Les États-Unis cèdent le leadership mondial de l'économie verte à… la Chine

Grande Muraille
S'il vous plaît partager cette histoire!

La Chine est la forme la plus pure de technocratie de la planète, même si elle fait encore défaut à certains égards. Il n'est donc pas surprenant que la Chine assume le rôle de chef de file dans la promotion de l'économie verte et du développement durable. Tout est question de contrôle, de contrôle, de contrôle.  Éditeur TN

Rappelez-vous quand la Chine était exclue de l'action climatique, l'obstacle à la progression de la lutte mondiale contre le réchauffement de la planète? Quelle différence quelques années - et une élection - peuvent faire.

Au cours des dernières semaines, les dirigeants mondiaux, les délégués à la conférence sur le changement climatique à Marrakech et les militants du monde entier ont exprimé leur inquiétude quant au fait qu'en tant que président, Donald Trump pourrait effectivement réaliser son «plan énergétique pour l'Amérique d'abord». N'importe laquelle des propositions ferait reculer le mouvement environnemental - retirer les États-Unis de l'Accord de Paris sur le climat, abandonner le plan d'énergie propre du président Obama pour réduire les émissions de carbone, relancer l'industrie du charbon, ouvrir plus de terres publiques au forage pétrolier et gazier, démanteler le Environmental Protection Agency - mais ensemble, ils évoquent une peur dystopique. Si le président Trump tient les promesses du candidat Trump, il sera pratiquement impossible de limiter la hausse de la température mondiale à 2 degrés Celsius.

La Chine, bien sûr, n'était pas plus préparée aux résultats de l'élection américaine que les États-Unis. Mais elle n'a pas tardé à mesurer les implications environnementales d'une victoire de Trump, et les responsables à Beijing parviennent à confier à la Chine un nouveau rôle, à projeter le pays en tant que - peut-être le - leader mondial sur le changement climatique.

Lors des pourparlers de Marrakech, l'agence de presse officielle Xinhua a déclaré: «La Chine joue un rôle actif dans les négociations et la gouvernance mondiale sur le changement climatique. Motivée et disposée à travailler avec d’autres pour sauver la planète, la Chine a pris des mesures, y compris des milliards de dollars d’investissement, pour lutter contre le changement climatique et fournir de nouvelles technologies énergétiques. » Inutile de rendre le contraste avec les États-Unis plus explicite.

Un peu partout dans le monde, la Chine est devenue verte et propre avec vengeance ces dernières années. Alors que les conséquences des émissions de combustibles fossiles sur l'environnement et la santé sont de mieux en mieux comprises, Beijing a intensifié ses efforts pour réduire la consommation de charbon et les gaz d'échappement des véhicules.

La Chine a investi 111 milliards de dollars dans les énergies renouvelables en 2015 - plus que tout autre pays au monde et, en fait, plus que les États-Unis (44 milliards de dollars), le Japon (36.2 milliards de dollars) et le Royaume-Uni (22.2 milliards de dollars) réunis. La même année, il est le leader mondial de l'énergie éolienne installée, de l'énergie solaire et de l'hydroélectricité (avec une capacité renouvelable totale de 500 gigawatts, contre 220 gigawatts aux États-Unis). La Chine est aujourd'hui le premier fabricant - et exportateur - d'éoliennes et de panneaux solaires au monde. Et, l'année prochaine, Pékin inaugurera un programme national d'échange de droits d'émission de carbone.

Dans un effort pour sevrer le public chinois des transports alimentés par des combustibles fossiles, l'État accorde de lourdes subventions pour l'achat de véhicules électriques (jusqu'à 16,000 12,000 dollars pour une unité). Le système ferroviaire à grande vitesse de la Chine, à quelque 7,000 2020 milles déjà le plus long du monde, ajoutera 2020 200,000 milles supplémentaires d'ici 100,00. Également d'ici XNUMX, le ministère des Transports prévoit d'ajouter XNUMX XNUMX bus à énergie nouvelle et XNUMX XNUMX taxis à nouvelle énergie dans les rues de la nation.

Pour la Chine, devenir plus verte et plus propre a été en grande partie motivée par des impératifs environnementaux. Mais au moins aussi important, la Chine parie que l'énergie propre et la technologie verte seront les moteurs de l'économie mondiale du 21e siècle. Déjà en 2010, le secrétaire américain à l'Énergie de l'époque, Steven Chu, avait alerté les Américains sur les enjeux: «De l'énergie éolienne aux réacteurs nucléaires en passant par le train à grande vitesse, la Chine et d'autres pays agissent de manière agressive pour prendre la tête. Compte tenu de ce défi, et compte tenu des énormes opportunités économiques dans les énergies propres, il est temps pour l'Amérique de faire ce que nous faisons de mieux: innover.

Si la Chine a raison, si Chu a raison, de renier l'accord de Paris, d'étendre le forage pétrolier et gazier, de reconstruire l'industrie charbonnière, d'annuler le financement fédéral pour la recherche et le développement de nouvelles formes d'énergie plus propres - comme l'a proposé Trump - non seulement cédera à la Chine le leadership mondial sur le changement climatique, mais sapera également le leadership américain sur l'économie mondiale.

Enfin, si les propositions de Trump renoncent au rôle de premier plan joué par les États-Unis sur le changement climatique et dans l'économie mondiale, elles menacent également de diminuer son influence morale dans le monde.

Les pays en développement comptent sur le Fonds vert pour le climat parrainé par l'ONU pour les aider dans leurs efforts de lutte contre les effets néfastes du changement climatique. Sur les 3 milliards de dollars que les États-Unis ont promis au fonds, seuls 500 millions de dollars ont été versés. Le «America First Energy Plan» de Trump propose «d'arrêter tous les paiements de dollars des impôts américains aux programmes de l'ONU sur le réchauffement climatique», suggérant que les pays en développement attendent peut-être longtemps pour obtenir les 2.5 milliards de dollars restants. Voilà pour la parole de l'Amérique.

La semaine dernière à Beijing, le gouvernement a réaffirmé son engagement à créer un fonds d'un milliard de dollars 2.9 destiné à aider les pays pauvres à s'adapter au changement climatique.

«La Chine nous surprend quotidiennement. Tout ce qu'ils ont promis, ils le livrent », a déclaré à Marrakech Tosi Mpanu-Mpanu, président du Comité des pays les moins avancés.

À l'approche de 2017, la Chine est sur le point d'assumer le leadership mondial sur le changement climatique, et les États-Unis sont sur le point de devenir le nouveau paria de l'action climatique. A Marrakech pour les pourparlers sur le climat, Erik Solheim, chef du Programme des Nations Unies pour l'environnement, s'est exprimé droit au but: «C'est un nouvel ordre mondial.

Lire l'article en entier ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Erik Nielsen

Je vomis par ce faux slogan. il n'y a pas de changement climatique autre que le changement de temps habituel comme connu au cours des siècles.
Pas de problème de CO2, pas de manque de ressources énergétiques, pas de manque de rien.
Seuls les plans de manipulation financière par la propagande de masse.

Tomsen

Précisément dit.