L'ONU pousse à criminaliser l'opposition à la migration de masse

S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
L'ONU insiste sur le fait que le développement durable n'est possible que dans une société multiculturelle garantissant l'élimination de l'État-nation. Cependant, l'immigration ne pousse que vers les pays du premier monde, comme l'Europe et les États-Unis. ⁃ Éditeur TN

Un homme politique néerlandais et membre du Parlement européen, Marcel de Graaff, a lancé un avertissement concernant le Les Nations Unies'vision effrayante de criminaliser l'opposition à la migration de masse. L'organisation Baby Blue Wanna-Be tyrannic appelle même à contrôler les médias sur cette question. Vous n'avez probablement pas beaucoup entendu parler des propos de de Graaff. C'est parce que le média mondialiste à grande surface nous avons Aujourd'hui, nous sommes déjà dans le camp des autoritaristes pro-migration.

Leviers De Puissance

Lors d'une conférence de presse, M. De Graaff a sonné l'alarme à la suite d'une conférence internationale qui se tiendra à Marrakech, au Maroc, les 13 et 13 décembre prochains, à l'occasion de laquelle le Pacte mondial des Nations Unies pour une migration sûre, ordonnée et régulière doit être signé. Bien que le pacte soit dit non contraignant, il est censé jeter les bases d'une campagne orwellienne visant à cimenter la migration de masse en tant que droit de l'homme légalement au-dessus de toute critique.

"Un élément fondamental de ce nouvel accord est l'extension de la définition du discours de haine", de Graaff dit. «L'accord veut criminaliser le discours sur la migration. La critique de la migration deviendra une infraction pénale. Les médias qui laissent place à des critiques sur les migrations peuvent être fermés ».

Cette dernière phrase n’est pas exagérée. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a publié sur son site internet le texte du sinistre Nov. 20 discours présenté par Andrew Gilmour, Sous-Secrétaire général aux droits de l'homme. Le titre du discours montre à lui seul que le syndicat n'essaye même pas de cacher son ordre du jour: «La parole est importante: rôle et responsabilité des médias pour façonner la perception du public à propos des migrants et des réfugiés et pour promouvoir des sociétés inclusives».

Gilmour commence son discours par une déclaration radicale soulignant à quel point l'ONU se voit débridée dans ses machinations pour le pouvoir.

«Les crimes de haine contre les migrants sont une manifestation particulièrement désagréable de ce que je considère comme une réaction quasi mondiale contre les droits de l'homme», a-t-il déclaré. En une phrase, Gilmour associe la migration de masse des peuples vers des nations souveraines au concept même des droits de l'homme. À partir de là, il est facile de justifier une approche autoritaire sévère pour écraser le «racisme» et la «xénophobie». Et Gilmour fait savoir que la maîtrise des médias doit être un élément clé des efforts du pacte mondial pour y parvenir:

«Dans son objectif 17, le Pacte mondial engage les États et les autres parties prenantes à promouvoir des reportages de qualité sur les questions liées à la migration et la terminologie liées à la migration, à investir dans des normes de reporting éthique et dans la publicité et à mettre un terme au financement public ou à un soutien matériel des médias. points de vente qui promeuvent systématiquement l'intolérance, la xénophobie, le racisme et d'autres formes de discrimination à l'égard des migrants. Ce sont des points cruciaux sur lesquels nous devons tous nous appuyer. "

Au revoir, presse libre. Gilmour explique comment son bureau aidera les États à "distinguer la liberté d'expression du discours de haine" qui, bien entendu, n'a pas le droit d'exister. Il souligne que les reportages médiatiques qui ne sont pas suffisamment favorables à la migration ne peuvent être tolérés. «Il est clair pour nous tous que de nombreux médias échouent délibérément à promouvoir le concept d'humanité commune», a déclaré Gilmour, définissant à nouveau la migration de masse comme un droit humain fondamental. «Les mots ont évidemment de l'importance: la rhétorique raciste déshumanisante conduit souvent à la haine, aux tensions, à la violence et aux conflits. La communauté internationale doit redoubler d'efforts pour faire face aux médias qui cherchent à attiser la haine. "

Mort des nations

C'est l'appel à la tyrannie que de Graaff met en garde. Cela détruira complètement les nations qui y cèdent. "Cet accord est un coup d'Etat des mondialistes libéraux favorables à la migration, qui bénéficiera grandement aux multinationales", a déclaré de Graaff. «Les pays qui importent le tiers monde deviendront le tiers monde. Et il est tout à fait clair que dans les pays du tiers monde, les multinationales dictent les règles. "

La bonne nouvelle est que des nations saines refusent de signer ce pacte de suicide transnational. Conduit par le rejet provocant du président Trump du droit de l'ONU d'imposer sa volonté de quelque manière que ce soit au peuple des États-Unis, ce qu'il avec éloquence réaffirmé lors de son discours de septembre devant ce repaire de vipères, PLUS et PLUS les nations rejettent ce coup de force.

En approuvant ouvertement l'invasion de l'Occident par les hordes du tiers monde et en appelant à la maîtrise d'une presse libre et objective, les Nations Unies se sont déclarées l'ennemi du peuple américain. Il est grand temps de retirer cette entité hostile de ses quartiers confortables sur notre sol. Les États-Unis doivent se retirer des Nations Unies et se retirer de notre pays.

Lire l'histoire complète ici…

INSCRIVEZ-VOUS
Notifier de
invité
4 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
cosmoprimo

Il est temps de dépoussiérer les guillotines…

Cal

Qui se soucie de ce que l'ONU veut faire car elle n'a AUCUNE autorité LÉGALE sur notre nation et nos décisions. SI quelqu'un qui sert au sein de nos gouvernements - étatique ou général (fédéral) - soutient une entité étrangère aux États-Unis, ils sont des TRAITEURS et doivent être traités de manière appropriée, accusés des crimes commis, de la trahison de certains crimes et du parjure, compte tenu de leur journée devant le tribunal, et s'il est reconnu coupable, suspendu par le cou jusqu'à mort, et laissé là pendant une demi-journée ou plus afin que ceux qui sont prêts à rompre leurs serments ou à travailler contre notre nation réfléchissent à deux fois.

RinH

La migration de masse est une invasion d'un pays non contrôlé, vous pourriez changer un pays entier si l'immigration de masse est autorisée ou imposée à une nation. Arrêtez les absurdités, il est évident que les crétins dégénérés qui poussent le mondialisme et le Nouvel Ordre Mondial à l'aide de l'ONU, essaient de forcer leurs fantastues dans tout le monde. Devinez quoi, cela ne se produira pas ici aux États-Unis, ni sans une guerre de proportions bibliques.Il est également évident que l'ONU et les groupes financés par Siri organisent des migrations de masse en Amérique du Sud et les envoient aux États-Unis.... Lire la suite »

Tom Camilleri

Nous devons sortir de l'ONU. Confronter le racisme et la xénophobie à la résistance à la destruction de son régime politique est illogique. La criminalisation du discours sur n'importe quel problème est tyrannique.