L'économie verte des Nations Unies n'est ni durable ni verte!

S'il vous plaît partager cette histoire!

Les Nations Unies ont l'intention de remplacer le capitalisme et l'entreprise libre par une économie verte ou un développement durable. Cependant, ses concepts de développement et d'économie sont profondément imparfaits et rappellent les idées marginales de la Grande Dépression. (Pour une discussion complète de la technocratie dans les 1930, voir Technocracy Rising: le cheval de Troie de la transformation globale.)

Développement durable, tel que promu récemment par la conférence des Nations Unies sur l'agenda 2030 à New York à la fin du mois de septembre 2015 promet de manière flagrante de mettre fin à la pauvreté partout dans le monde, de fournir un travail digne et une éducation pour tous tout au long de la vie.

Les dirigeants de pratiquement tous les pays du monde ont pris le train en marche et ont pris des engagements politiquement contraignants pour mettre rapidement en œuvre le développement durable dans leur pays d'origine. Bien entendu, les Nations Unies seront là pour les aider à chaque étape du processus.

Le problème est le suivant: qui spécifie et applique les pratiques de «production et consommation durables» envisagées qui ne sont que mentionnées au passage comme une exigence du développement durable et de l’économie verte?

En fait, nous devrions demander à ces ingénieurs et technocrates sociaux potentiels de nous dire exactement qui prendra toutes ces décisions pour nous et sur quels critères.

Et dans tous les cas, pourquoi ces technocrates se font-ils passer pour des économistes?

La Division du développement durable des Nations Unies (UNDESA) publiée dans 2002 Un guide sur l'économie verte: Explorer les principes de l'économie verte. À la page 5, les «principes d’une économie verte» suivants sont énumérés:

  1. «C’est le développement durable
  2. «Cela apporte l'équité - Le principe de la justice
  3. «Cela crée une prospérité et un bien-être authentiques pour tous - Le principe de la dignité
  4. «Il améliore le monde naturel - L'intégrité de la Terre, les frontières planétaires et le principe de précaution
  5. “Il est inclusif et participatif dans la prise de décision - Le principe d'inclusion
  6. «C'est responsable - Le principe de gouvernance
  7. «Il renforce la résilience économique, sociale et environnementale - Le principe de résilience
  8. «Il fournit une consommation et une production durables - Le principe d'efficacité
  9. "Il investit pour l'avenir - Le principe intergénérationnel."

Bien que le Guide contient plusieurs listes similaires qui tentent de définir l’économie verte, celle-ci suffira à cette discussion.

En particulier, quels sont ces «principes» qui sont seulement mentionnés mais non définis? le Guide fournit des explications supplémentaires. Par exemple, le principe d’intégrité de la Terre (article 4 ci-dessus) révèle que

«La Terre, ses communautés naturelles et ses écosystèmes, possède le droit inaliénable d'exister, de s'épanouir et d'évoluer, et de poursuivre les cycles vitaux, les structures, les fonctions et les processus qui sous-tendent tous les êtres. Chaque être humain a le devoir de la protéger.

Il est évident que ce n’est pas du tout une proposition économique, mais une proposition religieuse: la Terre est une entité féminine qui a «le droit inaliénable d’exister» et qui demande à être servie et protégée. Vraiment?

Le principe de la dignité (article 3 ci-dessus) stipule qu '«il est affirmé que tout être humain, maintenant et à l'avenir, a le droit de gagner sa vie. L'éradication de la pauvreté et la redistribution de la richesse devraient être la priorité principale de la gouvernance et être mesurées en ces termes. "

Ce n’est pas un glissement de parcours qui assimile l’éradication de la pauvreté à la redistribution de la richesse. La redistribution forcée de la richesse a entraîné la mort d'innombrables millions de personnes au cours des dernières années 100 qui ont été forcées de vivre dans des sociétés en faillite qui ont imposé le socialisme, le communisme et le marxisme.

Il n'y a pas de dignité dans la redistribution de la richesse.

De plus, ce n’est pas une question de théorie économique qui pourrait définir une théorie alternative au capitalisme et à la libre entreprise. Il indique simplement qu'un groupe sera mis à mal par sa prospérité économique, le butin revenant à un autre groupe qui ne le mérite pas et ne l'a pas mérité. En Amérique, cela s'appelle «voler».

Sur le site Web du Programme des Nations Unies pour l'environnement, on peut lire:

«Une économie verte implique le découplage de l'utilisation des ressources et des impacts environnementaux de la croissance économique… Ces investissements, tant publics que privés, fournissent le mécanisme de reconfiguration des entreprises, des infrastructures et des institutions, ainsi que de l'adoption de processus de consommation et de production durables.»

Aucun économiste que j'ai connu ou étudié n’aurait jamais suggéré qu’il était possible de dissocier l’utilisation des ressources de la croissance économique. Les ressources et toutes les activités économiques sont indissociables. Cependant, le PNUE n’a aucun problème avec cela car il cherche à «reconfigurer» l’infrastructure et les institutions (gouvernement, réglementations, etc.) pour «l’adoption de processus de consommation et de production durables».

Oops. Là ils vont encore. Qui déterminera la production et la consommation?

Selon l'opinion de cet auteur, les partisans du développement durable et de l'économie verte doivent répondre à des questions pointues. Et, ils doivent cesser de prétendre être des économistes, car ils ne le sont pas!

En effet, ce sont des idéologues utopiques qui pensent savoir mieux que quiconque à peu près tout.

###

Patrick Wood est auteur et conférencier sur les politiques d'élite en matière de mondialisation depuis la fin des années 1970. Il est co-auteur avec le regretté Antony C. Sutton de Trilatérales sur Washington, volumes I et II. Son dernier livre, Technocracy Rising: le cheval de Troie de la transformation globale, met l'accent sur le rôle de la science et de la technologie dans la quête de la domination mondiale et des élites qui la pratiquent.

S'il vous plaît attribuer cet article à Patrick Wood à www.Technocracy.News

 

 

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires