Whitehead : Le gouvernement américain mène une guerre psychologique contre la nation, militarisant tout

S'il vous plaît partager cette histoire!
Un certain marqueur de la guerre est la présence et l'utilisation de la guerre psychologique pour confondre et dominer l'ennemi. Il est regrettable que nous ayons été déclarés l'ennemi et qu'une guerre psychologique rampante soit dirigée contre nous à chaque nouveau barrage de propagande. La technocratie s'est définie comme "la science de l'ingénierie sociale" dès 1938. ⁃ TN Editor

"Vous êtes-vous déjà demandé qui tire les ficelles ? 

… Tout ce que nous touchons est une arme. Nous pouvons tromper, persuader, changer, influencer, inspirer. Nous venons sous plusieurs formes. Nous sommes partout."- Vidéo de recrutement des opérations psychologiques de l'armée américaine

Le gouvernement américain mène guerre psychologique sur le peuple américain.

Non, ce n'est pas une théorie du complot.

Guerre psychologique, selon la Rand Corporation, "implique l'utilisation planifiée de la propagande et d'autres opérations psychologiques pour influencer les opinions, les émotions, les attitudes et le comportement des groupes d'opposition".

Pour les années maintenant, le gouvernement bombarde les citoyens avec des campagnes de propagande et des opérations psychologiques visant à nous maintenir conformes, facilement contrôlables et à soutenir les divers efforts de l'État policier à l'étranger et au pays.

Le gouvernement est tellement confiant dans ses pouvoirs orwelliens de manipulation qu'il en vient à s'en vanter. Tout récemment, par exemple, le 4e groupe d'opérations psychologiques de l'armée américaine, la branche de l'armée chargée de guerre psychologique, a publié un recrutement vidéo qui vante ses efforts pour tirer les ficelles, transformer tout ce qu'ils touchent en arme, être partout, tromper, persuader, changer, influencer et inspirer.

C'est le danger qui se cache à la vue de tous.

Parmi les nombreuses armes du vaste arsenal du gouvernement, la guerre psychologique est peut-être la plus dévastatrice en termes de conséquences à long terme.

Comme le journal militaire Tâche et but explique:La guerre psychologique consiste à influencer les gouvernements, les personnes au pouvoir et les citoyens ordinaires... Les principales missions des soldats PSYOP sont d'influencer "les émotions, les avis, le raisonnement et le comportement des gouvernements et des citoyens étrangers", de "tromper délibérément" les forces ennemies, de conseiller les gouvernements et de fournir des communications pour les secours en cas de catastrophe et les efforts de sauvetage.

Pourtant, ne vous laissez pas berner en pensant que ces campagnes de psyops (opérations psychologiques) ne visent que des ennemis étrangers. Le gouvernement a clairement indiqué en paroles et en actes que "nous, le peuple", sommes des ennemis nationaux qui doivent être ciblés, suivis, manipulés, microgérés, surveillés, considérés comme des suspects et traités comme si nos droits fondamentaux n'étaient que de simples privilèges pouvant être facilement ignorés.

Aidé et encouragé par les progrès technologiques et l'expérimentation scientifique, le gouvernement a soumis le peuple américain à "propagande de la tarte aux pommes» pendant la plus grande partie du siècle dernier.

Considérez quelques-unes des façons dont le gouvernement continue de payer guerre psychologique sur une population peu méfiante.

Armer la violence. Avec une régularité alarmante, la nation continue d'être soumise à des vagues de violence qui terrorisent le public, déstabilisent l'écosystème du pays et donnent au gouvernement de plus grandes justifications pour réprimer, verrouiller et instituer des politiques encore plus autoritaires dans le soi-disant souci de sécurité nationale sans beaucoup d'objections de la part des citoyens.

Surveillance militarisée, campagnes pré-crime et pré-pensées. La surveillance, le harcèlement numérique et l'exploration de données du peuple américain s'ajoutent à une société dans laquelle il y a peu de place pour les indiscrétions, les imperfections ou les actes d'indépendance. Lorsque le gouvernement voit tout et sait tout et dispose d'une abondance de lois pour faire du citoyen le plus honnête un criminel et un hors-la-loi, alors le vieil adage selon lequel vous n'avez rien à craindre si vous n'avez rien à cacher n'est plus s'applique. Ajoutez des programmes pré-crime dans le mélange avec des agences gouvernementales et des sociétés travaillant en tandem pour déterminer qui est un défaillances danger et tourner une toile d'araignée collante de évaluations de la menace, avertissements de détection comportementale, «mots» signalés et rapports d'activité «suspects» à l'aide des yeux et des oreilles automatisés, médias sociaux, logiciel de détection du comportement, et des espions citoyens, et vous avez les ingrédients d'un cauchemar dystopique parfait. La guerre contre le crime menée par le gouvernement a maintenant dévié dans le domaine des médias sociaux et du piège technologique, avec des agents du gouvernement adoptant de fausses identités sur les réseaux sociaux et des photos de profil créées par l'IA afin de surveiller, cibler et capturer les suspects potentiels.

Armer les monnaies numériques, les scores des médias sociaux et la censure. Les géants de la technologie, en collaboration avec le gouvernement, ont imposé leur propre version de la justice sociale par le biais de la tyrannie numérique et de la censure des entreprises, muselant qui ils veulent, quand ils veulent, sous le prétexte qu'ils veulent en l'absence de toute véritable procédure régulière, révision ou appel. Malheureusement, la censure numérique n'est que le début. Les monnaies numériques (qui peuvent être utilisées comme "un outil de surveillance gouvernementale des citoyens et de contrôle de leurs transactions financières"), combinés aux scores des médias sociaux et au capitalisme de surveillance, créent un test décisif pour déterminer qui est assez digne de faire partie de la société et punir les individus pour manquements à la morale et les transgressions sociales (et récompensez-les pour avoir adhéré au comportement sanctionné par le gouvernement). En Chine, des millions d'individus et d'entreprises, classés sur la liste noire comme "indignes" sur la base des cotes de crédit des médias sociaux qui les notent en fonction de leur statut de "bons" citoyens, ont été interdiction d'accéder aux marchés financiers, d'acheter de l'immobilier ou de voyager en avion ou en train.

Conformité militarisée. Même la loi ou le programme gouvernemental le mieux intentionné peut être – et a été – perverti, corrompu et utilisé à des fins illégitimes une fois que le profit et le pouvoir sont ajoutés à l'équation. La guerre contre le terrorisme, la guerre contre la drogue, la guerre contre le COVID-19, la guerre contre l'immigration clandestine, les programmes de confiscation des avoirs, les programmes de sécurité routière, les programmes de sécurité scolaire, domaine éminent : tous ces programmes ont commencé comme des réponses légitimes à des préoccupations urgentes et sont depuis devenus des armes de conformité et de contrôle entre les mains de l'État policier.

Divertissement militarisé. Au cours du siècle dernier, le bureau des médias de divertissement du ministère de la Défense a fourni à Hollywood du matériel, du personnel et une expertise technique aux frais des contribuables. En échange, le complexe militaro-industriel s'est un rôle principal dans des blockbusters tels que Top Gun et sa suite redémarrée Top Gun: Maverick, qui se traduit par de la publicité gratuite pour les faucons de guerre, le recrutement de fantassins pour l'empire militaire, la ferveur patriotique des contribuables qui doivent payer la facture des guerres sans fin de la nation et les visionnaires d'Hollywood travaillant à produire des thrillers dystopiques qui donnent à la machine de guerre une apparence pertinente, héroïque et nécessaire. Comme l'a observé Elmer Davis, un diffuseur de CBS qui a été nommé à la tête de l'Office of War Information, "Le moyen le plus simple d'injecter une idée de propagande dans l'esprit de la plupart des gens est de la laisser passer par le biais d'une image de divertissement. quand ils ne se rendent pas compte qu'ils font l'objet d'une propagande.

Armer la science du comportement et le coup de pouce. Outre les dangers manifestes posés par un gouvernement qui se sent justifié et autorisé à espionner son peuple et à utiliser son arsenal d'armes et de technologies sans cesse grandissant pour le surveiller et le contrôler, il existe également les dangers cachés associés à un gouvernement habilité à les utiliser technologies pour influencer les comportements massivement et contrôler la population. En fait, c'est le président Obama qui a émis un décret ordonnant aux agences fédérales d'utiliser des méthodes de «science comportementale» pour minimiser la bureaucratie et influencer la façon dont les gens réagissent aux programmes gouvernementaux. C'est un court saut, un saut et un saut d'un programme comportemental qui tente d'influencer la façon dont les gens réagissent à la paperasserie à un programme gouvernemental qui tente de façonner l'opinion du public sur d'autres questions plus importantes. Ainsi, de plus en plus, les gouvernements du monde entier—y compris aux États-Unis— comptent sur des « unités de poussée » pour orienter les citoyens dans la direction que les pouvoirs en place veulent qu'ils aillent, tout en préservant l'apparence du libre arbitre.

Des campagnes de désensibilisation militarisantes visant à nous endormir dans un faux sentiment de sécurité. Les événements de ces dernières années - la surveillance invasive, les rapports sur l'extrémisme, les troubles civils, les manifestations, les fusillades, les bombardements, les exercices militaires et les exercices de tir actifs, les confinements, les alertes codées par couleur et les évaluations des menaces, les centres de fusion , la transformation de la police locale en extensions de l'armée, la distribution d'équipements et d'armes militaires aux forces de police locales, les bases de données gouvernementales contenant les noms des dissidents et des fauteurs de troubles potentiels - ont conspiré pour acclimater la population à accepter un État policier de son plein gré, même avec gratitude.

Armer la peur et la paranoïa. Le langage de la peur est parlé efficacement par les politiciens des deux côtés de l'allée, crié par les experts des médias depuis leurs chaires de télévision par câble, commercialisé par les entreprises et codifié dans des lois bureaucratiques qui ne font pas grand-chose pour rendre nos vies plus sûres ou plus sûres. La peur, comme le montre l'histoire, est la méthode la plus souvent utilisée par les politiciens pour accroître le pouvoir du gouvernement et contrôler une population, en divisant le peuple en factions et en le persuadant de se considérer comme l'ennemi. Ce stratagème machiavélique a tellement pris au piège la nation que peu d'Américains se rendent même compte qu'ils sont manipulés pour adopter un état d'esprit «nous» contre «eux». Au lieu de cela, alimentés par la peur et le dégoût pour les opposants fantômes, ils acceptent de verser des millions de dollars et de ressources dans les élections politiques, la police militarisée, la technologie d'espionnage et les guerres sans fin, dans l'espoir d'une garantie de sécurité qui ne vient jamais. Pendant tout ce temps, ceux qui sont au pouvoir – achetés et payés par des lobbyistes et des entreprises – font avancer leurs programmes coûteux, et « nous les ventouses » sommes aux prises avec les factures fiscales et soumis à des palpations, des descentes de police et une surveillance XNUMX heures sur XNUMX. .

Armer la génétique. Non seulement la peur graisse les rouages ​​de la transition vers le fascisme en cultivant des citoyens craintifs, contrôlés, pacifiés et intimidés, mais elle s'intègre également dans notre ADN même afin que nous transmettions notre peur et notre conformité à notre progéniture. C'est ce qu'on appelle l'héritage épigénétique, la transmission par l'ADN d'expériences traumatisantes. Par exemple, les neuroscientifiques ont observé que la peur peut traverser des générations d'ADN de souris. Comme Washington Post rapports, "Des études sur les humains suggèrent que les enfants et les petits-enfants ont peut-être ressenti l'impact épigénétique de tels événements traumatisants tels que la famine, l'Holocauste et les attentats terroristes du 11 septembre 2001."

Armer le futur. De plus en plus fréquemment, le gouvernement a émis des avertissements sur le besoin urgent de se préparer à l'avenir dystopique qui nous attend. Par exemple, le Pentagone vidéo de formation»Mégapoles : avenir urbain, la complexité émergente», prédit que d'ici 2030 (par coïncidence, la même année que la société commence à atteindre la singularité avec le métaverse), les militaires seraient appelés à utiliser les forces armées pour résoudre de futurs problèmes politiques et sociaux intérieurs. Ce dont ils parlent vraiment, c'est de la loi martiale, présentée comme une préoccupation bien intentionnée et primordiale pour la sécurité de la nation. La vidéo de formation effrayante de cinq minutes brosse un tableau inquiétant de l'avenir tourmenté par les « réseaux criminels », les « infrastructures inférieures aux normes », les « tensions religieuses et ethniques », « l'appauvrissement, les bidonvilles », les « décharges à ciel ouvert, les égouts surchargés », un « une masse croissante de chômeurs » et un paysage urbain dans lequel l'élite économique prospère doit être protégée de l'appauvrissement des démunis. « Nous, le peuple », sommes les démunis.

L'objectif final de ces campagnes de contrôle de l'esprit – présentées sous l'apparence du plus grand bien – est de voir jusqu'où le peuple américain permettra au gouvernement d'aller pour remodeler le pays à l'image d'un État policier totalitaire.

Les faits parlent d'eux mêmes.

Quoi qu'il en soit - un danger, une menace, une menace - le gouvernement américain ne veille certainement pas à nos meilleurs intérêts et n'est en aucune façon un ami de la liberté.

Lorsque le gouvernement se considère comme supérieur aux citoyens, lorsqu'il n'agit plus au profit du peuple, lorsque le peuple n'est plus en mesure de réformer pacifiquement son gouvernement, lorsque les responsables gouvernementaux cessent d'agir comme des fonctionnaires, lorsque les élus ne ne représentent plus la volonté du peuple, lorsque le gouvernement viole régulièrement les droits du peuple et commet plus de violence contre les citoyens que contre la classe criminelle, lorsque les dépenses du gouvernement ne sont pas imputables et ne sont pas comptabilisées, lorsque le pouvoir judiciaire agit comme des tribunaux d'ordre plutôt que de justice , et quand le gouvernement n'est plus lié par les lois de la Constitution, alors vous n'avez plus de gouvernement « du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Ce que nous avons est un gouvernement des loups.

Nos dos sont contre le mur proverbial.

« Nous, le peuple » – qui pensons, qui raisonnons, qui prenons position, qui résistons, qui exigeons d'être traités avec dignité et attention, qui croyons en la liberté et la justice pour tous – sommes devenus des citoyens sous-estimés d'un État totalitaire qui considère les gens comme consommables une fois qu'ils ont dépassé leur utilité pour l'État.

Préparez-vous.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
7 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Posté le il y a 2 minutes par ÉVÉNEMENTS EN COURS […]

Luther

Il s'agit d'une attaque monumentale contre le peuple du pays, ce qui est la principale raison pour laquelle George Soros a investi autant d'argent pour que tout cela se produise. L'élite n'a qu'un but et c'est l'esclavage mental pour les masses sanglantes. Une fois que le public pourra en sortir la tête et voir ce programme pour ce qu'il est, et qui est derrière tout cela !

J.Robert

Cf le livre Three Felonies a Day de l'avocat Harvey Silverglate, où il postule que chacun de nous commet 3 crimes chaque jour. «Chaque citoyen soviétique a commis au moins trois crimes par jour, car les lois pénales étaient rédigées de manière si large qu'elles couvraient les activités quotidiennes ordinaires. Le Parti communiste a décidé qui poursuivre parmi les millions de criminels possibles. D'autre part, « les lois sont faites pour les hommes de compréhension ordinaire et doivent donc être interprétées selon les règles ordinaires du bon sens. Leur sens n'est pas à chercher dans des subtilités métaphysiques qui peuvent faire que n'importe quoi signifie tout... Lire la suite »

Emil

En ce qui concerne la censure par les grandes entreprises, je ne vois pas pourquoi le premier amendement protégeant la parole politique ne leur serait pas appliqué ? D'une part, j'imagine que la plupart de ces sociétés géantes qui gèrent les réseaux sociaux prennent le financement du gouvernement d'une manière ou d'une autre, même indirectement. De plus, ils sont devenus si omniprésents qu'ils remplissent pratiquement une fonction publique et pour cette raison, les protections du premier amendement devraient leur être appliquées tout comme elles sont appliquées au gouvernement et à ses agents. C'est ridicule que vous ne puissiez littéralement rien dire qui s'écarte du courant dominant... Lire la suite »

Elle

Bon article. Ce sont des faits malades et désordonnés de la vie sur la planète Terre.

Merci d'avoir répertorié la militarisation, individuellement. Il aide les dormeurs lorsqu'ils commencent à se réveiller et à rechercher de vraies informations. Tout est au même endroit pour eux.

[…] Source Technocracy News juin […]