ONU: face à une science claire, de vraies menaces, les pays doivent rester attachés à l'accord de Paris

Antonio GuterresLe Secrétaire général, António Guterres, prend la parole lors d'une réunion d'action à haut niveau de l'Assemblée générale visant à revigorer la dynamique politique sur le changement climatique, en soulignant ses liens profonds avec le Programme 2030 de l'ONU sur le développement durable. Photo ONU / Rick Bajornas
S'il vous plaît partager cette histoire!

L'ONU tente désespérément de garder les nations du monde en ligne et attachées à l'Accord de Paris sur le climat de décembre 2015. Le sentiment est en train de glisser à cause de la vraie science qui démystifie la pseudo-science du réchauffement climatique. Cependant, l'ONU sait bien que si vous répétez un mensonge assez souvent, les gens finiront par y croire.  Éditeur TN

Les changements climatiques constituent une menace sans précédent et croissante pour la paix, la prospérité et le développement, et leur traitement constitue une opportunité économique pour les gouvernements et les entreprises, ont déclaré aujourd'hui de hauts responsables de l'ONU.

«Nous traitons de faits scientifiques, pas de politique. Et les faits sont clairs. Le changement climatique est une menace directe en soi et un multiplicateur de nombreuses autres menaces », a déclaré l'ONU. Secrétaire général António Guterres a déclaré devant une assemblée générale de haut niveau événement d'action visant à revigorer la dynamique politique sur le changement climatique, en soulignant ses liens profonds avec l'ONU Agenda 2030 sur le développement durable.

M. Guterres a dit son messages à la réunion sont simples.

«Premièrement, le changement climatique est une menace sans précédent et croissante - qui pèse sur la paix et la prospérité - et la même chose en ce qui concerne les objectifs de développement durable (ODD). Deuxièmement, lutter contre le changement climatique est une opportunité énorme que nous ne pouvons pas nous permettre de rater », a-t-il déclaré.

Les Accord de Paris sur le changement climatique adopté en décembre 2015 est unique dans son universalité, chaque gouvernement l’ayant signé. Le pacte est entré en vigueur en moins d'un an. À ce jour, plus de 130 Parties l'ont ratifié et leur nombre augmente chaque mois.

Les pays qui ont soutenu l'accord de Paris sont les mêmes que ceux qui ont adopté l'agenda 2030 - ils comprennent tous les États membres des Nations Unies.

La raison de ce consensus est claire: tous les pays reconnaissent que la mise en œuvre du programme 2030 va de pair avec la limitation de la hausse de la température mondiale et de la résilience au changement climatique.

M. Guterres a dit que l’année dernière était à nouveau le plus chaude jamais enregistrée. La glace de mer est à son plus bas niveau historique et le niveau de la mer à son plus haut niveau historique. Ces tendances sont indiscutables, a-t-il souligné, expliquant que les conséquences du changement climatique incluent l'insécurité alimentaire, la pénurie d'eau, la pauvreté et les déplacements.

S'attaquer au changement climatique représente une formidable opportunité pour les gouvernements et les entreprises car il n'y a pas de compromis entre un environnement sain et une économie saine.

«Nous pouvons avoir les deux. Les affaires vertes sont de bonnes affaires », a-t-il déclaré.

L'action pour le climat est une nécessité et peut contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable.

«Notre façon de faire peut faire l’objet d’un débat scientifique et politique. Mais il ne fait aucun doute que nous devons agir maintenant et de manière urgente et décisive », a déclaré M. Guterres. "Et cela reste le seul moyen viable de sauvegarder la paix, la prospérité et un avenir durable."

Peter Thomson, président de l'Assemblée générale, et Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ont également pris la parole.

Il est encore possible de plier la courbe sur les trajectoires de changement climatique

M. Thomson a affirmé Valérie Plante. qu’il avait récemment rencontré Petteri Taalas, secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale des Nations Unies (WMO), qui a confirmé que le monde est actuellement sur la voie d'une augmentation des températures globales de 3 à 4 ° C.

«J'ai toujours compris […] qu'une fois que nous atteindrons la fourchette de 3 ° C à 4 ° C, la survie de l'humanité sur cette planète sera menacée», a-t-il déclaré.

Le cyclone Winston et le cyclone Pam, qui ont dévasté les Fidji et le Vanuatu au cours des dernières années, ont été parmi les plus violents cyclones tropicaux à avoir jamais touché terre dans l'hémisphère sud. Les îles Fidji, une nation insulaire dont M. Thomson est originaire, ont déjà commencé à relocaliser des villages de faible altitude sur des terres plus élevées, à l’écart du rivage envahissant et de la menace grandissante des ondes de tempête.

"Bien que le pronostic soit sombre, la communauté scientifique nous assure qu'il est possible de courber la courbe sur les trajectoires actuelles, si nous travaillons ensemble pour freiner la croissance des émissions mondiales de gaz à effet de serre", a déclaré M. Thomson, réitérant son appel à toutes les parties à l’Accord de Paris de le ratifier sans délai et à ceux qui l’ont déjà fait de respecter leurs engagements.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

Je voudrais vous raconter mon dernier livre et documentaire.
"La corruption délibérée de la science du climat".
Mon dernier documentaire et vidéo de ma présentation.
https://www.youtube.com/watch?v=tPzpPXuASY8
Mon site est
Thank you.
Tim
https://www.youtube.com/watch?v=tPzpPXuASY8
https://www.youtube.com/watch?v=sO08Hhjes_0
http://www.drtimball.com

Gary Williams

L'ONU voit la fin de leur escroquerie et dira tout mensonge qu'ils ont à faire pour tenter de s'accrocher. Heureusement, nous ne tomberons plus dans l'arnaque.
Ils sont terminés. Bientôt, ils seront financés et forcés de fermer l'organisation la plus corrompue qui soit.
L'un de nous sera-t-il triste de les voir partir…? NON