L'Espagne va créer un registre pour ceux qui refusent le vaccin

Madrid, Espagne
S'il vous plaît partager cette histoire!
Alors que les nations et les entreprises mondiales se bousculent pour suivre tous les destinataires de vaccins COVID, l'Espagne ajoute un registre pour enregistrer ceux qui refusent de le prendre. Ces «négateurs» seront alors punis en étant exclus de la vie publique normale. ⁃ Éditeur TN

Les vaccinations contre le Covid-19, qui commenceront le 27 décembre en Espagne seront volontaires, mais le ministère de la Santé a annoncé qu'il enregistrerait ceux qui la refusent.

Ceux qui ne souhaitent pas être vaccinés contre le virus ne resteront pas anonymes et le ministère de la Santé enregistrera les noms des personnes qui refusent de l'avoir et leurs raisons, rapporte 20 minutes.

Le ministre de la Santé, Salvador Illa a assuré au public espagnol que le vaccin est également efficace contre la nouvelle souche de Covid, dont «il n'y a aucune preuve» en Espagne.

Ces informations seront incluses dans un «registre de vaccination» de chaque citoyen. Cette nouvelle information est apparue dans un rapport sur la stratégie de vaccination contre Covid, qui a été publié par le ministère de la Santé le lundi 21 décembre.

Le document déclare: «Sans préjudice, le devoir de collaboration incombe aux individus de se faire vacciner contre le COVID-19 et sera volontaire». Malgré cela, il ajoute qu '«il est jugé important d'enregistrer les cas de rejet de la vaccination dans le registre de vaccination, afin d'en comprendre les raisons possibles dans différents groupes de population».

Ceux qui acceptent de se faire vacciner doivent d'abord donner leur consentement éclairé verbal, sauf dans certaines circonstances où cela peut être exigé par écrit, par exemple lorsqu'il s'agit de vacciner les enfants dans les écoles, lorsque les parents ou tuteurs ne sont pas présents.

Le nombre d'Espagnols disposés à prendre un vaccin Covid-19 est passé à 40.5% ce mois-ci, contre 36.8% en novembre, a révélé un nouveau sondage lundi 27 décembre, quelques jours avant que l'Espagne ne commence son programme de vaccination.

Un autre 16.2 pour cent ont déclaré qu'ils étaient prêts à recevoir le vaccin s'il s'avère «fiable», contre 1.4 pour cent en novembre, selon l'enquête menée par l'institut de recherche CIS financé par l'État.

Pendant ce temps, le pourcentage d'Espagnols qui ont déclaré ne pas vouloir accepter le coup a chuté à 28% en décembre, contre 47% le mois précédent.

L'Espagne prévoit de commencer à vacciner les personnes contre le coronavirus le dimanche 27 décembre, en commençant par les résidents âgés et le personnel des maisons de retraite.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Couronne Couronne

1. centres de rééducation
2. camps de concentration (KZ)
3. vaccination (coup de feu)
partout dans l'UE bien sûr

PatriotePène

Ne devrait-il pas s'agir d'un énorme procès en matière de discrimination? Comment pouvez-vous exclure des gens de la société pour N'IMPORTE QUELLE raison, encore moins en prenant un vaccin qui n'est pas avéré sûr, efficace ou nécessaire. QUI invente ces stupides lois?

Anne

Et les gouverneurs démons américains, les maires et les bestioles du Congrès s'accrochent à chaque mot qui sort de la bouche des crates de l'ONU et de l'Organisation mondiale de la maladie, de la maladie et de la mort.