L'ONU salue la création d'une banque de technologie pour les nations les plus pauvres du monde

Un homme au Rwanda utilisant un drone pour livrer du sang à une clinique éloignée. Photo: Sarah Farhat / Banque mondiale
S'il vous plaît partager cette histoire!

C'est là que réside la grande erreur du développement: les technocrates de l'ONU croient que chaque problème mondial peut être résolu en appliquant de nouvelles technologies. C'est tout à fait faux. Un développement économique réussi a toujours été directement lié au niveau de propriété privée et de propriété et d'accès aux marchés. L'ONU est déterminée à mettre en œuvre le développement durable, alias la technocratie.  Éditeur TN

Les responsables des Nations Unies ont salué aujourd'hui la création de la Banque de technologie pour les pays les moins avancés (PMA), qui contribuera grandement à relever l'un des défis majeurs auxquels sont confrontés les pays les plus pauvres du monde.

La banque, dont le siège est à Gebze, en Turquie, marque également la réalisation du premier objectif de la Agenda 2030 pour le développement durable, à savoir SDG 17.8.

«Cette réalisation est non seulement hautement symbolique, mais revêt également une grande importance stratégique pour les PMA dans la réalisation des objectifs de développement durable», a déclaré Fekitamoeloa Katoa 'Utoikamanu, haut représentant de l'ONU pour les pays en développement sans littoral, les pays en développement sans littoral et les petites îles États en développement.

La liste des PMA figurant sur la liste des pays 47 compte actuellement plus de millions de personnes (environ 880 pour cent de la population mondiale), mais représente moins de 12 pour cent du PIB mondial et environ 2 pour cent du commerce mondial de biens.

"Nous devons veiller à ce que les PMA ne soient pas encore laissés pour compte", a déclaré Mme Utoikamanu lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU, soulignant que l'accès à la technologie, à la science et à l'innovation était essentiel pour ce groupe de pays.

La création de la Banque de technologies était une priorité du Programme d’action d’Istanbul adopté par 2011, qui traduisait la vision et la stratégie du développement durable des PMA. Son importance a été confirmée dans le 2015 Addis-Abeba Programme d'action, adoptée à la troisième Conférence internationale sur le financement du développement, puis à nouveau dans l’Agenda 2030 pour le développement durable.

La Banque devrait élargir l'application de la science, de la technologie et de l'innovation dans les pays les plus pauvres du monde. Il améliorera les politiques en matière de technologie, facilitera le transfert de technologie et renforcera l'intégration des PMA dans l'économie mondiale fondée sur la connaissance.

Il servira également de centre de connaissances, reliant les besoins, les ressources et les acteurs; faciliter l'accès des PMA aux projets existants liés aux technologies; et encourager les initiatives conjointes avec les organisations concernées et le secteur privé.

"Nous sommes fermement convaincus que cette banque contribuera à combler le déficit technologique et à accélérer la transformation structurelle des PMA", a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu.

Avec la signature du pays hôte et les accords de contribution, le gouvernement turc s'est engagé à fournir à la Banque un montant annuel de 2 millions de dollars sur cinq ans, ainsi que du personnel et des locaux à Gebze, située à l'extérieur d'Istanbul. Il envisage également de mettre en œuvre des projets communs avec la Banque.

Se félicitant de la signature de ces accords, la Secrétaire générale adjointe, Amina Mohammed a affirmé Valérie Plante.: «Nous avons maintenant la responsabilité collective de transformer cet outil en un mécanisme efficace de renforcement des capacités scientifiques, technologiques et d'innovation des PMA.

"J'appelle les États membres et les autres parties prenantes, y compris le secteur privé et les fondations, à contribuer généreusement au financement de cette banque afin que celle-ci puisse réaliser son plein potentiel."

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Ray Songtree

L '«intervention humanitaire» semble être le plus souvent un front pour déstabiliser les méthodes traditionnelles et les remplacer ensuite par des technologies non durables, faisant de la catastrophe future une certitude. Tout ce qui est issu de l'exploitation minière est temporaire. L'industrialisation est temporaire. Pour nettoyer la Terre de la plupart des peuples et encombrer les quelques survivants dans les villes intelligentes, il faut créer un dysfonctionnement. Et cette technologie temporaire le fera. Le bien-être crée une dépendance. C'est le véritable objectif de l'aide sociale à mon avis.