San Francisco One-Ups Dirty Harry avec "Allez, punk. Make My Day ”Robot tueur

S'il vous plaît partager cette histoire!
Désespéré de trouver des solutions pour endiguer la catastrophe criminelle qu'ils ont eux-mêmes créée, San Francisco se tourne vers une technologie de pointe pour les machines à tuer automatisées. Maintenant qu'ils ont commencé à emprunter cette route, ils constateront qu'il n'y a pas de voie de sortie ou de demi-tour. Le monde dystopique qu'ils créent semble toujours raisonnable en surface, mais il est mortel à l'intérieur. ⁃ Éditeur TN

Les superviseurs de San Francisco ont voté mardi pour donner à la police municipale la possibilité d'utiliser des robots télécommandés potentiellement mortels dans des situations d'urgence – à la suite d'un débat chargé d'émotion qui reflétait les divisions au sein du conseil politiquement libéral sur le soutien aux forces de l'ordre.

Le vote a été de 8 contre 3, la majorité acceptant d'accorder l'option à la police malgré les fortes objections des libertés civiles et d'autres groupes de surveillance de la police. Les opposants ont déclaré que l'autorité conduirait à la militarisation supplémentaire d'une force de police déjà trop agressive avec les communautés pauvres et minoritaires.

La superviseure Connie Chan, membre du comité qui a transmis la proposition à l'ensemble du conseil d'administration, a déclaré qu'elle comprenait les préoccupations concernant le recours à la force mais que « conformément à la loi de l'État, nous sommes tenus d'approuver l'utilisation de ces équipements. Nous y sommes donc, et ce n'est certainement pas une discussion facile.

Le département de police de San Francisco a déclaré qu'il n'avait pas de robots pré-armés et qu'il n'envisageait pas d'armer des robots avec des armes à feu. Mais le département pourrait déployer des robots équipés de charges explosives "pour contacter, neutraliser ou désorienter un suspect violent, armé ou dangereux" lorsque des vies sont en jeu, a déclaré la porte-parole du SFPD, Allison Maxie, dans un communiqué.

"Les robots équipés de cette manière ne seraient utilisés que dans des circonstances extrêmes pour sauver ou prévenir de nouvelles pertes de vies innocentes", a-t-elle déclaré.

Les superviseurs ont modifié la proposition mardi pour préciser que les agents ne pouvaient utiliser des robots qu'après avoir utilisé une force alternative ou des tactiques de désescalade, ou conclu qu'ils ne seraient pas en mesure de maîtriser le suspect par ces moyens alternatifs. Seul un nombre limité d'officiers de haut rang pouvait autoriser l'utilisation de robots comme option de force mortelle.

La police de San Francisco dispose actuellement d'une douzaine de robots terrestres fonctionnels utilisés pour évaluer les bombes ou fournir des yeux dans des situations de faible visibilité, selon le département. Ils ont été acquis entre 2010 et 2017, et pas une seule fois ils n'ont été utilisés pour livrer un engin explosif, ont déclaré des responsables de la police.

Mais une autorisation explicite était requise après l'entrée en vigueur cette année d'une nouvelle loi californienne obligeant les services de police et de shérif à inventorier les équipements de qualité militaire et à demander l'approbation de leur utilisation.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire l'article original […]

[…] San Francisco One-Ups Dirty Harry Avec «Allez, punk. Make My Day "Robot tueur [...]