Réseau des villes fortes: connexions trilatérales, CFR et Rothschild

S'il vous plaît partager cette histoire!

TN Remarque: cet article est apparu dans New American

Comme je l'ai signalé dans 6 d'octobre, le Réseau des villes fortes (SCN) est un programme élaboré par le ministère de la Justice dans le cadre duquel le contrôle de l'application de la loi locale est transféré à un groupe de réflexion basé à Londres, l'Institute for Strategic Dialogue (ISD).

En Europe, ISD a acquis la réputation d'être engagé dans l'identification et le ciblage des «extrémistes d'extrême droite». Aujourd'hui, quatre villes américaines - New York, Atlanta, Denver et Minneapolis - font désormais partie du Strong Cities Network de l'ISD.

En ce qui concerne les liens de l'organisation avec l'ONU, considérons l'annonce faite par la procureure générale Loretta Lynch à l'ONU, dans laquelle elle a déclaré:

Connecter ces localités les unes aux autres - comme le fait le Strong Cities Network - n'est pas seulement un moyen puissant d'élever nos communautés dans le monde entier. Il envoie également un message sur qui nous sommes et ce à quoi nous aspirons - en tant qu'alliance de nations et en tant que communauté mondiale.

Ce n'est pas n'importe quelle ancienne alliance qui se cache derrière la DSI. Une recherche rapide sur le site Web du groupe révèle l'identité de son conseil d'administration: un groupe d'internationalistes sans pareil.

Parmi les 14 membres du conseil se trouvent Charles Guthrie, le baron Guthrie de Craigiebank, membre de la Chambre des lords, qui agit actuellement en tant que directeur non exécutif du financier mondial NM Rothschild & Sons et représente les intérêts de la société à la Commission trilatérale.

Guthrie a également pris la parole lors de la réunion 2011 du groupe Bilderberg.

Il n'est pas le seul directeur de la DSI avec un CV internationaliste impressionnant. Considérez la bonne foi d'un membre du conseil d'administration de la DSI, Gary Samore.

Comme indiqué sur le site Web de la DSI:

De 2006 à 2009, M. Samore était vice-président des études au Council on Foreign Relations (CFR) de New York, où il a présidé la chaire Maurice R. Greenberg et dirigé le programme d’études David Rockefeller. Avant de rejoindre CFR, M. Samore était vice-président pour la sécurité mondiale et le développement durable à la Fondation John D. et Catherine T. MacArthur à Chicago. De 2001 à 2005, il était directeur d'études et agrégé supérieur de recherche pour la non-prolifération à l'International. Institut d'études stratégiques (IISS) à Londres. À l'IISS, il a produit trois «dossiers stratégiques» sur l'Iran (2005), la Corée du Nord (2004) et l'Irak (2002), qui sont considérés comme des évaluations faisant autorité et exemplaires des programmes nucléaires, biologiques, chimiques et de missiles dans ces pays.

Rappelez-vous que quatre grandes métropoles américaines ont maintenant transféré le contrôle de leur politique et de leurs pratiques en matière d'application de la loi à l'Institute for Strategic Dialogue, qui est à son tour contrôlé par un chef-d'œuvre du plus haut niveau mondialiste, gouvernement mondial, CFR, Trilateral. , Bilderberg, Rothschild power brokers.

Lire l'histoire complète…

 

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires