Technocratie et totalitarisme : la montée de l'État de sécurité biomédicale

Abobe Stock, sous licence
S'il vous plaît partager cette histoire!
Ceci est un extrait du nouveau livre d'Aaron Kheriaty, La nouvelle anormalité : la montée de l'État de la sécurité biomédicale. Il est fortement recommandé : « De nos jours, l'idéologie pseudo-scientifique qui pousse les sociétés dans une direction totalitaire est scientisme, qu'il faut bien distinguer de science. » ⁃ Éditeur TN

Le philosophe italien Augusto Del Noce, qui est devenu majeur dans les années 1930 et a observé avec horreur l'émergence du régime fasciste de Mussolini dans son pays natal, a averti que "l'idée répandue selon laquelle l'âge des totalitarismes s'est terminé avec l'hitlérisme et le stalinisme est complètement erronée". Il expliqué:

L'élément essentiel du totalitarisme, en somme, réside dans le refus de reconnaître la différence entre la « réalité brute » et la « réalité humaine », de sorte qu'il devient possible de décrire l'homme, de manière non métaphorique, comme une « matière première » ou comme un forme de "capital". Aujourd'hui, cette vision, qui était typique du totalitarisme communiste, a été reprise par son alternative occidentale, la société technologique.

Par société technologique, Del Noce n'entendait pas une société caractérisée par le progrès scientifique ou technologique, mais une société caractérisée par une vision de la rationalité comme purement instrumentale. La raison humaine, de ce point de vue, est incapable de saisir des idées qui vont au-delà des faits empiriques bruts : nous sommes incapables de découvrir des vérités transcendantes. La raison n'est qu'un outil pragmatique, un instrument utile pour accomplir nos objectifs, mais rien de plus. Les idéologies totalitaires nient que tous les êtres humains participent à une rationalité partagée. On ne peut donc pas vraiment se parler : il est impossible de délibérer ou de débattre civilement dans une recherche commune de la vérité. La persuasion raisonnée n'a pas sa place. Les régimes totalitaires monopolisent toujours ce qui compte comme « rationnel » et donc ce qu'il est permis de dire publiquement.

Par exemple, si des membres d'une société communiste contredisent la doctrine communiste, le parti n'explique pas pourquoi ils ont tort. Les autorités rejettent simplement les opinions dissidentes comme des exemples de « rationalité bourgeoise » ou de « fausse conscience ». Pour un communiste, si vous n'avez pas adopté la théorie marxienne du matérialisme dialectique, alors vous ne comprenez pas la direction de l'histoire. Ce dont vous parlez est, par définition, un pur non-sens et ne vaut pas la peine d'être considéré. Vous êtes manifestement du "mauvais côté de l'histoire". Les autorités supposent que les opinions dissidentes doivent être motivées par des intérêts de classe (ou des caractéristiques raciales, ou de genre, ou quoi que ce soit), que les dissidents essaient de défendre.

Vous ne pensez pas à telle ou telle chose parce que vous avez raisonné logiquement jusqu'à cette conclusion ; vous pensez telle ou telle chose parce que vous êtes une femme américaine blanche, hétérosexuelle, de la classe moyenne, et ainsi de suite. Ainsi, les totalitaires ne persuadent ni ne réfutent leurs interlocuteurs avec des arguments raisonnés. Ils se contentent d'imputer la mauvaise foi à leurs adversaires et refusent de s'engager dans un débat sérieux. Ils ont coupé de force leurs adversaires de la sphère de la conversation éclairée. On ne prend pas la peine d'argumenter contre de tels dissidents ; on les roule simplement à la vapeur après les avoir placées hors du domaine de l'opinion acceptable.

Les totalitarismes du XXe siècle étaient fondés sur des idéologies pseudoscientifiques, par exemple la pseudoscience marxiste de l'économie et de l'histoire, ou la pseudoscience nazie de la race et de l'eugénisme. De nos jours, l'idéologie pseudo-scientifique qui pousse les sociétés dans une direction totalitaire est scientisme, qu'il faut bien distinguer de science. Il ne faut pas confondre l'idéologie du scientisme et la pratique de la science : la première est souvent confondue avec la seconde, ce qui n'en finit pas de penser de manière confuse.

Méthode et folie

Les sciences est une méthode, ou plus précisément, un ensemble de diverses méthodes, visant à étudier systématiquement les phénomènes observables dans le monde naturel. Une science rigoureuse se caractérise par des hypothèses, des expériences, des tests, des interprétations et des délibérations et débats continus. Rassemblez un groupe de vrais scientifiques dans une pièce et ils discuteront sans fin de la pertinence, de la signification et de l'interprétation des données, des limites et des forces des diverses méthodologies de recherche et des questions d'ensemble.

La science est une entreprise humaine extrêmement complexe, chaque discipline scientifique ayant ses propres méthodes d'enquête raffinées et ses propres théories concurrentes. La science n'est pas un ensemble irréfutable de connaissances. Elle est toujours faillible, toujours révisable ; Pourtant, lorsqu'elle est menée avec rigueur et attention, la recherche scientifique est capable de véritables découvertes et d'avancées importantes.

Scientisme est l'affirmation philosophique - qui ne peut être prouvée scientifiquement - que la science est la seule forme valable de connaissance. Quiconque commence une phrase par la phrase «La science dit. . . » est vraisemblablement sous l'emprise du scientisme. Les vrais scientifiques ne parlent pas comme ça. Ils commencent leurs phrases par des phrases telles que "Les résultats de cette étude suggèrent" ou "Cette méta-analyse a conclu. . . .” Le scientisme, en revanche, est une idéologie religieuse et souvent politique. "Il est évident depuis un certain temps que la science est devenue la religion de notre temps", a observé le philosophe italien Giorgio Agamben, "la chose à laquelle les gens croient qu'ils croient". Lorsque la science devient une religion - un système de croyance fermé et exclusif - nous avons affaire à du scientisme.

Le trait caractéristique de la science est l'incertitude justifiée, qui conduit à l'humilité intellectuelle.

Le trait caractéristique du scientisme est une certitude injustifiée, qui conduit à l'orgueil intellectuel.

Del Noce s'est rendu compte que le scientisme est intrinsèquement totalitaire, un aperçu profond d'une importance énorme pour notre temps. « Beaucoup de gens ne réalisent pas que le scientisme et la société technologique sont de nature totalitaire », écrivait-il il y a cinquante ans. Pour comprendre pourquoi, considérez que le scientisme et le totalitarisme revendiquent tous deux un monopole sur la connaissance. L'avocat du scientisme et le vrai partisan d'un système totalitaire affirment tous deux que de nombreuses notions de bon sens sont tout simplement irrationnelles, invérifiables, non scientifiques, et donc hors de portée de ce qui peut être dit publiquement. L'affirmation d'Antigone, « J'ai le devoir, inscrit de manière indélébile dans le cœur humain, d'enterrer mon frère mort » n'est pas une affirmation scientifique ; donc, selon l'idéologie du scientisme, c'est un pur non-sens. Toutes les prétentions morales ou métaphysiques sont expressément exclues parce qu'elles ne peuvent être vérifiées par les méthodes de la science ou établies par l'idéologie totalitaire pseudo-scientifique régnante.

Bien sûr, l'exclusion forcée des prétentions morales, métaphysiques ou religieuses n'est pas une conclusion de la science, mais une prémisse philosophique indémontrable du scientisme. L'affirmation selon laquelle la science est la seule forme valable de connaissance est en soi une affirmation métaphysique (et non scientifique), introduite discrètement par la porte dérobée. Le scientisme a besoin de se cacher ce fait auto-réfutant, il est donc nécessairement mensonger : la malhonnêteté est ancrée dans le système, et diverses formes d'irrationalisme s'ensuivent.

Les idéologies totalitaires du XXe siècle se prétendaient toutes « scientifiques », mais étaient en fait infalsifiables par leur propre logique circulaire. Parce que le scientisme ne peut pas s'établir par un argument rationnel, il s'appuie plutôt sur trois outils pour avancer : la force brute, la diffamation des critiques et la promesse d'un bonheur futur. Ce sont les mêmes outils déployés par tous les systèmes totalitaires.

Pour masquer sa propre contradiction interne, la prémisse auto-réfutante du scientisme est rarement énoncée explicitement. Le scientisme est plutôt implicitement assumé, ses conclusions affirmées à plusieurs reprises, jusqu'à ce que cette idéologie devienne simplement l'air que nous respirons. Une surveillance prudente du discours public n'admet que des preuves supposées étayées par la «science», et cette atmosphère est rigoureusement appliquée. Comme nous le verrons au chapitre suivant, pendant la pandémie, les biens qualitatifs (par exemple, familiaux, spirituels) ont été sacrifiés à plusieurs reprises au profit de biens quantitatifs (par exemple, biologiques, médicaux), même lorsque les premiers étaient réels et les seconds seulement théoriques. C'est le fruit du scientisme qui bouleverse notre échelle de valeurs et de priorités.

Il serait difficile de trouver un outil idéologique plus efficace pour imposer un système totalitaire que de faire appel à la « science » ou aux « experts » et revendiquer ainsi le monopole du savoir et de la rationalité. Ceux au pouvoir peuvent facilement choisir les experts scientifiques qu'ils approuvent et ceux qu'ils font taire. Cela permet aux politiciens de renvoyer inévitablement les jugements politiques aux « experts », abdiquant ainsi leur propre responsabilité. Les opposants idéologiques sont paralysés, leurs opinions exclues comme « non scientifiques » et leur voix publique réduite au silence, le tout sans la peine de maintenir un régime de force brute et de violence physique.

La diffamation et l'exclusion du discours public fonctionnent tout aussi efficacement. Ceux qui sont au pouvoir maintiennent un monopole sur ce qui compte comme Rationalité (ou Science) ; ils ne prennent pas la peine de parler ou de débattre avec les « bourgeois », « juifs », « non vaccinés », « démasqués », « anti-science », « covid-négateurs », etc.

La conformité sociale répressive est ainsi obtenue sans recourir aux camps de concentration, aux goulags, à la Gestapo, au KGB ou à des tyrans ouvertement despotiques. Au lieu de cela, les dissidents sont confinés dans un ghetto moral par la censure et la calomnie. Les individus récalcitrants sont placés hors du champ de la société polie et exclus des conversations éclairées.

Le théoricien politique Eric Voegelin a observé que l'essence du totalitarisme est simplement que certaines questions sont interdites. L'interdiction de poser des questions est une obstruction délibérément et savamment élaborée à la raison dans un système totalitaire. Si l'on pose certaines questions : « Avons-nous vraiment besoin de continuer à nous confiner ? ou "Les fermetures d'écoles font-elles plus de mal que de bien?" » ou « Sommes-nous sûrs que ces vaccins sont sûrs et efficaces ? ou « Pourquoi l'utopie promise n'est-elle pas encore arrivée ? » – on sera accusé d'être un négationniste de la pandémie, de vouloir tuer grand-mère, d'être anti-science ou de se placer du « mauvais côté de l'histoire ».

Biologie nue

Nous pouvons maintenant comprendre pourquoi Del Noce a affirmé qu'une société technocratique fondée sur le scientisme est totalitaire, bien qu'elle ne soit pas manifestement autoritaire dans le sens de formes ouvertement violentes de répression. Dans un passage fortement formulé d'un essai intitulé "Les racines de la crise", il a prédit il y a cinquante ans :

Les croyants restants en une autorité transcendante des valeurs seront marginalisés et réduits à des citoyens de seconde classe. Ils seront emprisonnés, à terme, dans des camps de concentration « moraux ». Mais personne ne peut sérieusement penser que les punitions morales seront moins sévères que les punitions physiques. À la fin du processus se trouve la version spirituelle du génocide.

Dans une société technocratique, on finit dans un camp de concentration morale si on n'est pas d'accord avec la pseudo-science du jour, la tendance idéologique du moment. Quelles que soient les questions, les préoccupations ou les objections que l'on pourrait soulever - qu'elles soient philosophiques, religieuses, éthiques ou simplement une interprétation différente des preuves scientifiques - n'ont pas besoin d'être prises en compte. Les questions ou opinions du dissident ne comptent pas ; ils sont exclus par appel à "The Science" - marque déposée par le régime et imprimé avec un T majuscule et un S majuscule.

Dans un autre passage frappant, écrit encore plus tôt en 1968, Del Noce avertit :

Le processus de déshumanisation qui a caractérisé les régimes totalitaires ne s'est pas arrêté [après la Seconde Guerre mondiale] ; il est en fait devenu plus fort. "Nous ne pouvons pas voir son point final". . . Étant donné que toute société est à l'image des personnes qui la composent, nous sommes menacés par des oligarchies et des systèmes de persécution qui feraient passer le nazisme et le stalinisme pour de pâles images, même si, bien sûr, [ces nouvelles oligarchies et ces systèmes de persécution] ne se présenteront pas comme une nouvelle Le nazisme ou un nouveau stalinisme.

Compte tenu des évolutions des dernières décennies, qui se sont manifestées avec plus de clarté lors de la pandémie de Covid, on voit bien que les nouvelles oligarchies et systèmes de persécution vont se présenter sous la bannière de mesures de sécurité biomédicale essentielles au maintien de la santé de la population. Les oligarques préfaceront leur ordre du jour avec des phrases comme : « Par excès de prudence. . .” et « Nous sommes tous dans le même bateau. . . ”. Le nouveau paradigme sociétal de distanciation sociale facilite la domination de l'oligarque en séparant les citoyens les uns des autres.

Le scientisme est un totalitarisme de désintégration avant d'être un totalitarisme de domination. Rappelons que les confinements et la distanciation sociale, avec leur inévitable isolement social, ont nécessairement précédé les mandats de vaccination et les passeports, lorsque le régime répressif a vraiment basculé. Chacune de ces mesures reposait sur des données exceptionnellement bâclées présentées publiquement comme la seule interprétation faisant autorité de la science. Dans la plupart des cas, la prétention à la rigueur scientifique n'était même pas requise.

Dans un régime scientiste-technocratique, l'individu nu – réduit à la « vie biologique nue », coupé des autres et de tout ce qui est transcendant – devient complètement dépendant de la société. La personne humaine, réduite à un atome social flottant, libre et déraciné, est plus facilement manipulable. Del Noce a fait l'affirmation surprenante que le scientisme est encore plus opposé à la tradition que le communisme, car dans l'idéologie marxiste, nous trouvons encore des archétypes messianiques et bibliques faiblement représentés dans la promesse d'une future utopie. En revanche, "l'anti-traditionalisme scientiste ne peut s'exprimer qu'en dissolvant les 'patries' où il est né". Ce processus laisse tout le champ de la vie humaine grand ouvert à la domination des multinationales et de leurs agents politiques subordonnés :

En raison de la nature même de la science, qui fournit des moyens mais ne détermine aucune fin, le scientisme se prête à être utilisé comme un outil par certains groupes. Quel groupe? La réponse est tout à fait évidente : une fois les patries disparues, il ne reste plus que les grands organismes économiques, qui ressemblent de plus en plus à des fiefs. Les États deviennent leurs instruments exécutifs.

Les États en tant qu'instruments de sociétés d'envergure mondiale, qui fonctionnent comme des fiefs, est une définition appropriée du corporatisme - la fusion du pouvoir de l'État et des entreprises - qui coïncide parfaitement avec la définition originale du fascisme de Mussolini. Dans cette non-société globale, les individus sont radicalement déracinés et instrumentalisés. Le résultat ultime, en dernière analyse, est le nihilisme pur : « Après la négation de toute autorité possible des valeurs, il ne reste plus que le pur négativisme total, et la volonté de quelque chose de si indéterminé qu'il est proche du "rien" ». chez Del Noce description sombre. Il s'agit clairement d'une société qui ne convient ni à une vie humaine significative ni à l'harmonie sociale.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

6 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire l'article original […]

trackback

[…] Lire la suite […]

trackback

[…] Lire la suite […]

[…] Technocratie et totalitarisme : la montée de l'État de sécurité biomédicale […]