Shadowdragon: Deep Social Dragnet pour une surveillance totale

Illustration : L'interception
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les groupes de protection de la vie privée de gauche et de droite sont à juste titre préoccupés par la montée fulgurante des systèmes de surveillance et de contrôle omniprésents comme ceux produits à Shadowdragon. D'un simple clic, plus de 120 plateformes en ligne sont parcourues à la recherche de données personnelles, présentant vos réseaux personnels, lieux, activités, profils psychologiques, etc. Les services de police sont les principales cibles de vente et cela se répand comme une traînée de poudre. Éditeur TN

Un contrat de la police de l'État du Michigan obtenu par The Intercept, jette un nouvel éclairage sur l'utilisation croissante de logiciels de surveillance peu connus qui aident les organismes chargés de l'application de la loi et les entreprises à surveiller les médias sociaux et les autres activités des sites Web.

Le logiciel, mis en place par une société du Wyoming appelée ShadowDragon, permet à la police d'aspirer les données des médias sociaux et d'autres sources Internet, y compris Amazon, les applications de rencontres et le dark web, afin qu'ils puissent identifier les personnes d'intérêt et cartographier leurs réseaux pendant enquêtes. En fournissant des recherches puissantes sur plus de 120 plateformes en ligne différentes et une décennie d'archives, la société prétend accélérer le travail de profilage de quelques mois à quelques minutes. ShadowDragon prétend même que son logiciel peut ajuster automatiquement sa surveillance et aider à prédire la violence et les troubles. La police du Michigan a acquis le logiciel dans le cadre d'un contrat avec une autre société de police en ligne obscure nommée Kaseware pour un « MSP Enterprise Criminal Intelligence System ».

Le fonctionnement interne du produit n'est généralement pas connu du public. Le contrat et les documents publiés par les sociétés en ligne permettent une explication plus approfondie du fonctionnement de cette surveillance, fournie ci-dessous.

ShadowDragon a gardé un profil bas mais a des clients des forces de l'ordre bien au-delà du Michigan. Il a été acheté deux fois par l'agence américaine de l'immigration et des douanes au cours des deux dernières années, selon les documents, et a été apparemment acquis par la police de l'État du Massachusetts et d'autres services de police de l'État.

Les responsables du Michigan semblent garder leur contrat et les identités de ShadowDragon et Microsoft du public. Le site Web Michigan.gov ne rend pas le contrat disponible ; c'est plutôt des offres une adresse e-mail à laquelle demander le document « en raison de la nature sensible de ce contrat ». Et le contrat qu'il a finalement fourni a été fortement rédigé : la copie donnée à David Goldberg, professeur à la Wayne State University de Detroit, avait toutes les mentions du logiciel ShadowDragon et de Microsoft Azure noircies. De plus, Goldberg a dû déposer une demande en vertu de la Freedom of Information Act pour obtenir le contrat. Lorsque le site Web de l'État a proposé le contrat, il n'était pas expurgé, et j'ai téléchargé le avant qu'il ne soit retiré.

L'année dernière, l'interception publié plusieurs des articles détaillant comment une société d'analyse des médias sociaux appelée Dataminr a relayé des tweets sur les manifestations de George Floyd et Black Lives Matter à la police. La même année, j'ai expliqué à The Intercept comment le partenaire de Kaseware Microsoft aide la police à surveiller et patrouiller les collectivités à travers ses propres offres et un réseau de partenariats.

Cette nouvelle révélation sur le contrat du Michigan soulève des questions sur les capacités de surveillance numérique que d'autres services de police et organismes d'application de la loi aux États-Unis pourraient acquérir discrètement. Et cela arrive à un moment où la surveillance des médias sociaux précédemment connue du gouvernement est sous le feu des défenseurs des droits et libertés civiques comme MediaJustice et l'American Civil Liberties Union. Cela soulève également le spectre de nouveaux abus dans le Michigan, où le FBI a été profilage des communautés musulmanes et soi-disant Extrémistes de l'identité noire. En 2015, il a été révélé que pendant des années, la police de l'État utilisait des simulateurs de sites cellulaires pour espionner les téléphones portables sans les divulguer au public.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

7 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Provenant de Technocracy News & Trends […]

juste dire

Ombre : 'Une figure sombre'. Dragon : un monstre, 'Satan'.

[…] Provenant de Technocracy News & Trends […]

Rodjam

Alors, comment les gens communiqueront-ils s'ils ne sont pas surveillés ? peut-être un retour au bon vieux temps du NON aux communications électroniques ?
Le retour vers le passé est-il une évolution du futur ?

[…] Lire la suite – Shadowdragon: Deep Social Media Dragnet pour une surveillance totale […]

trackback

[…] Shadowdragon: Deep Social Media Dragnet pour une surveillance totale […]

[…] Shadowdragon: Deep Social Media Dragnet pour une surveillance totale […]