Whitehead : L'essor du complexe industriel et sécuritaire

S'il vous plaît partager cette histoire!
Ce n'est pas la structure du gouvernement qui est le problème, mais les voyous et les criminels technocrates sans foi ni loi qui l'ont détourné à leurs propres fins, en la retournant contre les objectifs du peuple américain. Le mal qui en a résulté s'est propagé aux éléments les plus bas de la société. Éditeur TN

« Je vous le dis, la liberté et les droits de l'homme en Amérique sont voués à l'échec. Le gouvernement américain conduira le peuple américain – et l’Occident en général – dans un enfer insupportable et une vie étouffante. »—Oussama ben Laden (octobre 2001), tel que rapporté par CNN

Quelle route étrange et déchirante nous avons parcourue depuis le 11 septembre 2001, jonchée des débris de nos libertés jadis vantées. Nous sommes passés d'une nation qui était très fière d'être un modèle de démocratie représentative à un modèle sur la façon de persuader un peuple épris de liberté de marcher de pair avec un État policier.

Nos pertes s'accumulent de jour en jour.

Ce qui a commencé après le 9 septembre adoption du USA Patriot Act  a fait boule de neige dans l'éradication de toutes les garanties vitales contre les excès du gouvernement, la corruption et les abus.

L'acquiescement inconditionnel des citoyens à tout ce que le gouvernement veut faire en échange de la promesse fantôme de sûreté et de sécurité a résulté en une société où la nation a été enfermée dans une antithèse militarisée, mécanisée, hypersensible, légaliste, bien-pensante, pas de l'oie de tous les principes sur lesquels cette nation a été fondée.

Sur fond de surveillance gouvernementale, de police militarisée, de raids d'équipes SWAT, de confiscation d'avoirs, de domaine éminent, de surcriminalisation, de drones de surveillance armés, de scanners corporels, de fouilles et de fouilles, de violences policières et autres, tous sanctionnés par le Congrès , la Maison Blanche et les tribunaux—nos libertés constitutionnelles ont été régulièrement érodées, minées, érodées, rognées et généralement rejetées.

Les droits inscrits dans la Constitution, s'ils ne sont pas déjà éviscérés, sont sous assistance respiratoire.

Liberté d'expression, droit de manifester, droit de contester les actes répréhensibles du gouvernement, procédure régulière, présomption d'innocence, droit à la légitime défense, responsabilité et transparence au sein du gouvernement, vie privée, presse, souveraineté, assemblée, intégrité corporelle, gouvernement représentatif : tous ces éléments et bien d'autres sont devenus des victimes dans la guerre du gouvernement contre le peuple américain, une guerre qui s'est accentuée depuis le 9 septembre.

En effet, depuis que les tours sont tombées le 9 septembre, le gouvernement américain a constitué une plus grande menace pour nos libertés que n'importe quelle entité terroriste, extrémiste ou étrangère ne pourrait jamais le faire.

Alors que près de 3,000 9 personnes sont mortes dans les attentats du 11 septembre, le gouvernement américain et ses agents ont facilement tué au moins dix fois plus de civils aux États-Unis et à l'étranger depuis le 9 septembre par le biais de ses fusillades policières, des raids de l'équipe SWAT, des frappes de drones et des efforts axés sur le profit pour surveiller le monde, vendre des armes à des nations étrangères (qui tombent trop souvent entre les mains de terroristes) et fomenter des troubles civils afin de maintenir le complexe industriel de sécurité à l'emploi.

Le peuple américain a été traité comme des combattants ennemis, pour être espionné, traqué, scanné, fouillé, fouillé, soumis à toutes sortes d'intrusions, intimidé, envahi, pillé, malmené, censuré, réduit au silence, tiré sur, enfermé, nié en raison processus, et tué.

En nous laissant distraire par des exercices terroristes, des guerres étrangères, des avertissements codés par couleur, des blocages pandémiques et d'autres exercices soigneusement construits de propagande, de tours de passe-passe et d'obscurcissement, nous n'avons pas reconnu que le gouvernement américain - le gouvernement qui était censé être un « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », est devenu le ennemi des gens.

Considérez que la réponse du gouvernement à chaque problème a été PLUS gouvernement—aux frais des contribuables—et moins liberté individuelle.

Chaque crise, fabriquée ou non, depuis les débuts de la nation est devenue une opportunité de travail pour le gouvernement d'étendre sa portée et son pouvoir aux frais des contribuables tout en limitant nos libertés à chaque tournant : la Grande Dépression. Les guerres mondiales. Les attentats terroristes du 9 septembre. La pandémie de COVID-11.

Vue sous cet angle, l'histoire des États-Unis témoigne du vieil adage selon lequel la liberté diminue à mesure que le gouvernement (et la bureaucratie gouvernementale) se développe. Ou, pour le dire autrement, à mesure que le gouvernement s'étend, la liberté se contracte.

C'est ainsi que fonctionne l'état d'urgence, après tout, et nous devons le savoir : après tout, nous avons passé les 20 dernières années en état d'urgence.

Du 9 septembre au COVID-11, « nous, le peuple », avons joué le rôle des victimes impuissantes et crédules qui ont désespérément besoin que le gouvernement nous sauve de tout danger qui menace. À son tour, le gouvernement a été trop accommodant et désireux tout en élargissant son pouvoir et son autorité au nom de la sécurité nationale.

C'est un gouvernement qui est devenu tellement corrompu, avide, avide de pouvoir et tyrannique au cours des 240 dernières années que notre république constitutionnelle a depuis cédé la place à idiocratieet le gouvernement représentatif a cédé la place à un kleptocratie (un gouvernement gouverné par des voleurs) et un kakistocratie (un gouvernement dirigé par des politiciens, des entreprises et des voleurs sans scrupules, qui exercent les pires vices de notre nature et qui respecte peu les droits des citoyens américains).

En réalité, cela équivaut à une guerre contre le peuple américain, menée sur le sol américain, financée avec l'argent des contribuables et menée avec une détermination résolue à utiliser les crises nationales, fabriquées ou non, afin de transformer la patrie américaine en champ de bataille. .

En effet, la (mauvaise) gestion par le gouvernement de divers états d'urgence au cours des 20 dernières années a engendré un complexe industriel et sécuritaire massif comme on n'en a jamais vu auparavant. Selon le National Priorities Project du progressiste Institute for Policy Studies, depuis le 9 septembre, les États-Unis ont dépensé 21 XNUMX milliards de dollars pour « la militarisation, la surveillance et la répression ».

De toute évidence, ce gouvernement n'est pas un ami de la liberté.

Il s'agit plutôt d'un gouvernement qui, de concert avec ses partenaires commerciaux, considère les citoyens comme consommateurs et bits de données être achetés, vendus et échangés.

C'est un gouvernement qui espionne et traite ses gens comme s'ils n'avaient aucun droit à la vie privée, en particulier dans leur propre foyer alors que la liberté d'être humain est en train de s'effacer.

C'est un gouvernement qui prépare le terrain pour militariser les données biomédicales du public comme un moyen pratique de pénaliser certains comportements sociaux « inacceptables ». Incroyablement, une nouvelle agence gouvernementale HARPA (un homologue de la santé du bras de recherche et développement du Pentagone DARPA) prendra la tête de identifier et cibler les « signes » de maladie mentale ou de penchants violents parmi la population en utilisant l'intelligence artificielle pour collecter des données d'Apple Watches, Fitbits, Amazon Echo et Google Home.

Il s'agit d'un gouvernement qui pratique régulièrement la taxation sans représentation, dont les élus font pression pour que nos votes ne soient ignorez-nous une fois élus.

C'est un gouvernement composé de petits bureaucrates, des justiciers se faisant passer pour des flics, et des techniciens sans visage.

C'est un gouvernement qui oblige les contribuables à financer des programmes gouvernementaux dont le seul but est d'augmenter le pouvoir et la richesse de l'élite patronale.

C'est un gouvernement - un empire en guerre - qui oblige ses contribuables à payer pour des guerres à l'étranger qui servent pas d'autre but que d'étendre la portée du complexe militaro-industriel.

C'est un gouvernement qui soumet son peuple à scans, fouilles, fouilles et autres indignités par la TSA et Raids VIPR sur des cibles dites «souples» comme les centres commerciaux et les dépôts de bus par des sosies de Darth Vader vêtus de noir.

C'est un gouvernement qui utilise centres de fusion, qui représentent les efforts de surveillance combinés des forces de l'ordre fédérales, étatiques et locales, pour suivre les mouvements, enregistrez leurs conversations et cataloguez leurs transactions.

Il s'agit d'un gouvernement dont la surveillance de bout en bout a donné naissance à une société suspecte dans laquelle la charge de la preuve a été renversée de telle sorte que les Américains sont désormais présumés coupables jusqu'à ce qu'ils puissent prouver leur innocence ou à moins qu'ils ne puissent prouver leur innocence.

C'est un gouvernement qui traite son peuple comme des citoyens de seconde zone qui n'ont aucun droit et qui fait des heures supplémentaires pour stigmatiser et déshumaniser tous ceux qui ne correspondent pas aux plans du gouvernement pour ce pays.

C'est un gouvernement qui utilise zones de liberté d'expression, zones de bulles itinérantes et lois sur les intrusions faire taire, censurer et marginaliser les Américains et restreindre leur droit au premier amendement de dire la vérité au pouvoir.

C'est un gouvernement qui persiste à renouveler la Loi sur l'autorisation de la défense nationale (NDAA), qui permet au président et à l'armée d'arrêter et de détenir indéfiniment des citoyens américains sur la base de l'avis du gouvernement.

C'est un gouvernement qui nous a collés avec le Patriot Act, qui a ouvert la porte à toutes sortes d'abus et d'intrusions du gouvernement dans notre vie privée.

C'est un gouvernement qui, en opposition directe aux terribles avertissements de ceux qui ont fondé notre pays, a permis au Département de la sécurité intérieure (DHS) d'établir un armée permanente au moyen de programmes qui transférer le matériel militaire excédentaire à la police locale et d'État.

C'est un gouvernement qui a militarisé la police intérieure américaine, en la dotant d'armes militaires telles que «des dizaines de milliers de mitrailleuses; près de 200,000 XNUMX magasins de munitions ; un million de balles à pointe creuse ; des milliers de pièces d'équipement de camouflage et de vision nocturne ; et des centaines de silencieux, de voitures blindées et d'avions », en plus des véhicules blindés, des canons sonores et autres.

C'est un gouvernement qui a fourni une couverture aux policiers lorsqu'ils tirent et tuent des individus non armés simplement pour se tenir d'une certaine manière, ou bouger d'une certaine manière, ou tenir quelque chose - quoi que ce soit - que la police pourrait interpréter à tort comme une arme à feu, ou allumer une gâchette. une peur centrée dans l'esprit d'un policier qui n'a rien à voir avec une menace réelle pour sa sécurité.

Il s'agit d'un gouvernement qui a créé une zone sans Constitution à moins de 100 miles à l'intérieur des terres de la frontière autour des États-Unis, ouvrant la voie aux agents de la patrouille frontalière. pour fouiller les maisons des gens, sonder intimement leurs corps et fouiller dans leurs effets personnels, le tout sans mandat. Presque 66% des Américains (2/3 de la population américaine, 197.4 millions de personnes) vivent maintenant dans cette zone sans Constitution de 100 km de profondeur.

C'est un gouvernement qui traite les élèves des écoles publiques comme s'ils étaient des détenus, appliquer des politiques de tolérance zéro qui criminaliser le comportement enfantin, et les endoctriner avec un enseignement qui met l'accent sur la mémorisation par cœur et la prise de tests plutôt que sur l'apprentissage, la synthèse et la pensée critique.

C'est un gouvernement qui opère dans le négatif sur tous les fronts: il dépense beaucoup plus que ce qu'il gagne (et prend aux contribuables américains) et il emprunte beaucoup (des gouvernements étrangers et de la sécurité sociale) de maintenir le gouvernement en activité et de financer ses guerres sans fin à l'étranger. Dans le même temps, l'infrastructure du pays, à savoir les chemins de fer, les canalisations d'eau, les ports, les barrages, les ponts, les aéroports et les routes, est négligée. se détériorant rapidement.

Il s'agit d'un gouvernement qui a autorisé les services de police à réaliser des bénéfices aux dépens de ceux qu'ils ont juré de protéger grâce à l'utilisation de lois sur la confiscation d'actifs, de radars et de caméras aux feux rouges.

Il s'agit d'un gouvernement dont la violence armée - infligée à des individus non armés par des équipes SWAT formées sur le champ de bataille, une police militarisée et des agents bureaucratiques du gouvernement formés pour tirer en premier et poser des questions plus tard -représente une plus grande menace pour la sûreté et la sécurité de la nation que n'importe quel tireur de masse. Il y aurait maintenant plus d'agents gouvernementaux bureaucratiques (non militaires) armés d'armes mortelles de haute technologie que les Marines américains.

C'est un gouvernement qui a permis à la présidence de devenir une dictature opérant au-delà de la loi, quel que soit le parti au pouvoir.

C'est un gouvernement qui traite les dissidents, les lanceurs d'alerte et les combattants de la liberté comme des ennemis de l'État.

C'est un gouvernement qui, au cours des dernières décennies, a déclenché des horreurs indicibles sur le monde - y compris ses propres citoyens - au nom de la conquête mondiale, de l'acquisition de plus grandes richesses, de l'expérimentation scientifique et des progrès technologiques, le tout sous le couvert du bien commun. .

C'est un gouvernement qui permet à ses agents d'enfreindre les lois avec immunité pendant que les Américains moyens se font jeter le livre sur eux.

C'est un gouvernement qui parle dans un langage de force. Quel est ce langage de la force? Police militarisée. Escouades anti-émeute. Équipement de camouflage. Uniformes noirs. Véhicules blindés. Arrestations massives. Spray au poivre. Gaz lacrymogène. Des matraques. Fouilles à nu. Caméras de surveillance. Gilets en Kevlar. Les drones. Armes mortelles. Des armes moins que létales déclenchées avec une force mortelle. Des balles en caoutchouc. Canons à eau. Grenades assourdissantes. Arrestations de journalistes. Tactiques de contrôle des foules. Tactiques d'intimidation. Brutalité. Outrage aux accusations de flic.

C'est un gouvernement qui justifie toutes sortes de tyrannies gouvernementales et de prises de pouvoir au nom de la sécurité nationale, des crises nationales et des urgences nationales.

C'est un gouvernement qui exporte la violence dans le monde entier, l'une des exportations les plus rentables de ce pays étant les armes. En effet, les États-Unis, le le plus grand exportateur d'armes au monde, a vendu de la violence au monde afin de soutenir le complexe militaro-industriel et de maintenir ses guerres sans fin à l'étranger.

Il s’agit d’un gouvernement qui se préoccupe de retirer le moindre centime de la population et qui ne semble pas se soucier de savoir si les libertés essentielles sont bafouées dans le processus.

Il s'agit d'un gouvernement qui sape régulièrement la Constitution et bafoue les droits des citoyens, éviscérant les libertés individuelles afin que ses propres pouvoirs puissent être étendus.

C'est un gouvernement qui croit qu'il a le pouvoir de fouiller, saisir, dépouiller, scanner, espionner, sonder, tapoter, taser et arrêter tous individu à tous le temps et pour le le moindre provocation, la Constitution soit damnée.

En d'autres termes, comme je le précise dans mon livre Battlefield America: La guerre contre le peuple américain et dans son pendant fictif Les journaux d'Erik Blair, ce n'est pas un gouvernement qui croit, et encore moins qui défend, la liberté.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteure

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S’abonner
Notifier de
invité
1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Reconstruire Botter

L'autorité financière que les nations souveraines ont pour contrôler et émettre leurs propres monnaies comme une banque et créer une classe moyenne saine est la raison même pour laquelle il y a une grande tentative de réinitialisation par les banques centrales/méga sociétés pour créer un monde post-État-nation, qui serait contrôlé via la monnaie numérique et les passeports vaccinaux. Plus de partage du pouvoir financier. Malheureusement, il semble que « taxer les riches » AOC soit obsédé par l'idée de Mme Thatcher selon laquelle les impôts financent les dépenses même s'ils ne le font pas. Pire encore, elle promeut l'idée que nous dépendons des riches pour nos services publics lorsque... Lire la suite »