Le traité de l'OMS vise le contrôle total de la santé mondiale

S'il vous plaît partager cette histoire!
L'Organisation mondiale de la santé, un mandataire à peine déguisé des grandes sociétés pharmaceutiques et des intérêts des entreprises qui poussent à la technocratie, va dans tous les sens : créer un traité mondial qui céderait tout le pouvoir à l'ONU/OMS pour rendre obligatoires les injections, les passeports vaccinaux et la surveillance totale. . ⁃ Éditeur TN

L'HISTOIRE EN UN COUP D'IL

  • La cabale mondialiste veut monopoliser les systèmes de santé dans le monde entier, et une attaque furtive est déjà en cours sous la forme d'un traité international sur la pandémie, proposé par l'Organisation mondiale de la santé
  • Le traité est une menace directe à la souveraineté d'une nation à prendre des décisions pour elle-même et ses citoyens, et éroderait la démocratie partout. Non seulement le traité habiliterait l'OMS à imposer des piqûres COVID et des passeports vaccinaux à l'échelle mondiale, mais il pourrait également étendre le pouvoir de l'OMS de dicter toutes les politiques de soins de santé dans le monde.
  • Le traité donnerait également à l'OMS le pouvoir de censurer les informations sur la santé dans le monde entier. Ce serait désastreux, car l'OMS a une longue histoire de corruption et d'échecs des politiques de santé qui sont intrinsèquement liés aux conflits d'intérêts
  • Lorsque des personnes sont lésées par les politiques de santé de l'OMS, il n'y a aucune responsabilité parce que l'OMS jouit de l'immunité diplomatique
  • Bill Gates, le deuxième plus grand bailleur de fonds de l'OMS, a également financé des exercices de pandémie, y compris l'événement 201 et l'exercice de la Nuclear Threat Initiative sur la réponse internationale aux événements biologiques délibérés. Ce scénario impliquait la libération délibérée d'une arme biologique génétiquement modifiée - une peste pulmonaire - pour laquelle il n'existe aucun traitement disponible. Les deux exercices ont eu lieu en 2019

La cabale mondialiste veut monopoliser les systèmes de santé dans le monde entier, et une attaque furtive est déjà en cours sous la forme d'un traité international sur la pandémie.1 Les négociations de ce traité ont débuté le 3 mars 2022.2 Tel que rapporté par The Pulse (vidéo ci-dessus) :

« À la suite de la pandémie de COVID-19, l'Organisation mondiale de la santé propose un nouveau traité sur la pandémie qu'elle espère être accepté par suffisamment de pays membres pour devenir une réalité d'ici 2024. »

Selon le Directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, les approches « moi d'abord » « contrecarrent la solidarité mondiale nécessaire » pour faire face aux menaces mondiales. Sa solution ? Donnez tout le pouvoir à l'OMS.

Au cours des deux dernières années, au nom de la protection de chacun contre l'infection, les mondialistes ont justifié des attaques sans précédent contre la démocratie, les libertés civiles et les libertés individuelles, y compris le droit de choisir son propre traitement médical. Aujourd'hui, l'OMS veut rendre permanent son leadership en matière de pandémie et l'étendre aux systèmes de santé de chaque nation.

Un traité menace la souveraineté nationale

Comme l'a noté The Pulse, "il y a un certain nombre de choses dans le traité que les peuples du monde doivent considérer avant de s'engager dans cette voie". Dans la vidéo présentée, Joe Martino de The Pulse interviewe Shabnam Palesa Mohamed, membre du comité directeur du Conseil mondial de la santé, qui souligne que le traité donne à l'OMS :

"... un pouvoir démesuré pour prendre des décisions dans des pays souverains sur la façon dont les gens vivent et comment ils font face aux pandémies, des confinements aux mandats de traitement."

En bref, cela créerait une approche unique de la maladie, sans tenir compte de toutes les situations variables rencontrées dans les différents pays, et nous savons déjà que cela ne fonctionne pas. Le traité est une menace directe à la souveraineté d'une nation à prendre des décisions pour elle-même et ses citoyens, et éroderait la démocratie partout.

Dans le même temps, il en coûterait à chaque pays membre des millions de dollars pour participer à ce processus. Comme l'a expliqué Mohamed, le traité devra passer par un processus de vote à l'Assemblée mondiale de la santé en 2023. Ils ont besoin d'une majorité pour qu'il soit adopté et, s'il est adopté, tous les pays membres seront liés par celui-ci.

Le traité est "invalide et illégal"

Une autre préoccupation soulevée par Mohamed est que de nombreux pays ne sont même pas encore au courant de ce traité, et il est possible que l'OMS essaie de faire pression pour une mise en œuvre antérieure à 2024 – le tout sans participation ou contribution du public. "C'est antidémocratique, c'est inconstitutionnel et donc cela rend le traité invalide et illégal", dit-elle.

Elle souligne également l'histoire de la corruption de l'OMS et de nombreux échecs des politiques de santé, qui sont "intrinsèquement liés aux conflits d'intérêts". Dans une lettre ouverte sur le traité de l'OMS sur la pandémie, le Conseil mondial de la santé écrit notamment :3

« L'accord proposé par l'OMS est inutile et constitue une menace pour la souveraineté et les droits inaliénables. Cela augmente le pouvoir suffocant de l'OMS de déclarer des pandémies injustifiées, d'imposer des confinements déshumanisants et d'appliquer des traitements coûteux, dangereux et inefficaces contre la volonté du peuple.

Le WCH [Conseil mondial de la santé] estime que les gens ont le droit de participer à tout accord qui affecte leur vie, leurs moyens de subsistance et leur bien-être.

Cependant, l'OMS ne s'est pas engagée dans un processus de participation publique, ce qui prouve que sa priorité est de s'approprier plus de pouvoir pour elle-même et ses complices corporatifs, que de servir les intérêts du peuple. Sans un processus démocratique impartial, tout accord de l'OMS, agissant par l'intermédiaire des Nations Unies, sera illégal, illégitime et invalide.

Historiquement, la direction de l'OMS a laissé tomber le peuple. Parmi de nombreux exemples, il a approuvé le vaccin nocif H1N1 (grippe porcine) pour une pandémie déclarée controversée.

De même, l'OMS a échoué lors du chapitre COVID-19 car elle a encouragé les confinements, supprimé les traitements préventifs précoces et recommandé des interventions de produits qui se sont avérées ni sûres ni efficaces.

L'OMS ne peut être autorisée à contrôler l'agenda mondial de la santé, ni à imposer la biosurveillance. Bien qu'il reçoive des fonds de sources publiques appartenant au peuple, il est pris dans un perpétuel conflit d'intérêts car il reçoit également des financements substantiels d'intérêts privés qui utilisent leurs contributions pour influencer et tirer profit des décisions et des mandats de l'OMS.

Par exemple, la Fondation Gates et l'alliance pour la promotion des vaccins GAVI, financée par Gates, contribuent plus d'un milliard de dollars par an.

Une autre préoccupation est le fait que lorsque des personnes sont lésées par les politiques de santé de l'OMS, il n'y a aucune responsabilité parce que l'OMS jouit de l'immunité diplomatique. Selon Mohamed, "l'OMS ne devrait prendre AUCUNE décision concernant la santé mondiale à l'avenir".

La prise de puissance ultime

Comme l'a noté Martino, bien que le traité prétende être axé sur la planification et les réponses à la pandémie, on craint sérieusement qu'il ne soit étendu pour couvrir également d'autres domaines de la santé. Mohamed est d'accord, disant qu'il pourrait potentiellement être élargi, en utilisant la constitution de l'OMS comme base pour cette expansion. L'article 2 de la constitution de l'OMS stipule :

« Afin d'atteindre son objectif, les fonctions de l'Organisation sont : a) d'agir en tant qu'autorité de direction et de coordination de l'action sanitaire internationale… k) de proposer des conventions, des accords et des règlements, et de faire des recommandations concernant les questions de santé internationale …

s) établir et réviser en tant que de besoin les nomenclatures internationales des maladies, des causes de décès et des pratiques de santé publique… v) généralement prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre l'objectif de l'Organisation.

Son pouvoir est déjà très important et l'objectif de transformer l'OMS en une dictature mondiale de la santé est pratiquement inscrit dans sa constitution. N'oubliez pas non plus que l'OMS a supprimé la spécificité des pertes massives de la définition d'une pandémie, de sorte qu'une pandémie peut désormais être à peu près n'importe quelle maladie qui survient dans plusieurs pays. Même l'obésité pourrait théoriquement se qualifier. Ainsi, l'OMS pourrait revendiquer le pouvoir sur les systèmes de santé de plusieurs manières, si elle en avait l'occasion.

Un traité accorderait à l'OMS le pouvoir d'imposer des passeports pour les vaccins

Alors que la majeure partie du monde est plus que prête à passer à autre chose, l'OMS ne semble pas disposée à lâcher prise. Un responsable de l'OMS a récemment déclaré au Ottawa Citizen que la pandémie de COVID est encore « loin d'être terminée ».4

La raison de cette réticence à déclarer la fin de la pandémie est probablement due au fait que l'OMS espère obtenir le pouvoir d'imposer des passeports de vaccins et des injections de COVID dans le monde entier. Il travaille déjà à la création d'un programme mondial de passeport vaccinal/d'identité numérique. Tel que rapporté par WEBLYF :5

« Sous le couvert d'un « réseau de confiance », une autre initiative appelée Vaccination Credential Initiative (VCI) prend également de l'ampleur.

En partenariat avec de grandes entreprises technologiques, de grandes entreprises et de grandes universités, VCI se décrit comme "une coalition volontaire d'organisations publiques et privées engagées à donner aux individus l'accès à des informations cliniques vérifiables, y compris une copie fiable et vérifiable de leurs dossiers de vaccination en format numérique ou papier". formulaire utilisant des normes ouvertes et interopérables.

Les cartes de santé SMART de VCI, comme l'a rapporté Off-Guardian, sont déjà mises en œuvre par "25 États américains, ainsi que Porto Rico et DC, et sont devenues le passeport national de facto des États-Unis". Comme expliqué dans l'article :

“ Le gouvernement américain, contrairement à de nombreux pays européens, n'a pas délivré son propre passeport officiel pour les vaccins, sachant qu'une telle décision contrarierait le public américain plus libertaire, sans parler de s'emmêler dans la question de l'État contre la loi fédérale.

Les cartes à puce leur permettent de contourner ce problème. Ils ne sont techniquement mis en œuvre que par chaque État individuellement via des accords avec VCI, qui est techniquement une entité privée. Cependant, étant donné que les cartes SMART sont indirectement financées par le gouvernement américain, leur mise en œuvre dans tous les États en fait une norme nationale à part le nom. »

Les tribus unies de Nouvelle-Zélande dénoncent le traité de l'OMS

Comme l'a noté NZDSOS,6 « Est-ce ainsi que nous voulons vivre nos vies ? Constamment à la demande d'individus et d'entreprises de l'ombre qui surveillent chacun de nos mouvements et déterminent ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire, jusqu'à acheter de la nourriture ? »

Dans une lettre de notification officielle adressée à l'OMS et au Conseil exécutif de l'Assemblée mondiale de la santé, le gouvernement d'Aotearoa Nu Tireni en Nouvelle-Zélande a fermement dénoncé ce traité et tout autre traité qui remet en cause la souveraineté nationale :7

"... vous êtes ainsi officiellement informé que le gouvernement Wakaminenga Māori d'Aotearoa Nu Tireni/Nouvelle-Zélande ne consent sous aucune forme à aucun type de traité international sur la pandémie dans le cadre de l'OMS ou de son assemblée. Toute construction de ce type sera nulle ab initio.

Nous, en tant que tribus unies et chefs héréditaires, représentons le seul gouvernement légitime actuel en Nouvelle-Zélande. Le gouvernement néo-zélandais actuel représenté par Jacinda Ardern est un gouvernement illégitime car il s'agit d'une société (SEC CIK # 0000216105) inscrite à la US Security & Exchange Commission sous le nom de Sa Majesté la Reine du chef de la Nouvelle-Zélande.8,9

Conformément à la Clearfield Trust Doctrine, une société n'a aucun droit implicite de gouverner un peuple souverain. Nous enregistrons par la présente notre vote de défiance à l'égard des actions ou de l'autorité de la société se faisant passer pour un gouvernement sur notre territoire.

Ce gouvernement illégal d'Ardern et ses ministres sont accusés par la Nga Tikanga Māori Law Society et le gouvernement Wakaminenga Maori de Nu Tireni de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité liés à leur mépris délibéré pour les souffrances et les pertes de vie résultant de leur illégalité. réponse à l'arme biologique artificielle connue sous le nom de COVID-19 et à l'administration forcée illégale d'un poison à notre peuple et à l'expérimentation médicale forcée.

Également accusés de crimes graves liés à une réponse à une pandémie, l'OMS et le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus n'ont aucune qualité ou autorité pour conclure un accord contraignant lié à une réponse à une pandémie, dans aucune juridiction et nous ordonnons que ces tentatives cessent et s'abstiennent immédiatement en attendant le résultat de ces accusations en vertu des statuts de Rome 6, 7 et 8, déposé devant la Cour pénale internationale le 6 décembre 2021 …

Par la présente, il vous est demandé de cesser et de vous abstenir de discuter ou de négocier avec le gouvernement illégal d'Arden, une société néo-zélandaise, connue sous le nom de Sa Majesté la reine du chef de la Nouvelle-Zélande. Le gouvernement maori Wakaminenga d'Aotearoa Nu Tireni se réserve le droit de discuter/négocier avec tout partenaire international de son choix, y compris le Conseil mondial de la santé (WCH).

Un traité créerait une censure mondiale des informations sur la santé

Le traité donnerait également à l'OMS le pouvoir de censurer les informations sur la santé dans le monde entier. Sur la page Web du Conseil européen consacrée au traité sur la pandémie, sous le titre "Rétablir la confiance dans le système de santé international", il est écrit :10

« L'accord… jettera les bases d'une meilleure communication et information des citoyens. La désinformation menace la confiance du public et risque de saper les réponses de santé publique. Pour racheter la confiance des citoyens, des mesures concrètes devraient être prévues pour améliorer le flux d'informations fiables et précises ainsi que pour lutter contre la désinformation à l'échelle mondiale.

En d'autres termes, en vertu de ce traité, nous pouvons nous attendre à une censure encore plus grande que celle que nous avons connue jusqu'à présent. Les entreprises technologiques ont déjà prouvé où se situe leur allégeance, et ce n'est pas avec le public.

Google, Facebook, Twitter, Instagram et d'autres ont déformé à peu près tous ceux qui publient des informations sur la santé qui vont à l'encontre de ce que dit l'OMS, au diable les données du monde réel et les faits vérifiables. Les plateformes financières ont également interdit des personnes pour la même raison. Imaginez maintenant qu'il existe une loi internationale contraignante qui rend toute cette censure obligatoire.

Leur Playbook a été révélé en 2019

Officiellement, la Fondation Bill & Melinda Gates est le deuxième plus grand bailleur de fonds de l'OMS, juste derrière le gouvernement américain,11 mais les contributions combinées de la Fondation Gates et de GAVI ont fait de Gates le principal sponsor non officiel de l'OMS à partir de 2018.12

Gates a également financé des exercices de pandémie, y compris l'événement 201,13 tenue le 18 octobre 2019, qui a acquis une notoriété pour ses «prédictions» extraordinairement précises de la pandémie de COVID quelques mois seulement avant sa déclaration. Parmi les autres co-sponsors figuraient le Forum économique mondial et la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health.

Cependant, plus tôt cette année-là, le 14 février 2019, Gates a également financé l'exercice pandémique de la Nuclear Threat Initiative (NTI) pour les hauts dirigeants mondiaux sur la réponse internationale aux événements biologiques délibérés, qui a eu lieu à Munich, en Allemagne.14,15

NTI a été fondée pour évaluer et réduire les menaces associées à la prolifération des armes nucléaires,16 mais ils se sont depuis élargis pour inclure les menaces biologiques.17 Gates a également accordé des subventions au NTI pour le développement de vaccins en relation avec les menaces biologiques.18

Alors que l'événement 201 présentait une épidémie fictive de coronavirus, l'exercice NTI impliquait une réponse à «des événements biologiques délibérés et à conséquences élevées». En d'autres termes, une libération délibérée d'une arme biologique génétiquement modifiée - dans ce cas une peste pulmonaire - pour laquelle il n'existe aucun traitement disponible. Ce scénario d'exercice était le premier du genre. La vidéo ci-dessus présente un résumé de l'exercice en quatre phases.

Curieusement, mi-novembre 2019, The Guardian, The New York Times,19 Washington Post20 et d'autres ont rapporté que deux personnes en Chine avaient en fait reçu un diagnostic de peste pulmonaire.21

En plus de la Fondation Bill & Melinda Gates, l'événement NTI a été parrainé par le Wellcome Trust, la «bras philanthropique» de GlaxoSmithKline et un investisseur de Vaccitech, qui détient les brevets du jab COVID d'AstraZeneca.22 Gates et Wellcome font tous deux partie du réseau mondialiste technocratique qui fait avancer The Great Reset.

Un autre sponsor était l'Université de Georgetown,23 qui a également organisé la bibliothèque de traitements COVID-19 du Forum économique mondial (principalement axée sur les antiviraux et les injections de transfert de gène COVID).24

La conservation a été effectuée par trois professeurs de l'Université de Georgetown et Rebecca Katz, directrice du Georgetown Center for Global Health Science and Security.25 Katz est également répertorié comme auteur sur l'article NTI,26 « A Spreading Plague: Lessons and Recommendations for Responding to a Deliberate Biological Event », publié en juin 2019, dans lequel ils passent en revue les conclusions tirées de cet exercice de février 2019.

"Une peste qui se propage"

Ensemble, ces deux exercices pandémiques – tous deux parrainés par Gates – forment un manuel sur la façon de mettre en place une attaque biologique, puis de cacher la vérité au monde afin que vous puissiez non seulement en profiter à court terme, mais aussi centraliser pouvoir, transférer définitivement la richesse et changer l'ordre social et financier à votre guise dans le processus.

Sans surprise, un certain nombre de participants à l'événement 201 ont également participé à l'exercice de la NTI,27 et occupent des postes au sein d'institutions technocratiques comme Wellcome, l'OMS et le Forum économique mondial.

L'événement 201, en particulier, ne s'est pas concentré sur la recherche de remèdes et le sauvetage de vies, mais sur la manière de contrôler la "désinformation". Une grande majorité de cet exercice était centrée sur la création d'une propagande et d'une censure efficaces. De même, « A Spreading Plague » comprend également la recommandation de faire appel à des entreprises privées comme « actifs » pour mener à bien les enchères mondialistes :28

"En 2019 et 2020, les organisations internationales, y compris l'OMS, l'UNODA [Bureau des Nations Unies pour les affaires de désarmement] et le Forum économique mondial, devraient convoquer les entreprises du secteur privé pour identifier les lacunes et les prochaines étapes concrètes pour renforcer la capacité des entreprises à fournir des actifs. pour aider à la réponse internationale en cas d'attaques biologiques délibérées et d'autres événements biologiques à hautes conséquences.

Dans le scénario NTI – dans lequel un pays fictif appelé Carta s'avère avoir conçu et lancé une arme biologique dans le pays voisin de Vestia – nous voyons également de curieux parallèles avec les accusations actuelles de la Russie, qui prétend que des recherches sur les armes biologiques étaient en cours. en Ukraine, nécessitant une action défensive.

Dans l'ensemble, l'exercice sur table du NTI ne fait qu'ajouter à la pile de preuves qui suggèrent que la pandémie de COVID a été préméditée et planifiée à l'avance à des fins financières et géopolitiques. C'était une prise de pouvoir.

Le traité sur la pandémie avec l'OMS est précisément ce dont le Forum économique mondial et ses alliés ont maintenant besoin, car il mettra la cabale technocratique fermement en charge de la biosécurité du monde entier et lui donnera les moyens de mettre en œuvre le reste du programme The Great Reset.

Vous pouvez en savoir plus sur The Great Reset sur le site Web du Forum économique mondial29,30 et dans le livre de Klaus Schwab, "COVID-19 : The Great Reset"31 (mais vous voudrez peut-être d'abord examiner les commentaires extrêmement négatifs sur Amazon).

Comme indiqué dans un article du Forum économique mondial du 21 juillet 2020,32 la dévastation économique causée par les arrêts de la pandémie de COVID-19 "a le potentiel d'entraver la prospérité mondiale pour les générations à venir". La réponse, selon le Forum économique mondial, est que les pays s'assurent que le système économique est « mieux reconstruit ».

Ne vous y trompez pas, ce slogan accrocheur fait partie intégrante du plan Great Reset et ne peut en être séparé, aussi altruiste qu'il puisse paraître. Une partie de la "reconstruire en mieux" consiste à faire passer le système financier à un système monétaire entièrement numérique contrôlé de manière centralisée, lié à un passeport vaccinal et/ou à un système d'identité numérique.

Ensemble, ils formeront un système omniprésent de contrôle social, car les comportements souhaités peuvent être incités et les comportements indésirables découragés par la perte de divers «privilèges», y compris l'accès à vos propres finances. La monnaie numérique peut même être programmée par l'émetteur afin qu'elle ne puisse être utilisée que pour certains types d'achats ou de dépenses.

Bien qu'il soit très difficile d'arrêter ce train en fuite qu'est la Grande Réinitialisation, une partie de notre défense consiste à nous opposer et à empêcher le traité de l'OMS sur la pandémie de devenir réalité, car nous perdrons notre souveraineté nationale s'il le fait.

Sources et références

1 Reuters 26er novembre 2021

2, 10 Conseil européen, Traité sur la prévention et la préparation aux pandémies

3 Lettre ouverte du Conseil mondial de la santé mars 2022

4 Ottawa Citizen 18 mars 2022

5 Weblyf Mars 2022

6, 7 NZDSOS 18 mars 2022

8 US Security & Exchange Commission en tant que Sa Majesté la Reine du chef de la Nouvelle-Zélande

9 SEC CIK #0000216105

11 Info Suisse 10 mai 2021

12 Le défenseur 7 septembre 2021

13 Centre pour la sécurité sanitaire Événement 201

14 NTI 14 février 2019

15 NTI 13 juin 2019

16 Menaces nucléaires NTI

17 Menaces biologiques NTI

18 Initiative nationale contre les menaces de la Fondation Gates

19 New York Times 13 novembre 2019

20 Washington Post 13 novembre 2019

21 Le Gardien 13 novembre 2019

22 Le rapport Corbett 24 février 2021

23 Exercice sur table de l'Université de Georgetown sur la réponse internationale aux événements biologiques délibérés

24 25 Traitements COVID-19 du WEF organisés par l'Université de Georgetown

26 Une peste qui se propage : leçons et recommandations pour répondre à un événement biologique délibéré Juin 2019

27 Une peste qui se propage : Leçons et recommandations pour répondre à un événement biologique délibéré Juin 2019, Liste des participants Page 8

28 Une peste qui se propage : leçons et recommandations pour répondre à un événement biologique délibéré Juin 2019, page 17

29 WEF La grande réinitialisation

30 WEF La grande réinitialisation Faits saillants

31 COVID-19 : La grande réinitialisation (PDF)

32 Forum économique mondial 21 juillet 2020

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

9 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire l'article original […]

Jour

L'OMS interdira également les armes personnelles car elles nuisent à la "santé".

James Reinhart

La certification du programme d'identification de la vaccination qui est entièrement réalisée en silicone et adhère aux mensonges de la théorie des germes, longtemps démentie, devrait supprimer tous les membres et éliminer l'OMS tous ensemble.

Ren

Bien. Vous vous débarrassez de l'Organisation mondiale de la santé.

Anne

Sur la base des antécédents de l'OMS jusqu'à présent. Je ne peux pas les imaginer offrant quoi que ce soit, sauf plus de la même chose sur les stéroïdes. Je doute que quiconque ait la possibilité de se retirer. Je soupçonne que « les médicaments et les traitements » seraient imposés aux gens, qu'ils soient en bonne santé ou en mauvaise santé. La médecine du fusil de chasse décrirait ce système. Au cours des derniers mois. J'ai entendu parler de personnes qui avaient besoin d'une greffe de rein, de foie et de cœur qui s'en sont vu refuser parce qu'elles n'accepteraient pas de prendre un coup covid. Donc, sur la base de la politique actuelle des règles de la foule, des systèmes financiers et de santé déjà en place. Seulement... Lire la suite »

john coster

L'OMS a été un vecteur de corruption, de mauvaise science et d'atteinte à la souveraineté nationale. L'un de ses principaux moteurs et bailleurs de fonds, Bill Gates, illustre le danger que cette organisation représente pour nous tous. Il a peu de compréhension de la science de l'évolution à son niveau le plus élémentaire et promeut avec arrogance une médecine autoritaire basée sur le profit tout en ignorant les complexités et les nombreuses inconnues au cœur de la biologie. Il a pu acheter de l'influence avec son argent mais il n'a pas pu acheter la sagesse ou la compréhension de pourquoi l'éthique est une adaptation critique sans laquelle l'humanité... Lire la suite »

[…] a décidé de créer un organe de négociation intergouvernemental chargé de rédiger et de négocier l'accord de l'OMS sur la préparation à une pandémie. Selon Health Policy Watch, l’accord va viser à remédier « aux incohérences […]

[...] http://www.technocracy.news/who-treaty-seeks-total-control-over-global-health/), Digi 24 atacă la comandă, această formaţiune, considerată, ce-i drept, ca un cui în […]