Tempête parfaite de la réinitialisation globale : il pleut des chats et des technocrates

Temps très désagréable, ou le vieil adage vérifié "Il pleut des chats, des chiens et des fourches" !!! Georges Cruikshank, 1820
S'il vous plaît partager cette histoire!
La classe actuellement dominante des technocrates et des transhumanistes doit être si complètement rejetée qu'elle ne pourra plus jamais prendre le dessus sur les politiques publiques. Ils sont opposés aux structures gouvernementales et aux personnes qu'ils représentent. C'est un problème mondial, pas seulement américain. En tant que tels, ils ont déclaré la guerre à l'humanité. ⁃ Éditeur TN

Les tempêtes se présentent sous de nombreuses formes et peuvent être constituées de nombreux éléments constitutifs différents, mais lorsque tous ces éléments se combinent au même moment critique, nous l'appelons une « tempête parfaite ». Lorsqu'une telle tempête est transposée analogiquement aux domaines culturel, politique et économique, c'est-à-dire lorsqu'elle semble impacter l'ensemble de l'environnement social, nous n'avons d'autre choix que d'en saisir la signification et de préparer son apparition en prenant des mesures de protection.

Une telle tempête est maintenant sur nous. Tous ses éléments indiquent clairement une intention orchestrée ; en d'autres termes, cela ne peut pas être un accident. Et l'intention que nous discernons dans le moment historique actuel, le plan sous-jacent, semblerait jeter les bases de ce qu'on a appelé un "âge sombre numérique techno-totalitaire," associé à la Club de Rome, les les Nations Unies, et le Forum économique mondial, c'est-à-dire ce qu'on appelle la Grande Réinitialisation - la prise de contrôle par les entreprises de la propriété, de la santé, de la monnaie, des voyages, de l'énergie et de la subsistance. Le résultat implique une profonde restructuration de la société démocratique lignes néo-médiévales, une élimination de la classe moyenne, un ordre politique à deux vitesses et une réduction du recensement mondial.

Les éléments sinistres composant cette tempête sont facilement observables pour quiconque y prête attention :

  • L'imposition d'une pandémie virale et sa réponse officielle - verrouillages, distanciation sociale, masques, quarantaines, apartheid médical - qui ont effectivement fermé la vie publique et les structures économiques de nations entières, entraînant la perte de moyens de subsistance, des maladies physiques et psychologiques et une spirale taux de suicide.
  • Le mandat de nouveaux «vaccins» génomiques qui font des victimes massives, comme en témoigne le phénomène du SADS - Syndrome de la mort subite de l'adulte – qui a pris de l'importance après le vaccin. La pléthore de « fact-checkings » dissuasifs sur les réseaux sociaux et sur Internet sont des signes supplémentaires que nous vivons à l'ère de la censure. La corrélation entre le SADS et le déploiement du vaccin est accablant et peut même suggérer un lien de causalité. La hausse massive chez les mortinaissances peut également être attribuée aux vaccins.
  • Une politique de « changement climatique » impliquant des taxes sur le carbone, des interdictions d'engrais, l'arrêt de la production d'énergie standard, la commercialisation de véhicules électriques coûteux et inefficaces qui menacent de épuiser le réseau électrique, et la législation sur les énergies renouvelables vertes largement irréalisables et exorbitantes basée sur science précaire et fabriquée et modèles informatiques douteux, dont l'effet a été d'appauvrir à la fois les producteurs et les citoyens ordinaires en provoquant un régime nouveau et despotique.
  • Perturbations de la chaîne d'approvisionnement.
  • Pénuries de nourriture et de carburant induites par le gouvernement.
  • Inflation rampante, prix des nécessités de la vie au-delà de la capacité d'un grand nombre de personnes à se les offrir.
  • L'insistance officielle sur les soi-disant "droits à l'avortement".
  • L'accent mis sur et la poursuite de l'endoctrinement LGBTQ+, "non binaire", transgenre et sexuel des enfants d'âge préscolaire et des mineurs, créant une cohorte croissante d'êtres humains qui ne se reproduisent pas, c'est-à-dire un état de stérilité.
  • Le projet de création d'une économie numérique sans numéraire et l'introduction de l'identification numérique dans le but d'établir un système de crédit social à la chinoise, privant l'individu de liberté personnelle et de choix discrétionnaire.
  • L'initiation de guerres par procuration, comme en Ukraine, entraînant en outre des formes paralysantes de pénurie matérielle, de souffrance économique et de stress démographique.

Tous ces facteurs se produisent en même temps, c'est-à-dire qu'ils sont les composants d'une tempête parfaite qui s'abat sur la communauté mondiale - ou, plus précisément, sur la communauté des nations occidentales. ("États de civilisation" comme la Russie, la Chine et l'Inde, sont largement à l'abri de l'attaque concertée.)

On ne peut pas nier de manière crédible qu'il existe un but conscient derrière un enchaînement aussi évident d'événements simultanés, envisageant un nouvel ordre mondial réducteur et une diminution de la population dans tous les sens du terme. La civilisation libérale de l'Occident doit être remplacée par un coup d'État mondial anticapitaliste favorisant une classe dirigeante totalitaire. En effet, pour changer de métaphore, ce qui est imminent est une sorte « d'événement d'extinction de masse » au niveau de la culture, de l'État et de la civilisation, une sorte d'astéroïde idéologique ou de « tueur de planète », en orbite très proche du futur.

Dans son Conférence Ted 2020, Bill Gates affirme que "si nous faisons un très bon travail sur les nouveaux vaccins, les soins de santé et les services de santé reproductive, nous pourrions réduire [la population mondiale] de dix ou quinze pour cent". Vaccins et rappels semble avoir précisément cet effet. Portes' posant avec le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, un révolutionnaire marxiste éthiopien, devrait nous dire tout ce que nous devons savoir. de Klaus Schwab Grande réinitialisation, soutenu par des politiciens de premier plan, des ONG, des technocrates et des oligarques mondialistes, réduirait géopolitiquement et démographiquement le monde libre à une servitude quasi mondiale.

Pour une confirmation supplémentaire, il suffit de lire le livre influent et mis à jour de Meadows/Randers, Limites de croissanceadopté par le Club de Rome. Comme le prétend Dennis Meadows dans une récente interview avec le magazine en ligne de gauche Résilience, "Je ne sais pas ce qu'est un niveau de population durable maintenant, mais c'est probablement beaucoup plus proche d'un milliard de personnes, ou moins." Les auteurs sont sceptiques quant à la croissance en fonction de ce qu'ils appellent le « dépassement », le « dépassement accidentel des limites », ce qui peut finalement produire une « empreinte écologique » non durable. Ils ne reconnaissent pas que la croissance et ses conséquences négatives peuvent être gérées sans recourir à des solutions drastiques - des solutions qui sont elles-mêmes le produit d'un dépassement. "Si une correction profonde n'est pas apportée rapidement", préviennent-ils, "un crash quelconque est certain". Le problème est, ils sont le crash.

Bien sûr, il n'y a rien de nouveau dans leur déposition. Ils avancent ce qui est essentiellement un malthusienne argument qui postule un rapport inverse entre la croissance démographique (croissante géométriquement) et les ressources matérielles (croissantes arithmétiquement). Le best-seller de Paul Ehrlich en 1968 La bombe de population, à la manière malthusienne, a proclamé que "la bataille pour nourrir toute l'humanité est terminée [et que] l'effondrement de la civilisation est imminent". Fait intéressant, aucune de ses prédictions datées ne s'est réalisée.

En effet, la théorie de l'implosion universelle a longtemps été discréditée. L'écrivain scientifique Ronald Bailey, par exemple, met fin à la thèse dans La fin du destin, ridiculisant le refus malthusien de "lâcher prise sur l'idée simple mais clairement erronée que les êtres humains ne sont pas différents d'un troupeau de cerfs en matière de reproduction". Les humains sont des animaux qui raisonnent – ​​en tout cas, certains humains – capables de faire face à des problèmes urgents et apparemment insolubles grâce à de véritables découvertes scientifiques et à des approches innovantes développées au fil du temps. Comme Matt Ridley le mentionne dans son informatif L'évolution de tout, même Malthus n'était pas un catastrophiste assidu, proposant le mariage tardif comme solution à la surpopulation.

Néanmoins, nos malthusiens, réinitialisateurs et marxistes ploutocratiques des derniers jours persistent à faire avancer leur campagne, comme les disciples avides mais errants de Francis Galton qui affirmait : « Ce que la nature fait aveuglément, lentement et impitoyablement, l'homme peut le faire avec prévoyance, rapidité et gentillesse. ” La partie « bienveillante » a rapidement disparu de la formulation et l'eugénisme négatif, impliquant la stérilisation involontaire, a finalement émergé comme une solution au problème de la surpopulation et de la diminution des ressources. (Comme l'écrit Nicholas Wright Gillham dans sa fascinante biographie Une vie de Sir Francis Galton, "Ce que l'eugénisme a fait dans la première moitié du XXe siècle était bien pire que tout ce que Galton aurait imaginé.")

Heureusement, la résistance monte. Des livres importants ont été publiés, comme le volume édité de Michael Walsh Contre le Grand Reset, Alex Jones' La grande réinitialisation : et la guerre pour le monde, et Marc Morano La grande réinitialisation : les élites mondiales et le verrouillage permanent (tous fortement recommandés), qui tirent la sonnette d'alarme avec éloquence et passion. Les soi-disant «révoltes populistes» dans des pays comme la France, l'Italie et la Suède (ces deux derniers ayant élu de nouvelles administrations conservatrices), ainsi que le mouvement MAGA aux États-Unis, défient une puissante conspiration - pas une théorie du complot mais un fait complotiste - qui cherche à déstabiliser l'ordre mondial, à déraciner les fondements d'usages et de traditions séculaires, à effondrer la base économique de l'Occident et, en un mot, à reconstruire en pire.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

6 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
WW4

"Ils sont opposés aux structures gouvernementales". Traduction : « ils sont opposés à la Constitution ». Ergo, leur système est inconstitutionnel. Par conséquent, votre constitution, votre "loi suprême", est votre défense contre eux, si seulement vous vouliez l'UTILISER. Toute étape vers la mise en œuvre de la Grande Réinitialisation est une haute trahison car elle vise à éliminer la constitution.

Mettre fin aux banques centrales

Imaginer. L'empire US/Royaume-Uni/Bruxelles/Tel Aviv ne peut pas croire que le monde rejette enfin leur économie de pacotille, leurs OGM de pacotille, leur politique étrangère de pacotille et la médecine de Rockefeller de pacotille.

[…] Tempête parfaite de la réinitialisation globale : il pleut des chats et des technocrates […]

emi

Quand je pense au discours de Y.Harari et E.Musk, il semble que le monde ressemblera au film « The Congress (2013) » dans un futur proche.

[VICE]Des scientifiques japonais explorent des façons de vivre éternellement
https://youtu.be/wIgF9Kjm4Dw

Palmer Luckey a créé un casque VR qui tue l'utilisateur s'il meurt dans le jeu
https://www.vice.com/en/article/dy7kbq/palmer-luckey-made-a-vr-headset-that-kills-the-user-if-they-die-in-the-game

Dernière modification il y a 29 jours par emi

[…] Tempête parfaite de la réinitialisation globale : il pleut des chats et des technocrates […]