d'IDE des pays BRI [ceux qui font partie du projet One Belt, One Road] proviennent de pays non BRI.

C'est-à-dire, Pays de la BRI— L'Italie, l'Arabie saoudite, l'Autriche, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et Singapour, etc.

La majorité de l'investissement, de l'expertise et de la technologie qui construit l'infrastructure BRI provient des partenaires G3P non-BRI. L'idée que les politiciens occidentaux, les entreprises et les institutions financières s'inquiètent de l'initiative "la Ceinture et la Route" n'est qu'une histoire de HSH. En réalité, ils travaillent dur pour le construire en partenariat avec la Chine.

CHINE : LE PREMIER TECHNATE AU MONDE

La Chine a développé un système manifeste dédié à l'ingénierie sociale de la société.

Comme indiqué dans  Partie 1, la définition de la technocratie est :

La science de l'ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l'ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l'ensemble de la population.

L'objectif de la technocratie est d'amener la population à maximiser l'efficacité de toutes les « fonctions » de la société, principalement par le contrôle de l'allocation des ressources.

Publié en 2014, l'avis du Conseil d'État pour planifier un système de crédit social (SCS) a décrit la justification du gouvernement chinois pour son système de crédit social :

Le système de crédit social est une composante importante du système d'économie de marché socialiste et du système de gouvernance sociale ; [. . .] sa fondation est un réseau complet couvrant les dossiers de crédit de tous les membres de la société et l'infrastructure de crédit; [. . .] ses mécanismes de récompense et de punition encouragent la fiabilité et limitent le manque de fiabilité. [. . .] La mise en place d'un système de crédit social est une base importante pour la mise en œuvre complète du point de vue scientifique du développement. [. . .] Accélérer et faire progresser la mise en place du système de crédit social est une condition préalable importante pour promouvoir une allocation optimisée des ressources.

C'est une description de pure technocratie.

Les commentateurs occidentaux se concentrent souvent sur aspects technologiques du système de crédit social chinois. La Chine gère certes une société de surveillance dystopique, mais cela complète le système de crédit social qui, comme son nom l'indique, est un système global pour "mettre en œuvre le point de vue scientifique du développement."

Massachusetts Institute of Technology (MIT) (MIT) a rapporté que le soi-disant "système terrifiant n'existe pas" en Chine :

[L]e système sur lequel le gouvernement central travaille lentement est un mélange de tentatives pour réglementer l'industrie du crédit financier, permettre aux agences gouvernementales de partager des données entre elles et promouvoir les valeurs morales sanctionnées par l'État.

Le MIT et ses partenaires financiers, tels que la Fondation Rockefeller, ont constamment souligné la mérites potentiels du système de crédit social (SCS).

En lisant ce matériel, nous devons séparer la rhétorique des ingénieurs du système de crédit social de son application pratique.

Comme la Grande Voie ou la technocratie ou le communisme, la philosophie politique qui sous-tend le système de crédit social est présentée par ses partisans comme progressiste, humanitaire et bénigne. Naturellement, les gens qui imposent ce système devraient aussi être progressistes, humanitaires et bienveillants, n'est-ce pas ?

Pourtant, alors que le système de crédit social est en fait une bureaucratie massive, combinant le partage numérique d'informations avec la législation et divers exercices de brassage de papier, de nombreux aspects de celui-ci sont extrêmement préoccupant.

D'une part, il crée un partenariat public-privé qui, en récompensant les bons comportements, favorise la confiance du public dans les mécanismes de l'État. D'autre part, il punit ceux qui ne sont pas dûment fidèles.

Le SCS retire l'accès aux « privilèges » aux personnes qui ont enfreint la loi et même à celles qui ne l'ont pas fait. La notion de Action disciplinaire conjointe dans le SCS introduit l'idée que, s'il est jugé "indigne de confiance", un citoyen ou une organisation ainsi étiqueté sera confronté à des conséquences sociales plus larges, allant de la suppression de son droit de voler à la restriction de sa capacité à réserver des billets "haut de gamme" dans les trains à l'entrave de son possibilités d'emploi ou d'affaires.

Le SCS établit une liste noire des personnes réputées avoir commis des « méfaits ». Jusqu'à présent, il a principalement puni ceux qui n'ont pas payé les amendes ou ceux qui sont considérés comme de mauvais débiteurs.

Les médias d'État chinois ont loué les tribunaux' partenariat avec des géants de la technologie comme Sesame Credit, le système de notation de crédit d'Ant Financial, filiale du groupe Alibaba.

Les données du gouvernement chinois, recueillies auprès des tribunaux et ailleurs, ont été combinées avec des données privées, recueillies à partir des médias sociaux, dans le but de réduire la cote de crédit financière de millions de personnes qui ont été « listées noires ».

L'humiliation publique et la honte sont couramment utilisées pour modifier le comportement des personnes inscrites sur la liste noire. La Court Suprême maintient une base de données des « individus discrédités » (laolai). Des entreprises technologiques comme TikTok, détenue par la société chinoise ByteDance Ltd., publient listes laolai à partir des données accessibles au public pour informer ses utilisateurs des entreprises et des individus qui ont été « discrédités ».

La technologie améliore le système de crédit social.

Pour enregistrer une carte SIM et de nouveaux téléphones SMART, les utilisateurs chinois doivent, conformément à la loi, utiliser technologie de balayage du visage. Ces données biométriques informent ensuite la Chine, déjà vaste et en pleine expansion réseau national de caméras de reconnaissance faciale.

La grille de surveillance, permettant l'accès à tout, des dépôts de bus aux parcs de safari, s'intègre avec de prétendus technologie de reconnaissance des émotions pour évaluer l'humeur d'un individu et « prédire » son comportement.

L'Internet chinois est fortement réglementé par les "Mesures sur l'administration des services d'information sur Internet". Le gouvernement interdit les blogueurs d'actualités de commenter des politiques ou des développements politiques sans l'autorisation du Administration du cyberespace de la Chine (CAC).

Là encore, ce système fonctionne comme un partenariat public-privé. Il existe huit fournisseurs de services Internet (FAI) agréés en Chine enregistrés auprès du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information (MIIT), mais la censure se produit en grande partie grâce au partenariat de l'État avec des sociétés fintech et des plateformes de médias sociaux. La censure est contrôlée par le Bureau d'information sur Internet.

Les Chinois doivent enregistrer leurs données personnelles pour utiliser le plateformes de médias sociaux populaires. La vente indépendante de cartes SIM et d'adaptateurs réseau est interdite ; les cartes et les adaptateurs nécessitent un enregistrement similaire lors de l'achat et avant utilisation.

Les autorités chinoises peuvent bloquer les sites Web étrangers, restreignant l'accès des citoyens aux informations provenant de l'extérieur de la Chine, et c'est un crime pour quiconque de faciliter le flux illégal d'informations interdites vers la Chine. Les autorités chinoises ont effectivement créé le crime de contrebande d'informations.

Au-delà de l'incitation au crime ou de l'apologie de la violence ou du terrorisme, l'article 12 de la Loi sur la cybersécurité décrit les autres types d'informations que les Chinois ne sont pas autorisés à partager :

[Les utilisateurs] ne doivent pas utiliser Internet pour se livrer à des activités mettant en danger la sécurité nationale, l'honneur national et les intérêts nationaux ; ils ne doivent pas inciter à la subversion de la souveraineté nationale, renverser le système socialiste, inciter au séparatisme, rompre l'unité nationale, [. . .] créer ou diffuser de fausses informations pour perturber l'ordre économique ou social, ou des informations qui portent atteinte à la réputation, à la vie privée, à la propriété intellectuelle ou à d'autres droits et intérêts légitimes d'autrui, et autres actes similaires.

En d'autres termes, personne n'est autorisé à remettre en question l'État en Chine. Cela n'empêche pas les gens de le faire, mais les risques associés sont élevés. Dissidents politiques peut certainement s'attendre à être censuré par les plateformes de médias sociaux, et les peines de prison sont une possibilité distincte pour ceux qui parlent trop fort.

Parmi les grandes puissances géopolitiques, la Chine est en tête du développement de la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC). La CBDC est une «monnaie programmable» et l'émetteur peut insérer des «contrats intelligents» pour contrôler ce qui peut être acheté, où il peut être utilisé et qui peut l'utiliser.

Bo Li, ancien sous-gouverneur de la Banque de Chine et actuel directeur général adjoint de le Fonds monétaire international (FMI), s'exprimant lors du symposium Central Bank Digital Currencies for Financial Inclusion: Risks and Rewards, a clarifié davantage les contrats intelligents :

La CBDC peut permettre aux agences gouvernementales et aux acteurs du secteur privé de programmer [CBDC] pour créer des contrats intelligents, afin de permettre des fonctions politiques ciblées. Par exemple[,] les prestations sociales [. . .], coupons de consommation, [. . .] coupons alimentaires. Grâce à la programmation, l'argent des CBDC peut être ciblé avec précision sur le type de [choses] que les gens peuvent posséder et sur le type d'utilisation [pour laquelle] cet argent peut être utilisé. Par exemple, [. . .] pour l'alimentation.

Lors du rassemblement de Davos du Forum économique mondial de 2022, le président du groupe chinois Alibaba, J. Michael Evans, a annoncé que la société technologique mondiale déploierait bientôt son propre «suivi de l'empreinte carbone. »

Il a dit:

Nous développons, grâce à la technologie, une capacité pour les consommateurs à mesurer leur propre empreinte carbone [. . .] C'est là où ils voyagent, comment ils voyagent, qu'est-ce qu'ils mangent, qu'est-ce qu'ils consomment sur la plate-forme. [. . .] Alors, traqueur individuel d'empreinte carbone, restez à l'écoute ! Nous ne l'avons pas encore opérationnel, mais c'est quelque chose sur lequel nous travaillons.

Lors des premiers verrouillages du COVID-19, le gouvernement chinois oblige toutes les entreprises et les services publics pour installer des scanners d'application de statut Covid, connectés à Internet.

Pour accéder aux commerces, restaurants, bibliothèques, hôpitaux, etc., et se déplacer entre les « zones » urbaines nouvellement créées, les Chinois doivent utiliser leur application Covid. En conjonction avec les exigences d'enregistrement des téléphones SIM et SMART, combinées à la technologie de reconnaissance faciale biométrique, les mouvements publics des Chinois urbains peuvent être suivis 24h/7 et XNUMXj/XNUMX en temps réel par le partenariat public-privé chinois.

Les fondations du « fonctionnement scientifique de tout le mécanisme social » sont déjà construites en Chine. L'une des principales villes exerçant une partie de ses activités dans la CBDC est Shanghai. Dans le quartier de la "ville intelligente" de Pudong à Shanghai, un système de surveillance intégré à l'IA est capable d'accéder aux flux de 290,000 XNUMX caméras de surveillance.

Le directeur adjoint de la ville intelligente, Sheng Denden, a expliqué la valeur des systèmes au gouvernement chinois :

Pour le gouvernement, c'est un outil pour une administration plus efficace dans la ville.

La Chine n'est pas communiste. C'est une technocratie. C'est le premier Technate au monde.

LE JEU DE LA CHINA BLAME

Comme nous en avons déjà discuté, l'idée que les gouvernements occidentaux sont « opposés » au gouvernement chinois est franchement ridicule. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de tensions, mais celles-ci découlent de la concurrence et non d'une animosité incisive. Le gouvernement chinois et ses partenaires géants de la technologie sont autant une partie de G3P comme n'importe quelle autre nation. La propagande, tant occidentale que Parti communiste de Chine, sert de récit de surface conçu pour diviser et régner sur la population mondiale et pour exercer un contrôle sur les populations nationales respectives.

Les trilatéralistes, qui ont travaillé sans relâche pour s'assurer que la Chine était en mesure de construire un Technate, étaient apparemment fiers de leurs réalisations revendiquées. En 2001, Time Magazine, dont le PDG à l'époque était le trilatéraliste Gerald (Jerry) Levin, publiait Fabriqué en Chine : la revanche des nerds

Il n'est pas exagéré de décrire le régime actuel comme une technocratie. [. . .] On pourrait dire que la politique technocratique s'intègre naturellement à la culture politique chinoise. [. . .] Au cours des années 1980, on a beaucoup parlé de la technocratie en tant que concept, en particulier dans le contexte du soi-disant « néo-autoritarisme ». [. . .] Les croyances et hypothèses de base des technocrates étaient exposées très clairement : les problèmes sociaux et économiques s'apparentaient à des problèmes d'ingénierie et pouvaient être compris, abordés et finalement résolus comme tels. [. . .] Le scientisme sous-tend la technocratie post-maoïste, et c'est l'orthodoxie à laquelle se mesurent les hérésies.

L'autosatisfaction était largement déplacée. Le fait que le gouvernement chinois ait développé un Technate doit plus aux circonstances, à l'histoire politique et sociale et aux systèmes de croyance de cette nation qu'aux ambitions des trilatéralistes.

La technocratie est censée être un système sociopolitique où les droits individuels sont sacrifiés pour communautarisme. Ceci est contraire à la tradition libérale occidentale. La technocratie représentait moins un choc culturel pour le peuple chinois. Ce fait a certainement été une autre impulsion pour les trilatéralistes pour piloter la technocratie en Chine.

Tout comme nous, en Occident, croyons généralement à la liberté individuelle et à la liberté vis-à-vis de l'État, le peuple chinois soutient largement que l'État devrait s'efforcer de régner avec ren sur le chemin de la Grande Voie et de l'égalité pour tous. Dans les deux cas, les gens continuent d'être trompés et déçus par les «kakistocrates», qui n'ont clairement aucune intention de respecter aucun de ces principes ou attentes.

La masse et manifestations chinoises généralisées contre le coût humain des dures mesures de confinement prises par le gouvernement contre Covid montre que le peuple n'est pas disposé à simplement permettre à l'État de faire ce qu'il veut.

Bien que les manifestations isolées en Chine ne soient pas inhabituelles, l'échelle et la coordination de ces manifestations témoignent de la détermination du peuple chinois à résister à l'oppression.

L'investissement occidental dans la technocratie chinoise a été fait en vue de développer un système mondial, et non limité à la Chine. Du réseau de surveillance et du crédit social à la censure et au contrôle social utilisant la CBDC, après avoir vu ce qui peut être réalisé en Chine, les gouvernements occidentaux sont occupés à essayer d'imposer exactement le même modèle de technocratie à leur propre peuple.

La classe politique occidentale ne peut s'empêcher admirer ouvertement La technocratie chinoise. La seule différence est que le système chinois est publiquement discuté – bien que rarement reconnu comme « technocratie » par son nom – tandis que la technocratie émergente en Occident est niée et dissimulée.

Le G3P colonise ostensiblement les populations occidentales mais reste désireux d'éviter les erreurs des colonialistes du XIXe siècle. Les recherches des Rockefeller à la fin des années 19 ont mis en évidence la nécessité de justifier d'abord la destruction nécessaire des valeurs démocratiques - ce que tous les gouvernements occidentaux sont en train de faire. travailler dur pour faire.

Pour sa part, le gouvernement chinois a ses propres raisons de laisser prospérer la technocratie. La technocratie cadre bien avec les ambitions de politique intérieure de la Chine. Cela dit, il n'y a aucune raison de penser que le gouvernement chinois ait jamais eu l'intention « d'exporter » la technocratie vers d'autres nations.

La technocratie s'installe à l'échelle mondiale. Cela convient à l'oligarchie chinoise, habituée à gérer un Technate. Le gouvernement chinois n'a aucune raison de s'opposer à l'adoption mondiale de la technocratie. Il est simplement aligné sur la transformation mondiale, sans la diriger.

Le gouvernement chinois n'oblige pas les autres nations à adopter la technocratie. Au contraire, tous les gouvernements collaborent à cette fin.

Le peuple chinois n'est pas notre ennemi et la Chine n'est pas un ennemi à combattre. Nous, les habitants de la Terre, sommes tous attaqués par nos propres gouvernements G3P.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

6 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Karen Bracken

Vous devriez mettre cette série dans un livre. Merci,

[…] Prélude au jour 7 : la Chine est le premier technicien au monde […]

Iain Davis

Correction : L'article original contenait le paragraphe suivant : Les trilatéralistes qui ont travaillé sans relâche pour s'assurer que la Chine était en mesure de construire un Technate sont apparemment fiers de leurs réalisations revendiquées. En 2001, Hedley Donovan, l'un des membres fondateurs de la Commission trilatérale aux côtés de Brzezinski et des Rockefeller, écrivait : C'était une erreur factuelle de ma part. La correction se lit comme suit : Les trilatéralistes, qui ont travaillé sans relâche pour s'assurer que la Chine était en mesure de construire un Technate, étaient apparemment fiers de leurs réalisations revendiquées. En 2001, Time Magazine, dont le PDG à l'époque était le trilatéraliste Gerald (Jerry) Levin, publiait Made in The China :... Lire la suite »

Rehoboth

Poste génial. Merci d'avoir partagé

Aaron

Le peuple chinois n'est pas nos ennemis, mais les communistes le sont, nous ne devrions pas être si naïfs... refuser de voir les faits durs et froids ne les fera pas disparaître...