Scientifiques: Utilisation désormais d'organes de porc pour des greffes chez l'homme

S'il vous plaît partager cette histoire!
Les scientifiques technocrates ne voient aucun risque pour les humains lorsqu'ils substituent des organes de porc à des greffes d'organes humains, qui, selon eux, sont «fonctionnellement similaires». Pour se qualifier, les porcs doivent d'abord être testés pour 40 types de virus différents afin de prévenir les infections indésirables. Il n'y aura pas de tests généralisés avant que cette pratique ne devienne une routine. ⁃ Éditeur TN

Une équipe de scientifiques a déclaré avoir créé un porc pouvant être utilisé dans des transplantations chez l'homme.

Selon l'équipe, qui comprend des chercheurs de l'Université de Meiji et de l'Université préfectorale de Kyoto, l'animal est le premier à être développé pour la transplantation sur la base des directives nationales relatives à la xénotransplantation, dans lesquelles des organes et des cellules d'animaux sont transplantés chez l'homme.

L’équipe présentera ses conclusions lors d’un forum organisé samedi par la Société japonaise pour la xénotransplantation à Suita, dans la préfecture d’Osaka, et prévoit d’approvisionner conjointement les porcs avec une société privée au début de l’année prochaine.

Plus de xénotransplantations porc-à-humain 200 ont été réalisées en Nouvelle-Zélande, en Russie et dans d'autres pays en réponse à une pénurie d'organes destinés à la transplantation, les organes du porc étant fonctionnellement similaires à ceux de l'homme. Aucune xénotransplantation de ce type n'a été réalisée au Japon.

Dans 2016, le ministère de la Santé, du Travail et du Bien-être social a révisé les directives sur la production d'animaux destinés à la transplantation, entre autres. Les directives exigent que les porcs soient élevés dans un environnement propre et isolé et qu’ils soient soumis à des tests de détection du type de virus 40 afin de prévenir les infections et de garantir la sécurité des humains.

Les scientifiques ont élevé les cochons miniatures dans des conditions exemptes d'agents pathogènes. Ils ont d'abord prélevé et désinfecté l'utérus de trois porcs gravides avant d'extraire les porcelets nouveau-nés de 17. Les porcelets ont été nourris au lait artificiel stérile et élevés pendant trois semaines. Le résultat final a donné des porcs pesant chacun environ 1.8 et convenant à la transplantation.

Jusqu'à présent, les tests n'ont révélé que la présence d'un rétrovirus inoffensif pour les porcs, mais susceptible de provoquer des maladies inconnues chez l'homme.

Cependant, aucun cas d'infection rétrovirale porc-à-humain lors de transplantations menées à l'étranger n'a été signalé, les directives préconisant une surveillance à long terme après la transplantation.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires