Scientifiques: le changement climatique «affecte plus les femmes que les hommes»

S'il vous plaît partager cette histoire!
Les hommes et les femmes sont à peu près égaux en population et leur destin est complètement lié. Comment peut-on arriver à la conclusion logique que les femmes ont le petit bout du bâton sur le changement climatique? Réponse: Ils ne le font pas! Les idéologues de l'ONU traitent les hommes et les femmes comme des races différentes, dans l'espoir de susciter la division et les conflits, mais ce ne sont PAS des races différentes. ⁃ Éditeur TN

Les études montrent que les femmes sont plus susceptibles que les hommes d'être touchées par le changement climatique.

Les chiffres des Nations Unies indiquent que 80% des personnes déplacées par le changement climatique sont des femmes.

Les rôles de principal dispensateur de soins et de fournisseur d’aliments et de carburant les rendent plus vulnérables en cas d’inondation et de sécheresse.

L’Accord de Paris de 2015 contient des dispositions spécifiques pour l’autonomisation des femmes, reconnaissant qu’elles sont touchées de manière disproportionnée.

En Afrique centrale, où jusqu'à 90% du lac Tchad a disparu, les groupes autochtones nomades sont particulièrement menacés. À mesure que la rive du lac recule, les femmes doivent marcher beaucoup plus loin pour aller chercher de l'eau.

«Pendant la saison sèche, les hommes se rendent dans les villes… laissant les femmes s'occuper de la communauté», explique Hindou Oumarou Ibrahim, coordinatrice de l'Association des femmes et des peuples autochtones du Tchad (AFPAT).

La saison sèche devenant plus longue, les femmes travaillent plus dur pour nourrir et prendre soin de leur famille sans soutien. «Ils deviennent plus vulnérables… c'est un travail très dur», a récemment déclaré Ibrahim au 100 femmes de la BBC initiative.

Un problème global

Les femmes des zones rurales ne sont pas les seules à être touchées. Globalement, les femmes sont plus susceptibles de connaître la pauvretéet d'avoir moins de pouvoir socio-économique que les hommes. Cela rend difficile la reprise après les catastrophes qui affectent les infrastructures, les emplois et le logement.

Après l'ouragan Katrina à 2005, les Afro-américaines ont été parmi les plus touchées par les inondations en Louisiane. Avec l’élévation du niveau de la mer, les villes basses comme la Nouvelle-Orléans seront de plus en plus à risque.

«À la Nouvelle-Orléans, la pauvreté était beaucoup plus élevée parmi la population afro-américaine avant Katrina», explique Jacquelyn Litt, professeur d'études sur les femmes et le genre à l'Université Rutgers.

«Plus de la moitié des familles pauvres de la ville étaient dirigées par des mères célibataires», a-t-elle déclaré à BBC News.

«[Ils] dépendent de réseaux communautaires interdépendants pour leur survie et leurs ressources au quotidien. Le déplacement qui s'est produit après Katrina a essentiellement érodé ces réseaux. Cela expose les femmes et leurs enfants à un risque bien plus grand. »

Immédiatement après des événements extrêmes, les abris d'urgence peuvent être mal équipés pour soutenir les femmes. Le Superdome, dans lequel les évacués étaient temporairement hébergés après l'ouragan Katrina, ne disposait pas de suffisamment de produits sanitaires pour les femmes qui y étaient hébergées.

'Catastrophes naturelles?

Bien que le changement climatique soit accéléré par les comportements humains, l’impact des phénomènes météorologiques et climatiques est influencé par les structures de la société. Les catastrophes n'affectent pas toutes les personnes de la même manière.

À la suite du tsunami de 2004, un rapport d’Oxfam a révélé que les hommes survivants étaient plus nombreux que les femmes de presque 3: 1 au Sri Lanka, en Indonésie et en Inde.

Bien qu'aucune cause ne soit claire, il existait des tendances similaires dans la région. Les hommes étaient plus susceptibles de savoir nager et les femmes perdaient un temps précieux à évacuer pour s'occuper d'enfants et d'autres membres de leur famille.

Une autre étude portant sur 20 ans a noté que les événements catastrophiques ont réduit l'espérance de vie des femmes plus que celle des hommes; plus de femmes étaient tuées, ou elles étaient tuées plus jeunes. Dans les pays où les femmes ont un plus grand pouvoir socio-économique, la différence s'est réduite.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Tomsen

La plupart des fausses campagnes de l'ONU proviennent de son fondateur et bailleur de fonds, les ThinkTanks de Rockefeller, et sont un logarithme de profit soigneusement et détaillé calculé sur des feuilles excellentes.

Les femmes au pouvoir font moins d'enfants et rendent les hommes moins forts en tant que chefs de famille, minimisant ainsi les «coûts» des enfants et de la vie de famille, maximisant le profit de deux adultes adultes travaillant 8 heures par jour pour les banquiers d'investissement.