Les technocrates des médias sociaux se rencontrent dans le secret pour élaborer des stratégies électorales

Flux de médias sociauxWikipedia Commons
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les technocrates font très peu en public parce qu'ils ont peu de respect pour le processus politique ou les politiciens. Ce n'est probablement pas la première réunion secrète de ce type, comme en témoigne la collusion apparente pour censurer certains médias alternatifs en même temps. ⁃ Éditeur TN

Des représentants d’un grand nombre des plus grandes entreprises américaines du secteur des technologies, notamment Facebook et Twitter, ont programmé une réunion privée vendredi pour partager leurs tactiques en vue des élections de mi-mandat de 2018.

La semaine dernière, le responsable de la politique de cybersécurité de Facebook, Nathaniel Gleicher, a invité des employés d'une douzaine de sociétés, notamment Google, Microsoft et Snapchat, à se réunir au siège de Twitter au centre-ville de San Francisco, selon un courriel obtenu de BuzzFeed News.

«Comme je l'ai mentionné à plusieurs d'entre vous au cours des dernières semaines, nous avons prévu d'organiser une discussion à la suite de notre conversation au sein de l'industrie sur les opérations d'information, la protection des élections et le travail que nous accomplissons tous pour relever ces défis, Gleicher a écrit.

La réunion, a écrit le responsable Facebook, comportera un ordre du jour en trois parties: chaque entreprise présentera le travail qu’elle a réalisé pour contrer les opérations d’information; il y aura une période de discussion pour les problèmes auxquels chaque entreprise est confrontée; et une discussion sur le point de savoir si une telle réunion devrait devenir un événement régulier.

En mai, neuf de ces entreprises se sont rencontrées à Facebook pour discuter de problèmes similaires, aux côtés de deux représentants du gouvernement américain, le sous-secrétaire du département de la Sécurité intérieure, Chris Krebs, et de Mike Burham, du FBI. Groupe de travail sur l'influence étrangère, créé en novembre. Les participants ont quitté la réunion découragés de recevoir peu d'informations du gouvernement.

Les entreprises de technologie, Facebook et Twitter en particulier, ont été confrontées à un examen minutieux de la lenteur avec laquelle elles ont réagi aux informations selon lesquelles des renseignements étrangers et des opérations affiliées utilisaient leurs plates-formes pour manipuler les utilisateurs avant l'élection 2016, entraînant une perte de confiance des utilisateurs et une menace de réglementation. des législateurs.

Lire l'histoire complète ici…

 

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires