La Conférence des Nations Unies sur la biodiversité créera un «moment de Paris» pour «sauver la nature»

Wikimedia Commons
S'il vous plaît partager cette histoire!

La prochaine Conférence des Nations Unies sur la biodiversité est à la nature ce que la Conférence de Paris était au réchauffement climatique. Le résultat étendra l'Évaluation mondiale de la biodiversité de 1,100 1995 pages à partir de XNUMX et précisera tous les comportements humains nécessaires pour «sauver» la nature. ⁃ Éditeur TN

Des diplomates des pays 130 se sont réunis lundi à Paris pour valider une sombre évaluation de l'état de la nature par l'ONU et jeter les bases d'un plan de sauvetage pour la vie sur Terre.

La destruction de la nature menace l'humanité «au moins autant que le changement climatique induit par l'homme», a déclaré le chef de la biodiversité de l'ONU, Robert Watson, au début de la réunion de cinq jours.

"Nous avons une fenêtre d'opportunité pour agir et réduire les options."

Un projet de «Résumé pour les décideurs politiques» de 44 pages obtenu par l'AFP répertorie les 1001 façons dont notre espèce a pillé la planète et endommagé sa capacité à renouveler les ressources dont nous dépendons, à commencer par l'air respirable, l'eau potable et le sol productif.

L'impact de l'expansion de l'empreinte et de l'appétit de l'humanité a été dévastateur.

Selon le rapport, jusqu'à un million d'espèces sont menacées d'extinction, dont beaucoup en quelques décennies, et les trois quarts de la surface terrestre de la Terre ont été «gravement altérés».

Un tiers des stocks de poissons de mer sont en déclin et le reste, à l'exception de quelques-uns, est exploité à la limite de la durabilité.

Une destruction dramatique des insectes pollinisateurs, en particulier des abeilles, menace des cultures essentielles évaluées à un demi-billion de dollars par an.

Vingt objectifs décennaux adoptés en 10 dans le cadre du traité sur la biodiversité des Nations Unies - étendre les aires protégées, ralentir la perte d'espèces et de forêts et réduire la pollution - échoueront gravement, à une ou deux exceptions près.

Basé sur un rapport sous-jacent qui s'appuie sur des experts de 400 et pèse sur des pages 1,800, le résumé doit être vérifié ligne par ligne par des diplomates, les scientifiques à la hauteur.

Le document de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), une fois approuvé, sera publié le 15 mai 6.

Historiquement, la biologie de la conservation s'est concentrée sur le sort des pandas, des ours polaires et d'une multitude d'animaux et de plantes moins «charismatiques» que l'humanité récolte, mange, encombre ou empoisonne dans l'oubli.

Mais au cours des deux dernières décennies, cette attention est revenue à nous.

«Jusqu'à présent, nous avons parlé de l'importance de la biodiversité principalement d'un point de vue environnemental», a déclaré Watson à l'AFP avant la rencontre de Paris.

L'agriculture est la clé

«Aujourd'hui, nous disons que la nature est cruciale pour la production alimentaire, pour l'eau pure, pour les médicaments et même pour la cohésion sociale.»

Et lutter contre le changement climatique.

Les forêts et les océans, par exemple, absorbent la moitié des gaz à effet de serre de la planète que nous rejetons dans l'atmosphère.

S'ils ne le faisaient pas, la Terre pourrait déjà être enfermée dans un avenir invivable de réchauffement climatique incontrôlable.

Et pourtant, une zone de forêt tropicale cinq fois plus grande que l'Angleterre a été détruite depuis 2014, principalement pour répondre à la demande mondiale de bœuf, de biocarburants, de soja et d'huile de palme.

«Le récent rapport du GIEC montre à quel point le changement climatique menace la biodiversité», a déclaré Laurence Tubiana, PDG de la Fondation européenne pour le climat et principal architecte de l'Accord de Paris, faisant référence au panel scientifique de l'ONU sur le climat.

«Et le prochain rapport de l'IPBES - aussi important pour l'humanité - montrera que ces deux problèmes ont des solutions qui se chevauchent.»

Des extinctions difficiles à voir

Ce chevauchement, a-t-elle ajouté, commence par l'agriculture, qui représente au moins un quart des émissions de gaz à effet de serre.

Fondée en 2012, l'IPBES synthétise les données scientifiques publiées à l'intention des décideurs, à l'instar du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sur le climat.

Les deux organes consultatifs alimentent les traités des Nations Unies.

Mais la Convention 1992 sur la diversité biologique (CDB) a toujours été un enfant pauvre par rapport à sa contrepartie climatique, et l’IPBES a été ajoutée après coup, rendant son autorité plus difficile à établir.

Les experts de la biodiversité tentent de créer un «moment parisien» pour la nature à la manière du traité de Paris sur le climat de 2015.

Lire l'histoire complète ici…

Sla perte de biodiversité au sommet ou nous pourrions faire face à notre propre extinction, prévient l'ONU

Jonathan Watts, The Guardian, 6 nov. 2018

Le monde doit signer un nouveau pacte pour la nature dans les deux prochaines années, sans quoi l'humanité pourrait être la première espèce à documenter notre propre extinction, prévient le responsable de la biodiversité des Nations Unies.

Cristiana Païca Palmer a déclaré que les peuples de tous les pays devaient faire pression sur leurs gouvernements pour qu'ils définissent des objectifs mondiaux ambitieux pour 2020 afin de protéger les insectes, les oiseaux, les plantes et les mammifères indispensables à la protection des écosystèmes. production alimentaire mondiale, eau propre et séquestration du carbone.

"La perte de biodiversité est un tueur silencieux", a-t-elle déclaré au Guardian. «C'est différent du changement climatique, où les gens ressentent l'impact dans la vie quotidienne. Avec la biodiversité, ce n'est pas si clair, mais quand vous sentez ce qui se passe, il est peut-être trop tard. ”

Païca Palmer est secrétaire exécutive de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique - l'organe mondial responsable du maintien des systèmes de soutien de la vie naturels dont dépend l'humanité.

Ses membres - les États de 195 et l'UE - se réuniront à Charm el-Cheikh, en Égypte, ce mois-ci pour lancer les discussions sur un nouveau cadre pour la gestion des écosystèmes et de la vie sauvage de la planète. Cela lancera deux années de négociations frénétiques, dont Paca Palmer espère qu’elles aboutiront à la conclusion d’un nouvel accord mondial ambitieux lors de la prochaine conférence à Beijing, à 2020.

Les écologistes cherchent désespérément un accord sur la biodiversité qui aura le même poids que l'accord de Paris sur le climat. Mais jusqu'à présent, ce sujet a reçu misérablement peu d'attention même si de nombreux scientifiques disent que cela représente au moins une menace égale pour l'humanité.

Les deux derniers accords majeurs sur la biodiversité - dans 2002 et 2010 - n’ont pas réussi à enrayer la pire perte de vie sur Terre depuis la disparition des dinosaures.

Il y a huit ans, sous la Objectifs d'Aichi pour la biodiversité, les nations ont promis de réduire au moins de moitié la perte d’habitats naturels, d’assurer une pêche durable dans toutes les eaux et d’élargir les réserves naturelles de 10% à 17% des terres dans le monde entier. Mais de nombreux pays ont pris du retard et ceux qui ont créé davantage d’aires protégées ont peu fait pour les surveiller. On trouve maintenant des «réserves de papier» du Brésil vers la Chine.

La question est également au bas de l'agenda politique. Comparés aux sommets sur le climat, peu de chefs d’État assistent aux discussions sur la biodiversité. Même avant Donald Trump, les États-Unis ont refusé de ratifier le traité et n’ont envoyé qu’un observateur. Avec le Vatican, il est le seul Etat de l'ONU à ne pas participer.

Lire l'histoire complète ici…

 

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Tommy Jensen

Rockefeller a inventé l'ONU à Roosevelt, Churchill et Staline, et a financé le bâtiment de l'ONU. De nombreuses campagnes des Nations Unies proviennent des fondations Rockefeller. Ces canulars payés à l'ONU sont des fous: la surface de l'eau de la planète est de 75% x profondeur. N'importe quel idiot peut prendre un seau avec de l'eau de mer, le faire bouillir, conduire l'humidité vers des «zones plus fraîches» et produire de l'eau douce de la même manière que la nature. Alors, comment ces vendeurs de voitures d'occasion peuvent-ils s'en tirer en prétendant qu'il y a un manque d'eau fraîche? La surface terrestre de la planète est de 25%, 7 milliards de personnes peuvent vivre comme Sao Paulo sur... Lire la suite »