Scientific American: «Nous n'avons aucune raison de croire que la 5G est sûre»

Scientific AmericanWikimedia Commons
S'il vous plaît partager cette histoire!
L'industrie de la 5G n'a dépensé aucun fonds pour les tests de sécurité des consommateurs, mais elle dénigre et vilipende les scientifiques et les études légitimes qui émettent des avertissements sévères sur sa sécurité. Il est temps que le public le remarque! ⁃ Éditeur TN

L'industrie des télécommunications et leurs experts ont accusé de nombreux scientifiques qui ont étudié les effets du rayonnement des téléphones portables de «semer la peur» face à l'avènement de la technologie sans fil 5G. Étant donné qu'une grande partie de nos recherches sont financées par des fonds publics, nous croyons qu'il est de notre responsabilité éthique d'informer le public de ce que la littérature scientifique évaluée par des pairs nous dit sur les risques pour la santé des rayonnements sans fil.

Le président de la Commission fédérale de la communication (FCC) a récemment annoncé communiqué de presse que la Commission réaffirmera bientôt les limites d'exposition aux rayonnements radioélectriques (RFR) que la FCC a adoptées à la fin de la période 1990. Ces limites sont basées sur un changement de comportement chez le rat exposés au rayonnement micro-ondes et ont été conçus pour nous protéger de risques de chauffage à court terme dus à l'exposition aux RFR.

Cependant, depuis que la FCC a adopté ces limites en s’appuyant largement sur la recherche des 1980, la prépondérance des recherches examinées par des pairs, plus de 500 études, ont constaté des effets biologiques ou sur la santé néfastes de l’exposition aux RF à une intensité trop faible pour provoquer un échauffement important.

Citant cet important corpus de recherche, plus de scientifiques de 240 ayant publié des recherches évaluées par des pairs sur les effets biologiques et les effets sur la santé des champs électromagnétiques non ionisants (CEM) ont signé l'appel international des scientifiques de la FEM, qui appelle à des limites d'exposition plus fortes. L'appel fait les affirmations suivantes:

«De nombreuses publications scientifiques récentes ont montré que les CEM affectent les organismes vivants à des niveaux bien inférieurs à la plupart des directives internationales et nationales. Les effets incluent un risque accru de cancer, un stress cellulaire, une augmentation des radicaux libres nocifs, des dommages génétiques, des changements structurels et fonctionnels du système reproducteur, des déficits d'apprentissage et de mémoire, des troubles neurologiques et des impacts négatifs sur le bien-être général de l'homme. Les dommages vont bien au-delà de la race humaine, car il y a de plus en plus de preuves d'effets nocifs sur les plantes et les animaux. "

Les scientifiques qui ont signé cet appel constituent sans doute la majorité des experts des effets des rayonnements non ionisants. Ils ont publié plus de documents et de lettres 2,000 sur les champs électromagnétiques dans des revues professionnelles.

Les limites d'exposition aux RFR de la FCC régulent l'intensité de l'exposition en tenant compte de la fréquence des ondes porteuses, mais ignorent les propriétés de signalisation du RFR. Outre la configuration et la durée des expositions, certaines caractéristiques du signal (par exemple, pulsation, polarisation) augmenter les impacts biologiques et sanitaires de l'exposition. De nouvelles limites d'exposition sont nécessaires pour prendre en compte ces effets différentiels. De plus, ces limites devraient être basé sur un effet biologique, pas un changement dans le comportement d'un rat de laboratoire.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé classé RFR comme «potentiellement cancérigène pour l'homme» en 2011. L'année dernière, une étude d'un million de dollars 30 réalisée par le programme américain de toxicologie (NTP) a révélé «des preuves évidentes» qu'une exposition de deux ans à la cancer accru chez les rats mâles et ADN endommagé chez les rats et  souris des deux sexes. L’Institut Ramazzini, en Italie, a reproduit la principale découverte du NTP en utilisant une fréquence de porteuse différente et une exposition beaucoup plus faible au rayonnement des téléphones portables pendant la vie des rats.

Sur la base des recherches publiées depuis 2011, y compris des études sur l'homme et les animaux et des données mécanistiques, le CIRC a récemment décidé que la RFR devrait être réexaminée au cours des cinq prochaines années. Depuis de nombreux scientifiques de la FEM pensent que nous avons maintenant preuve suffisante Pour considérer la RFR comme une substance cancérigène probable ou connue chez l'homme, le CIRC augmentera probablement son potentiel cancérogène dans un proche avenir.

Néanmoins, sans procéder à une évaluation officielle des risques ou à une analyse systématique de la recherche sur les effets des RFR sur la santé, la FDA a récemment réaffirmé les limites d'exposition 1996 de la FCC. dans une lettre à la FCC, indiquant que l'agence avait "conclu qu'aucun changement aux normes actuelles n'est justifié pour le moment" et que "les résultats expérimentaux du NTP ne devraient pas être appliqués à l'utilisation du téléphone cellulaire humain". La lettre indiquait que "les preuves scientifiques disponibles à ce jour ne supporte pas d'effets néfastes sur la santé chez l'homme dus à des expositions égales ou inférieures aux limites actuelles. "

La dernière technologie cellulaire, 5G, utilisera pour la première fois les ondes millimétriques, en plus des micro-ondes utilisées par les technologies cellulaires plus anciennes, 2G à 4G. Étant donné sa portée limitée, 5G nécessitera des antennes de cellules tous les compteurs 100 à 200, exposant ainsi de nombreuses personnes à un rayonnement millimétrique. 5G utilise également de nouvelles technologies (par exemple, des antennes actives capables de former un faisceau, des matrices en phase, des entrées et des sorties massives, appelées MIMO), qui posent des défis uniques pour la mesure des expositions.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité
2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Marilynne Martin

Veuillez comprendre que l'industrie n'a jamais testé la sécurité avant la commercialisation de la 1G-4G. C'est une excellente pièce du Dr Moskowitz. Mais il ne parvient pas à informer sur un autre point - voir mon message au Dr Joel ci-dessous: Great piece. Mais en ce qui concerne cette déclaration ci-dessous que vous avez faite, ("conclu qu'aucune modification aux normes actuelles n'est justifiée pour le moment", et que "les résultats expérimentaux de NTP ne devraient pas être appliqués à l'utilisation du téléphone cellulaire humain." La lettre indiquait que "le les preuves scientifiques disponibles à ce jour ne corroborent pas les effets néfastes sur la santé humaine dus à des expositions égales ou inférieures aux limites actuelles. »)... Lire la suite »