Silicon Valley construit un système de crédit social de style chinois

pointage de crédit social
S'il vous plaît partager cette histoire!
J'ai averti que l'Amérique suivra les traces de la Chine en matière de dictature scientifique parce que nos citoyens ne la comprennent tout simplement pas. Le temps presse pour dire «non!» ⁃ Éditeur TN

Avez-vous entendu parler de la Chine système de crédit social? Il s'agit d'un programme national basé sur la surveillance et basé sur la technologie, conçu pour inciter les citoyens à adopter un meilleur comportement. Le but ultime est de "permettre aux personnes de confiance de se promener partout sous le ciel tout en empêchant les personnes discréditées de faire un seul pas", selon le gouvernement chinois.

En place depuis 2014, le système de crédit social est un travail en cours qui pourrait évoluer d'ici à l'année prochaine en un système de points unique à l'échelle nationale pour tous les citoyens chinois, s'apparentant à un pointage de crédit financier. Il vise à punir les fautes telles que l'adhésion ou le soutien au Falun Gong ou au bouddhisme tibétain, le non-paiement de dettes, le jeu vidéo excessif, la critique du gouvernement, les retards de paiement, le fait de ne pas balayer le trottoir devant votre magasin ou votre maison, fumer ou jouer de la musique forte dans les trains, jaywalking et autres actions jugées illégales ou inacceptables par le gouvernement chinois.

Il peut également attribuer des points aux dons de bienfaisance ou même amener ses propres parents chez le médecin.

Les punitions peuvent être sévères: interdiction de quitter le pays, utilisation des transports en commun, enregistrement dans des hôtels, recrutement pour des emplois à haute visibilité ou admission des enfants dans des écoles privées. Cela peut également entraîner des connexions Internet plus lentes et une stigmatisation sociale sous la forme d'une inscription sur une liste noire publique.

Le système de crédit social de la Chine a été décrit dans un tweet pithy comme "de l'autoritarisme, gamifié".

À l'heure actuelle, certaines parties du système de crédit social sont en vigueur à l'échelle nationale et d'autres sont locales et limitées (il existe environ 40 ou des projets pilotes gérés par les gouvernements locaux et au moins six par des géants de la technologie tels qu'Alibaba et Tencent).

Pékin maintient deux listes nationales, appelées liste noire et liste rouge, la première comprenant les transgresseurs et la dernière les personnes ayant évité les ennuis (une «liste rouge» est la version communiste d'une liste blanche). les listes sont consultables publiquement sur un site Web gouvernemental appelé Crédit Chine.

Le gouvernement chinois partage également des listes avec des plateformes technologiques. Ainsi, par exemple, si quelqu'un critique le gouvernement sur Weibo, ses enfants risquent de ne pas être acceptés dans une école d'élite.

La honte publique fait également partie du système de crédit social chinois. Des images de personnes inscrites sur une liste noire dans une ville ont été montrées entre des vidéos sur TikTok lors d'un procès, et les adresses de citoyens inscrits sur une liste noire ont été affichées sur une carte de WeChat.

Certains articles de presse occidentaux suggèrent que la population chinoise est en train d’étouffer dans une boîte de modification du comportement oppressante de l’ensemble du pays, Skinner. Mais certains Chinois ne sont même pas au courant de son existence. Et beaucoup d'autres aiment l'idée. Une enquête ont constaté que 80% des citoyens chinois interrogés approuvaient assez ou fortement le système de crédit social.

Beaucoup d'occidentaux sont troublés par ce qu'ils ont lu sur le système de crédit social chinois. Mais de tels systèmes, il s'avère que, ne sont pas uniques à la Chine. Un système parallèle se développe aux États-Unis, en partie grâce aux politiques de la Silicon Valley et des utilisateurs du secteur des technologies, et en partie à la surveillance de l'activité des médias sociaux par des sociétés privées.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

50 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] pour la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement fédéral et ses alliés corporatifs découvrent offensants, illégaux ou im… […]

[…] Creemos que tenemos derecho a una presunción de inocencia hasta que se demuestre nuestra culpabilidad, pero esa carga de la prueba se ha invertido por un estado de vigilancia que nos convierte a todos en sospechosos y una sobrecriminalización que nos convierte a todos en infractores de la ley. Logiciel de reconnaissance faciale administré par la police en ce qui concerne l'étiquette d'erreur a los ciudadanos respetuosos de la ley como criminales. Un sistema de crédito social (similar al de China) que recompensa el comportamiento considerado « acceptable » y castiga el comportamiento que el gobierno y sus aliados corporativos encuentran ofensivo, ilegal... Lire la suite »

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Creemos que tenemos derecho a una presunción de inocencia hasta que se demuestre nuestra culpabilidad, pero esa carga de la prueba se ha invertido por un estado de vigilancia que nos convierte a todos en sospechosos y una sobrecriminalización que nos convierte a todos en infractores de la ley. Logiciel de reconnaissance faciale administré par la police en ce qui concerne l'étiquette d'erreur a los ciudadanos respetuosos de la ley como criminales. Un sistema de crédito social (similar al de China) que recompensa el comportamiento considerado « acceptable » y castiga el comportamiento que el gobierno y sus aliados corporativos encuentran ofensivo, ilegal... Lire la suite »

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensions avoir le droit de présumer de notre innocence jusqu'à ce que notre culpabilité soit prouvée, mais cette charge de la preuve a été renversée par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui nous rend tous contrevenants . Des logiciels de reconnaissance faciale gérés par la police qui étiquettent par erreur les citoyens respectueux de la loi comme des criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit ceux que le gouvernement et ses alliés commerciaux jugent offensants, illégaux ou inappropriés… […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensions avoir le droit de présumer de notre innocence jusqu'à ce que notre culpabilité soit prouvée, mais cette charge de la preuve a été renversée par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui nous rend tous contrevenants . Des logiciels de reconnaissance faciale gérés par la police qui étiquettent par erreur les citoyens respectueux de la loi comme des criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit ceux que le gouvernement et ses alliés commerciaux jugent offensants, illégaux ou inappropriés…. […]

[…] Nous pensions avoir le droit de présumer de notre innocence jusqu'à ce que notre culpabilité soit prouvée, mais cette charge de la preuve a été renversée par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui nous rend tous contrevenants . Des logiciels de reconnaissance faciale gérés par la police qui étiquettent par erreur les citoyens respectueux de la loi comme des criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit ceux que le gouvernement et ses alliés commerciaux jugent offensants, illégaux ou inappropriés… […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons reconnus coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégau… . […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]

[…] Nous pensons que nous avons le droit à une présomption d'innocence jusqu'à ce que nous soyons coupables, mais ce fardeau de la preuve a été renversé par un État de surveillance qui nous rend tous suspects et une surcriminalisation qui fait de nous tous des contrevenants. Un logiciel de reconnaissance faciale géré par la police qui qualifie à tort les citoyens respectueux des lois de criminels. Un système de crédit social (similaire à celui de la Chine) qui récompense les comportements jugés « acceptables » et punit les comportements que le gouvernement et ses alliés corporatifs trouvent offensants, illégaux ou inappropriés. […]