Le WEF déclare que la couleur de la démocratie est… verte ?

Image : Unsplash/Noah Buscher
S'il vous plaît partager cette histoire!
Cette chape à peine voilée de propagande proteste que la raison pour laquelle les programmes «d'énergie verte» échouent est que le prix de l'énergie traditionnelle est trop bas. De plus, si nous ne corrigeons pas cette disparité de prix, nous ne « protégeons pas la démocratie ». Ainsi, la hausse des prix de l'énergie protège la démocratie. Ce raisonnement insensé est l'idéologie fondamentale du Great Reset, du Green New Deal et du développement durable, alias la technocratie.

Le fait est que l'existence de la démocratie est utilisée et abusée pour accomplir la prise de contrôle économique du monde. Faire croire aux gens que le déclin de la démocratie peut être inversé par la mise en œuvre du développement durable est une déconnexion logique totale. La dictature scientifique est l'opposé polaire d'une société démocratique. ⁃ Éditeur TN

  • Le changement climatique et le déclin de la démocratie sont deux crises mondiales qui ont atteint leur paroxysme ces dernières années.
  • La transition vers l'énergie verte est essentielle à la fois pour lutter contre le changement climatique et créer des économies durables.
  • Une action collective sur une transition verte est donc non seulement bonne pour le climat mais aussi vitale pour la protection de la démocratie.

Deux crises mondiales ont atteint leur paroxysme : le changement climatique et le déclin de la démocratie.

Si le réchauffement climatique doit être maintenu en dessous de 1.5 oC, le monde doit agir maintenant pour réduire les émissions de carbone. Atteindre cet objectif nécessite de réduire considérablement l'utilisation des combustibles fossiles grâce à une transition vers une énergie propre.

Pour les dernières années 15, la démocratie est en déclin dans le monde entier. Pour protéger et promouvoir la liberté, les grandes démocraties doivent renforcer leurs économies et sauvegarder la liberté.

Ces deux objectifs ne s'excluent pas mais se complètent. La réduction de la dépendance aux combustibles fossiles et la transition vers des alternatives à faible émission de carbone rendent également les économies démocratiques plus durables. Les grandes démocraties devraient travailler ensemble pour atteindre ces deux objectifs.

Démocratie et écologisation sont liées

Les preuves pour 83 pays avancés, émergents et en développement indiquent que ces dernières années, les démocraties ont été plus disposées à adopter des politiques de relance verte, à réduire la dépendance aux combustibles fossiles et à réduire la sous-évaluation de ces combustibles (voir tableau).

Les pays qui ont pris des mesures pour verdir leur économie ces dernières années sont largement libres et démocratiques, tandis que ceux qui ne l'ont pas fait sont généralement moins libres et plus autocratiques.

Mais c'est parmi les économies les plus riches et les plus grandes du monde – le Groupe des 20 (G20) – que l'association entre liberté et écologisation est la plus frappante (voir figure). Les pays du G20 avec des droits politiques et des libertés civiles plus étendus ont également tendance à avoir des politiques et des économies plus vertes. En comparaison, les pays qui sont moins libres sont « marron ».

Cette relation entre démocratie et écologisation est importante, car ce qui se passe dans les économies du G20 a des implications importantes pour l'avenir de l'économie mondiale, y compris réduire le changement climatique et les autres risques environnementaux mondiaux.

Une transition vers une énergie propre menée par les grandes économies est essentiel pour atteindre zéro émission nette de carbone d'ici 2050, et tout retard de réalisation dans les années à venir pourrait rendre cet objectif inatteignable.

De plus, sacrifier de nouveaux progrès vers une économie à faible émission de carbone pourrait mettre les démocraties en péril économique, pas moins. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a remis l'accent sur cette faiblesse économique.

Une stratégie collective pour une transition verte

Pour que les États-Unis, l'UE et d'autres grandes démocraties réduisent leur vulnérabilité économique, ils doivent agir collectivement pour favoriser une transition verte. Une telle stratégie devrait comporter trois éléments clés.

Premièrement, les grandes démocraties devraient accepter de mettre fin à la sous-tarification des combustibles fossiles, qui est le principal facteur empêchant une transition énergétique propre. La sous-tarification associée à la production et à la combustion du charbon, du pétrole et du gaz s'est élevée à 5.9 billions de dollars de coûts économiques en 2020. Près d'un quart de ces pertes - 1.45 billion de dollars - se sont produites dans 48 grandes et petites démocraties.

Les principales démocraties du G20 devraient s'engager collectivement à supprimer progressivement les allégements fiscaux et fiscaux pour la production et la consommation de combustibles fossiles. Ils devraient également introduire progressivement une tarification plus efficace des combustibles fossiles par le biais de taxes ou de permis négociables pour couvrir les coûts de la pollution atmosphérique locale, du réchauffement climatique et d'autres dommages économiques.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Anne

Des psychopathes à part entière. La grande foule réinitialisée est la cause de toute « démocratie en déclin », qui est leur synonyme de liberté. La liberté ou la liberté sont des mots trop puissants pour que ces gens les utilisent lorsqu'ils parlent de ce qu'ils considèrent comme du surf. Ils utiliseront donc la démocratie pour désigner même les régimes fascistes ou communistes qu'ils favorisent. Le refroidissement global a dû être changé en réchauffement climatique après que les psychopathes aient découvert que la terre n'entrait pas dans une ère glaciaire après tout pour le moment. L'expression réchauffement climatique a dû être changée en changement climatique après que tous les glaciers n'ont pas fondu ; et tout... Lire la suite »