Résoudre le changement climatique avec foi et science

S'il vous plaît partager cette histoire!
TN Note: Pour la première fois depuis le début de la rhétorique sur le changement climatique, la religion est enfin arrivée à la table: islam, catholiques, protestants, hindous, bouddhistes, païens, etc.

Dans 2014, le Conseil œcuménique des Églises a déclaré ce qui suit à propos du Sommet interconfessionnel sur le changement climatique:

«Il n’ya jamais eu autant d’activités religieuses et environnementales à un endroit de l’histoire du monde. Cette semaine marquera un tournant dans l'histoire de la religion. Ce sera le moment dont les gens se souviendront comme du moment où les religions du monde se sont déclarées, irrévocablement, comme des religions vertes »

Près d'un quart de siècle s'est écoulé depuis que la majorité des pays ont signé la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, convenus de «limiter les interférences anthropiques dangereuses entre humains et humains dans le système climatique». Et oui, presque 25 années se sont écoulées depuis que le monde a convenu d'empêcher graves conséquences sur les disponibilités alimentaires mondiales, l’environnement naturel et l’économie.

En décembre prochain, les nations 195 se rendront à Paris pour la COP21, la Conférence des parties à la conférence 21, afin de discuter une nouvelle fois de la manière dont elles pourraient toutes réaliser ce qu'elles avaient promis il y a près d'une génération. Comme vous pouvez l'imaginer, la question qui préoccupe tout le monde est la suivante: «Cette fois, sera-t-il différent?

La climatologie a certainement progressé au cours de cette période. Nos modèles de climat global se réduisent à des résolutions de plus en plus fines. nos satellites révèlent des coins éloignés du globe; nous approfondissons notre compréhension de la réaction des nappes de glace géantes et des courants océaniques profonds à une planète en réchauffement.

Mais plus de science n'est pas la réponse à l'action mondiale. Les premières observations de changements climatiques induits par l'homme ont été publiées dans 1938. Lyndon B. Johnson, dans 1965, est le premier président américain à avoir été mis en garde contre les dangers du changement climatique. L'argumentation diplomatique n'a pas porté sur la science; il s’agit de ce que nous sommes disposés à faire pour prévenir ce danger. Et cela a beaucoup plus à voir avec les valeurs dans nos cœurs que les faits dans nos têtes.

Pour beaucoup d'entre nous, y compris plus de 75 pour cent des Américains, ce qui se trouve dans nos cœurs est souvent directement lié à notre foi. Et ce qui est différent cette année, menant à COP21, c’est la façon dont les leaders religieux ont pris les devants.

L'encyclique du pape François, publiée en juin, ne laisse aucune fantaisie à exposer les attitudes que plus de deux milliards de chrétiens dans le monde devraient avoir face au changement climatique. Il parle avec éloquence de la gestion de la création de Dieu et de l'attention portée aux pauvres, ceux déjà affectés par les impacts exacerbants du changement climatique sur les sécheresses, les inondations, les vagues de chaleur, les ouragans et autres phénomènes météorologiques extrêmes.

Les mêmes thèmes d'intendance et de protection des pauvres ont été abordés ces dernières années par l'Alliance évangélique mondiale et l'Association nationale des évangéliques. La Déclaration islamique sur le changement climatique présentée en août va plus loin, reliant la question du changement climatique à la poursuite implacable de la croissance économique et de la consommation par l'homme et encourage les milliards de musulmans xNUMX dans le monde à soutenir l'action mondiale en faveur du climat. Aujourd’hui, les chefs religieux de tous les coins du monde relient les points qui séparent nos têtes et nos cœurs, entre les faits scientifiques sur le changement climatique et notre réponse humaine.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

4 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
MEC

Ce ne sont pas de bonnes nouvelles"…

Judy Cross

Hou la la! C'est assez pour bâillonner un asticot!

Jouer la carte religieuse est tellement cynique.