La tyrannie de la technocratie: la nouvelle norme n'est pas normale

S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
De plus en plus d'écrivains ont une vue d'ensemble du fait qu'un coup d'État mondial de technocrates est en cours et ils sont déterminés à établir une technocratie mondiale. La «Grande Panique de 2020» inventée utilise le COVID-19 comme accessoire pour créer un seul état de biosécurité mondial qui contrôlera toutes les activités humaines. ⁃ Éditeur TN

COVID 19 est utilisé pour créer une dictature fasciste mondiale. De la Nouvelle-Zélande aux États-Unis, les soi-disant démocraties occidentales ont adopté et développé le modèle chinois de technocratie pour créer un État de biosécurité unique.

Cet État corporatif mondialiste doit être contrôlé et administré au niveau central par un cartel de gouvernance mondiale éloigné de bureaucrates désignés. Chargé uniquement de servir les intérêts d'un groupe minuscule et disproportionnellement riche, nous pouvons appeler le classe de parasites.

Chaque aspect de votre vie sera surveillé et contrôlé, alors que nous nous dirigeons vers l'état de surveillance ultime. Votre capacité à travailler, à socialiser, à voyager, à faire des affaires, à accéder aux services publics et à acheter des biens et services essentiels vous sera dictée et limitée par l'État, en fonction de votre biosécurité ou immunité état.

Ce processus de transformation est bien engagé. Vous n'êtes plus un être humain, vous êtes un risque de biosécurité. En tant que tel, vous pouvez être transféré dans un camp de quarantaine contrôlé par l'armée au fur et à mesure que l'État le juge opportun. La détention sans procès sera la norme. Toute réclamation sera interdite à moins que la réclamation ne corresponde à l'ordre du jour de la classe parasite.

Vos enfants ne seront plus les vôtres. Ils appartiendront à l'État. Le consentement parental pour les procédures médicales sera présumé ou, dans le cas des procédures obligatoires, non requis. Une fois que l'État de biosécurité est fermement établi consentement sera un souvenir lointain.

Nous avons une fenêtre d'opportunité de plus en plus réduite pour arrêter cette dictature fasciste mondiale. Une manifestation violente ne fonctionnera pas. Non seulement ils sont moralement indéfendables, mais ils sont tactiquement naïfs.

La violence est le langage de l'oppresseur. L'État mondial détient la domination totale sur l'incitation à l'usage de la force. À sévir, en réponse à un soulèvement violent, est le fervent espoir de l'oppresseur. Elle permet à l'État d'exercer plus, pas moins, un contrôle autoritaire.

En réalité, pour l'arrêter, il suffit de refuser, en masse, de se conformer. Nous devons le faire les yeux ouverts. Ce ne sera pas facile et beaucoup d’entre nous devront faire face à des punitions sévères de la part d’un tyran désespéré. Cependant, si nous ne nous levons pas maintenant, nous condamnons les générations futures à des niveaux inimaginables d'esclavage et de misère.

Afin de nous imposer cela, l'appareil derrière lui a investi des milliards dans la propagande. La technocratie fasciste, qui se construit actuellement à un rythme alarmant, requiert notre coopération. Sans elle, la dictature de la biosécurité ne peut pas acquérir l'autorité voulue.

Nos systèmes démocratiques représentatifs ne sont pas ce que nos ancêtres ont tout donné à construire. La classe des parasites les a évidés, remplaçant les organes de l'État par les leurs, ne laissant que la coquille comme chimère pour entretenir nos illusions et nous faire croire que nous avons un semblant de contrôle.

C'est une course d'idiot d'essayer d'utiliser leur système pour gagner notre liberté. Il est conçu pour nous contrôler. Les appels devant leurs tribunaux ne nous rendront jamais justice. Les petites victoires temporaires seront toujours annulées. Nous ne pouvons pas non plus voter plus fort en nous attendant à ce qu’une autre de leurs marionnettes Sauvez-nous.

Le but de l'apparition démocratique représentative est de centraliser tout le pouvoir mondial entre les mains de la classe parasite. Cette voie est inexorable et, tant que nous persistons dans notre folie électorale, nous ne la modifierons pas.

Nous devons construire quelque chose de nouveau pour le remplacer. La solution évidente est la décentralisation de tout pouvoir vers l'individu. Nous devons construire un société volontaire.

Sans nous, sans notre obéissance, la classe des parasites n'est actuellement qu'un groupe de ploutocrates inefficaces, en herbe, assis sur des piles de papier, créés à partir de rien et ne valent rien. Si nous n'obéissons pas, il n'y a pas de dirigeants.

Si nous refusons d'utiliser leur système monétaire, leur usure sera stérile; si nous décidons de ne pas payer leurs impôts, nous couperons leur exploitation économique et si nous ne votons jamais pour leurs bureaucrates, nous n'accepterons pas leur aristocratie nommée et élue.

Nous sommes les scientifiques et les ingénieurs, les médecins et les infirmières; nous sommes les constructeurs et les architectes, les mécaniciens et les agriculteurs; nous sommes les soldats qui tuent et meurent pour leur enrichissement, nous sommes les policiers qui appliquent leurs règles illégales; nous sommes les gens qui construisent et travaillent dans leurs usines, nous sommes les employés de bureau et les employés de banque qui administrent leur système, les employés de magasin, les programmeurs, les écrivains, les artistes, les enseignants et nous sommes les gens qui, par notre conviction dans leur autorité mythique, laissez la classe parasite nous contrôler.

Nous sommes les doux, nous sommes les récepteurs de toute connaissance et de toute sagesse. Nous possédons toute la technologie dont nous avons besoin et nous sommes experts. C'est notre monde, loué à nos générations futures, pas à la leur. Sans nous, la classe des parasites est totalement incapable de contrôler qui que ce soit ou quoi que ce soit.

Nous devons créer et non détruire. Nous devons libérer la science, la technologie, l'art et la connaissance elle-même de leur contrôle occulte. Nous devons construire des systèmes décentralisés alternatifs, permettant à l'humanité de vivre comme une coexistence d'êtres libres et souverains. Nous devons nous concentrer sur l'autosuffisance, nous devons nous soutenir les uns les autres, tourner le dos aux systèmes de contrôle de l'État parasite et construire nos propres communautés autonomes.

Nous devons refuser de nous plier à toutes les tentatives de centralisation du pouvoir. Nous pouvons le faire en rejetant carrément le concept d'autorité.

Personne n'a jamais le droit de dire à quelqu'un d'autre quoi faire. Mais personne n'a jamais le droit de causer un dommage ou une perte à un autre être humain. Nous pouvons vivre en harmonie car nous sommes capables de nous respecter également, sans réserve. Nous le savons.

Pas un seul être humain sur cette Terre n'a le droit d'ordonner à un autre d'obéir à leur autorité. Aucun de nous ne possède ce pouvoir. Par conséquent, ce pouvoir ne peut jamais être dérivé de nous. Nous ne l'avons pas à donner. La revendication d'autorité de l'État, tirée de la cérémonie de l'onction électorale, est une mascarade. Leur autorité n'existe pas dans la réalité, seulement dans nos imaginations.

Nous n'avons besoin de personne pour nous dire comment vivre. Ni comment gérer la minuscule minorité incapable d'assumer la responsabilité de ses propres actions. Une société bénévole serait une société sans dirigeants, pas une société sans règles.

Nous n'avons pas besoin de leurs systèmes d'autorité pour vivre dans une paix et une harmonie relatives et nous ne l'avons jamais fait. Ordonnance spontanée est tout autour de nous. Nous vivons déjà la majorité écrasante de notre vie à l'abri du contrôle de l'État et sans que personne n'ait besoin de nous imposer des dirigeants.

Lire l'histoire complète ici…

Joignez-vous à notre liste d'envoi!


A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
7 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] La «grande panique de 2020» inventée utilise le COVID-19 comme accessoire pour créer un seul biosécurité global… […]

[…] En savoir plus: La tyrannie de la technocratie: la nouvelle normalité n'est pas normale […]

[…] Ler mais: La tyrannie de la technocratie: la nouvelle normalité n'est pas normale […]

Steve

«COVID 19 est utilisé pour créer une dictature fasciste mondiale. De la Nouvelle-Zélande aux États-Unis, les soi-disant démocraties occidentales ont adopté et développé le modèle chinois de technocratie pour créer un État de biosécurité unique. En tant que résident et citoyen néo-zélandais, j'aimerais savoir d'où l'auteur a tiré les informations utilisées pour faire cette déclaration, car mon expérience raconte une histoire différente, par exemple… moins de 5% de la population a téléchargé ou utilise les gouvernements "Covid Tracking App », d'après mes observations, moins de 30% de la population porte des masques et bien qu'il n'y ait pas eu... Lire la suite "

Patricia

Ils n'ont en aucun cas fini de construire leur dictature fasciste. L'Australie-Occidentale vient de décider qu'ils peuvent détenir n'importe qui à tout moment et l'emmener dans un camp où ils peuvent être dépouillés de leurs vêtements et vaccinés de force. Ils n'ont même pas eu de décès - ou peut-être même un cas de covid - depuis avril. Vous ne savez pas jusqu'où ces gens iront si nous les laissons faire.

[…] La tyrannie de la technocratie: la nouvelle norme n'est pas normale […]

[…] En savoir plus: La tyrannie de la technocratie: la nouvelle normalité n'est pas normale […]