Whitehead : Qui nous protégera de l'armée permanente du gouvernement ?

S'il vous plaît partager cette histoire!
Le jeudi 20 août 2022, le président Biden a dévoilé la menace du gouvernement : « Et pour ces braves Américains de droite qui disent qu'il s'agit de garder les Américains indépendants et en sécurité, vous voulez vous battre contre le pays ? Vous avez besoin d'un F-15, vous avez besoin de quelque chose d'un peu plus qu'un pistolet.

L'establishment radical de gauche pousse clairement les conservateurs dans une confrontation violente. ⁃ Éditeur TN

"Une force militaire permanente, avec un exécutif surdimensionné ne sera pas longtemps un compagnon sûr de la liberté." - James Madison

L'IRS a stocké 4,500 XNUMX armes à feu et cinq millions de cartouches ces dernières années, y compris 621 fusils de chasse, 539 fusils à canon long et 15 mitraillettes.

L'administration des anciens combattants (VA) a acheté 11 millions de cartouches (équivalant à 2,800 XNUMX cartouches pour chacun de leurs officiers), ainsi que des uniformes de camouflage, des casques et des boucliers anti-émeute, des dispositifs spécialisés d'amélioration de l'image et un éclairage tactique.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) a acquis 4 millions de cartouches, en plus de 1,300 189 armes à feu, dont cinq mitraillettes et XNUMX armes à feu automatiques pour son bureau de l'inspecteur général.

Selon un rapport approfondi sur «La militarisation des agences exécutives américaines», la Social Security Administration a obtenu 800,000 XNUMX cartouches de munitions pour leurs agents spéciaux, ainsi que des armures et des fusils.

L'Environmental Protection Agency (EPA) possède 600 armes à feu. Et le Smithsonian emploie maintenant Des « agents spéciaux » armés de 620 personnes.

C'est ainsi que ça commence.

Nous avons ce que les fondateurs craignaient le plus : une armée « permanente » ou permanente sur le sol américain.

Cette de facto l'armée permanente est composée de forces civiles armées, militarisées qui ressemblent, s'habillent et agissent comme des militaires ; sont armés d'armes à feu, de munitions et d'équipements de type militaire ; sont autorisés à procéder à des arrestations ; et sont formés aux tactiques militaires.

Remarquez, ceci de facto Une armée permanente d'organismes bureaucratiques, administratifs, non militaires, presseurs de papier et d'application de la loi non traditionnels peut ressembler et agir comme l'armée, mais ce n'est pas l'armée.

Ce sont plutôt des fantassins de l'armée permanente de l'État policier, et leur nombre augmente à un rythme alarmant.

Selon le  Wall Street Journal, le nombre d'agents fédéraux armés d'armes à feu, de munitions et d'équipements de type militaire, autorisés à procéder à des arrestations et formés aux tactiques militaires a presque triplé au cours des dernières décennies.

Il ya maintenant plus d'agents gouvernementaux bureaucratiques (non militaires) armés d'armes que les Marines américains. Comme l'écrit Adam Andrzejewski pour Forbes»le gouvernement fédéral est devenu un spectacle d'armes sans fin. »

Alors que les Américains doivent franchir un nombre croissant d'obstacles pour posséder une arme à feu, les agences fédérales ont passé des commandes pour des centaines de millions de cartouches de balles à pointe creuse et d'équipement militaire. Parmi les les agences reçoivent du matériel de vision nocturne, des gilets pare-balles, des balles à pointe creuse, des fusils de chasse, drones, fusils d'assaut et canons à gaz propane sont le Smithsonian, US Mint, Health and Human Services, IRS, FDA, Small Business Administration, Social Security Administration, National Oceanic and Atmospheric Administration, Education Department, Energy Department, Bureau of Engraving and Printing et un assortiment d'universités publiques.

Ajoutez les plans de l'administration Biden pour augmenter les forces de police du pays de 100,000 XNUMX flics supplémentaires et gonfler les rangs de l'IRS en 87,000 nouveaux employés (dont certains seront pensent de nous. autorité d'arrestation et d'armes à feu) et vous avez une nation en proie à la loi martiale.

La militarisation des forces de police américaines au cours des dernières décennies n'a fait qu'accélérer la chronologie par laquelle la nation se transforme en un régime autoritaire.

Ce qui a commencé avec la militarisation de la police dans les années 1980 pendant la guerre contre la drogue menée par le gouvernement s'est transformé en une intégration à part entière de l'armement, de la technologie et des tactiques militaires dans le protocole de la police. À notre détriment, la police locale - vêtue de bottes, de casques et de boucliers et brandissant des matraques, du gaz poivré, des pistolets paralysants et des fusils d'assaut - ressemble de plus en plus aux forces d'occupation dans nos communautés.

Comme Andrew Becker et GW Schulz rapport, plus de 34 milliards de dollars en subventions du gouvernement fédéral mis à la disposition des services de police locaux à la suite du 9 septembre « ont [ont] alimenté une transformation rapide et étendue des opérations policières… à travers le pays. Plus que jamais, la police s'appuie sur des tactiques et des équipements quasi militaires… [L]es services de police des États-Unis se sont transformés en petites forces de type militaire.

Cette armée permanente a été imposée au peuple américain en violation flagrante de l'esprit - sinon de la lettre de la loi - du Posse Comitatus Act, qui limite la capacité du gouvernement à utiliser l'armée américaine comme force de police.

Une armée permanente – quelque chose qui a propulsé les premiers colons dans la révolution – dépouille le peuple américain de tout vestige de liberté.

C'est pour cette raison que ceux qui ont établi l'Amérique ont confié le contrôle de l'armée à un gouvernement civil, avec un commandant en chef civil. Ils ne voulaient pas d'un gouvernement militaire, gouverné par la force.

Ils ont plutôt opté pour une république liée par l'État de droit : la Constitution américaine.

Malheureusement, la Constitution étant constamment attaquée, le pouvoir, l'influence et l'autorité de l'armée se sont considérablement accrus. Même la loi Posse Comitatus, qui érige en infraction le fait pour le gouvernement d'utiliser l'armée pour procéder à des arrestations, des perquisitions, la saisie de preuves et d'autres activités normalement gérées par une force de police civile, a été considérablement affaiblie par des exemptions permettant aux troupes de se déployer à l'intérieur du pays. et arrêter des civils à la suite d'actes terroristes présumés.

La militarisation croissante de la police, l'utilisation d'armes sophistiquées contre les Américains et la tendance croissante du gouvernement à employer du personnel militaire dans le pays ont pratiquement éviscéré les interdictions historiques telles que le Posse Comitatus Act.

En effet, il existe un nombre croissant d'exceptions auxquelles le Posse Comitatus ne s'applique pas. Ces exceptions servir à acclimater davantage la nation à la vue et aux sons du personnel militaire sur le sol américain et à l'imposition de la loi martiale.

Maintenant, nous nous efforçons de conserver un semblant de liberté face à des organismes administratifs, de police et d'application de la loi qui ressemblent et agissent comme des militaires avec peu ou pas de respect pour le quatrième amendement, des lois telles que la NDAA qui permettent aux militaires d'arrêter et détenir indéfiniment des citoyens américains, et des exercices militaires qui acclimatent le peuple américain à la vue de chars blindés dans les rues, de campements militaires dans les villes et d'avions de combat patrouillant au-dessus de leur tête.

La menace d'une force de police nationale - c'est-à-dire une armée permanente - investie du pouvoir d'ignorer complètement la Constitution, ne peut être surestimée, ni son danger ignoré.

Historiquement, la création d'une force de police nationale accélère la transformation d'une nation en un État policier, servant de pierre angulaire et finale à tous les régimes totalitaires qui ont déjà fait des ravages sur l'humanité.

Là encore, à toutes fins utiles et peut-être, l'État policier américain est déjà régi par la loi martiale : Battlefield tactics. Police militarisée. Équipement anti-émeute et de camouflage. Véhicules blindés. Arrestations massives. Spray au poivre. Gaz lacrymogène. Bâtons. Fouille à nu. Drones. Armes moins que létales déchaînées avec une force meurtrière. Balles en caoutchouc. Canons à eau. Grenades à commotion cérébrale. Tactiques d'intimidation. Force brute. Les lois sont commodément rejetées lorsque cela convient aux objectifs du gouvernement.

Voilà à quoi ressemble la loi martiale, lorsqu'un gouvernement ne tient pas compte des libertés constitutionnelles et impose sa volonté par la force militaire, seulement c'est la loi martiale sans qu'aucun organisme gouvernemental n'ait à la déclarer.

La facilité avec laquelle les Américains sont prêts à accueillir les bottes sur le terrain, les fermetures régionales, les invasions routinières de leur vie privée et le démantèlement de tous les droits constitutionnels destinés à servir de rempart contre les abus du gouvernement est plus que déconcertant.

Nous glissons rapidement sur une pente glissante vers une Amérique sans Constitution.

Ce quasi-état de loi martiale a été facilité par les politiques gouvernementales et les décisions de justice qui l'ont rendu plus facile pour la police de tirer sur des citoyens non armés, pour les forces de l'ordre saisir de l'argent et d'autres biens privés de valeur sous couvert de confiscation d'avoirs, pour que des armes et des tactiques militaires soient déployées sur le sol américain, pour que les agences gouvernementales effectuent une surveillance XNUMX heures sur XNUMX, pour que les législatures qualifient d'extrémistes des activités autrement licites si elles semblent anti-gouvernementales, pour que les prisons privées à but lucratif enferment un plus grand nombre d'Américains, pour que les maisons soient perquisitionnées et perquisitionnées sous prétexte de sécurité nationale, pour que les citoyens américains soient qualifiés de terroristes et privés de leurs droits simplement sur l'avis d'un bureaucrate du gouvernement , et pour que des tactiques pré-crime soient adoptées à l'échelle nationale qui privent les Américains du droit d'être présumés innocents jusqu'à preuve du contraire et créent une société suspecte dans laquelle nous sommes tous coupables jusqu'à preuve du contraire.

Toutes ces attaques contre le cadre constitutionnel de la nation ont été vendues au public comme nécessaires à la sécurité nationale.

Maintes et maintes fois, le public est tombé sous le charme de l'hameçon, de la ligne et du lest

Nous sommes entraînés, les amis, et vous savez ce qui se passe quand nous arrivons à la fin de cette ligne ?

Comme je le précise dans mon livre Battlefield America: La guerre contre le peuple américain et dans son pendant fictif Les journaux d'Erik Blair, nous serons nettoyés, éventrés et pendu.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

15 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Renee

C'est triste de voir ça mais c'est vrai. Les lois «drapeau rouge» deviennent également la norme.
Le Dr Simone Gold, Esquire of America's Frontline Doctors est un exemple de la façon dont le FBI peut faire une descente au domicile d'un citoyen américain et emprisonner cette personne sur la base de mensonges et d'allégations !
Alors que nous sommes perpétuellement distraits et terrorisés par les fausses bannières du gouvernement et l'assaut de la stupidité dans la pseudo éducation, les systèmes médicaux et les médias, notre gouvernement se rapproche de plus en plus d'un État voyou.

Karen Gevaert

Alors, que pouvons-nous faire? Nous sommes à court d'hommes et d'armes. Que ferait George Washington dans cette situation ??

Initié extraterrestre

George Washington? Vous voulez dire ce franc-maçon de haut niveau (marionnette Illuminati) qui possédait autrefois des esclaves ???? Et oui, les Illuminati ne se sont jamais dissous et sont bien vivants aujourd'hui, avec à la fois Biden ET Trump dans leurs poches, c'est pourquoi ils poussent TOUS LES DEUX ce faux vaccin contre le Covid qui continue de mutiler et de tuer des gens…

Robert Polan

Nous ne sommes jamais en sous-effectif ou en sous-armement. Nous sommes bien plus nombreux qu'eux.

Karen Gevaert

Que voulez-vous dire par "barrières légales et exécutoires". Voyez-vous Az. ou tout autre État prenant des mesures ?

Robert Polan

Les shérifs sont plus puissants que vous ne le pensez. Ils peuvent refuser d'appliquer des « lois » qu'ils jugent inconstitutionnelles. Un exemple extrême : vous pouvez trouver une équipe fédérale contre une équipe de shérif et j'en ai vu une de shérif. Fédéral? Je pense que c'est le fantasme de Brandon.

[…] Lire la suite : Whitehead : Qui nous protégera de l'armée permanente du gouvernement ? […]

[…] Lire la suite : Whitehead : Qui nous protégera de l'armée permanente du gouvernement ? […]

[…] Lire la suite : Whitehead : Qui nous protégera de l'armée permanente du gouvernement ? […]

Robert Polan

D'accord, ils ont des armes, nous avons des armes aussi. Qui est dans leur armée permanente ? Vous avez réveillé des enfants suralimentés ? Ceux qui ne pouvaient pas courir un mile avec un sac de dix livres ? Quittez le peloton, courez simplement le mile sans souffler et souffler, peuvent-ils? Nous le pouvons certainement. Nous avons été bien instruits par les MARINES DES ÉTATS-UNIS et toutes les autres branches de service ! Alors allez-y, mais ne dites pas que vous n'étiez pas prévenu.

[…] Whitehead : Qui nous protégera de l'armée permanente du gouvernement ? […]

Charles Ford

NOUS, LE PEUPLE, sommes la seule chose qui peut tenter de sauver le monde ! Il nous faudra chacun d'entre nous et nos 4 millions d'armes. Nous devons marcher pacifiquement armés sur Washington ! Je crois que c'est notre seule chance. Nous ne pouvons pas leur permettre de nous pousser à la guerre ! La Russie et la Chine ont des troupes en Amérique centrale et à Cuba qui n'attendent que ça. Je ne sais pas quoi faire d'autre, nous n'avons plus de temps. L'hiver est là dans quelques mois et ils vont couper le courant et nous affamer. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise !... Lire la suite »