Le rapport du WEF sur les risques mondiaux 2022 imagine toutes les menaces critiques qui pèsent sur le monde

Peur et préjugés. Photo de Lee Jeffries
S'il vous plaît partager cette histoire!
Se cachant derrière la respectabilité de l'érudition, de la richesse et de la position, le WEF offre un assortiment de possibilités de propagande et de peur : inégalités vaccinales, fractures sociales. tensions géopolitiques, effondrement environnemental, catastrophe du réchauffement climatique, échec de la cybersécurité, désordre migratoire, guerre dans l'espace.

Tout cela a pour but de préparer le monde à la nécessité d'une « grande réinitialisation », alias la technocratie, qui facilitera le plus grand transfert de richesse de l'histoire du monde, conduisant à la prédiction souriante de Klaus Schwab : « Vous ne posséderez rien et serez heureux ». Comme conduire des animaux de zoo avec un aiguillon électrique, la peur est le principal outil pour effrayer les gens et les obliger à se soumettre et à se conformer de manière prévisible. Éditeur TN

Rapport sur les risques mondiaux 2022 : résumé exécutif

Au début de 2022, COVID-19 et ses conséquences économiques et sociétales continuent de représenter une menace critique pour le monde. L'inégalité des vaccins et une reprise économique inégale qui en résulte risquent d'aggraver les fractures sociales et les tensions géopolitiques. Dans les 52 pays les plus pauvres – qui abritent 20 % de la population mondiale – seulement 6 % de la population avait été vaccinée au moment de la rédaction. D'ici 2024, les économies en développement (à l'exclusion de la Chine) auront chuté de 5.5% en dessous de leur croissance du PIB attendue avant la pandémie, tandis que les économies avancées l'auront dépassée de 0.9%, creusant ainsi l'écart de revenu mondial.

La divergence mondiale qui en résultera créera des tensions - à l'intérieur et au-delà des frontières - qui risquent d'aggraver les impacts en cascade de la pandémie et de compliquer la coordination nécessaire pour relever les défis communs, notamment le renforcement de l'action climatique, l'amélioration de la sécurité numérique, la restauration des moyens de subsistance et de la cohésion sociétale et la gestion de la concurrence dans l'espace.

Les Rapport sur les risques globaux 2022 présente les résultats de la dernière enquête Global Risks Perception Survey (GRPS), suivis d'une analyse des principaux risques émanant des tensions économiques, sociétales, environnementales et technologiques actuelles. Le rapport se termine par des réflexions sur le renforcement de la résilience, tirant les leçons des deux dernières années de la pandémie de COVID-19. Les principaux résultats de l'enquête et de l'analyse sont résumés ci-dessous.

Les perceptions mondiales des risques mettent en lumière les préoccupations sociétales et environnementales

Interrogés sur les deux dernières années, les répondants au GRPS perçoivent les risques sociétaux – sous forme d'« érosion de la cohésion sociale », de « crises des moyens de subsistance » et de « détérioration de la santé mentale » – comme ceux qui se sont le plus aggravés depuis la pandémie a commencé. Seulement 16% des personnes interrogées se sentent positives et optimistes quant aux perspectives du monde, et seulement 11% pensent que la reprise mondiale va s'accélérer. La plupart des personnes interrogées s'attendent plutôt à ce que les trois prochaines années soient caractérisées soit par une volatilité constante et de multiples surprises, soit par des trajectoires fracturées qui sépareront les gagnants et les perdants relatifs.

Pour les cinq prochaines années, les personnes interrogées signalent à nouveau les risques sociétaux et environnementaux comme les plus préoccupants. Cependant, sur un horizon de 10 ans, la santé de la planète domine les préoccupations : les risques environnementaux sont perçus comme les cinq menaces à long terme les plus critiques pour le monde ainsi que les plus potentiellement dommageables pour les personnes et la planète, avec « l'action climatique défaillance », « conditions météorologiques extrêmes » et « perte de biodiversité » se classant parmi les trois principaux risques les plus graves. Les personnes interrogées ont également signalé les « crises de la dette » et les « affrontements géoéconomiques » parmi les risques les plus graves au cours des 10 prochaines années.

Les risques technologiques, tels que « l'inégalité numérique » et « l'échec de la cybersécurité », sont d'autres menaces critiques à court et à moyen terme pour le monde selon les répondants du GRPS, mais ceux-ci retombent dans le classement vers le long terme et aucun n'apparaît parmi les plus potentiellement sévère, signalant un possible angle mort dans la perception du risque.

Le GRPS 2021-2022 comprenait une question sur les efforts internationaux d'atténuation des risques. « L'intelligence artificielle », « l'exploitation de l'espace », « les cyberattaques transfrontalières et la désinformation » et « la migration et les réfugiés » sont les domaines où la plupart des personnes interrogées pensent que l'état actuel des efforts d'atténuation des risques est en deçà du défi, c'est-à-dire que les efforts sont « » pas démarré » ou en « développement précoce ». Pendant ce temps, pour la « facilitation des échanges », la « criminalité internationale » et les « armes de destruction massive », une large majorité a estimé que les efforts d'atténuation des risques étaient « établis » ou « efficaces ».

Une reprise économique divergente menace la collaboration sur les défis mondiaux

Les défis économiques découlant de la pandémie persistent. Les perspectives restent faibles : au moment de la rédaction, l'économie mondiale devrait être inférieure de 2.3% d'ici 2024 à ce qu'elle aurait été sans la pandémie. La hausse des prix des matières premières, l'inflation et la dette sont des risques émergents. De plus, avec un autre pic de cas de COVID-19 vers la fin de 2021, la pandémie continue d'étouffer la capacité des pays à faciliter une reprise durable.

Les retombées économiques de la pandémie s'ajoutent aux déséquilibres du marché du travail, au protectionnisme et aux écarts croissants dans le domaine du numérique, de l'éducation et des compétences qui risquent de diviser le monde en trajectoires divergentes. Dans certains pays, un déploiement rapide des vaccins, des transformations numériques réussies et de nouvelles opportunités de croissance pourraient signifier un retour aux tendances pré-pandémiques à court terme et la possibilité d'une perspective plus résiliente à plus long terme. Pourtant, de nombreux autres pays seront freinés par les faibles taux de vaccination, la pression continue et aiguë sur les systèmes de santé, les fractures numériques et la stagnation des marchés du travail. Ces divergences compliqueront la collaboration internationale nécessaire pour faire face à l'aggravation des impacts du changement climatique, gérer les flux migratoires et lutter contre les cyber-risques dangereux.

Les pressions intérieures à court terme empêcheront les gouvernements de se concentrer sur les priorités à long terme et limiteront le capital politique alloué aux préoccupations mondiales. « L'érosion de la cohésion sociale » est une menace majeure à court terme dans 31 pays, dont l'Argentine, la France, l'Allemagne, le Mexique et l'Afrique du Sud du G20. On s'attend maintenant à ce que les disparités qui défiaient déjà les sociétés se creusent - 51 millions de personnes supplémentaires devraient vivre dans l'extrême pauvreté par rapport à la tendance d'avant la pandémie - au risque d'accroître la polarisation et le ressentiment au sein des sociétés. Dans le même temps, les pressions intérieures risquent de renforcer les positions d'intérêt national et d'aggraver les fractures de l'économie mondiale, ce qui se fera au détriment de l'aide et de la coopération étrangères.

Une transition climatique désordonnée exacerbera les inégalités

Les répondants au GRPS classent « l'échec de l'action climatique » comme la principale menace à long terme pour le monde et le risque ayant potentiellement les impacts les plus graves au cours de la prochaine décennie. Le changement climatique se manifeste déjà rapidement sous la forme de sécheresses, d'incendies, d'inondations, de pénurie de ressources et de perte d'espèces, entre autres impacts. En 2020, plusieurs villes du monde ont connu des températures extrêmes jamais vues depuis des années, comme un record de 42.7 °C à Madrid et un minimum de -72 °C depuis 19 ans à Dallas, et des régions comme le cercle polaire arctique ont enregistré en moyenne l'été. températures supérieures de 10°C aux années précédentes. Les gouvernements, les entreprises et les sociétés sont confrontés à une pression croissante pour contrecarrer les pires conséquences. Pourtant, une transition climatique désordonnée caractérisée par des trajectoires divergentes dans le monde et entre les secteurs va encore séparer les pays et bifurquer les sociétés, créant des obstacles à la coopération.

Compte tenu de la complexité des changements technologiques, économiques et sociétaux à cette échelle et du caractère insuffisant des engagements actuels, il est probable que toute transition qui atteindra l'objectif net zéro d'ici 2050 sera désordonnée. Alors que les fermetures de COVID-19 ont vu une baisse mondiale des émissions de gaz à effet de serre (GES), les trajectoires à la hausse ont rapidement repris : le taux d'émission de GES a augmenté plus rapidement en 2020 que la moyenne de la dernière décennie. Les pays qui continuent de dépendre des secteurs à forte intensité de carbone risquent de perdre leur avantage concurrentiel en raison d'un coût du carbone plus élevé, d'une résilience réduite, d'un échec à suivre l'innovation technologique et d'un effet de levier limité dans les accords commerciaux. Pourtant, s'éloigner des industries à forte intensité de carbone, qui emploient actuellement des millions de travailleurs, déclenchera une volatilité économique, aggravera le chômage et augmentera les tensions sociétales et géopolitiques. L'adoption hâtive de politiques environnementales pourrait également avoir des conséquences inattendues pour la nature : il existe encore de nombreux risques inconnus liés au déploiement de technologies biotechniques et de géo-ingénierie non testées. Et des marchés verts mal réglementés pourraient créer des monopoles, tandis que le manque de soutien public pour les transitions d'utilisation des terres ou de nouveaux systèmes de tarification pourrait créer des complications politiques qui ralentiraient davantage l'action. Une transition qui ne tient pas compte des implications sociétales exacerbera les inégalités au sein et entre les pays, exacerbant les frictions géopolitiques.

La dépendance numérique croissante intensifiera les cybermenaces

La dépendance croissante aux systèmes numériques – intensifiée par COVID-19 – a modifié les sociétés. Au cours des 18 derniers mois, les industries ont subi une numérisation rapide, les travailleurs sont passés au travail à distance dans la mesure du possible et les plates-formes et appareils facilitant ce changement ont proliféré. Dans le même temps, les menaces de cybersécurité se multiplient (en 2020, les attaques de logiciels malveillants et de ransomwares ont augmenté de 358 % et 435 % respectivement) et dépassent la capacité des sociétés à les prévenir ou à y répondre efficacement. Des barrières à l'entrée plus faibles pour les acteurs de la cybermenace, des méthodes d'attaque plus agressives, une pénurie de professionnels de la cybersécurité et des mécanismes de gouvernance en patchwork aggravent le risque.

Les attaques contre les grands systèmes stratégiques auront des conséquences physiques en cascade dans toutes les sociétés, tandis que la prévention entraînera inévitablement des coûts plus élevés. Les risques intangibles, tels que la désinformation, la fraude et le manque de sécurité numérique, auront également un impact sur la confiance du public dans les systèmes numériques. Des cybermenaces plus importantes risquent également de séparer les États si les gouvernements continuent de suivre des voies unilatérales pour contrôler les risques. Alors que les attaques deviennent de plus en plus graves et ont un impact plus large, les tensions déjà vives entre les gouvernements touchés par la cybercriminalité et les gouvernements complices de leur commission augmenteront à mesure que la cybersécurité deviendra un autre point de divergence - plutôt que de coopération - entre les États-nations.

Les obstacles à la mobilité risquent d'aggraver l'insécurité mondiale

L'insécurité croissante résultant des difficultés économiques, l'intensification des impacts du changement climatique et l'instabilité politique obligent déjà des millions de personnes à quitter leur foyer à la recherche d'un avenir meilleur à l'étranger. La « migration involontaire » est une préoccupation majeure à long terme pour les répondants du GRPS, tandis que 60 % d'entre eux considèrent « la migration et les réfugiés » comme un domaine où les efforts internationaux d'atténuation n'ont « pas commencé » ou sont en « développement précoce ». En 2020, plus de 34 millions de personnes ont été déplacées à l'étranger dans le monde à cause des seuls conflits, un record historique. Cependant, dans de nombreux pays, les effets persistants de la pandémie, le protectionnisme économique accru et la nouvelle dynamique du marché du travail entraînent des barrières à l'entrée plus élevées pour les migrants qui pourraient chercher une opportunité ou un refuge.

Ces barrières plus élevées à la migration et leur effet d'entraînement sur les envois de fonds - une bouée de sauvetage essentielle pour certains pays en développement - risquent d'empêcher une voie potentielle vers la restauration des moyens de subsistance, le maintien de la stabilité politique et la réduction des écarts de revenus et de travail. Au moment d'écrire ces lignes, les États-Unis faisaient face à plus de 11 millions d'emplois non pourvus en général et l'Union européenne avait un déficit de 400,000 2021 chauffeurs rien que dans l'industrie du camionnage. Dans les cas les plus extrêmes, les crises humanitaires s'aggraveront car les groupes vulnérables n'ont d'autre choix que de se lancer dans des voyages plus dangereux. En 4,800, XNUMX XNUMX migrants, dont des familles et des enfants, ont péri ou ont disparu au cours du voyage. Les pressions migratoires exacerberont également les tensions internationales car elles sont de plus en plus utilisées comme instrument géopolitique. Les gouvernements des pays de destination devront gérer les relations diplomatiques et le scepticisme des immigrants parmi leurs populations.

Les opportunités dans l'espace pourraient être limitées par des frictions

Alors que les humains explorent l'espace depuis des décennies, ces dernières années ont été témoins d'une activité accrue, créant non seulement de nouvelles opportunités, mais signalant également un nouveau domaine de risque, en particulier avec la militarisation et l'armement croissants dans l'arène. Les nouveaux entrants sur le marché des satellites commerciaux perturbent l'influence traditionnelle des opérateurs historiques sur les biens communs spatiaux mondiaux dans la fourniture de services par satellite, notamment les communications liées à Internet. Un plus grand nombre et une plus grande diversité d'acteurs opérant dans l'espace pourraient générer des frictions si l'exploration et l'exploitation de l'espace ne sont pas gérées de manière responsable. Avec une gouvernance mondiale limitée et obsolète en place pour réguler l'espace aux côtés de politiques divergentes au niveau national, les risques s'intensifient.

L'une des conséquences de l'accélération de l'activité spatiale est un risque plus élevé de collisions, qui pourrait conduire à une prolifération de débris spatiaux et affecter les orbites qui hébergent les infrastructures des systèmes clés sur Terre, endommager de précieux équipements spatiaux ou déclencher des tensions internationales. Des outils de gouvernance limités augmentent la probabilité que l'activité spatiale intensifie les tensions géopolitiques, et les récents essais d'armes dans l'espace soulignent ces risques. Une activité spatiale accrue pourrait également entraîner des impacts environnementaux inconnus ou augmenter les coûts des biens publics tels que la surveillance météorologique ou la surveillance du changement climatique.

La deuxième année de la pandémie donne des informations sur la résilience

En 2021, les pays ont déployé de nouveaux mécanismes pour répondre à une crise de santé publique aux caractéristiques changeantes, conduisant à la fois à des succès et à des échecs. Deux facteurs interdépendants étaient essentiels pour une gestion efficace de la pandémie : premièrement, la volonté des gouvernements d'ajuster et de modifier les stratégies de riposte en fonction de l'évolution des circonstances ; et deuxièmement, leur capacité à maintenir la confiance de la société grâce à des décisions fondées sur des principes et à une communication efficace.

Réfléchir aux objectifs de résilience distincts des gouvernements, des entreprises et des communautés contribuera à garantir que les programmes sont alignés pour parvenir à une approche globale de la société pour lutter contre les risques critiques de toute nature. Pour les gouvernements, équilibrer les coûts, réglementer la résilience et ajuster les modalités de partage des données pour assurer une gestion de crise plus précise sont essentiels pour galvaniser une interaction plus forte entre les secteurs public et privé. Les entreprises, reconnaissant qu'une meilleure préparation au niveau national est essentielle pour planifier, investir et exécuter leurs stratégies, peuvent tirer parti des opportunités dans des domaines tels que les chaînes d'approvisionnement, les codes de conduite au sein de leur industrie et l'inclusion d'une dimension de résilience dans les offres d'avantages sociaux.

Les communautés peuvent aider les gouvernements locaux à se joindre aux efforts nationaux, à améliorer la communication et à soutenir les efforts de résilience à la base. Au niveau organisationnel, des stratégies telles que l'ancrage des analyses de résilience dans les principaux résultats de livraison, l'appréciation des vulnérabilités systémiques et l'adoption d'une diversité d'approches peuvent également aider les dirigeants à renforcer leur résilience.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

7 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire la suite : Le rapport du WEF sur les risques mondiaux 2022 imagine toutes les menaces critiques pour le monde […]

[…] Lire la suite : Le rapport du WEF sur les risques mondiaux 2022 imagine toutes les menaces critiques pour le monde […]

coronistan.blogspot.com

Il indique avant tout où ils seront actifs.

[…] 14 janvier 2022 Le rapport sur les risques mondiaux du WEF 2022 imagine toutes les menaces critiques pour le monde […]

[…] « RAPPORT SUR LES RISQUES MONDIAUX » DU FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL : Patrick Wood note : « Se cachant derrière la respectabilité de l'érudition, de la richesse et de la position, le WEF offre un […]

[…] Voir le message original ici : WEF Global Risks Report 2022 Imagines … – technocracy.news […]