L'OMS forcée de reculer humiliant sur la prise de contrôle de la santé mondiale

S'il vous plaît partager cette histoire!
Alors que les technocrates cherchent à conquérir le monde, de nombreux dirigeants nationaux font marche arrière, notamment ceux de l'hémisphère sud. Cela met en lumière l'échec total du Développement Durable qui promettait de redonner aux pays du Sud la prospérité économique. Au lieu de cela, ils ont été pillé deux fois plus qu'avant. ⁃ Éditeur TN

Comme la plupart d'entre vous le savent, l'Assemblée mondiale de la santé a passé les 7 derniers jours à examiner les 13 amendements controversés de Biden au Règlement sanitaire international.

Les délégués officiels de pays développés riches comme l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis se sont prononcés en faveur des amendements et ont exhorté les autres États à se joindre à eux pour renoncer à la souveraineté de leur pays.

Le premier signe, cependant, que les choses pourraient ne pas aller dans le sens des mondialistes, est venu le mercredi 25 mai, qui s'est avéré être aussi la Journée de l'Afrique.

Le Botswana a lu une déclaration au nom de ses 47 membres de l'AFRO, disant qu'ils retiendraient collectivement leur soutien aux « réformes », ce qui préoccupe beaucoup de nombreux membres africains.

Plusieurs autres pays ont également déclaré qu'ils avaient des réserves sur les changements et qu'ils ne les soutiendraient pas non plus.

Il s'agit notamment du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine, de l'Afrique du Sud, de l'Iran et de la Malaisie. Le Brésil en particulier a déclaré qu'il quitterait complètement l'OMS, plutôt que de permettre à sa population d'être soumise aux nouveaux amendements.

En fin de compte, l'OMS et ses partisans de la nation riche ont été contraints de reculer.

Ils n'ont pas baissé les bras, loin de là. Au lieu de cela, ils ont fait ce qu'ils font toujours et ont « pivoté ».

À leur demande, un nouveau groupe de travail a été convoqué pour faire des "recommandations techniques sur les amendements proposés" qui seront à nouveau soumis avec le Traité sur la pandémie, lors de la 77e Assemblée de la Santé en 2024.

Il y a également eu beaucoup de résistance de la part des républicains aux États-Unis, un certain nombre d'entre eux introduisant de nouveaux projets de loi donnant au Congrès/Sénat américain le pouvoir d'annuler tout mandat ou directive de l'OMS émis dans le cadre de tout accord international.

L'un, intitulé "Pas de traité de préparation à la pandémie de l'OMS sans l'approbation du Sénat", compte 15 co-sponsors et a été présenté au Sénat jeudi par le sénateur républicain Ron Johnson, qui a déclaré que "la souveraineté des États-Unis n'est pas négociable".

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

6 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Su Zaner

Nous allons, de bonnes nouvelles pour un changement! On dirait que le Brésil a ses priorités.

Elle

OUI!!!!! Quelques bonnes nouvelles. Apparemment, les élitistes mondiaux effrayants pensaient qu'ils pouvaient tenir le monde entier en otage sans dire un mot. MERCI À TOUS LES AUTRES PAYS DE SE TENIR CONTRE LE RÉGIME BIDEN !!! Le régime de Biden et les pays occidentaux malades qui signent pour ces mishegas ne sont qu'un groupe d'aspirants fascistes léchant les bottes d'animaux comme Schwab et ses porte-parole malades qui se battent pour leurs seigneurs et l'architecture orchestrée de leur vision du monde malade. Pas plus tard qu'hier, des informations que je sais être résolument factuelles, car la personne qui les a fournies m'a été communiquée. La déclaration... Lire la suite »

Dernière modification il y a 7 mois par Elle

[…] Lire la suite: L'OMS forcée à reculer humiliant […]

[…] L'OMS contrainte à un recul humiliant sur la prise de contrôle de la santé mondiale […]

Je suis doux

Quelques bonnes nouvelles pour changer. J'aurais pu savoir que l'Australie le voudrait. Bon sur le reste du monde qui peut voir à travers le BS.🙏🏻