Richard Haass, membre de la Commission trilatérale, écrit «Ordre mondial libéral, RIP»

Richard Haass, président CFR
S'il vous plaît partager cette histoire!
Haass n'est pas seulement le président du Conseil des relations extérieures, mais un membre de longue date de la Commission trilatérale élitiste. La Commission trilatérale renonce-t-elle à son «Nouvel ordre économique international», alias Technocratie et développement durable, ou est-ce juste un autre écran de fumée pour égarer les observateurs? Ce dont le monde a besoin pour que la technocratie règne, c'est l'échec complet du capitalisme et de la libre entreprise. Alors que les ressources mondiales sont séquestrées par l'ONU et ses acolytes mondialistes, le monde sera préparé pour un système économique «basé sur les ressources» dirigé par l'élite technologique. ⁃ Éditeur TN

Après une période de près de mille ans, a plaisanté le philosophe et écrivain français Voltaire, le Saint Empire romain à la décoloration n’était ni saint ni romain ni un empire. Aujourd'hui, environ deux siècles et demi plus tard, le problème, pour paraphraser Voltaire, est que l'ordre mondial libéral en voie de disparition n'est ni libéral, ni mondial, ni ordonné.

Les États-Unis, en étroite collaboration avec le Royaume-Uni et d’autres, ont instauré l’ordre mondial libéral au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. L’objectif était de faire en sorte que les conditions qui avaient conduit à deux guerres mondiales au cours des années 30 ne se reproduisent plus jamais.

 À cette fin, les pays démocratiques ont entrepris de créer un système international libéral en ce sens qu'il devait être fondé sur la primauté du droit et sur le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale des pays. Les droits de l'homme devaient être protégés. Tout cela devait être appliqué à la planète entière; dans le même temps, la participation était ouverte à tous et volontaire. Des institutions ont été construites pour promouvoir la paix (les Nations Unies), le développement économique (la Banque mondiale), le commerce et les investissements (le Fonds monétaire international et, quelques années plus tard, l'Organisation mondiale du commerce).

Tout cela et bien plus encore était soutenu par la puissance économique et militaire des États-Unis, un réseau d’alliances à travers l’Europe et l’Asie et des armes nucléaires, qui servaient à dissuader toute agression. L'ordre mondial libéral était donc basé non seulement sur des idéaux adoptés par les démocraties, mais également sur un pouvoir dur. Rien de tout cela n’a été oublié par l’Union soviétique résolument peu libérale, qui avait une notion fondamentalement différente de ce qui constituait l’ordre en Europe et dans le monde.

[the_ad id = "11018 ″]

L’ordre mondial libéral semblait plus robuste que jamais avec la fin de la guerre froide et la chute de l’Union soviétique. Mais aujourd'hui, un quart de siècle plus tard, son avenir est incertain. En effet, ses trois composantes - le libéralisme, l’universalité et le maintien de l’ordre lui-même - sont remises en question comme jamais auparavant dans son histoire de 70.

Le libéralisme est en recul. Les démocraties ressentent les effets d'un populisme croissant. Les partis des extrêmes politiques ont gagné du terrain en Europe. Le vote au Royaume-Uni en faveur de la sortie de l'UE témoigne de la perte d'influence de l'élite. Même les États-Unis subissent des attaques sans précédent de la part de leur propre président contre les médias, les tribunaux et les institutions chargées de l'application de la loi du pays. Les systèmes autoritaires, notamment la Chine, la Russie et la Turquie, sont devenus encore plus lourds. Des pays tels que la Hongrie et la Pologne ne semblent pas s'intéresser au sort de leurs jeunes démocraties.

Il est de plus en plus difficile de parler du monde comme s'il était tout entier. Nous assistons à l’émergence d’ordres régionaux - ou, plus particulièrement au Moyen-Orient, de troubles - chacun avec ses propres caractéristiques. Les tentatives de construction de cadres globaux échouent. Le protectionnisme est à la hausse; le dernier cycle de négociations commerciales mondiales n'a jamais abouti. Il existe peu de règles régissant l'utilisation du cyberespace.

Dans le même temps, la rivalité entre grandes puissances est de retour. La Russie a violé la norme la plus élémentaire des relations internationales lorsqu'elle a eu recours à la force armée pour modifier les frontières en Europe. De plus, elle a violé la souveraineté des États-Unis en tentant d'influencer l'élection 2016. La Corée du Nord a bafoué le fort consensus international contre la prolifération des armes nucléaires. Le monde est resté sur ses positions alors que des cauchemars humanitaires se déroulaient en Syrie et au Yémen, faisant peu de chose à l'ONU ou ailleurs en réponse à l'utilisation d'armes chimiques par le gouvernement syrien. Le Venezuela est un État défaillant. Aujourd'hui, une personne sur cent dans le monde est soit un réfugié, soit une personne déplacée à l'intérieur du pays.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles tout cela se produit et pourquoi maintenant. La montée du populisme est en partie une réponse à la stagnation des revenus et à la perte d’emplois, principalement en raison des nouvelles technologies mais largement attribuée aux importations et aux immigrants. Le nationalisme est un outil de plus en plus utilisé par les dirigeants pour renforcer leur autorité, en particulier dans un contexte économique et politique difficile. Et les institutions mondiales n’ont pas réussi à s’adapter aux nouveaux rapports de force et technologies.

Mais l’affaiblissement de l’ordre mondial libéral est dû, plus que toute autre chose, au changement d’attitude des États-Unis. Sous le président Donald Trump, les États-Unis ont décidé de ne pas adhérer au Partenariat transpacifique et de se retirer de l'accord de Paris sur le climat. Il a menacé de quitter l’Accord de libre-échange nord-américain et l’accord nucléaire iranien. Il a unilatéralement introduit des tarifs sur l'acier et l'aluminium, en s'appuyant sur une justification (sécurité nationale) que d'autres pourraient utiliser, exposant ainsi le monde au risque d'une guerre commerciale. Il s'est interrogé sur son engagement envers l'OTAN et les autres relations de l'alliance. Et on parle rarement de démocratie ou de droits de l'homme. "America First" et l'ordre mondial libéral semblent incompatibles.

Mon point n'est pas de singulariser les États-Unis pour les critiques. Les autres grandes puissances actuelles, notamment l'Union européenne, la Russie, la Chine, l'Inde et le Japon, pourraient être critiquées pour ce qu'elles font ou ne font pas, ou les deux. Mais les États-Unis ne sont pas simplement un autre pays. C'était le principal architecte de l'ordre mondial libéral et son principal soutien. C'était également un bénéficiaire principal.

La décision de l'Amérique d'abandonner son rôle depuis plus de sept décennies marque donc un tournant. L'ordre mondial libéral ne peut pas survivre seul, car les autres n'ont ni l'intérêt ni les moyens de le maintenir. Le résultat sera un monde moins libre, moins prospère et moins pacifique, pour les Américains comme pour les autres.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Marilynne

«Les États-Unis, en étroite collaboration avec le Royaume-Uni et d’autres, ont instauré l’ordre mondial libéral au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.» Test de la réalité - l'homme moyen de la rue à l'époque n'a pas été informé de cela. Trouvez l'article du Daily News qui déclare: «La guerre est finie - nous établissons maintenant un ordre mondial libéral.» «Le résultat sera un monde moins libre, moins prospère et moins pacifique, pour les Américains comme pour les autres. Ce type a besoin de partager sa drogue. Les libertés que nous avons perdues depuis la Seconde Guerre mondiale sont trop nombreuses pour être comptées. Moins paisible? Quel est... Lire la suite »

JCLincoln

Faire la queue? «La Russie a violé la souveraineté américaine en s'efforçant d'influencer les élections de 2016». C'est la position de gauche. Beaucoup, et pas seulement de droite, ne sont pas d'accord avec cette évaluation. Nous devons veiller à ne pas faire progresser la position de gauche, même involontairement. Cela ne sert qu'à renforcer l'ordre libéral mondial.

Je vous suis depuis un certain temps. J'apprécie votre travail.