Forum économique mondial: Les médias sociaux constituent la plus grande menace pour la démocratie

Flux de médias sociauxWikipedia Commons
S'il vous plaît partager cette histoire!

L’élite mondiale du WEF à vocation technocrate est préoccupée par les médias sociaux, car ils ont produit des résultats différents de ceux prédéterminés.  Éditeur TN

Au cours des deux dernières décennies, Internet a tissé des liens sans précédent avec la société civile, propulsant l'action collective vers un niveau d'autonomie des citoyens radicalement nouveau.

La démocratie est maintenant non seulement rarement exercée aux urnes, mais elle est vécue et expérimentée en ligne au quotidien.

L’effet de démocratisation de l’Internet et de son impact émancipateur sur les groupes sous-représentés et marginalisés vivant sous des régimes autoritaires a été largement valorisé, car il nourrit une sphère publique en réseau qui constitue une alternative indépendante à des environnements médiatiques étroitement contrôlés.

Selon Harvard Yochai Benkler, cette sphère publique en réseau permet de définir un ordre du jour ascendant, un accès universel à l’information et à l’abri de toute ingérence gouvernementale. Benkler Explique: «Les différents formats de la sphère publique en réseau offrent à toute personne un moyen de s’exprimer, d’enquêter, d’enquêter, sans avoir besoin d’avoir accès aux ressources d’un grand groupe de médias.

Puisque de plus en plus de membres de la société sont maintenant encouragés à participer au discours public et à s'exprimer sur des sujets qui, à leur avis, préoccupent le public, Internet a mis en évidence la diversité des points de vue des citoyens. Cela est particulièrement visible en cas de conflit et de désaccord entre différents groupes d'intérêts politiques ou civiques. Chaque fois qu'une annonce politique controversée est annoncée, il y aura toujours un groupe de personnes très motivées qui utilisent Internet pour exercer une pression énorme sur les politiciens en ces moments précis en exprimant leur mécontentement.

Les organes démocratiques sont généralement élus pour des périodes de trois à cinq ans. Pourtant, les opinions des citoyens semblent fluctuer chaque jour et ces sautes d'humeur atteignent parfois des proportions énormes. Lorsque des milliers de personnes commencent toutes à tweeter sur le même sujet le même jour, vous savez qu'il se passe quelque chose. Avec une telle diversité politique dynamique et saillante au sein de l'électorat, comment les décideurs politiques peuvent-ils jamais atteindre un consensus qui puisse satisfaire tout le monde? Si nos représentants sont incapables de suivre les expressions numériques du sentiment des citoyens, cela signifie-t-il que nous sommes devenus ingouvernables par les institutions qui existent aujourd'hui?

Dans le même temps, ce serait une grave erreur de ne pas tenir compte de voix de l'internet comme quelque chose qui n'a aucun lien avec des situations politiques réelles. Le mois dernier, des politiciens et des militants britanniques ont fait campagne pour que la Grande-Bretagne reste au sein de l'UE lors du récent référendum dû apprendre cette leçon à la dure.

Ce qui s’est passé au Royaume-Uni n’est pas seulement un désastre politique, mais aussi un exemple frappant de ce qui se passe lorsque vous combinez le pouvoir incontrôlable d’Internet avec un sentiment viscéral persistant que les gens ordinaires ont perdu le contrôle de la politique qui façonne leur vie. Quand les gens sentent que leurs représentants démocratiques ne les servent plus, ils se tournent vers Internet. Ils cherchent d'autres personnes qui ressentent la même chose et qui gémissent se transforment en mouvements.

À cet égard, les principaux messages des médias sociaux de la campagne d'abandon invitaient les électeurs ordinaires à rejeter le régime de la bureaucratie et à «prendre le contrôle» de leur propre pays. En utilisant langage très simplecomposées en grande partie de quelques syllabes, ces messages se propagent très rapidement sur Internet et sont souvent renforcés par des messages amusants. mèmes, au lieu de rigoureux avis d'experts or statistiques.

La polarisation en tant que moteur du populisme

À la lumière de ces récents développements, les sentiments populistes de droite ont gagné en force et en popularité, tant en Europe qu'aux États-Unis. Ces mouvements sont alimentés par la colère populiste, le nationalisme renaissant et une hostilité profondément enracinée à l'égard des immigrés.

Les gens qui ont longtemps entretenu des idées populistes de droite, mais qui n’ont jamais été assez confiants pour les exprimer ouvertement, sont désormais en mesure de se connecter en ligne à des personnes partageant les mêmes idées et utilisent Internet comme un mégaphone pour leurs opinions. Ils deviennent plus confiants et vigoureux, car ils voient que les autres partagent leurs croyances. Ceci est préoccupant, car nous savons de Recherche précédente ce contact accru avec des personnes partageant nos points de vue rend plus extrêmes nos croyances antérieures. Cela nous donne de nouvelles identités de groupe qui nous permettent de faire des choses que nous jugions inconcevables auparavant. De cette manière, on pourrait soutenir que le vote au Brexit était autant un vote pour réclamer son indépendance politique qu'un vote pour reconquérir son identité nationale perdue.

La plus grande diversité et disponibilité du contenu numérique implique que les gens peuvent choisir de ne consommer que du contenu qui correspond à leurs propres visions du monde. Nous choisissons qui suivre et qui se lier d'amitié. La résultante chambres d'écho tendent à amplifier et à renforcer nos opinions existantes, ce qui est dysfonctionnel pour un discours démocratique sain. Et tandis que les plateformes de médias sociaux comme Facebook et Twitter ont généralement le pouvoir de nous exposer à des opinions politiques divergentes, un article suggère que les bulles de filtres qu’elles créent parfois sont, en fait, exacerbées par les algorithmes de personnalisation, qui reposent sur nos réseaux sociaux et nos idées exprimées précédemment.

Cela signifie qu'au lieu de créer un type idéal de fichier numérique «agora publique”, Qui permettrait aux citoyens d'exprimer leurs préoccupations et de partager leurs espoirs, Internet a en fait accru les conflits et la ségrégation idéologique entre les points de vue opposés, offrant ainsi un poids disproportionné aux opinions les plus extrêmes.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

5 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
chris

Les médias sociaux ne créent pas le discours mais exposent plutôt le libre arbitre inhérent et fournissent aux citoyens une plate-forme nécessaire pour contrer la portée toujours plus grande des gouvernements isolés qui ne répondent pas aux souhaits et aux désirs légitimes de ceux qui mettent les politiciens au pouvoir. Les médias sociaux redonnent le pouvoir là où il appartient. L'efficacité des médias sociaux de cette manière est clairement mise en évidence par le contenu de la récente NDAA qui donne au gouvernement le pouvoir de retrouver les récits qui servent mieux ceux qui contrôlent les gouvernements (par exemple, les banquiers, les entreprises, etc.).

Tom Fiedler

Bien sur, Chris!

Sam Fox

Tout ce qui menace une démocratie [en tant que forme de gouvernement] est génial! Quelqu'un a recherché les différences entre une démocratie et une république? Toute une distinction entre ces 2 formes de gouvernement. Les États-Unis ont été fondés en tant que République constitutionnelle qui intègre les principes démocratiques. Nous ne voulons PAS devenir une démocratie. L'une des grandes déceptions émises par Big Brother a été que presque tout le monde dans les médias a qualifié les États-Unis de démocratie. Le lavage de cerveau dure depuis si longtemps que beaucoup pensent que c'est la forme de gouvernement que nous avons, ce qui se traduit par de bonnes intentions... Lire la suite »

Tom Fiedler

Bien dit, Sam!