Revendication: l'islamisme est le paradigme technocratique appliqué à l'islam

S'il vous plaît partager cette histoire!

Cet article d'un important journal catholique fait cette déclaration provocante: «Malgré son idéologie médiévale, l'EI est un produit de la technocratie occidentale; il est dirigé par des ingénieurs et des juristes.  Éditeur TN

Dans le sillage du dernier attentat terroriste à Nice, il est une fois de plus tentant de blâmer l'islam, et le fait est que l'islam est corrodé de l'intérieur. La réponse, cependant, n'est ni la force militaire ni l'isolement politique, mais une renaissance des meilleurs instincts religieux parmi les musulmans eux-mêmes.

Le carnage de Nice est né du simple fait de louer un camion frigorifique et de le conduire dans une foule de festivaliers, tuant 84. Ce qui la rendait efficace dans sa dévastation était sa cruauté diabolique, son cœur de pierre. C'est cette impuissance qui nous rend impuissants, comme prévu.

Avec l'impuissance vient la tentation. Un peuple effrayé cherche des réponses et des solutions simples.

La première consiste à faire de l'islam un bouc émissaire, à déclarer - comme le font maintenant les populistes aux États-Unis et en Europe - que nos sociétés libérales politiquement correctes ne peuvent se résoudre à faire la seule chose nécessaire: expulser les musulmans. (Cela commencera par les «extrémistes», mais bientôt tous les musulmans seront considérés comme des extrémistes.)

On dira que contrairement au christianisme, qui, s'il est correctement vécu, produit la justice et la paix, vivre littéralement de l'islam - qui est né dans le conflit et la conquête - conduit au bombardement massif d'innocents.

Ce récit contient une vérité. C'est un erreur décrire l'État islamique comme non islamique, alors qu'il est le fruit d'une tentative étrangement précise de recréer exactement un califat du septième siècle.

Bien que l'EI puisse horrifier les musulmans ordinaires - qui sont beaucoup plus susceptibles que les occidentaux d'en être les victimes - il est faux de prétendre que cet extrémisme n'a rien à voir avec l'islam ou avec les mosquées.

Quand, après Nice, le vice-président de la Conférence des imams de France démissionné Hocine Drouiche, exaspéré par le déni des mosquées françaises face à l'extrémisme dans leurs rangs, dénonce un échec répété à travers toute l'Europe.

Mais blâmer l'islam, c'est échapper à notre propre vulnérabilité religieuse à la violence - et à la nature de la violence elle-même.

Comme le pape François l'a souvent souligné, l'islam est dans l'ensemble et la plupart du temps une religion de valeurs et de paix. Ce n'est pas un vœu pieux, mais un fait.

L’utilisation des Écritures à des fins violentes n’est pas non plus étrangère aux chrétiens. Ce ne sont pas seulement les passages violents de l'Ancien Testament - même les Psaumes se réjouissent de heurter la tête contre les rochers - qui ont été utilisés (comme François l'a également souligné) comme mandat de coercition et de sacrifice violents.

Le grand commandement de Matthieu 28 - «Allez donc et faites de toutes les nations des disciples» (Mt 28.19-20a) - apaisa la conscience des colonialistes espagnols au XVIe siècle, tandis que le maître de Luke 14: 23 ordonna à ses serviteurs de "Quiconque trouve à venir au mariage a été prise dans les époques précédentes comme une justification pour la conversion forcée

Tout aussi évasif est de suggérer - comme Richard Dawkins ou Christopher Hitchens - que le problème est la religion elle-même, lorsque les horreurs emblématiques du XXe siècle ont été perpétrées par des athées engagés qui ont d'abord effacé la religion. De toute évidence, la religion est la plus grande force de paix dont dispose l'humanité.

Mais ça peut aller mal; il peut être perverti. Les personnes religieuses ne sont pas à l'abri de la violence et la foi peut être déployée au service de la destruction.

Comprendre pourquoi, maintenant, l’islam est corrodé de l’intérieur, c’est réaliser que le virus et son antidote se trouvent en Occident.

Apocalyptique de Hugh Benson, l'un des livres préférés du pape François (et de son prédécesseur) Le seigneur du monde, ce sont les catholiques, et non les musulmans, qui sont les kamikazes. Francis lit ce roman dystopique de 1907 pour montrer les conséquences désastreuses de la «colonisation idéologique», lorsqu'un paradigme matérialiste, laïciste et technologique séduit même les religieux.

Et c’est le cas des jeunes musulmans éduqués à l’ouest qui se transforment en armes de destruction massive. Ils nous en disent très peu sur l’islam, mais beaucoup sur la vulnérabilité particulière des musulmans à ce que François Laudato Si ' appelle leparadigme technocratique. "

Le terme est utilisé par Romano Guardini dans son texte 1950, La fin du monde moderne, pour décrire la mentalité créée par l’érosion du religieux par le développement technologique rapide. le paradigme technocratique voit les autres (et la nature elle-même) comme des instruments et des objets, plutôt que de mériter notre vénération et notre respect.

Guardini a observé cet état d'esprit derrière les grands développements de son époque, y compris le totalitarisme. Déchaîné du christianisme, le culte du pouvoir pouvait être vu dans l'arrogance, le mépris et la violence du nazisme et du stalinisme.

C'est un état d'esprit visible, de nos jours, dans le darwinisme social creux de notre économie contemporaine, motivé par la consommation frénétique et la «culture du jetable»; dans la théorie du genre, la manipulation biogénétique et l'euthanasie, dans laquelle l'individu souverain, qui déploie une logique et des procédures rationnelles, acquiert la maîtrise de la réalité; dans le mythe du progrès de l'illumination, dans lequel l'homme se déplace de manière transparente vers un lieu de maîtrise; et dans toutes les formes de littéralisme, de juridisme et de nominalisme, dans lesquelles l'homme cherche à rendre la réalité conforme aux abstractions qu'il vénère.

C’est le contraire du paradigme religieux dans lequel Dieu, et non nous, sommes souverains; dans lequel la réalité est reçue comme un cadeau, plutôt que manipulée à nos propres fins; et dans lesquels nous atteignons la grandeur non par la domination sur les autres mais par le service de leurs besoins, en émulation de la miséricorde de Dieu.

L'islamisme est le paradigme technocratique appliqué à l'islam.

En dépit de son idéologie médiévale, IS est un produit de l'ouest technocratie; il est géré par des ingénieurs et des juristes. Il est parfaitement à l'aise avec les médias sociaux et la technologie contemporaine, et ses adhérents sont des jeunes frustrés de la classe moyenne inférieure instruits dans des matières techniques.

La chose la plus importante à propos de Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’était peut-être pas que le meurtrier du 14 juillet était un Tunisien ou un musulman, mais bien qu’il avait étudié l’ingénierie. Les scientifiques, techniciens et programmeurs attirés par le SI ne sont pas des religieux «arriérés».

Ils peuvent être «perdants» ou au chômage, en colère et à la dérive; mais ce sont des Occidentaux musulmans instruits qui ont pour la plupart abandonné la foi de leurs ancêtres avant d'être séduit par «l'appel de Rambo» des sites Web salafis ont surfé dans des chambres solitaires.

Pour un musulman dans un pays occidental qui se sent perdant, IS offre un chemin vers la victoire qui correspond parfaitement à la paradigme technocratique. Plus le cœur est pierreux et plus l'effort est grand, plus la récompense sera grande. Plus l'acte est héroïque imprudemment, plus le résultat sera grand.

Ainsi, à Nice, un homme sans emploi, divorcé, sans aucun intérêt pour la religion, qui bat sa femme, qui boit beaucoup, qui porte beaucoup d’argent, est devenu un kamikaze suicide presque du jour au lendemain. Il se peut que Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’ait aucun lien avec l’IS. Cela n'a pas vraiment d'importance. il en a été inspiré. C'était un musulman impuissant et désespéré, et l'EI représentait un islam de pouvoir.

«Les gens vont parler de moi», se vantait-il, comme le font presque toujours les kamikazes.

Pourquoi les musulmans sont-ils si vulnérables, en ce moment, à cette colonisation idéologique? Les experts islamiques soulignent les traumatismes identitaires dans le monde arabe et musulman et le simple diagnostic salafiste: l'Islam est devenu impur et doit être restauré au moyen d'un califat restauré.

IS a finalement réussi. Cela a donné aux musulmans occidentaux courbés la force de se sentir forts, tout comme le nazisme a fait en sorte que les Allemands de la petite bourgeoisie subjugués se sentent forts.

C'est aussi parce que, à l'instar du christianisme protestant, l'islam a rendu les Écritures accessibles à tous, sans intermédiaire. Depuis des siècles, le Coran était un bruit impénétrable médiatisé par des savants et des juristes; maintenant c'est sur le web, pour tout salafiste de dire à qui que ce soit ce que cela signifie, ce qu'il commande - et (dans un exemple parfait de la paradigme technocratique) comment exécuter ses préceptes.

Imaginez un télévangéliste chrétien donnant des instructions sur YouTube, basées sur Leviticus 20: 13, expliquant précisément comment tuer des homosexuels pris dans l'acte sexuel, et nous avons une idée de ce qui se passe.

IS adore la technologie et le pouvoir. Il a faim de génocide, pour une confrontation finale. Il se considère comme un instrument de la fin du monde, déclenchant une violence apocalyptique qui purifiera le monde en massacrant un grand nombre de personnes (y compris, en passant, à peu près des musulmans chiites et presque tous sunnites).

Ce n'est pas une religion mais une idéologie, une religion qui réduit Dieu à un avocat vengeur.

Jusqu'à présent, tragiquement, la réponse du monde occidental - de la guerre en Irak en réponse au 9 septembre qui a créé un espace pour l'EI, à l'appel de Donald Trump à l'expulsion des musulmans et au vœu du président Hollande de répondre `` sans pitié '' aux atrocités commises La France - a parfaitement adapté son récit de lutte et de mort.

«Nous continuerons de frapper ceux qui nous attaquent sur notre propre sol», dit Hollande. Pourtant, c'est précisément ce que souhaite l'EI - provoquer une réaction militaire qui amènera la bataille finale.

IS continuera à nous tester pendant de nombreuses années. Nous avons besoin de renseignements, de mesures de sécurité solides, de bonnes défenses. Mais la violence inspirée par l'EI des perdants solitaires ne peut être vaincue ou éradiquée par la même maîtrise technologique qui nous a mis ici.

Aucun homme politique, aucun État ne peut nous délivrer de l’Est et de son hérésie; il ne peut mourir que de ses propres contradictions internes, et seulement si nous restons fermes et ne nous soumettons pas à notre propre violence de boucs émissaires.

Seule la vraie religion peut chasser le mal. Seules les victimes qui pardonnent peuvent vaincre les persécuteurs. Ce n’est qu’en abandonnant notre illusion de pouvoir que nous pourrons vaincre le groupe SI, assoiffé de pouvoir.

Cela ne signifie pas l'impuissance; mais cela signifie comprendre les tentations qui viennent avec le refus d'être impuissant.

Il n'y a finalement qu'une seule issue - la voie indiquée par le Pape François en cette Année de la Miséricorde, la voie qui est fidèle à l'héritage chrétien de l'Occident. Face à la provocation meurtrière et impitoyable de l'EI, la seule réponse ultime est de pleurer les morts, de pardonner aux auteurs et de dissoudre les divisions de l'humanité par des actes concrets de miséricorde.

Il n'y a pas de technocratique stratégie qui peut vaincre la miséricorde de Dieu. Et seule la miséricorde de Dieu offre une chance de recommencer.

C'est notre test. L'apocalypse est maintenant.

Lire l'article complet ici…

S'abonner
Notifier de
invité
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires